Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’après-présidentielle gabonaise : pourquoi un sentiment anti-français ?

Auteur/Source: · Date: 9 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

L’annonce de la victoire d’Ali Bongo à la présidentielle a déclenché une vague de contestations et de violences dans la capitale et en province. Des actes de violence qui ont visé en premier lieu des intérêts français : Le consulat de France a été incendié, des stations-services du groupe pétrolier Total ont été saccagées. Pourquoi la France semblerait-elle être dans le collimateur des manifestants ? Dans l’analyse que nous vous proposons aujourd’hui, Noël Kodia, écrivain et critique littéraire, nous éclaire sur cette question. Il montre comment l’élection d’Ali Bongo sonne comme la continuité de la nébuleuse Françafrique même si la France s’en défend. D’où l’hostilité manifestée par les gabonais vis-à-vis de la France.

Suite à l’annonce de la victoire d’Ali Bongo avec près de 42% des voix, ses adversaires ont crié à la fraude organisée. S’en sont suivis des actes de violences, dans la capitale et en province. A Port-Gentil, un couvre-feu a été décrété. Le consulat de France a été incendié. Des stations-services du groupe pétrolier Total ont été saccagées. Pourquoi la France semblerait-elle visée ?

Il faut noter déjà que certaines irrégularités ont été soulevées au cours du processus électoral. La commission électorale n’a pas fonctionné correctement, le procès verbal n’ayant pas signé par tous les membres. Ensuite, les adversaires d’Ali Bongo ont été intimidés par les forces de l’ordre, fidèles sûrement à leur ancien maître. A Libreville, le matériel de transmission de la chaîne de télévision d’André Obame a été la cible des hommes cagoulés et mitraillée dans la nuit de mercredi, un jour avant l’annonce des resultats finaux. A-t-on voulu empêcher l’opposition d’expliquer à ses militants comment s’est déroulée cette présidentielle ? D’autant qu’il y a eu aussi des coupures du réseau sms. On a suivi par les média internationaux une partie du peuple gabonais en colère se plaindre de l’éventuelle fraude organisée pour emmener Ali Bongo à la victoire.

Ce n’est plus un secret pour les Gabonais : Ali Bongo est un « produit » de la France car enfant d’un doyen de la Françafrique. En se félicitant, quelques jours après le 30 août 2009, du bon déroulement du scrutin au Gabon et en déclarant faire confiance aux institutions gabonaises pour que le processus se poursuive dans le calme, la France n’avait-elle pas dirigé son regard vers Ali Bongo ? Ce dernier n’avait-il d’ailleurs pas été reçu à l’Elysée par le Président Sarkozy en décembre dernier ? D’ailleurs, Bernard Kouchner en déclarant que la France n’avait pas de candidat au Gabon parce que ce pays est souverain, n’a-t-il pas été en contradiction avec Alain Joyandet qui affirmait que son pays n’attendait que la victoire d’Ali Bongo soit confirmée par la Cour constitutionnelle pour reconnaitre le nouveau président gabonais ?

En fait, la France qui est officiellement restée « neutre » apparait comme liée au clan Bongo. Elle est directement concernée par les intérêts pétroliers, par le rôle historique du Gabon dans la « Franceafrique », par la présence de 10.000 ressortissants français et de la base militaire. Ainsi, la France se trouve dans une situation délicate car soupçonnée par les gabonais d’avoir soutenu Ali Bongo et faire ainsi barrage à l’alternance. Dans ce sens, Bruno Ben Moubamba, le candidat ayant observé une grève de la faim pour demander le report du scrutin, accuse certains milieux affairistes français de faire croire à l’appareil d’Etat français que la démocratie est nuisible aux intérêts de Total, Eramet (manganèse) et Areva (uranium).

Car l’élection a été préparée par le parti au pouvoir (le PDG) qui a soutenu son candidat. En général, on organise les élections en Afrique pour les gagner par tous les moyens. Quand on pense à quel point les relations franco-gabonaises ont été tendues avant la mort d’Omar Bongo, surtout avec le scandale des biens mal acquis décrié par la presse française, on croyait que ces relations se clarifieraient vers plus de transparence après l’ère Bongo. Mais avec la « monarchie » qui se révèle à travers la « victoire » du fils, les Gabonais voient en lui le successeur du maître de la Françafrique dans la région qu’était son père. Or ces derniers sont allés massivement aux urnes car ils voulaient une véritable alternance. Cela explique pourquoi les manifestants hostiles à Ali Bongo accusent la France de l’avoir « imposé » aux Gabonais le fils du président Omar Bongo.

