Socialisez

FacebookTwitterRSS

Nouvelle nuit de violences au Gabon

Auteur/Source: · Date: 6 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

J.B. et C.J. (lefigaro.fr) avec AFP et AP – Des pillards très mobiles ont installé des barricades sur les principales voies de Port-Gentil pour empêcher les véhicules des forces de l’ordre de circuler. Selon des témoins joints par téléphone, des affrontements ont aussi lieu samedi soir dans des quartiers du centre-ville de Port-Gentil comme à Sindara, Cocotiers, et Quartier Chic.

Pour la troisième nuit consécutive, Port-Gentil a été le théâtre de scènes de pillages et d’émeutes. Total a organisé un «repli temporaire» de ses salariés basés à Port Gentil où les violences, qui ont éclaté depuis l’annonce jeudi de la victoire d’Ali Bongo, ont fait deux morts.

Le verdict de la Cour constitutionnelle gabonaise qui a confirmé vendredi après-midi la victoire d’Ali Bongo Odimba, n’a pas apaisé les esprits. Samedi soir Port-Gentil, la capitale économique du Gabon et fief de l’opposition, où l’on déplore déjà deux morts depuis le début des émeutes jeudi, a été le théâtre d’une troisième nuit consécutive de violences. Faisant fi du couvre-feu pillards et partisans de l’opposition ont multiplié les accrochages avec les forces de l’ordre dans les quartiers de Matanda et Salsa et le centre-ville de Port-Gentil, à Sindara, Cocotiers, et Quartier Chic. Des groupes de pillards très mobiles ont installé des barricades sur les principales voies de Port-Gentil pour empêcher les véhicules des forces de l’ordre de circuler.Total a décidé de transférer «temporairement» les familles des personnels de Port-Gentil à Libreville.

Vendredi soir des manifestants avaient incendié le Foyer Roger Buttin, un centre sportif et social de Total. «On entend des tirs sans que l’on sache si ce sont des tirs de gaz lacrymogènes ou des coups de feu mais cela semble très violent», témoignait vendredi soir une habitante du quartier Château où un commissariat a été pillé et brûlé pendant l’après-midi. Des pillards avaient attaqué vendredi en fin de journée des commerces dans la périphérie nord de Port-Gentil. La veille, des manifestants ont déjà attaqué la prison de la ville et libéré les détenus, avant d’incendier le consulat général de France. Des installations du groupe pétrolier français Total et du groupe franco-américain Schlumberger avaient également été prises pour cibles et trois femmes ont été blessées.

Ces violences, qui ont éclaté jeudi suite à l’annonce de la victoire d’Ali Bongo, ont fait pour le moment deux morts. Selon les autorités gabonaises, une des victimes aurait visé les forces de l’ordre et aurait été tuée jeudi par un tir de riposte. L’autre aurait succombé le même jour aux tirs de pillards. Autant d’incidents qui ont entraîné le départ du gouverneur de la région, démis de ses fonctions jeudi par le gouvernement gabonais.

Kouchner : «Ce qui s’est passé a eu lieu entre Gabonais»

À Libreville, en revanche, aucun incident n’a été signalé. Les activités ont repris sans toutefois connaître leur rythme habituel. Jeudi, des troubles ont eu eu lieu dans de nombreux quartiers populaires . Lors de ces échauffourées, des jeunes tenaient des discours hostiles à Ali Bongo et à la France. «On en a marre de ces Français, il faut les chasser, les tuer!», menaçaient-ils. Jeudi soir, la télévision publique RTG1 a fait état de l’interpellation de plusieurs jeunes impliqués dans les incidents.

Selon des résultats officiels, Ali Bongo, 50 ans, a remporté l’élection à un tour du 30 août avec 41,73% des suffrages, devant l’ex-ministre de l’Intérieur, André Mba Obame (25,88%) et Pierre Mamboundou (25,22%). Le nouveau président a invité ses adversaires à «accepter le verdict des urnes» et à ne pas «prendre en otage» le peuple gabonais. «Il existe des institutions devant lesquelles on peut porter des réclamations et des recours». «Il faut absolument que le calme revienne sur toute l’étendue du territoire», a redit samedi le président gabonais à RFI.

