Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon – Ces sociétés françaises qui pillent les richesses du pays

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2009
Catégorie(s): Education

Elf, rebaptisé aujourd’hui Total, est la plus connue des entreprises françaises qui exploite les richesses du Gabon du fait de l’affaire qui à partir de 1994 et jusqu’au procès de 2004 a donné un coup de projecteur sur les liens entre les dirigeants de la société pétrolière, la famille Bongo, la mafia et les sommets de l’appareil d’État français.

Mais en fait, c’est l’ensemble de l’économie du pays qui est sous la coupe de sociétés françaises et il est difficile de toutes les citer. Le clan Bongo est servi au passage, étalant un luxe provoquant au milieu du dénuement. Mais l’essentiel de la richesse produite par les travailleurs du pétrole, des mines, de l’extraction forestière, du transport et des activités portuaires, etc., profite à des patrons et des actionnaires d’entreprises dont le siège est par exemple à Odet dans le Finistère (Bolloré), à la Tour Montparnasse à Paris (Eramet), à La Défense (Areva) ou à Niort (Rougier, pour l’exploitation et le négoce des bois tropicaux).

Que Bouygues ait obtenu le marché pour la construction d’un nouvel aéroport pour la capitale Libreville, que Bolloré soit favori pour la gestion du terminal portuaire de la capitale économique, Port-Gentil, cela n’étonnera personne. Par ailleurs, Bolloré est partenaire de la Banque gabonaise et française internationale, issue de la banque d’Elf, aujourd’hui liée à la compagnie du Komo, pieuvre qui a des intérêts dans de multiples secteurs du pays. Bolloré est également présent à travers des filiales allant du courrier express à des agences de voyages en passant par une « société de service et de transport pour aider les entreprises à venir exploiter les ressources du Gabon ».

Le gisement de manganèse de Moanda est exploité par la société Eramet, issue en partie de la privatisation de la sidérurgie dans les années 1990. Une certaine famille Duval, qui compte parmi les principaux actionnaires, vient de voir sa fortune fondre de près de 70 % par rapport au sommet qu’elle avait atteint en 2008, et malgré cela elle est classée au 23e rang des fortunes françaises, avec plus de 1,8 milliard d’euros. Ces milliardaires, ainsi que le groupe Areva, cherchent actuellement à se défaire de leur participation dans Eramet en empochant une confortable plus value.

Quant à la production d’uranium, elle s’était développée entre 1958 et 1999. Areva a indiqué en janvier dernier son intention de « se relancer dans l’exploration et la prospection de nouveaux gisements » dans le Sud-Est du pays.

Pas plus que les minerais, le bois de la forêt tropicale n’échappe à l’escarcelle des patrons français, à travers trois sociétés : Rougier-Gabon, Leroy-Gabon (filiale d’Isoroy), Compagnie équatoriale du bois-Thanry. Cette dernière, accusée d’avoir massacré la forêt, dispose pourtant d’un permis de trente ans pour exploiter 615 000 hectares – l’équivalent d’un département français – et a reçu une subvention de l’Agence française de développement pour établir un plan d’aménagement censé éviter de continuer à détruire la nature.

Bref, les sociétés françaises pillent les richesses du Gabon, et elles le font encore à bien plus grande échelle que le clan Bongo.

