Socialisez

FacebookTwitterRSS

Troubles au Gabon : la vérité peut-elle encore attendre ?

Auteur/Source: · Date: 6 Sep 2009
Catégorie(s): Françafrique,Politique

Les événements inquiétants qui adviennent ces jours-ci au Gabon -avec en point d’orgue, pour le moment, deux morts et l’incendie du consulat de France à Port-Gentil- méritent de rappeler quelques secrets de la Ve République blanciste… De la sorte, on comprendra mieux, et en profondeur, ce qui se joue actuellement du côté de Libreville…

Largage gaullien de Nègres

En 1960, le général de Gaulle largua les anciennes colonies de l’Afrique dite française, au motif que les Français sont des Blancs et les Africains des « Nègres » ou des « Bougnoules ». Selon ses propres mots. Les uns et les autres étant évidemment, selon lui, incompatibles.

De fait, l’octroi de l’égalité politique aurait conduit au métissage de la France, et entravé, par-dessus le marché, l’exploitation colonialiste. L’égalité politique ayant ceci de détestable qu’elle implique l’égalité sociale…

A l’époque, bien entendu, l’habile Général prétendit satisfaire le « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes ». Et tout le monde fit semblant d’y croire. Soviétiques et Américains en tête, relayés en France par les communistes et les libéraux, Sartre et Aron comme figures de proue.

Quant aux Africains, ils durent la boucler.

Les élites, parce qu’elles restaient soumises à la toute-puissance de Paris -ceux qui prétendirent s’en affranchir le payèrent de leur pouvoir ou de leur vie. Du reste, on fit en sorte qu’elles y trouvent leur compte…

Le peuple, lui, fut simplement méprisé : au dernier moment, la Loi 60-525 (mai-juin 1960), au prix d’une quadruple violation de la Constitution, le priva du droit à l’autodétermination.

Ainsi le largage put avoir lieu dès le mois suivant, sans que les masses africaines puissent y opposer leurs suffrages…

1958 : la départementalisation refusée

Dans ce vaste scandale, le Gabon présentait un cas extrême.

En 1958, cherchant à tirer partie des événements (relire le discours de Mostaganem de Charles de Gaulle le 6 juin 1958) s’appuyant sur l’article 76 de la Constitution, le Conseil de gouvernement du Gabon, dont le président était Léon Mba, demanda que le territoire devienne un département français. Transgressant la Constitution, de Gaulle refusa vertement. Ainsi, deux ans plus tard, le Gabon prit « sagement le chemin de l’indépendance », selon l’expression du Général.

Dès cette époque, pourtant, l’avenir pétrolier du Gabon s’annonçait grassouillet. Mais l’Etat français savait que l’indépendance -fictive- n’entraverait nullement l’exploitation du pétrole gabonais (entre autres ressources). Il savait aussi que la départementalisation donnerait le mauvais exemple. D’autres territoires africains auraient pu, dès lors, s’engouffrer dans la brèche et réclamer le même statut. Il imposa donc la sécession à Libreville…

Le règne de l’agent Bongo

Par la suite, le pétrole gabonais tint ses promesses. En 1967, succédant à Léon Mba, l’agent secret français Albert-Bernard Bongo devint donc président de la République.

Ainsi s’ouvrit un règne de 41 ans durant lequel Bongo, devenu Omar pour simplifier les choses à l’OPEP -organisation à laquelle le Gabon avait adhéré-, servit à la perfection les intérêts de l’Etat français. Notamment au plan pétrolier, conformément à sa mission initiale. En coulisse, le Gabon reçut le surnom de « colonie Elf ».

Dans le même temps, Bongo maqua le pays en arrosant une clientèle pléthorique à sa dévotion. Il neutralisa l’opposition politique selon la même méthode. En contrepartie, le peuple fut de plus en plus laissé pour compte, comme les infrastructures. A Paris, nul ne songea à lui en faire grief, puisque Omar arrosait aussi à l’extérieur, en particulier les partis politiques français…

Le cas Verschave

Au milieu des années 1990, en France, surgit un chevalier blanc : François-Xavier Verschave, qui disséqua dans plusieurs ouvrages retentissants les réseaux africains de l’Etat français (Foccart-Pasqua-Mitterrand), dont le Gabon était l’un des suprêmes sanctuaires.