«Je trouve curieux» qu’un des candidats «alors que Port-Gentil lui a donné une belle victoire choisisse cette même ville pour y commettre un certain nombre d’exactions», a regretté Ali Bongo, visant, sans le nommer, Pierre Mamboundou. «Quand on aspire à être président de la République, ce n’est pas avec des gestes comme ceux-là que l’on doit se comporter», a-t-il poursuivi. Pierre Mamboundou, arrivé troisième du scrutin, a notamment appelé à la «résistance».Disparu depuis trois jours, son sort est toujours incertain. Un autre opposant, arrivé deuxième du scrutin, André Mba Obame continue de rejeter les résultats et persiste à s’affirmer vainqueur.

Ali Bongo, qui a refusé la venue du médiateur sénégalais de l’Union africaine , a rejeté les critiques de ses opposants qui estiment que la commission électorale a conclu ses travaux de manière prématurée. «On reste toute une nuit et vous trouvez que c’est prématuré? Après avoir fait recompter un certain nombre de localités plusieurs fois pour se rendre compte que les chiffres étaient les mêmes, que les PV (procès-verbaux des bureaux de vote) étaient identiques. C’est de la mauvaise foi, c’est tout!», a-t-il lancé.

De son côté, la France, visée par les manifestants de jeudi, a redit vendredi matin par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qu’elle accepterait le résultat de l’élection, une fois les éventuels recours examinés. Comme la veille, le ministre français a nié sur RTL toute ingérence dans les affaires gabonaises. Il a une fois encore recommandé aux 10.000 expatriés français de «rester chez eux» tout en écartant pour l’heure toute évacuation. «Aucun Français n’a été molesté», a souligné samedi le ministre. «Je regrette bien entendu ce qui s’est passé à Port-Gentil, mais voilà c’est entre Gabonais, entre fractions et concurrents, pour le moment. J’espère que le pire est derrière nous», a-t-il souligné. 


