Socialisez

FacebookTwitterRSS

Présidentielle au Gabon : Coup de force françafricain

Auteur/Source: · Date: 4 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Ali Ben Bongo, fils et ex-ministre de la Défense d’Omar Bongo, également visé en France par une plainte sur les “ biens mal acquis ”, a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle gabonaise du 30 août dernier avec 41,73% des voix devant ses deux principaux concurrents André Mba Obame (25, 88%) et Pierre Mamboundou (25, 22%).

Annoncés non sans atermoiements par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP, en grande partie composée de membres du Parti démocratique gabonais, au pouvoir) et surtout par l’actuel ministre de l’Intérieur (également PDGiste), ces résultats contredisent toutes les estimations qui donnent, procès-verbaux des décomptes de voix à l’appui, Ali Bongo loin derrière ses deux principaux concurrents. Mais c’était compter sans les faux PV et les PV falsifiés introduits à la Commission électorale.

Afin de mener à son terme cette mascarade électorale, le régime a également dispersé avec violence les nombreux manifestants et responsables de l’opposition venus au siège de la CENAP s’assurer du bon décompte des voix. Aujourd’hui, la Garde présidentielle et l’armée quadrillent Libreville. La tension est extrême dans le pays. Exténués par 41 ans de dictature d’Omar Bongo et ulcérés par le coup de force d’Ali Bongo, la majorité des Gabonais n’entend pas se laisser abuser une fois de plus. Le consulat de France à Port Gentil a ainsi été incendié, tout comme un édifice du groupe français Total, symboles du soutien indéfectible de la France au régime Bongo depuis des décennies.

La France a prétendu être neutre “ La seule chose qu’elle fait dans cette élection, c’est d’aider au déroulement normal des opérations ” a déclaré le secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet. Sans doute trouve-t-il normales les conditions de la tenue de cette élection : organisation précipitée du scrutin, listes électorales gonflées, multiples violations du droit constitutionnel, énorme déséquilibre financier et médiatique entre les candidats qui, ailleurs, feraient crier au déni de démocratie. Dès le lendemain du vote, le même A. Joyandet a jugé le scrutin régulier alors que de nombreuses fraudes ont été dénoncées tant au Gabon que dans les ambassades à l’étranger. A l’ambassade du Gabon en France par exemple, l’ambassadrice a même été prise la main dans le sac, en possession de plusieurs dizaines de fausses cartes d’électeur.

Est-ce être neutre que laisser Robert Bourgi, conseiller notoire de Nicolas Sarkozy pour la diplomatie parallèle, ainsi que d’autres ressortissants français en vue au Gabon soutenir Ali Bongo ? Alors que dans le même temps A. Joyandet menace les Gabonais : “ si par malheur, les ressortissants français venaient à être inquiétés, il y aurait une quasi-automaticité d’intervention de nos troupes basées sur place.[…] il y a assez peu de probabilité que l’armée française quitte le Gabon.”

L’association Survie attire l’attention des dirigeants français sur la lourde responsabilité qui est la leur dans la détérioration de la situation au Gabon. A force de vouloir figer le pouvoir gabonais aux mains d’un clan complice des intérêts transnationaux les plus voraces, la France s’aliène la majorité du peuple gabonais.

L’association Survie demande aux autorités françaises de ne pas reconnaître l’élection d’Ali Bongo et de ne pas cautionner la prise du pouvoir par ce qui constitue un véritable un coup d’Etat électoral. Nous attendons du ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner la même résolution dans la défense des principes démocratiques qu’il a montrée lors d’autres élections dans le monde, le même soutien à une opposition écrasée et bafouée dans ses revendications. Nous ne voulons pas que notre pays apparaisse comme le fidèle soutien de régimes despotiques indéfiniment reconduits.

Nous demandons au gouvernement français de s’assurer que les militants gabonais de la démocratie et des droits de l’Homme seront préservés de la répression qui risque de s’abattre sur eux comme sur tous ceux qui luttent pour le droit et la justice. Nous assurons les citoyens gabonais qui défendent leurs droits de notre solidarité dans leurs revendications.