Dans ses livres, étrangement, l’érudit Verschave ne mentionna jamais le versant politiquement incorrect de l’Histoire du Gabon. Jamais le chevalier blanc ne rappela que le Gabon avait souhaité devenir département français en 1958, et s’était vu envoyer paître…

C’est que, sous ses apparences d’iconoclaste et de boutefeu, M. Verschave sacrifiait à une doxa qui, d’une façon ou d’une autre, glorifiait en France et dans le reste du monde le divorce franco-africain…

Toujours est-il que ses travaux, remarquablement documentés et pertinents dans leur critique du néocolonialisme, firent florès, et frappèrent bien des esprits en Afrique subsaharienne, y compris au Gabon.

Le pays coupé en deux

Tout cela permet de comprendre deux choses de l’actuelle situation gabonaise.

D’une part, que le Gabon est aujourd’hui coupé en deux, entre partisans de Bongo et ennemis de Bongo. Hier Omar, aujourd’hui Ali, son fils, proclamé président le 3 septembre 2009.

D’autre part, que les Gabonais, objets comme les Français d’un lavage de cerveau orchestré tant par la Ve République gaullienne que par la gauche stalino-trotsko-verschavienne, sont voués à s’opposer à la France dans tous les cas de figure.

Si l’Etat français soutient Bongo, les Gabonais anti-Bongo dénonceront violemment la France néocolonialiste. En revanche, si l’Etat français soutient les ennemis de Bongo, les Gabonais pro-Bongo hurleront contre la France… néocolonialiste ! C’est tellement commode…

Gabon, France, Europe

Dans ce superbe piège, Sarkozy et le pauvre Kouchner, tous deux prisonniers des mensonges fondateurs de la Ve République blanciste, sont condamnés à affecter une subtile neutralité, c’est-à-dire à caresser tout le monde dans le sens du poil. En espérant que ça n’explose pas.

Et si ça explose, que faire ? , dira-t-on.

Que la France se taise enfin ! , triompheront certains…

Et si tout simplement, dès maintenant, sans attendre le pire, Paris commençait par dire la vérité sur l’Histoire franco-africaine ? Et qu’à partir de là, adossée à l’Europe, la France, libérée des turpitudes gaullo-sartriennes, se décide à parler cartes sur table et, surtout, les yeux dans les yeux, avec le Gabon et ses populations meurtries.