SUR LE MÊME SUJET
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Deux manifestants sont morts vendredi au Caire, asphyxiés par des gaz lacrymogènes, ont indiqué des sources médicales alors qu'une nouvelle flambée de violences traverse l'Egypte après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd. Ces deux victimes ont été transportées à l'hôpital inconscientes après s'être jointes aux manifestants dans la capitale, près du ministère de l'Intérieur, où la police anti-émeutes tirait des gaz lacrymogènes et les protestataires ripostaient par des jets de pierres. Les affrontements ont repris vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une nouvelle flambée de violences après le drame du match ...
Lire l'article
Le rapport de la mission d’évaluation des violences post-électorale diligenté par plusieurs Organisations non gouvernementales (ONG) gabonaises a été remis au gouvernement le 29 décembre à Libreville. Ce rapport très attendu lève notamment le voile sur le nombre de décès officiels lors des manifestations, finalement porté à 5 alors que l’opposition en dénonçait plus d'une quinzaine. Près de quatre mois après les violences post électorales à Port-Gentil, le rapport de la mission d'évaluation des Ong dans la capitale économique était très attendu pour lever le voile sur le bilan des émeutes. Synthèse de l’enquête diligentée par plusieurs ONG gabonaises, ce rapport ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Quatre prévenus, jugés pour ’’évasion’’, ’’pillage’’ ou ’’destruction des biens publics et privés’’, lors des violences post-électorales qui ont secoué Port-Gentil (ouest), capitale économique, ont été condamnés jeudi par le tribunal de Port-Gentil. Parmi les quatre condamnés, trois d’entre eux ont écopé des peines allant de 5 ans à 6 mois de prison pour ’’évasion’’ de la prison de Port-Gentil et ’’destruction’’ des biens, a expliqué le procureur du tribunal de Port-Gentil, André-Patrick Roponat. Un autre prévenu d’origine étrangère a été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis, selon le procureur. En revanche, le tribunal a relaxé 42 ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) - La France a estimé lundi que les violences de ces derniers jours au Gabon ont été exagérées, tout en continuant d'appeler les ressortissants français à la prudence, rapporte l’AFP. "Les événements ont été un peu grossis (…), à Libreville la situation est normale et à Port-Gentil, à quoi a-t-on à faire? A des pillages", a-t-on souligné à l'Elysée. "Un peu de confusion" n'est pas surprenant "dans un pays qui depuis quarante ans n'a pas connu une élection aussi libre que celle-ci", ajoute la même source. "Le plus inquiétant, ce n'est pas les quelques incidents qu'il y a eu mais plutôt ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – La situation revenait progressivement à la normale lundi matin à Port-Gentil (sud-ouest), après des violences post-électorales qui ont fait officiellement trois morts à la suite de la proclamation des résultats de la présidentielle, selon des sources concordantes sur place. ’’Les taxis et autres véhicules ont commencé à circuler dans la ville. Tout semble calme ici’’, a affirmé Marlyse, une habitante de Bac aviation, quartier populaire ayant été touché par ces violences qui ont duré 3 jours. ’’Certains magasins ont rouvert leurs portes, mais la plupart d’entre eux sont restés fermés aujourd’hui (lundi)’’, a ajouté Marlyse jointe par téléphone par ...
Lire l'article
LIBREVILLE, 5 sept. (AGP) - Les compagnies aériennes desservant Port-Gentil (sud-ouest) ont suspendu leurs vols à destination de cette ville en proie depuis jeudi dernier à des violences post-électorales, a-t-on appris ce samedi de source autorisée. Selon la source, les compagnies aériennes ne desservent plus Port-Gentil depuis jeudi, date à laquelle le ministre de l'Intérieur a proclamé les résultats du scrutin présidentiel de dimanche. Depuis lors, les voyageurs sont contraints de ne prendre que le bateau parce que la ville est inaccessible par voie terrestre, a poursuivi la même source. Air Service, l'une des compagnies les plus régulières à destination de Port-gentil a ...
Lire l'article
De nouvelles violences ont éclaté samedi soir pour la troisième nuit consécutive à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon. Dans cette ville où un couvre feu a été instauré de 20 heures à 6 heures, l'armée a dû faire usage de gaz lacrymogènes pour disperser des pillards à Matanda, un quartier populaire situé au sud de la cité. D'autres pillards, ont été signalés à Salsa, un quartier à l'est de la ville. Ces groupes très mobiles ont installé des barricades sur les principales voies de Port-Gentil pour empêcher les véhicules des forces de l'ordre de circuler. Des affrontements ont aussi ...
Lire l'article
De nouvelles violences ont éclaté samedi soir, pour la 3e nuit consécutive, à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon placée sous couvre-feu. "Nous sommes en train de disperser des pillards", indique une source militaire. Des groupes de pillards ont en outre érigé des barricades sur les principales routes pour empêcher les voitures de police de circuler. Peu avant ces violences, le président nouvellement élu Ali Bongo a dit qu'il voulait "absolument" un retour à la normale. Même si le calme est revenu dans la matinée, de nombreux habitants ont commencé à quitter la ville. Source: TSR Info
Lire l'article
Port-Gentil, 4 Septembre (GABONEWS) - Routes barrées, surfaces de commerce pillés, stations service saccagées,…c’est le triste visage que la capitale économique, Port-Gentil, présente après les actes de violence et de vandalisme enregistrés dans l’après-midi et toute la nuit de jeudi à vendredi, dans l’ensemble des quatre arrondissements de la commune. Actualité du :04/09/2009 Ce qui était à craindre s’est ainsi produit dans la nuit de jeudi à vendredi à Port-Gentil: des actes de violences inouïs qui ont, en l’espace de quelques temps, transformés la ville de Port-Gentil en un théâtre de chaos, ...
Lire l'article
Dans la matinée précédant la proclamation du scrutin du dimanche 30 août, les forces de l’ordre ont brutalement dispersé les partisans des candidats à la présidence Pierre Mamboundou et André Mba Obame, rivaux d'Ali Bongo Ondimba. La prison de Port-Gentil, capitale économique du pays, a été détruite et ses prisonniers libérés par des manifestants. © Static/gaboneco - Les forces de l'ordre face aux manifestants devant la Cité de la Démocratie. Les partisans des deux rivaux d'Ali Bongo dans la course à la présidentielle gabonaise, Pierre Mamboundou et André Mba Obame, ont ...
Lire l'article
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Gabon : Publication du rapport sur les violences post-électorales à Port-Gentil
Justice/violences : 4 personnes condamnées dans le procès des émeutiers à Port-Gentil
Gabon-France-violences : Paris minimise les violences tout en appelant à la prudence
Présidentielle/violences : Retour progressif lundi des activités à Port-Gentil après des violences post-électorales
Gabon-vol-suspension: Suspension des vols à destination de Port-Gentil en raison des violences post-électorales
Gabon: troisième nuit de violences à Port-Gentil
Gabon: nouveaux pillages dans la nuit à Port-Gentil, alors qu’Ali Bongo lance un appel au calme
Gabon: Port-Gentil, théâtre de violences depuis l’annonce des résultats de la présidentielle
Gabon : Violences politiques à Libreville et Port-Gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*