Socialisez

FacebookTwitterRSS

Au Gabon, la désillusion des opposants à Ali Bongo

Auteur/Source: · Date: 8 sept 2009
Catégorie(s): Politique

Pour les opposants à Ali Bongo, l’espoir n’aura que peu duré. Après quarante-deux ans de règne d’Omar Bongo, beaucoup de Gabonais pensaient que la première élection après la mort de l’ancien leader serait l’occasion d’une changement à la tête de l’Etat. Ils ont vécu l’annonce des résultats favorables à Ali Ben Bongo comme un choc. Après des émeutes à Libreville et à Port-Gentil, le calme semble revenu dans le pays.

Mardi, les concurrents d’Omar Bongo lors du scrutin ont tenu une conférence de presse commune pour demander un recompte des voix. Ils ont aussi prévu d’appeler à des “actions graduelles” pour contester l’élection d’Ali Ben Bongo. “Cela peut être des marches, des manifestations ou une opération ville-morte, explique l’un d’eux, Bruno Ben Moubamba. C’est aussi à chaque Gabonais se s’engager et de voir ce qu’il veut faire pour son pays. Mais il faudra rester prudent, car les violences et la répression de Port-Gentil sont dans tous les esprits.”

Pour André Mba Obame, l’un des principaux opposants à Ali Bongo (après avoir été lui-même ministre sous Omar Bongo), la population reste mobilisée, et un recompte des voix aboutira “mathématiquement” à la défaite du candidat du pouvoir. Joint par Le Monde.fr, il se dit d’autant plus confiant qu’il s’agit là de la première fois que l’opposition arrive à faire front commun. Jugeant “prématurées” les félicitations de Nicolas Sarkozy, il dresse un parallèle entre l’élection au Gabon et celle de juin en Iran. “Pourquoi faire deux poids deux mesures ?” s’interroge-t-il.

“Comme en témoignaient l’engouement pour la campagne et le nombre d’inscriptions sur les listes électorales, il y avait de grosses attentes pour le scrutin”, rappelle Yves N’Da, jeune Franco-Gabonais résidant en France et qui avait créé le site GabonElection pour suivre la campagne. Selon lui, beaucoup de Gabonais sont aujourd’hui “déboussolés” par le résultat de l’élection.

“ON A VU QUE TOUT ÉTAIT PLIÉ”

“Les rues sont tranquilles, mais beaucoup de frustration règne sur le visage des gens”, raconte au Monde.fr un habitant de Libreville joint par mail. Mercredi 9 septembre, dans les rues de la capitale, quelques policiers étaient stationnés aux principaux carrefours, mais la vie a repris son cours. Le campus de l’université Omar Bongo a rouvert, et la plupart des commerces fonctionnent de nouveau.

“On n’y croit plus. Tout le monde se dit qu’en Afrique la politique ne peut pas aboutir à de réels changements”, estime Gabriel Bouessi, étudiant dans la capitale gabonaise. Selon le jeune homme, “la plupart des habitants n’ont pas la tête aux recours portés par les opposants”. Ces derniers disent pourtant y croire.

La reconnaissance des résultats du scrutin gabonais par Nicolas Sarkozy a fait l’effet d’un coup de massue chez les sympathisants de l’opposition. Le président français a été le premier dirigeant occidental à féliciter Ali Bongo après les dirigeants lybien, camerounais et marocain. “Là, on a vu que tout était plié”, explique Yoni M., un habitant de Libreville joint par téléphone. “Vu comme les choses avancent, on ne voit pas comment le recours pourrait aboutir. Les personnes au pouvoir font partie du clan Bongo.” Il paraît difficile, selon lui, d’imaginer qu’un recompte pourrait aboutir à un résultat différent de celui validé le 4 septembre par la commission électorale.