Quitte à en tirer toutes les fraternelles conséquences…


SUR LE MÊME SUJET
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
En 2007 déjà, certains candidats à la présidentielle avaient rivalisé de promesses sur le thème de la rupture avec la Françafrique. Les révolutions dans le monde arabe et les revendications démocratiques qui s’expriment en Afrique subsaharienne ont depuis changé la donne. Alors que les peuples africains dénoncent de plus en plus bruyamment les élections truquées et que le financement occulte de la vie politique française s’étale au grand jour, le contexte 2012 est favorable à l’irruption de la thématique « Françafrique » dans le débat de la présidentielle et des législatives. A quelques mois de l’échéance, Billets d’Afrique inaugure une ...
Lire l'article
Un Gabon, deux présidents. André Mba Obame Mba, qui s’est proclamé président de la République mardi et a nommé son propre gouvernement, continue de défier Ali Bongo Ondimba. Retranché au siège du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Libreville, il déclare vouloir, au nom du peuple gabonais, chasser Ali Bongo reconnu après l’élection présidentielle 2009 par le Conseil constitutionnel. Samedi après-midi, son service de presse rapportait que des affrontements avaient eu lieu entre des étudiants de l’Université Omar Bongo, des lycéens et la police, à Rio, un quartier populaire de Libreville. Officiellement classé 3ème à la présidentielle ...
Lire l'article
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon”
Ci-dessous, veuillez trouver la lettre remise aux autorités diplomatiques de l'ambassade de France aux Etats-Unis au cours de la manifestation symbolique d'enterrement de la Françafrique qui s'est tenue devant l'ambassade de France à Washington le 17 août 2010. C'est en effet à l’occasion du 50e anniversaire de l’indépendance du Gabon que des Gabonais, amis du Gabon et autres africains victimes des méfaits avilissants du colonialisme français en Afrique ont organisé cette manifestation ayant pour objectif réel et symbolique de prier pour les martyrs africains et enterrer définitivement, au cours d’une cérémonie funéraire en bonne et due forme, la Françafrique. Les Manifestants ont ...
Lire l'article
Le déficit patent de plus de 160 000 habitations à Libreville a entraîné une envolée des loyers et des prix des terrains, faisant du logement un véritable gouffre budgétaire pour les ménages Gabonais. Pourtant avec moins d’1,5 million d’habitants et des excédents budgétaires réguliers depuis plusieurs décennies, le Gabon devrait pouvoir aisément loger tous ses «enfants». Le nouvel exécutif parviendra-t-il à satisfaire ce besoin urgent des populations et juguler la crise du logement ? Paix-Partage-Développement, tels étaient les maîtres mots qui ont rythmé toute la campagne du candidat Ali Bongo et qui nourrissent aujourd’hui l’ambition du projet ...
Lire l'article
trois mois et demi de l’ultimatum du gouvernement pour présenter un plan d’industrialisation et de traitement des ordures, la Société de valorisation des ordures du Gabon (SOVOG) est face à un défi de taille pour en finir avec les «tas d’ordures» au Gabon. En dehors d’insuffisance de matériels et d’infrastructures, d’autres paramètres tels que la qualité du réseau routier urbain devront également être assurés pour atteindre l’objectif «ville propre». Le 4 mars dernier, le gouvernement a lancé un ultimatum indiquant que «le 1er juillet 2010 au plus tard, en accord avec la mairie de Libreville et ...
Lire l'article
Le Dr. Daniel Mengara, qui se trouve actuellement à Libreville depuis le 25 août, a fait parvenir une série de courriers (voir lettre ci-dessous aux états-majors des candidats et leaders de l'opposition les conviant à organiser un meeting dit "de la Vérité" à Rio en vue de la libération nationale. Voici le contenu des documents envoyés par le Dr. Mengara aux candidats. BONGO DOIT PARTIR ------------------- Bureau du Président ------------------ OBJET : Entrevue en vue de la Discussion du document ci-joint Monsieur, Au vu de l’urgence de la situation politique du Gabon, je porte à votre connaissance le document ci-joint que je vous prie de lire attentivement et ...
Lire l'article
La communication officielle le disait affecté par la mort de sa dulcinée Edith, décédée à Rabat (Maroc) en mars dernier. On le disait en retrait pour pouvoir faire le deuil. Cette version des évènements a été vite rattrapée par les faits qu’on ne saurait cacher pendant longtemps. Omar Bongo est malade ! Le ministre des affaires étrangères espagnol Miguel Angel Moratinos a, le jeudi 21 mai 2009, personnellement porté l’information à la connaissance du monde : Bongo est bel et bien souffrant d’un cancer intestinal et est hospitalisé dans une clinique privée à Barcelone. Voilà un soi-disant chef d’Etat malade qui pourtant ...
Lire l'article
Omar Bongo : 41 ans de règne, pas d’hôpital au Gabon ! La communication officielle le disait affecté par la mort de sa dulcinée Edith, décédée à Rabat (Maroc) en mars dernier. On le disait en retrait pour pouvoir faire le deuil. Cette version des évènements a été vite rattrapée par les faits qu’on ne saurait cacher pendant longtemps. Omar Bongo est malade ! Le ministre des affaires étrangères espagnol Miguel Angel Moratinos a, le jeudi 21 mai 2009, personnellement porté l’information à la connaissance du monde : Bongo est bel et bien souffrant d’un cancer intestinal et est hospitalisé dans une ...
Lire l'article
Si c'est le cas, de quelle manière.Dans toute société le niveau de liberté ou de tyrannie dépend largement de la détermination des sujets à être libres, de leur volonté et de leur capacité à s'organiser pour vivre LIBREMENT L'aptitude de la population à agir collectivement pour contrôler ces gouvernants sera très influencée par la position des organisations et institutions non gouvernementales car c'est à travers ces corps constitués que les gens peuvent agir collectivement. Ces organisations et institutions non gouvernementales sont les carrefours du pouvoir. Dans toute société le niveau de liberté ou de tyrannie dépend largement de la détermination des ...
Lire l'article
Communiqué de presse, pour diffusion immédiate Dr. Daniel Mengara (BDP-Gabon Nouveau, 26 juillet 2007) - Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : " Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit pas être tolérée au Gabon ". Vous conviendrez avec nous, Monsieur le Président, qu'une situation de dictature, aussi bénigne qu'elle puisse paraître, ne pourrait être tolérée dans un pays démocratique comme le vôtre. Elle ne doit pas non plus être tolérée au Gabon. A Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République française. Monsieur, Au nom du mouvement " Bongo Doit Partir - Pour la ...
Lire l'article
La Françafrique peut-elle faire ses valises en 2012 ?
Président André Mba Obame : « Il n’y a rien à attendre d’Ali Bongo »
Manifestation du 17 août 2010: Lettre à Nicolas Sarkozy, Président de France : “Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne doit
Gabon : L’«émergence» peut-elle matérialiser l’accès au foncier ?
Gabon : La SOVOG peut-elle relever le défi des «villes propres» d’Ali Bongo ?
Appel du Dr. Daniel Mengara au peuple gabonais et aux candidats de l’opposition véritable : Il est encore possible de sauver le Gabon du bongoïsme:
L’Afrique peut-elle un jour avoir un hôpital pouvant soigner ses gouvernants ?
L’Afrique peut-elle un jour avoir un hôpital pouvant soigner ses gouvernants ?Omar Bongo : 41 ans de règne, pas d’hôpital au Gabon !
La lutte non-violente peut-elle venir à bout d’une dictature?
Lettre ouverte du Dr. Daniel Mengara à Nicolas Sarkozy, Président de France : ” Si la dictature ne peut être tolérée en France, elle ne

