Socialisez

FacebookTwitterRSS

Ali Bongo recourt à la force à Port-Gentil, foyer de la contestation

Auteur/Source: · Date: 7 Sep 2009
Catégorie(s): Société

Port-Gentil (Gabon), envoyé spécial

Regards fuyants et hostiles, bruits étouffés, rues jonchées d’ordures et de carcasses de voitures calcinées, ruines de bâtiments encore fumantes : Port-Gentil s’est réveillée hagarde, dimanche 6 septembre, après sa troisième nuit d’émeutes postélectorales qui ont causé la mort de trois personnes, selon un nouveau bilan officiel.

La capitale pétrolière du Gabon, petite ville aux allures coloniales avec son secteur européen et ses quartiers “indigènes” séparés par un boulevard, a des allures de cité fantôme. “D’un côté, la ville qui bouge, de l’autre la ville qui souffre”, résume un Gabonais. Entre révolte politique et pillage crapuleux, les violences ont abouti à la mise à sac de près de la moitié de Port-Gentil.

Frondeuse, la cité qui a voté massivement pour l’opposant Pierre Mamboundou à la présidentielle du 30 août n’admet pas la victoire d’Ali Bongo. “Ali tricheur”, proclament des graffitis à côté d’affiches électorales lacérées du fils Bongo. D’autres slogans reflètent une autre croyance fortement enracinée ici : le nouveau président ne serait pas “réellement Gabonais” mais il aurait été adopté, après sa naissance au Nigeria. Une fable, selon l’intéressé.

COUPÉE DU MONDE

A la fureur ambiante, à la peur engendrée par une violente répression, s’ajoute désormais une autre calamité, la faim. L’état de siège n’a pas été décrété, mais la deuxième ville du Gabon n’en est pas loin de facto. Dépourvue de toute liaison routière avec le reste du pays, elle est coupée du monde depuis la fermeture de son aéroport pour cause de troubles.

Dimanche matin, une vedette rapide en provenance de Libreville, premier service commercial depuis le début des émeutes, a débarqué quelques familles et des journalistes sur un quai presque désert, démentant les rumeurs d’un exode massif de la population.

Les commerces d’alimentation, la plupart aux mains d’étrangers, ont été pris pour cibles. Certaines rues du quartier populaire de Grand Village ne sont plus que des alignements de baraques démolies. “Les Libanais ont été visés systématiquement. Puis est venu le tour des Africains de l’Ouest, explique un habitant. Aujourd’hui, il est difficile de trouver un grain de riz.” La pénurie touche aussi le carburant, les cartes téléphoniques. Les prix des produits de base ont décuplé.

Sur dix boulangeries de la ville, deux seulement ont rouvert dimanche. La première est signalée par une interminable file d’attente placée sous la surveillance de militaires cagoulés. L’accès à la seconde est filtré par les gendarmes. “Tu as cassé, tu ne boufferas pas”, dit s’être vu opposer un jeune en quête de pain.

“Ils veulent nous punir d’avoir voté pour le changement”

Les émeutes ont débuté le 3 septembre, peu avant l’annonce de la victoire d’Ali Bongo, au moment où s’est répandue la nouvelle des coups reçus par les leaders de l’opposition lors d’une manifestation à Libreville. Les violences qui ont suivi n’ont étonné personne. L’opposition, incapable de donner un contenu politique à la révolte des jeunes, avait, dans ses meetings de campagne, popularisé un mot d’ordre simple : “Si Ali passe, on gaspille [on casse].”

Le premier réflexe des émeutiers a été de prendre d’assaut la prison. Puis, ils ont attaqué un commissariat pour y dérober des armes. Depuis lors, trois cents détenus et quelques armes à feu sont dans la nature. La nuit, défiant le couvre-feu, de petits groupes d’émeutiers – 600 jeunes au total, selon le ministre de l’intérieur – érigent des barricades et pillent. “Les autorités ont laissé faire pendant deux jours. Sans doute ne sont-elles pas mécontentes que le désordre s’installe dans la ville de M. Mamboundou”, persifle un Français.