En Mauritanie, au Niger, à Madagascar, nous assistons à un recul des acquis démocratiques, tandis qu’au Congo Brazzaville, au Cameroun, au Tchad les vieilles dictatures sont confortées. Le risque est grand de voir surgir au Gabon le même scénario qu’au Togo depuis 2005 : élection truquée, coup d’Etat électoral, répression des contestations, puis normalisation diplomatique validant une succession dynastique de Faure Gnassingbé après 38 ans de règne d’Eyadéma père.
Tout cela, avec la complicité de la France, dans la droite ligne de la triste politique françafricaine avec laquelle le candidat Nicolas Sarkozy voulait rompre. Politique qu’il prétend maintenant camoufler sous des gesticulations médiatiques comme celle qui s’annonce en 2010, décrétée « année de l’Afrique » : “ année importante pour la relation entre l’Afrique et la France alors que 14 anciennes colonies françaises célèbreront le cinquantième anniversaire de leur indépendance. (…) Et je souhaite que 2010 signale aussi l’achèvement d’une rénovation profonde de nos relations avec le continent africain ”. Certains Français en seront peut-être dupes, pas les peuples africains.

Source Survie


SUR LE MÊME SUJET
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
Les violences à Dakar ont fait un mort après la validation de la candidature d'Abdoulaye Wade, qui brigue un troisième mandat présidentiel, bien que la Constitution limite le nombre de mandats possibles à deux. Youssou N'Dour, dont la candidature a été écartée, parle d'un "coup de force". Les premiers heurts ont éclaté dès vendredi soir à Dakar, puis dans plusieurs villes sénégalaises, avec l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature d'Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle. Une annonce d'autant plus mal perçue par les opposants au président que, parallèlement, la candidature du très populaire Youssou N'Dour était, elle, ...
Lire l'article
“Bourgi cherche à sauver son fonds de commerce françafricain”
Robert Bourgi a semé la pagaille à droite en accusant Jacques Chirac et Dominique de Villepin d'avoir reçu des financements africains occultes. Vincent Hugeux, spécialiste de l'Afrique à L'Express, a répondu aux questions des internautes de LEXPRESS.fr à son sujet. Dismoitout: Quel est le but poursuivi par ce monsieur? Question judicieuse. A tort ou à raison, je ne crois pas au montage machiavélique orchestré depuis l'Elysée. Ou si tel est le cas, il y a lieu de douter du sens tactique de Nicolas Sarkozy et de son entourage. Dès lors qu'un acteur ouvre une telle boîte de Pandore, tout en s'employant ...
Lire l'article
Roland Désiré Aba'a, en grève de la faim depuis douze jours, a été emmené de force à l'hôpital, peu avant minuit le lundi 25 juillet 2011 pour recevoir des soins intensifs. Le conseiller économique et social réclame le démantèlement des bases militaires françaises au Gabon et la révision des contrats miniers entre la France et le Gabon. Après douze jours de grève de la faim, Roland Désiré Aba'a, 42 ans, était en danger de mort. Le conseiller économique et social, qui refusait d'être alimenté par injection intraveineuse, a été amené de force à l'hôpital Jeanne Ebori de Libreville. Son porte-parole, Francis Evouna, ...
Lire l'article
Au lendemain du coup d’état électoral du jeudi 3 septembre 2009, des compatriotes prirent la décision de se réunir, au-delà de leurs différences politiques. Ceci, afin de mettre sur pied une association dont les bases seraient suffisamment solides pour que, sur le long-terme, elle puisse porter des projets et des ambitions crédibles aux yeux des Gabonais de la diaspora. Mais surtout, pour être entendue par un peuple dont les attentes sont ignorées depuis le 17 août 1960 et dont les espoirs, ont si souvent été sacrifiés sur l’autel des intérêts personnels. Ainsi, dans sa charte morale adoptée par l’Assemblée Fédérale du ...
Lire l'article
lors que les Gabonais aspirent à la démocratie et au changement après les 41 ans de gabegie du règne d’Omar Bongo, Ali Ben Bongo, fils du précédent, vient, non sans difficulté, d’être déclaré vainqueur de l’élection présidentielle au terme d’une mascarade électorale et d’un coup de force qui vise à prolonger la mainmise du clan Bongo sur le pays, avec la bénédiction des autorités françaises. Ali Ben Bongo, fils et ex-ministre de la Défense d’Omar Bongo, également visé en France par une plainte sur les " biens mal acquis ", a été déclaré vainqueur de l’élection présidentielle gabonaise du 30 ...
Lire l'article
