Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: Possibles poursuites judiciaires contre des leaders politiques Gabonais pour appel au soulèvement

Auteur/Source: · Date: 5 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Libreville, 5 septembre (GABONEWS) – Les autorités gabonaises n’excluent pas des poursuites judiciaires contre des leaders politiques responsables d’incitation à l’insurrection, à la désobéissance, au tribalisme et la haine à travers des appels radio–télévisé avant, pendant et après la proclamation officielle des résultats de la présidentielle du 30 août, selon des sources dignes de foi.

L’incitation à la violence s’est traduite par des mouvements insurrectionnels à Port-Gentil, deuxième ville du pays, où l’on compte déjà deux morts.

Les victimes auraient été abattues par des tirs de calibre 12 détenus par des sympathisants de l’opposition.

Radio-Bendjé, émettant dans la capitale économique, propriété de l’avocat et hommes d’affaires, Séraphin Ndaot, a été fermée vendredi soir.

Maître Ndaot, par ailleurs leader des « Bâtisseurs » figure parmi les principaux soutiens à la candidature de Pierre Mamboundou qui portait à la présidentielle les couleurs de l’Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR).

Les partisans de Pierre Mamboundou, l’un des vaincus du scrutin de dimanche dernier, organisent depuis 72 heures des manifestations violentes dans la cité pétrolière provoquant des incendies qui ont ravagé une partie des locaux du Consulat Général de France, des bâtiments de sociétés pétrolières.

Il importe de signaler que la Cour Pénale Internationale (CPI) pourrait s’intéresser aux responsables de tous bords pris en flagrant délit de violation des droits de l’homme dont l’incitation aux violences politiques et autres exactions à caractère tribal.

La Cour pénale internationale (CPI) est la première juridiction pénale internationale permanente et « peut exercer sa compétence à l’égard des personnes pour les crimes les plus graves ayant une portée internationale », tels que sont le génocide, le crime contre l’humanité et le crime de guerre. Son siège se situe à La Haye, aux Pays-Bas.


