- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon-mairie: des commerçants de l’ancienne gare routière déguerpis à nouveau

LIBREVILLE, (AGP) – Le maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, est descendu ce jeudi à l’ancienne gare routière de la ville pour relancer l’opération de déguerpissement des commerçants qui occupent anarchiquement l’espace, a constaté l’AGP.

Il y a environ six mois une opération similaire avait été lancée pour déguerpir les commerçants qui vendaient à même le sol, obstruant l’entrée du marché de Mont-Bouët, en bordure des chaussées, avec tous les risques que représente le passage des véhicules.

”L’ancienne gare routière est réservée pour des travaux d’aménagement, ce grand espace n’est pas pour les commerçants”, a répété M. Ntoutoume Emane aux vendeurs, sommés de quitter les lieux.

Le maire a affirmé que les travaux lancés sur les nouveaux sites appelés à accueillir ces commerçants sont déjà avancés, malgré le peu de moyens financiers dont dispose la municipalité.

Il a également indiqué que la construction des nouveaux marchés de la Peyrie, de Nzeng-ayong et d’Ambowé est suffisamment avancée, ajoutant que la livraison de ces espaces devait intervenir très prochainement.

Pour les commerçants, il n’est pas certain que les nouveaux marchés promis seront prêts pour bientôt, sollicitant de la mairie de Libreville une période de grâce.

”Nous demandons à la mairie de nous accorder une période grâce, parce que nous vivons de cette activité de commerce, surtout pour nos enfants”, s’est lamentée Ginette Bouanga, une vendeuse.

Outre le prolongement de marché créé au niveau de Mont-Bouêt, la mairie de Libreville avait également entrepris de démolir tous les marchés spontanés montés à travers la ville, et souvent en bordure des routes.

Mais les commerçants sont vite revenus sur les lieux, profitant de la période de deuil ayant suivi le décès du chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba, mais aussi de la transition qui en est découlée.