Depuis la naissance de la Françafrique sous De Gaulle, Omar Bongo a été toujours considéré comme un serviteur de celle-ci. Or, Ali a déclaré qu’il était est l’héritier familial et spirituel de son père. Pourrait-il vraiment être le président de tous les Gabonais quand on sait que les partisans de ses deux adversaires ne le considèrent pas comme « un président démocratiquement élu » mais plutôt un homme éloigné du peuple ? Pour les Gabonais dont 70% de la population vivent avec moins d’un dollar par jour dans un pays paradoxalement riche, la France apparait ainsi comme complice de la politique antisociale et antiéconomique pérennisée par le père Bongo et que voudrait poursuivre le fils en autorisant les quelques multinationales françaises à travailler dans l’opacité et le monopole. Cette politique a empêché la grande majorité des gabonais de profiter des opportunités d’un marché ouvert et de la mondialisation, et donc de se développer. L’incendie de certaines installations de Total à Port Gentil (qui est maintenant sous couvre-feu) ne serait ainsi pas un hasard.

Car les temps ont changé et les Africains se sont déjà approprié la démocratie pluraliste consécutive à la chute du mur de Berlin. En s’en prenant aux intérêts français, les Gabonais viennent de donner un avertissement à la Françafrique, cette « nébuleuse » qui serait à l’origine de la monopolisation des richesses d’une partie du continent et du soutien aux dictateurs, dont Omer Bongo faiait partie, qui ont sacrifié son développement pour des intérêts personnels.

Le Gabon fait partie d’une région très souvent secouée par des soubresauts politico-ethniques consécutifs à des « élections à problèmes ». Il semblerait malheureusement que se reproduisent ces scènes que l’on a pu voir en Centrafrique, au Congo et au Tchad. Ali Bongo réglera-t-il les « incidents » par la force pour se maintenir au pouvoir ? Ne risquera-t-il pas de se discréditer car nouvellement élu ? Pourra-t-il marier diplomatie et corruption comme l’a fait son père pendant plusieurs décennies ?