SUR LE MÊME SUJET
L'Egypte et la Tunisie ont réussi à renverser des régimes répressifs. Les citoyens en Syrie, le Yémen et autres pays du Moyen-Orient exigent des changements. Pourtant, en Afrique sub-saharienne en général et au Gabon en particulier, la population reste étrangement relativement silencieuse et continue d'être soumise à la domination brutale des dictatures au pouvoir. Pourquoi le calme relatif au Gabon? La réponse, au moins en partie, est que le régime Bongo a au fil du temps, opéré une répression redoutable sur les dissidents, instituant un système qui donnait le choix aux dissidents entre la brutalité et l’appât du gain. Parce ...
Lire l'article
Ouattara annonce des poursuites contre Gbagbo
EN DIRECT - Le président de Côte d'Ivoire a appelé lundi soir les Ivoiriens à «s'abstenir de tout acte de représailles». Paris dément avoir directement participé à l'arrestation de l'ex-président Laurent Gbagbo. • Laurent Gbagbo a été arrêté Le président ivoirien sortant a été arrêté lundi par les forces d'Alassane Ouattara, appuyées par les moyens aériens et blindés des forces françaises et de la mission des Nations Unies (Onuci). Laurent Gbagbo se trouvait dans sa résidence, retranché avec son épouse Simone et quelques fidèles. Il a été conduit, avec sa femme et son fils Michel, à l'hôtel du Golf, quartier général ...
Lire l'article
Le conseil municipal du Cap Estérias (nord de Libreville) a menacé, vendredi, de poursuites judiciaires les opérateurs de téléphonie ‘’Moov’’ et ‘’Libertis’’ pour non-paiement des taxes depuis 2009, a appris l’AGP. Selon le conseil municipal, les deux opérateurs refusent de s’acquitter des taxes liées à l’implantation de leurs pilonnes dans la localité et doivent chacun près de 9 millions de FCFA à la municipalité du Cap Estérias au titre de 2009, 2010 et 2011. Crée en 2001, Moov est le 3ème opérateur du Gabon avec 8% des parts de marché, derrière Libertis (1999) avec 34% .
Lire l'article
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Le PDF de ce document est disponible ici. A la classe politique gabonaise, notamment celle réunie au sein de la Coalition des Partis Politiques pour l’Alternance (CPPA) et de l’Alliance pour le Changement et la Restauration et (ACR), dont les principaux leaders sont André Mba Obame de l’Union Nationale (UN) et Pierre Mamboundou de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), Aux corps armés gabonais, Aux syndicats et membres et mouvements de la société civile, Aux étudiants. Il arrive dans la vie de toute nation un moment clé de son existence où l’impératif de convergence des aspirations du peuple en vue de ...
Lire l'article
Le préfet du département du Cap Estérias, Augustin Evie Obiang, a appelé vendredi dernier les leaders politiques de ce département à veiller au respect scrupuleux des mesures gouvernementales dans leurs circonscriptions politiques respectives, notamment celle concernant la fermeture des débits de boissons à partir de 22 heures locales, rapporte mardi l’AGP. ‘’Je vous ai convié à cette réunion pour vous demander de veiller au respect scrupuleux des mesures gouvernementales dans vos circonscriptions politiques respectives, notamment celle concernant la fermeture des débits de boissons à partir de 22 heures, selon le type de licence que possède l’opérateur économique’’, a déclaré le préfet, ...
Lire l'article
Le Quai d'Orsay a très vite réagi à l'interdiction donnée aux leaders politiques gabonais de quitter le territoire national, en rappelant son attachement à l'exercice des libertés publiques. Cette réaction prompte de Paris s'inscrit dans un contexte particulier puisque la France vient d'être la cible des violences post-électorales à Port-Gentil, accusée d'avoir soutenu l'élection d'Ali Bongo Ondimba, et trouve ici l'occasion de redorer son image en apportant une critique au pouvoir en place. © D.R./Le Quai d'Orsay Alors que la France et les réseaux occultes de la Françafrique sont au coeur ...
Lire l'article
Selon l’Etat gabonais, elles agissent à l’intérieur comme à l’extérieur du pays Le ministre gabonais de l’Intérieur, M. André Mba Obame, a affirmé vendredi dernier, au cours d’un point de presse à Libreville, que le régime politique gabonais est victime d’une tentative de déstabilisation orchestrée par des ONG françaises. Directement accusé, M. Bruno Ben-Moubamba, Porte-parole des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise en Europe, a qualifié les déclarations du ministre de l’intérieur d’ « élucubrations ». « M. Bruno Ben-Moubamba et ses complices se livrent depuis plusieurs mois, avec le soutien moral et financier d’organisations étrangères, à des tentatives de ...
Lire l'article
Dans la soirée du 7 janvier 2009, Monsieur Alaba Bosco Fall, Procureur de la République du Gabon et neveu du Président Omar Bongo Ondimba, a décidé, sur ordre des RENOVATEURS du parti (Mr Ali Bongo Ondimba, ministre de la défense, André Mba Obame, ministre de l’intérieur, et d’autres membres de l’entourage présidentiel) d'envoyer à la prison centrale de Libreville (déjà surpeuplée de victimes détenues sans jugement depuis des mois comme Marlène Rapontchombo) : - Grégory Gnbwa Mintsa (plaignant contre les Biens Mal Acquis de Mr Omar Bongo Ondimba et de son entourage en France), - Marc Ona Essangui (BRAINFOREST) ...
Lire l'article
Les Organisations non gouvernementales (ONG) Transparency International et le réseau de juristes Sherpa ont de nouveau déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre X visant trois chefs d'Etat africains qu'ils accusent de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné. Une précédente plainte déposée en mars 2007 avait débouché sur un non lieu en raison de l’insuffisance des preuves, mais cette démarche avait provoqué les foudres des dirigeants africains qui avaient dénoncé une campagne de dénigrement orchestrée par la France. Les relations diplomatiques entre la France et certains pays d’Afrique centrale pourraient être perturbées ...
Lire l'article
Le Coordinateur de la coalition pour la Cour pénale Internationale (CCPI) pour l’Afrique francophone, Francis Dako, et son hôte, le ministre gabonais en charge de la Justice, Garde des Sceaux, Martin Mabala, ont évalué mardi, la question de mise en œuvre complète du statut de Rome au Gabon relative au programme de lutte contre la criminalité. L’échange assez profond, de près de trois heures d’horloge, a permis à Martin Mabala et à son hôte de passer au peigne fin l’ensemble des entraves liées à la saisine par les juridictions gabonaises, des éventuels crimes relevant du statut de Rome et de pouvoir ...
Lire l'article
Ali Bongo veut réprimer la dissidence par des menaces de poursuites judiciaires cependant frivoles
Ouattara annonce des poursuites contre Gbagbo
Deux opérateurs de téléphonie mobile menacés de poursuites judiciaires par une municipalité
Appel de la Communauté Gabonaise des Etats-Unis aux acteurs politiques et de la société civile gabonais
Le préfet du Cap Estérias appelle les leaders politiques à faire respecter les mesures gouvernementales
Gabon : Paris réagi à la fermeture des frontières aux leaders politiques
Des ONG françaises accusées de préparer un soulèvement contre Omar Bongo
Communqiué Acteurs Libres: Répression au Gabon: Appel à la résistance du peuple gabonais, des forces morales, sociales et politiques du Gabon
Justice : Les ONG relancent les poursuites judiciaires contre les chefs d’Etat africains
Gabon: Justice: la lutte contre la criminalité examinée entre le Gabon et la Cour Pénale Internationale à Libreville

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 5 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*