                   source: info-palestine


SUR LE MÊME SUJET
François Fillon a visité les forces armées françaises au Gabon
Par RFI François Fillon a terminé sa tournée en Afrique. Le Premier ministre français a rendu visite dimanche 17 juillet 2011 aux forces françaises basées au Gabon. Celles-ci doivent constituer le nouveau dispositif avancé en Afrique de l'Ouest dans le cadre des accords de défense que Paris est en train de négocier avec ses ex-colonies. Frappé de ses deux étoiles, le général Commins, commandant des forces françaises du Gabon, est heureux d’ouvrir les portes du camp De Gaulle à François Fillon et sa délégation. Après la visite guidée de quelques armes de ce dispositif militaire, le général Commins a expliqué à ses ...
Lire l'article
L’édile de la commune d’Owendo, Jeanne Mbagou, a émis tout récemment, en recevant dans son cabinet de travail Jean François Desmazières, l’ambassadeur de France au Gabon, le vœu pour sa commune de se lier à des villes Françaises, dans le cadre d’un jumelage entre communes. Pour le maire de la commune d’Owendo, ce projet de jumelage avec des villes françaises s’inscrit dans la logique des plus hautes autorités du pays à vouloir travailler avec les hautes assemblées en charge des territoires et des municipalités pour essayer de lancer une action en faveur des échanges entre les municipalités françaises et gabonaises. Un ...
Lire l'article
Un rapport de l'ONG Brainforest dénonce les effets nocifs des activités minières d’Areva et Eramet sur les populations. Dans son rapport rendu public ce lundi, l’ONG Brainforest, tire la sonnette d’alarme sur la nuisibilité des projets d’exploitation minière, des sociétés françaises Areva et Eramet, sur "les populations locales et l'environnement dans le Haut-Ogooué", à l'est du Gabon. Des projets très rentables d’un point de vue économique, mais qui, selon l’ONG "ne doivent pas se faire au détriment des populations locales et de l'environnement". Selon ledit document, les populations des zones d’études concernées sont menacées par la radioactivité, la pollution des ...
Lire l'article
Le Chef d’état major des Armées françaises, Maurice  Guillaud, est arrivé ce vendredi à Libreville dans le cadre d’une inspection générale des forces françaises en terre gabonaise et des contacts avec les autorités gabonaises, a constaté GABONEWS. A sa descente d’avion, Maurice Guillaud, a été accueilli par l’ambassadeur de France accrédité au Gabon, Didier Roisin et par le général, commandant des Forces françaises au Gabon, Commins. Le chef d’état major de l’armée française rencontrera le chef du gouvernement gabonais, Paul Biyoghé Mba, samedi, a-t-on appris.
Lire l'article
Après quarante-deux ans de règne, le président Omar Bongo est mort et enterré. Le Gabon semble s’acheminer vers le changement. Il faut s’en féliciter et souhaiter que le calme perdure. Mais, une fois la période de deuil passée, parviendra-t-on à s’entendre sur l’essentiel ? Pour une telle succession, il y a forcément péril en la demeure. Le plus dur ne fait que commencer. L’héritage du président Bongo est sans conteste très lourd à porter. C’est toujours le cas lorsque les dinosaures, qui règnent sur des pays dominés par la pensée unique, quittent la scène. ...
Lire l'article
PARIS - Les autorités françaises ne sont pas informées d'une mort du président gabonais Omar Bongo Ondimba et ne sont pas à l'origine de l'information relative à son éventuel décès, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi le ministère français des Affaires étrangères. "Les autorités françaises démentent être à l'origine de l'information relative à l'éventuel décès du président Bongo dont elle ne sont pas informées", a déclaré un porte-parole du Quai d'Orsay. Annoncée sur le site internet de l'hebdomadaire Le Point, l'information du décès du président gabonais n'a pas été confirmée officiellement à Paris ou à Libreville. Une source proche ...
Lire l'article
Greenpeace accuse des groupes internationaux de pratiquer le « transfer pricing », un système de tarification interne qui prive l’Afrique de millions de recettes fiscales. A l’exemple de Danzer Group, multinationale basée en Suisse et active dans l’abattage du bois. Sous-facturer les produits échangés entre filiales d’une même société pour diminuer les bénéfices de l’entreprise locale et lui permettre de payer moins d’impôts. Faire disparaître la différence sur des comptes offshore. Tel est le principe du transfer pricing, ou tarification du transfert, une pratique très courante chez les multinationales, qui fausse le marché et prive les pays du Sud de ...
Lire l'article
Le ministre du travail, Jean François Ndongou, a présidé lundi au camp de Gaulle de Libreville, en présence du général Réglat, Commandant des Forces françaises au Gabon, la cérémonie de décoration du personnel civil au sein des Forces françaises au Gabon. Lors de cette cérémonie, au nom du gouvernement gabonais, le ministre, Jean François Ndongou a déclaré que « Les Forces françaises au Gabon participent activement à la lutte contre le chômage et son corollaire, la pauvreté qui constituent leurs principaux chevaux de bataille ». Ainsi, « Au nom du gouvernement gabonais et à mon nom propre je félicite les Forces ...
Lire l'article
M. Wilson Makaya, professeur à l'Institut national supérieur de gestion (INSG), a présenté jeudi au Centre culturel français (CCF) de Libreville, son ouvrage intitulé ''Comptabilité des sociétés''. Cette oeuvre éditée par la collection canadienne Reebok, a été publié en 2008, et comporte 148 pages sur un ensemble de 8 chapitres. Elle débute par introduction et se termine par des exercices non corrigés, permettant ainsi aux lecteurs de s'adonner aux sciences de gestion. Selon l'auteur, l'ouvrage témoigne de la volonté de légitimer les sciences de gestion, dont on remarque une absence dans l'espace de l'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du Droit des Affaires ...
Lire l'article
Dans le cadre de l'élargissement de la Force multinationale en Centrafrique (Fomuc), les Forces françaises du Gabon ont été chargées de la formation du contingent camerounais qui rejoindra les effectifs gabonais, tchadiens et congolais déjà en faction sur le terrain pour assurer le maintien de la paix en République Centrafricaine. L’Etat-major interarmées des Forces françaises au Gabon a annoncé le 14 mai dernier à Libreville la mise en place du premier détachement camerounais pour la Force multinationale en Centrafrique (Fomuc). Les Forces françaises du Gabon ont été mandatées pour la formation et la mise en condition des contingents de la Fomuc ...
Lire l'article
François Fillon a visité les forces armées françaises au Gabon
Société /Vers un jumelage de la commune d’Owendo avec des villes françaises
Gabon : Deux sociétés minières françaises polluent l’est du pays
Gabon-France: le Chef d’état major des Armées françaises à Libreville
Gabon: La succession d’Omar Bongo s’annonce difficile tant sur le plan politique qu’au niveau social. Car tout est à construire dans ce pays où le
Gabon: Les autorités françaises pas informées d’une mort de Bongo, dit le Quai d’Orsay
Des entreprises pillent les forêts africaines, sans payer d’impôts
Gabon: Le personnel civil des Forces françaises au Gabon honorés à Libreville
Gabon: Culture : Présentation de l’ouvrage ”Comptabilité des sociétés”
Les Forces françaises du Gabon forment le contingent camerounais de la Fomuc

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2009
Catégorie(s): Education
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*