SUR LE MÊME SUJET
Un dispositif de "riposte" contre la fièvre Ebola a été déployé dans le nord-ouest du Congo après la découverte de cinq cas soupçonnés d'être de fièvre hémorragique aiguë mais qui se sont révélés négatifs, a appris l'AFP lundi de sources sanitaires concordantes. Trois décès ont été enregistrés parmi ces "cinq cas suspects de fièvre hémorragique aiguë" recensés dans le village de Mokouangonda, dans le district de Mokéko (région de Sangha, nord-ouest), selon un communiqué diffusé la semaine dernière par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et qui a été confirmé à l'AFP par le directeur de la Santé du Congo, Pr ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Libérés jeudi lors de l’attaque de la prison de la ville de Port-Gentil (sud-ouest) par les partisans de l’opposant Pierre Mamboundou, candidat malheureux au scrutin présidentiel, plusieurs détenus ont été rattrapés par les forces de l’ordre et des militaires, selon la télévision publique lundi soir. Ils étaient près d’une vingtaine de jeunes (hommes et femmes) à être exhibés devant la presse, selon des images diffusées lundi soir par la Radiodiffusion télévision gabonaise (RTG 1). Celui qui racontait les faits était considéré comme l’un des meneurs de ces troubles qui a coûté la vie à 3 personnes, selon ...
Lire l'article
Depuis que j’ai l’âge de voter, j’ai participé à chaque élection gabonaise, remplissant mon devoir de citoyen avec le sentiment de l’utilité, même réduite, de mon suffrage. Aujourd’hui, je suis convaincu du contraire. C’est pourquoi, en harmonie avec ma conscience et ma raison, pour la première fois de ma vie, j’ai pris la ferme décision de ne pas voter à l’élection présidentielle, prévue pour le 30 août 2009. Les raisons d’un tel choix sont simples. Au fil du temps, le Gabon est devenu une démocratie matrimoniale dans laquelle des oligarchies rentières se disputent le pouvoir. Aucun candidat déclaré n’a encore ...
Lire l'article
Aux fins d'éclairer un peu plus nos militants et sympathisants sur le recours déposé par le candidat Mengara auprès de la Cour constitutionnelle en vue de la validation de sa candidature à la présidence de la République dans le cadre du scrutin d'août 2009, les informations suivantes seront d'une grande utilité. C'est hier que le processus de délibération de la Cour constitutionnelle semble avoir commencé vu que notre avocat s'est rendu hier mardi 28 juillet à la Cour dans le cadre de l'instruction du dossier avant la réunion des 9 Conseillers pour délibération à huis clos. Il était question pour le ...
Lire l'article
Les travaux de l'Atelier sur l'Indice de viabilité des médias au Gabon – ayant porté sur les thématiques ‘’liberté d'expression" et ‘’ dépénaliser les délits de presse ‘’ - ont été bouclés en fin de semaine dernière à l'auditorium de la Première chaîne de Radio Télévision Gabonaise (RTG1), a constaté GABONEWS. Les rideaux se sont refermés, vendredi 24 juillet 2009, sur les travaux de la deuxième session, au Gabon, de l'Atelier sur l'Indice de Viabilité des Médias (MSI-2009), présidé par le Secrétaire général de l’ONG ‘’ Journalistes en Danger’’, Tsivis Tshivuadi. Le leitmotiv de cet Atelier était de jauger l'état des lieux ...
Lire l'article
Après le décès du président Omar Bongo Ondimba annoncé le 8 juin, le gouvernement gabonais «devoir travailler immédiatement» à l'organisation de l'élection présidentielle. «La présidente (par intérim, Rose Francine Rogombé) a quand même indiqué au gouvernement de prendre des dispositions en vue de l'organisation de l'élection présidentielle. Le gouvernement va devoir travailler immédiatement», a affirmé le premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong à la sortie du conseil des ministres vendredi. Ce conseil avait officiellement pour unique ordre du jour l'organisation des obsèques du président. Selon la Constitution, la présidente par intérim, investie mercredi, a 45 jours au plus après sa prise de fonction ...
Lire l'article
A son tour, la diaspora rejoint les réactions qui s’enchaînent dans divers milieux gabonais (Gouvernement, Partis politiques, Société civile) depuis l’amplification de la « cabale infamante » dans les médias français contre « le Président de la République, Chef de l’Etat, ses collaborateurs et sa famille ». Les abondantes réactions de la diaspora, reçues ces derniers jours par GABONEWS etlivrées ici sous forme de synthèse, interviennent au lendemain de la réunion du Bureau Politique du Parti Démocratique Gabonais (PDG), vendredi 6 mars 2009 à Libreville . Rappelons que le Parti Démocratique Gabonais, au terme de ses travaux ponctués par une déclaration, ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais, Jean Eyéghé Ndong, a exprimé ce dimanche à la télévision nationale (RTG1) son « désarroi et sa peine pour le Gabon et la France » face au crash qui a endeuillé la famille des Forces françaises au Gabon (FFG). Le chef du gouvernement espère que de nouveaux survivants seront retrouvés au moment où d’intenses recherches sont menées par le 6 ème Bataillon d’infanterie de marines (BIMa) au large des côtes gabonaises. Au nom du gouvernement de la République, Jean Eyéghé Ndong a adressé des condoléance au gouvernement français. Le crash de l’hélicoptère de l’armée française qui effectuait ...
Lire l'article
Hervé Morin, le ministre français de la Défense est arrivé ce dimanche après-midi à Libreville par vol spécial, en vue de s’enquérir de la situation sur le terrain après l’accident d’un hélicoptère militaire de son pays samedi dans la nuit, au large des côtes gabonaises. A l’heure actuelle le bilan de ce crash est de 2 survivants, 2 morts et 6 disparus selon des sources officielles. Le ministre français devra donc, dans les prochaines heures, avoir des entretiens avec les responsables de l’Armée française au Gabon avant une rencontre avec le chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba et un ...
Lire l'article
Lancée le 3 juin dernier, l’opération de contrôle anti-pollution des automobiles, qui a pour objectif de mesurer la quantité des gaz à effet de serre rejetée par les automobilistes librevillois, initiée par le ministère de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection de la nature, via la Direction générale de l’Environnement, après neuf jours sur le front de mer, et avant d’autres sites de Libreville et de l’intérieur du pays, se poursuit, depuis trois jours, et ce, sans difficulté majeure, au carrefour Okala, près de la « cité des ailes », dans la banlieue nord de Libreville. Selon Yves-Davy Ndimina ...
Lire l'article
Dispositif anti-Ebola au Congo après des “cas suspects” révélés négatifs
Présidentielle/prison : Des détenus de Port-Gentil rattrapés après leur évasion
Présidentielle gabonaise : « Pourquoi je ne voterai pas » 

Présidentielle 2009 : Sur le Recours déposé par le Dr. Daniel Mengara : Où en est-on et pourquoi Daniel Mengara est-il confiant?
Gabon: « Dépénaliser les délits de presse en République Gabonaise, pourquoi et comment? »
Après la mort de Bongo, le Gabon prépare la présidentielle
La diaspora gabonaise à travers le monde s’insurge contre « la cabale des médias français » visant le président Bongo
Gabon: Jean Eyeghé Ndong exprime sa peine après le crash de l’hélicoptère militaire français
Gabon: Hervé Morin à Libreville après le crash d’un hélicoptère militaire français
Gabon: Environnement / Contrôle anti-pollution : Après douze jours d’activité, l’opération se poursuit avec succès

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*