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE (AGP) - Le retour des commerçants Nigérians sur le site abritant l'ancienne Gare routière de Libreville a provoqué mercredi un tollé chez leurs collègues Gabonais, rapporte l'AGP. L'organisation du commerce sur ce site, situé près de Mont-Bouët, principal marché de la capitale gabonaise, avait été interdite, selon une décision municipale mardi. Plusieurs commerçants (Nigérians, Gabonais, Ghanéens) ont été appelés à quitter les lieux pour s'installer à l'intérieur du marché. Cette mesure qui concernait tous les commerçants n'a pas été respectée par les vendeurs Nigérians, lesquels ont réinvesti le site, provoquant un tollé chez les commerçants gabonais, selon des journalistes de l'AGP. ...
Lire l'article [1]
Libreville, 21 août (GABONEWS) - Depuis l’incendie qui a ravagé le marché Mont-Bouët de Libreville, dans le 3ème arrondissement, il y a quelques jours, force est de constater le retour à la physionomie d’antan, avec de nombreux commerçants qui ont désormais pris d’assaut l’ancienne Gare routière. En effet, à l’ancienne gare routière, les commerçants qui exercent à ciel ouvert exposent des victuailles de tout genre à même le sol. Une situation d’autant plus déplorable qu’il en va de la santé de la population gabonaise qui se ravitaille dans ce lieu. Un autre aspect non négligeable est celui de l’insécurité. Cet esplanade qui ...
Lire l'article [2]
Le maire de la commune de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane a trouvé vendredi à Libreville, des places provisoires aux nombreux commerçants déguerpis récemment dans les différentes artères de la capitale gabonaise en vue de reprendre aisément leurs activités commerciales. Au cours d'une visite d'inspection de ces différents sites, près de 500 commerçants exerçant leurs activités sur l'ancienne Gare routière (3ème arrondissement de Libreville) non loin du marché de ''Mont-Bouet'' (le plus grand marché de la capitale) ont aménagé des espaces à l'intérieur dudit marché. Par contre, ceux du Pk 5 et de Rio dans le 3e arrondissement, l'édile de Libreville ...
Lire l'article [3]
Les commerçants de Libreville, qui ont organisé lundi dans la capitale gabonaise une marche de protestation contre la destruction des « marchés spontanés » par la Mairie, ont exigé des pouvoirs publics un dédommagement de leurs marchandises détruites lors des opérations. Les commerçants affirment avoir perdu toutes leurs marchandises au cours de ces actions de destruction, et ajoutent qu’ils ont également enregistré des blessés graves dans leur camp. « Nous avons tout perdu, nous n'avons plus rien à vendre, qu'allons nous devenir ?», s'est interrogée la présidente du Syndicat des commerçants (SYNACOM), Jeanne Lemandou. « Nous voulons tout simplement être dédommagés par ...
Lire l'article [4]
Réunis au sein du Syndicat national des commerçants (SYNACOM), des commerçants ont marché ce lundi à Libreville, de l'ancienne gare routière au palais de la Présidence de la République, en signe de protestation contre la destruction jugée « abusive » des marchés spontanés. « Nous ne sommes pas contre la destruction des marchés, mais nous voulons des sites pour vendre », a scandé Mme Jeanne Lemandou, la présidente du SYNACOM, qui a déploré la soudaineté de l’action. « Nous n'avons pas été avertis », a-t-elle affirmé. Les commerçants ont demandé l'ouverture de négociations avec le Maire de Libreville qui, selon une ...
Lire l'article [5]
Depuis plus d'une semaine, la mairie de Libreville a entrepris la destruction des marchés spontanés et anarchiques installés sur les grands axes de la commune, mais cette action a été mal perçue par les commerçants qui ont sollicité l'intervention de la présidente de leur association, Joséphine Nkama Dabany pour engager le bras de fer avec l'autorité municipale. Sitôt saisie par ses adhérentes, Mme Nkama Dabany a entamé des négociations avec le nouvel édile de la capitale gabonaise, Jean François Ntoutoume Emane, indique t-on dans les milieux des commerçantes exerçant dans les marchés détruits, sans préciser si ces négociations ont abouti à ...
Lire l'article [6]
Deux unités constituées de gendarmes et de policiers envoyés par la mairie de Libreville ont empêché mercredi, les commerçants de réinvestir l’ex gare routière dans le deuxième arrondissement de Libreville où ils exerçaient jusqu’à lundi dernier, a constaté l’AGP. Des gendarmes anti-émeutes ont dressé en fin de matinée un cordon de sécurité allant du collège Bessieux à l’ancienne base de la société de transport Barbier (Sorbonne). Aucun véhicule ne pouvait circuler sur cet axe, a-t-on remarqué. Sur les lieux, des éléments des forces de l’ordre dispersaient les commerçants qui tentaient de reconstituer leurs étals bravant ainsi l’autorité municipale. Interrogée par l’AGP, une couturière ...
Lire l'article [7]
La mairie de Libreville a procédé ce lundi à la destruction de l’espace commercial situé à l’ex gare routière de la capitale gabonaise.Cette initiative s’inscrit dans le cadre de l’opération dénommée« Libérons les trottoirs pour que la circulation soit fluide », lancée depuis le début de ce mois par les agents de la municipalité, visant à débarrasser la ville de tous les marchés anarchiques et autres étals qui encombre les trottoirs et grands carrefours. Selon le maire de la commune de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, cette opération va permettre à la mairie de mieux contrôler l’activité commerciale au marché de ...
Lire l'article [8]
Certains propriétaires des échoppes démolies à l’ancienne gare routière par la direction de la Propreté et de la gestion des déchets urbains à la mairie de Libreville, se sont mués en commerçants ambulants dans les artères du marché Mont Bouët. De l’avis des réparateurs et cireurs de chaussures, ayant repris leur place près de l’arrêt-bus, certains commerçants ayant perdu leurs échoppes lors du passage des services de la mairie chargés de la démolition, écoulent actuellement leurs produits à bord des brouettes et des automobiles prêts à déguerpir à la moindre alerte. « Ce sujet n’est pas à l’ordre du jour pour ...
Lire l'article [9]
Les agents municipaux, bénéficiant de l’appui des forces de sécurité, ont démoli dix nouveaux box commerciaux vendredi à l’ex gare – routière de Libreville. L’opération coup de poing s’est déroulée devant les regards impuissants des propriétaires. La mairie de Libreville, reproche aux commerçants d’occuper illégalement les espaces publics placés sous son autorité. La construction desdits box n’a pas obtenu l’approbation de la maire qui veille à la gestion et l’organisation des espaces commerciaux de Libreville. « L’exploitation illicite des espaces publics entraîne un désordre que la mairie ne peut plus accepter », a déclaré l’un des agents municipaux pendant l’opération. Le 19 juin dernier, en ...
Lire l'article [10]
Société : Tollé chez des commerçants de la gare routière de Libreville
Gabon: L’ancienne Gare routière à nouveau pris d’assaut par les commerçants
Gabon: Société : Le maire de Libreville trouve des espaces aux commerçants déguerpis
Gabon: Les commerçants déguerpis des marchés spontanés exigent leur dédommagement
Gabon: Les commerçants marchent pour protester contre les actions de la Mairie de Libreville
Gabon: Société : bras de fer entre commerçants et mairie de Libreville
Gabon: Social : Les forces de l’ordre empêchent les commerçants de l’ex gare routière de réinvestir les lieux
Gabon: Lutte contre l’insalubrité: la mairie procède à la destruction de l’espace commercial de l’ex gare routière
Gabon: Les expulsés de l’ancienne Gare routière reconvertis en commerçants ambulants
Gabon: Municipalité : Dix box commerciaux démolis par la mairie de Libreville à l’ex gare routière