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 6 Sep 2009
Catégorie(s): Françafrique,Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

7 Réponses à Troubles au Gabon : la vérité peut-elle encore attendre ?

  1. revolution

    7 Sep 2009 a 13:04

    ali bongo compte faire 21 ans au pouvoir!!! qui pourra lui arreter?

  2. deschamps

    6 Sep 2009 a 20:02

    ne vous en prenez pas a mengara,vous faites de la distraction, nous avons nos freres et soeurs morts a POG, il faut reflechir sur le champs sur la strategie pour mettre fin au hold-up electoral au lieu ne nous insulter les uns les autres

  3. Fauxcul

    6 Sep 2009 a 15:19

    Mengara tu es un faux boy , ferme ton site. Meme ton parti, ta mis au balongo, tu ne vaux pas mieux k ceux k tu insultes, menteur , tu nas aucune parole .

  4. emane etole

    6 Sep 2009 a 14:57

    mengara sort de ta tannière on attend les armes á pog, où est le mamba pour nous armer.

  5. Davor

    6 Sep 2009 a 12:16

    @ Où est Mengara, informes toi avant de dire des âneries!!

  6. Davor

    6 Sep 2009 a 12:15

    Pauvre ignare. Informes toi avant de sortir des âneries!!

  7. Où est Mengara?

    6 Sep 2009 a 06:29

    Tout ça on connait!
    Mais où est Mengara au moment où le peuple a besoin de ses leaders? C’est pas une question que je dois poser car il a suremment deja reçu sa part pour payer son billet retour pour les Amériques où il va encore se caché deriere sa webcam pour insulter Bongo fils et inciter les gens à la revolte alors qu’il était lui même au lieu des combats avant le coup d’envoi. Sentant une chaleur se dégager il a juste demander à Bongo de lui donner son billet retour en échange de son silence.
    Ainsi il pourra laiser au repos ses doigts devenus gros à force de saisir des futiliter alors que le combat en ce moment est sur le terrain et non plus sur le net.
    Si c’est une nommination que tu attend, vas-y! Mais lorque BDP ((Bongo Doigts Pompés) doit te gifler comme il l’a fait avec sa mere et Olery tu sentira ta douleur dans tes mendibules.
    Salue pour moi Obama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*