- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : l’opposition appelle à la “résistance”

Le parti de Pierre Mamboundou invoque la déclaration des Droits de l’homme pour justifier un “recours à la résistance”, contestant les résultats de la présidentielles. Port-Gentil reste en proie à une vague de violences et de pillages.

Le parti de l’opposant gabonais Pierre Mamboundou, arrivé troisième à l’élection présidentielle, a appelé ses partisans à la “résistance”, vendredi 4 septembre. Le parti d’opposition UPG (Union du Peuple Gabonais) conteste les résultats annoncés jeudi par le ministre de l’Intérieur, selon lesquels Ali Bongo aurait remporté l’élection avec 42% des voix, contre 25% pour Pierre Mamboundou. Suites à ces résultats, une vague de violences a ébranlé Port-Gentil, capitale économique du Gabon.

“Face à l’oppression (…) l’UPG se prévaut de la déclaration universelle des Droits de l’Homme qui, en pareille circonstance, légitime le recours à la résistance”, lance Thomas Ibinga, le porte-parole du parti. “Ensemble nous vaincrons”, a-t-il conclu.

Mamboundou “blessé à la tête et à l’épaule”

Interrogé sur les actions de résistance à entreprendre, le porte-parole est resté évasif : “le peuple décidera”.
Par ailleurs, Thomas Ibinga a affirmé que les “militants de l’UPG expriment leur grande préoccupation pour la vie de leur leader”, assurant n’avoir “aucune information de Pierre Mamboundou” depuis la dispersion violente d’un sit-in devant la Commission électorale. Jeudi, son entourage avaient assuré à l’AFP que l’opposant était “en lieu sûr”, précisant qu’il avait été “blessé à la tête et à l’épaule”. Les militants “s’inquiètent des conséquences des traitements dont il a été l’objet, traitements qui de l’avis de nombreux témoins peuvent nous faire croire à la mort”, a-t-il indiqué.

Couvre-feu “jusqu’à nouvel ordre” à Port-Gentil

Port-Gentil a été le théâtre d’une vague de violences et des pillages vendredi. En fin de matinée, les forces de l’ordre ont dispersé un attroupement de plusieurs centaines de badauds et pillards à l’aide de gaz lacrymogènes, rapporte l’AFP.
Le couvre-feu instauré jeudi soir à Port-Gentil restera en vigueur “jusqu’à nouvel ordre”, a statué le ministre gabonais de l’Intérieur et de la Défense Jean-François Ndongou. La mesure est applicable entre 20h, heure locale (21h, heure française) et 6h (7h, heure française).

Des commerces ont été pillés et des stations-essence détruites dans la plupart des quartiers périphériques de la cité portuaire par plusieurs groupes de pillards. De nombreux journalistes qui couvrent l’évènement ont été malmenés.
Au total, une cinquantaine de personnes ont été interpellés dans la nuit de jeudi à vendredi, en lien avec des violences.

Les journalistes, “otages de la compétition”

Plusieurs journalistes de médias gabonais et internationaux couvrant les évènements, a protesté jeudi l’organisation Reporters sans frontières (RSF).

“Malmenés depuis le jour du scrutin, certains journalistes ont été menacés, d’autres tabassés, et des chaînes de télévision ont vu leur signal interrompu”, malgré “d’apparentes bonnes conditions de travail le jour du vote”, dénonce RSF dans un communiqué.

Les agissements incriminés sont tous liés “à de graves tensions politiques liées à l’élection présidentielle”, précise l’ONG. RSF souligne que les médias ne doivent “pas (…) être les otages de la compétition entre les candidats” et appelle à les laisser travailler librement.

(Nouvelobs.com avec AFP)  