Antonin Sabot 


SUR LE MÊME SUJET
Que retenir du meeting des opposants ?
Tous les leaders de l’Opposition gabonaise étaient présents samedi dernier au meeting tenu à la place dite de Tolérance au quartier Rio dans le 3ème Arrondissement de Libreville, pour mobiliser leur base sur leur slogan du moment : « pas de biométrie, pas d’élection ». A constaté un journaliste d’Infos Gabon. Les leaders de la société civile dite libre se sont joints à l’Opposition au cours de ce meeting qui n’a pas mobilisé un grand monde. « Pas de biométrie, pas d’élection », ont clamé tour à tour Jules Bourdès Ogouliguendé (CDJ), Paulette Oyane (société civile), Thomas Ibinga (UPG), Zacharie Myboto ...
Lire l'article
Libye : la désillusion s’installe dans le camp des insurgés
Funérailles de combattants tués par erreur dans une frappe de l'OTAN, qui a fait au moins cinq morts et plus de 20 blessés dans leurs rangs jeudi. Crédits photo : MAHMUD HAMS/AFP À Benghazi, on commence à réaliser que le soutien de l'aviation occidentale n'est pas en mesure de renverser à lui seul le colonel Kadhafi qui s'accroche au pouvoir, à Tripoli. On célébrait les derniers martyrs de la révolution libyenne, vendredi pendant la prière publique du vendredi à Benghazi. Des cercueils ont été amenés en véhicules sur la place remplie de fidèles devant l'hôtel de ville, sur le front de mer, ...
Lire l'article
Terrible désillusion pour les ‘Panthères’ du Gabon. Premières de la poule D jusqu'à la dernière journée, elles ont été battues (2-1) hier par les ‘Chipolopolos’ de la Zambie. Une défaite qui les élimine du second tour de cette 27e Coupe d'Afrique des nations (Can) 2010. Un coup de tonnerre s'est produit hier dans la poule D de cette 27e édition de la Coupe d'Afrique des nations (Can) 2010. Les ‘Panthères’ du Gabon qui menaient le bal dans ce groupe, depuis le début de la compétition, ont subi hier la loi des ‘Chipolopolos’ de la Zambie (2-1). Une défaite fatale qui ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a dénoncé de récentes déclarations des opposants André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong, qui contestent les résultats de l'élection présidentielle du 30 août, en indiquant qu'ils seront poursuivis en cas de "dérapages" après leurs propos. Le gouvernement "condamne avec la dernière énergie les déclarations et les intentions de MM. André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong", déclare le ministère de l'Intérieur dans un communiqué daté de vendredi et transmis samedi à l'AFP. Il les "met vigoureusement en garde et, avec eux, leurs confrères", ajoute-t-il, en allusion aux autres opposants contestant les résultats de la présidentielle remportée par Ali ...
Lire l'article
Longtemps relégués aux seconds rôles par l’omnipotence du Parti démocratique gabonais (PDG), les leaders de l’opposition estiment que la disparition d’Omar Bongo Ondimba doit sonner l’heure de l’alternance. Et ils comptent bien sur l’impréparation et les divisions de l’ex-majorité présidentielle pour jouer leur va-tout. Premier dirigeant à avoir repris sa liberté vis-à-vis du PDG, Paul Mba Abessole a été investi par le Rassemblement pour le Gabon (RPG) dès le 12 juillet. Figure historique de la scène politique gabonaise, il peut se targuer d’avoir été l’un des adversaires les plus coriaces du président Bongo Ondimba. En 1993, lors de la première élection ...
Lire l'article
Omar Bongo a toujours eu le sens du timing. Mercredi 31 décembre, le président gabonais a donc profité du réveillon pour jeter en prison une brochette d'opposants de la société civile. Leur point commun? Avoir porté ces derniers mois la cupidité du régime et de ses affidés devant la justice française. Une coalition d'ONG réclame leur libération. A Libreville, la rumeur des maquis disait Omar Bongo furieux de la plainte lancée en France sur ses biens mal acquis. Une plainte relayée par plusieurs ONG, françaises et gabonaises. Comme celle de Marc Ona Essangui, Coordinateur de la campagne Publiez Ce Que Vous ...
Lire l'article
Extrait (audio)d'un discours du Dictateur Gabonais sur ses opposants. Le despote à vie du Gabon menace ses opposants en les prévenant de ne jamais lui "pointer du doigt" car, lui, quand il voit un doigt pointé sur lui par un opposant, il devient féroce comme un chien et se met à mordre des doigts un peu partout comme un forcené. On voit maintenant pourquoi il manque des doigts à Mba Abessole et Pirerre Mamboundou. Bongo les leur a mordus, coupés, puis croqués avec ses canines. Ecoutez vous-mêmes et vous serez édifiés.
Lire l'article
Pierre Emangongo Le Potentiel (Kinshasa) Le président gabonais Omar Bongo Ondimba menace d'interdire la sortie des opposants à l'étranger où ils se permettent de le critiquer. Cette sanction concerne implicitement les partis d'opposition dont le mouvement «Bongo doit partir» (Bdp-Gabon nouveau), rapporte le journal Le Point citant une agence privée Gabonews. Cependant, un analyste déplore le fait que le président Bongo ignore le rôle des avis contradictoires dans le jeu démocratique. Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a annoncé son intention d'interdire aux représentants de l'opposition de quitter le Gabon, dénonçant ceux qui vont «à l'extérieur pour dénigrer les gens, les insulter», a ...
Lire l'article
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba a demandé dimanche à son ministre de l'immigration de ne plus délivrer de passeport aux opposants pendant la période qui précède l'élection présidentielle de fin 2005, a appris un journaliste de GABONEWS. « Ils vont à l'étranger pour organiser des conférences de presse et insulter les autres », s'est indigné le président gabonais. « L'élection se déroulera au Gabon, nous devons donc tous rester ici », a-t-il demandé au ministre de la sécurité publique chargé de l'immigration, Pascal Désiré Missongo dans une déclaration à la presse à l'occasion de son retour à Libreville après sa participation ...
Lire l'article
Que retenir du meeting des opposants ?
Libye : la désillusion s’installe dans le camp des insurgés
Bongo Doit Partir
Gabon-Zambie : 1-2 : La grande désillusion des ‘Panthères’
Gabon: les opposants poursuivis en cas de “dérapages”
Gabon: Opposants en embuscade
Meilleurs voeux de Bongo au Gabon: cinq opposants en prison
Gabon: Omar Bongo, en chien furieux, mord et coupe les doigts de ses opposants
Crise politique au Gabon : Bongo veut refuser le droit de sortie à ses opposants
Gabon : Bongo Ondimba veut interdire la délivrance du passeport aux opposants


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...Loading...

Auteur/Source: · Date: 8 sept 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>