Mais la décision de Total de transférer vers Libreville les familles de ses salariés et la mise en sécurité d’autres employés sur des navires, en mer, a inquiété le régime et l’a incité à reprendre la situation en mains. Chacun garde ici la mémoire des émeutes dramatiques de 1990. La production pétrolière avait été stoppée, une mesure inadmissible pour un régime entièrement dépendant de cette manne.

“VOLEZ ! PILLEZ : LE NOUVEAU PRÉSIDENT VA REMBOURSER !”

Dimanche, le ministre de l’intérieur, Jean-François Ndongou, s’est déplacé à Port-Gentil afin de réaffirmer l’autorité de l’Etat, menaçant d’instaurer l’état de siège si les violences se poursuivaient. “Nous n’allons pas offrir des denrées. Mais nous n’avons pas l’intention d’affamer la population”, a-t-il ajouté.

Les violences, si elles ont un aspect crapuleux évident, ne se sont pas exercées au hasard. Tout ce qui symbolise le régime Bongo et ses relations avec la France a été visé. Depuis les supérettes Cécado, dont est actionnaire un dignitaire local du clan Bongo, jusqu’au consulat de France et aux installations de Total-Gabon (salle polyvalente, stations-service), une société dont Pascaline Bongo, sœur d’Ali, est vice-présidente.

Dans cette ville besogneuse et délaissée par les autorités – elle attend depuis vingt-cinq ans le pont qui la relierait à Libreville –, la débauche de moyens déployés par la campagne électorale d’Ali Bongo a exacerbé la colère. Outre les classiques T-shirts, le candidat du pouvoir distribuait des téléphones portables, des clés USB, des stylos et des lampes torche à son effigie.

“L’étalage de ces richesses acquises avec l’argent du contribuable a été insupportable

, explique un cadre gabonais. D’autant qu’au même moment, les manifestations de l’opposition étaient systématiquement interdites. Les gens se sont dit que tout allait continuer comme avant.”

En inondant ses partisans de cadeaux et en promettant de transformer Port-Gentil en “petit Dubaï”, Ali Bongo ne savait pas qu’il inspirerait l’un des cris de ralliement des émeutiers : “Volez ! Pillez sans vous arrêter : le nouveau président va rembourser !”


, analyse André Moukagni, premier adjoint au maire et responsable local de l’Union du peuple gabonais (UPG), le parti de Pierre Mamboundou. “Le pouvoir tabasse les gens la nuit, il ne fait rien pour rétablir l’approvisionnement”, observe un autre habitant. 