SUR LE MÊME SUJET
Le gouvernement gabonais a annoncé, jeudi 14 janvier, la levée du couvre-feu en vigueur à Port-Gentil depuis début septembre, à la suite des violences postélectorales. Au cours du Conseil des ministres de jeudi, il a été "décidé la levée du couvre-feu dans toute la ville de Port-Gentil", la capitale économique du Gabon, déclare le communiqué lu par le porte-parole du gouvernement sur la chaîne de télévision publique RTG1. Le gouvernement a pris cette décision après avoir "noté avec satisfaction le comportement exemplaire dont les [habitants] de Port-Gentil ont fait montre" pendant les fêtes de fin d'année, d'après le communiqué. L'interdiction de ...
Lire l'article [1]
LIBREVILLE (AGP) – Quatre prévenus, jugés pour ’’évasion’’, ’’pillage’’ ou ’’destruction des biens publics et privés’’, lors des violences post-électorales qui ont secoué Port-Gentil (ouest), capitale économique, ont été condamnés jeudi par le tribunal de Port-Gentil. Parmi les quatre condamnés, trois d’entre eux ont écopé des peines allant de 5 ans à 6 mois de prison pour ’’évasion’’ de la prison de Port-Gentil et ’’destruction’’ des biens, a expliqué le procureur du tribunal de Port-Gentil, André-Patrick Roponat. Un autre prévenu d’origine étrangère a été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis, selon le procureur. En revanche, le tribunal a relaxé 42 ...
Lire l'article [2]
Libreville, 17 septembre (GABONEWS) – Le Conseil des ministres présidé ce jeudi par le chef de l’Etat, Rose Francine Rogombé, ayant constaté l’ « évolution positive de la situation » à Port-Gentil a « décidé d’alléger le couvre –feu » qui avait cours dans la capitale économique après l’annonce des résultats de la présidentielle du 30 août dernier, suites aux violences enregistrées dans la cité pétrolière. Dans le Communiqué final, le gouvernement rappelle que « Constant l’évolution positive de la situation, le Conseil tout en préconisant de maintenir une vigilance de tout les instants, a décidé d’alléger le ...
Lire l'article [3]
LIBREVILLE (AGP) - Le candidat malheureux à la présidentielle du 30 août dernier, le pasteur Georges Bruno Ngoussi, a appelé mercredi à Libreville les gabonais de quelque statut que ce soit, à la retenue, après les violences ayant suivi la proclamation des résultats de cette élection. ''J'interpelle tous les gabonais, civils et militaires, à la retenue, parce que j'estime que la confrontation doit se situer strictement au niveau des idées et non pas physique'', a dit M. Ngoussi, s'exprimant au cours d'une conférence de presse. Le 3 août dernier, des incidents ont éclaté à Libreville, où des manifestants se sont accrochés aux ...
Lire l'article [4]
LIBREVILLE, 5 sept. (AGP) - Les compagnies aériennes desservant Port-Gentil (sud-ouest) ont suspendu leurs vols à destination de cette ville en proie depuis jeudi dernier à des violences post-électorales, a-t-on appris ce samedi de source autorisée. Selon la source, les compagnies aériennes ne desservent plus Port-Gentil depuis jeudi, date à laquelle le ministre de l'Intérieur a proclamé les résultats du scrutin présidentiel de dimanche. Depuis lors, les voyageurs sont contraints de ne prendre que le bateau parce que la ville est inaccessible par voie terrestre, a poursuivi la même source. Air Service, l'une des compagnies les plus régulières à destination de Port-gentil a ...
Lire l'article [5]
De nouvelles violences ont éclaté samedi soir pour la troisième nuit consécutive à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon. Dans cette ville où un couvre feu a été instauré de 20 heures à 6 heures, l'armée a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser des pillards à Matanda, un quartier populaire situé au sud de la cité. D'autres pillards, ont été signalés à Salsa, un quartier à l'est de la ville. Ces groupes très mobiles ont installé des barricades sur les principales voies de Port-Gentil pour empêcher les véhicules des forces de l'ordre de circuler. Des affrontements ont aussi ...
Lire l'article [6]
Port-Gentil, 4 septembre (GABONEWS) - Le maire du 2ème arrondissement de Port-Gentil, capitale économique, JOËl Pono Opapé, a lancé un appel au calme face aux violences qui gagnent en intensité dans cette cité et ayant déjà causé la mort de 2 personnes suivies de 200 arrestations parmi les émeutiers, a-t-on appris ce vendredi de sources concordantes. Monsieur Pono Opapé, dans cet appel lancé dans la soirée sur les antennes de la chaîne provinciale de la Radiodiffusion gabonaise, s’est inquiété de l’ampleur des débordements qui pourraient dépasser l’insurrection que la deuxième ville pays avait connue en 1993, date de ...
Lire l'article [7]
Serge Mihindou conseiller politique de Pierre Mamboundou s’exprime sur France 24  « nous lançons un appel à la résistance, nous lançons un appel pour que les gabonais récupère leur victoire. Nous demandons  aux gabonais de ne pas se laisser faire. Si jamais Ali Bongo ne renonce pas, le pays sera ingouvernable. Nous demandons à la France de ne pas laisser le Gabon dans cette situation »
Lire l'article [8]
Lex ministre de lintérieur et l un des candidats favori à la présidentielle gabonaise André Mba Obame a répondu aux questions de Voxafrica. Retiré dans un endroit secret, il sest dit vainqueur de lélection présidentielle et victime dune manipulation électorale. Il affirme également avoir été exposé à lintoxication d un gaz non identifié mais qui nétait pas lacrymogène.
Lire l'article [9]
Dans un discours vidéo  publié sur le site du mouvement « Bongo Doit Partir » en soutien aux manifestants qui se sont jetés dans la rue à l'appel des candidats à l'élection présidentielle, le Dr. Daniel Mengara a appelé à la permanence de la résistance et au départ en exil d'Ali Bongo Ondimba. Chers compatriotes, Inutile de vous dire que l'heure est grave. La répression policière commanditée par Ali Bongo contre le peuple gabonais lors des manifestations pourtant pacifiques de ce vendredi 7 août 2009, est le signe que le changement que les Gabonais attendent ne viendra pas tout seul. Quand, le 20 juin 2009, j'annonçai ...
Lire l'article [10]
Levée du couvre-feu dans l’ouest du Gabon
Justice/violences : 4 personnes condamnées dans le procès des émeutiers à Port-Gentil
Gabon: Le couvre-feu allégé à Port-Gentil de 23 à 6 heures
Politique/Présidentielle : Un candidat à la présidentielle appelle les gabonais à la retenue
Gabon-vol-suspension: Suspension des vols à destination de Port-Gentil en raison des violences post-électorales
Gabon: troisième nuit de violences à Port-Gentil
Gabon: Le Maire du 2ème arrondissement de Port-Gentil appelle au calme
L’UPG APPELLE A LA RESISTANCE
Rétire dans un endroit secret, Andre Mba Obame appelle à la résistance
Vidéo : Le Dr. Daniel Mengara appelle à la permanence de la résistance, demande le départ en exil d’Ali Bongo Ondimba