Radiogaboma se joint au Collectif des candidats de l'opposition regroupés au sein du Front du Refus du Coup de Force Électoral et appelle l'ensemble des populations Gabonaises à observer l'opération "ville morte" pendant les journées du 14, 15 et 16 Septembre 2009. Les objectifs de cette opération sont nombreux, les plus importants étant: Rendre hommage aux nombreux Gabonais assassinés par le régime Bongo et le PDG. Ces Gabonais sont morts parce qu'ils ont exprimé leur opinion, parce qu'ils ont voté pour le changement. Nos frères Gabonais ne sont pas morts pour rien et doivent être considérés comme des Martyrs pour la ...
Lire l'article
17 des 18 candidats à l'élection présidentielle du 30 août se sont réunis le 4 septembre dernier au sein du Front de refus du coup de force électoral pour protester contre les résultats officiels proclamant Ali Bongo Ondimba, candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), président de la République élu avec 41,73% des suffrages. Dans le communiqué que nous publions in extenso, les candidats dénoncent un «hold-up électoral» du parti au pouvoir et les violences policières contre les populations et les candidats. © upg-gabon ; Les candidats marchent pour appeler Ali Bongo à la démission ...
Lire l'article
Un des principaux opposants gabonais, Pierre Mamboundou, a dénoncé mardi "une action militaire en préparation" pour faire échouer la transition constitutionnelle en cours depuis le décès du président Omar Bongo, sans toutefois étayer ses accusations. Aucune autre source interrogée par l'AFP n'a confirmé une telle tentative de coup de force. La situation était très calme à Libreville mardi soir, et aucun renforcement du déploiement militaire n'a été constaté. "Les informations en notre possession nous conduisent aujourd'hui à prendre la responsabilité de porter à la connaissance de l'opinion (...) l'existence d'une action militaire en préparation", déclare Pierre Mamboundou dans un texte transmis aux médias. "Cette ...
Lire l'article
Dans les grandes villes régionales, les opposants à l'ancien président Ravalomanana s'entre-déchirent. Les luttes locales pour le pouvoir se multiplient, mettant en péril l'autorité de la transition et l'unité du pays. Non, la démission de Marc Ravalomanana ne signifie pas que la crise est terminée. La nation malgache fait aujourd'hui face à un danger bien plus grave : la sécession. Partout dans le pays, l'administration est prise de force par des individus qui se réclament du mouvement TGV [du président de la haute autorité de la transition, Andry Rajoelina]. A Toamasina [poumon économique et grand port de l'est du pays], un certain ...
Lire l'article
Deux ONG, Sherpa et Transparence International, ont dénoncé vendredi à Paris un "coup de force" de Libreville qui a interdit à un avocat français de se rendre au Gabon, et demandé au gouvernement français de "faire respecter" la convention d'entraide judiciaire entre les deux pays. Me Thierry Lévy devait se rendre à Libreville pour défendre cinq Gabonais incarcérés pour "propagande" après avoir réclamé des comptes sur la gestion financière de leur pays. Mais la police aux frontières à l'aéroport parisien de Roissy l'a "empêché" jeudi matin d'embarquer après l'annulation de son visa par l'ambassade du Gabon. "Nous sommes en présence d'un ...
Lire l'article
Le Sénégal s’embrase après le “coup de force” de Wade
“Bourgi cherche à sauver son fonds de commerce françafricain”
Le conseiller gabonais, gréviste de la faim, emmené de force à l’hôpital
Retour ves le futur: chronique d’un coup de force annoncé – si ce n’est pas avec l’un ce sera avec l’autre…-
Gabon – Association SURVIE – Coup de Force Africain
Gabon – Elections 2009 – Refus du coup de force électoral – Journées villes mortes 14, 15 et 16 Septembre 2009
Gabon : Les 17 candidats fondent le Front de refus du coup de force électoral
Transition au Gabon: un opposant dénonce un coup de force “en préparation”
MADAGASCAR : La tentation du coup de force se propage dans toute l’île
Avocat français empêché d’aller au Gabon: “coup de force”, selon deux ONG

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à Présidentielle au Gabon : Coup de force françafricain

  1. Raid

    4 Sep 2009 a 09:45

    JE SUIS TRES DECU LE GABONAIS EST PIETINE CHEZ LUI,dans son pays quellle honte! NOS LEADERS SONT TOUJOURS AUX DISCOURS!!!le verbe,il est l’heure d’endécoudre.NOUS N4AVONS PAS DE MOYEN,mais nous avons les moyens de SABOTER de DESOBEIR,de NUIRE, de DETRUIRE,le feu et le sang sont les bases des démocraties fortes.

  2. BEN LADEN

    4 Sep 2009 a 09:00

    “ si par malheur, les ressortissants français venaient à être inquiétés, il y aurait une quasi-automaticité d’intervention de nos troupes basées sur place.[…] il y a assez peu de probabilité que l’armée française quitte le Gabon.”

    MAIS QU’ATTENDONS-NOUS ENCORE POUR COMMENCER A ATTAQUER LES INTÉRÊTS FRANÇAIS OU QU’ILS SE TROUVENT DANS LE MONDE, COMME LE FONT SI BIEN AL QAIDA. NOIRS D’AFRIQUE, L’HEURE EST AU MARTYR CONTRE LE DÉMON BLANC FRANÇAIS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*