SUR LE MÊME SUJET
La première dame du Gabon, Sylvia Bongo Ondimba, présidente de la Fondation Sylvia Bongo Ondimlba pour la Famille, a offert 800 kits scolaires aux élèves des établissements pré-primaires de Port-Gentil, la capitale économique gabonaise (sud ouest). Le gouverneur de la province de l’Ogooué-Maritime, Léonard Diderot Moutsinga Kébila, a distribué les kits aux ayant droits, précisément les élèves des établissements publics, conventionnés et placés sous tutelle du ministère des affaires sociales, au cours d’une cérémonie officielle organisée samedi dernier. A cette occasion, M. Moutsinga Kébila a déclaré que le couple présidentiel gabonais entendait susciter une culture de l’effort et de l’excellence chez ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Ali Bongo Ondimba préside un conseil des ministres ce jeudi, à Port Gentil capitale économique gabonaise, où il se trouve depuis mardi. Il faut dire que la tenue à Port-Gentil d’un conseil des ministres obéit à la volonté du président Ali Bongo Ondimba de tenir une promesse de campagne faite lors de la dernière élection présidentielle. Il faut aussi noter qu’une réunion interministérielle a précédé le conseil des ministres qui se tient aujourd’hui. Les membres du gouvernement ont débattu, au cours de ce conseil interministériel, des projets de texte concernant le ministère de la justice, garde des ...
Lire l'article
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, séjourne depuis mardi à Port-Gentil, où il est arrivé en fin de matinée. Il a été accueilli à sa descente d’avion par le gouverneur de la province de l’Ogooué-Maritime, Gaspard Nang Ella, en compagnie du maire de la ville, André Jules Ndjambé. Après l’exécution de l’hymne national, le président de la République a ensuite passé les troupes en revue sur le tarmac de l’aéroport où une mobilisation immense s’était déployée depuis de longues heures avant son arrivée. Toute la cité pétrolière est venue accueillir le chef de l’Etat qui n’a pas hésité ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba a reçu la clé de la ville de Port-Gentil
Le chef de l’Etat gabonais, lors de sa première sortie officielle à Port – Gentil (capitale provinciale de l’Ogooué – Maritime, ouest), ce mardi, a reçu la clé de la cité pétrolière des mains du Maire, André Jules Ndjambé, a constaté GABONEWS. Après avoir reçu cette clé, le Président de la République a promis de faire une balade dans la commune afin de s’enquérir des difficultés auxquelles sont confrontés les habitants de cette ville. « Je tenais aussi à rester quelques jours avec vous, car je voudrai profiter de ces quelques jours pour me promener dans votre cité (…) je ...
Lire l'article
Très heureux que sa ville ait été choisie pour abriter le premier Conseil des ministres de l’ère Ali Bongo Ondimba à l’intérieur du pays, le Maire de Port – Gentil, André Jules Ndjambé a exprimé toute sa joie du fait que « Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, tienne parole en honorant sa ville».  « C’est à la fois un honneur et une fierté pour moi-même et pour tous les Porgentillais d’être les premiers à accueillir pour ce grand rendez – vous, où pendant trois jours, la République va se déplacer au niveau de la ville de Port – ...
Lire l'article
Premières victimes de l'ère Ali Bongo à Port Gentil
Lire l'article
De nouvelles violences ont éclaté samedi soir, pour la 3e nuit consécutive, à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon placée sous couvre-feu. "Nous sommes en train de disperser des pillards", indique une source militaire. Des groupes de pillards ont en outre érigé des barricades sur les principales routes pour empêcher les voitures de police de circuler. Peu avant ces violences, le président nouvellement élu Ali Bongo a dit qu'il voulait "absolument" un retour à la normale. Même si le calme est revenu dans la matinée, de nombreux habitants ont commencé à quitter la ville. Source: TSR Info
Lire l'article
Une des victimes d'Ali Bongo a Port Gentil
Lire l'article
Des petits groupes mobiles ont continué à frapper dans la ville de Port-Gentil dans l’après-midi du vendredi 4 septembre. Le commissariat de police du quartier Le Château a été attaqué et des commerces ont été pillés dans les quartiers périphériques de cette ville, alors que le gouvernement a annoncé depuis hier une série de mesures sécuritaires. © Ndenguino Hans/AFP - Scènes de guerre et de pillage à Port-Gentil Les violences continuent de manière sporadique à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon située dans la province de l’Ogooué-Maritime. Cet après-midi, des manifestants ont attaqué un commissariat situé au quartier ...
Lire l'article
Sylvia Bongo Ondimba offre 800 kits scolaires aux élèves du pré primaire à Port-Gentil
Ali Bongo Ondimba préside un conseil des ministres ce jeudi à Port Gentil
Le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba accueillie à Port Gentil dans une ambiance survoltée
Ali Bongo Ondimba a reçu la clé de la ville de Port-Gentil
« Le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, tient parole en honorant la ville de Port-Gentil », André Jules Ndjambé (Maire de Port – Gentil)
Bongo Doit Partir
Carnage a Port gentil, les premiers crimes d’Ali Bongo
Gabon: nouveaux pillages dans la nuit à Port-Gentil, alors qu’Ali Bongo lance un appel au calme
Genocide a Port Gentil: Ali Bongo fait des victimes
Gabon : Attaque d’un commissariat de police et du foyer Roger Buttin à Port-Gentil


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Sep 2009
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*