Socialisez

FacebookTwitterRSS

Robert Bourgi, perturbateur de la politique africaine de la France ?

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2009
Catégorie(s): Françafrique

Les récentes déclarations de Robert Bourgi, présenté comme le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour l’Afrique, sur le Gabon et “l’affaire Bockel” ont mis l’exécutif français dans l’embarras, au moment où Paris s’efforce de convaincre que la page de la “Françafrique” a été tournée.

En moins de deux semaines, quelques phrases auront suffi à l’avocat franco-libanais, qui se targue d’être LE confident des chefs d’Etat africains, pour à nouveau jeter le trouble sur les liens que la France entretient avec les pays de son ancien “pré carré”.

Alors que Paris répétait depuis des semaines qu’il n’avait “pas de candidat” pour la succession du Gabonais Omar Bongo, Me Bourgi a lâché à la veille du scrutin qu’il considérait son fils comme “le meilleur défenseur des intérêts français”, en prenant soin de rappeler qu’il était “un ami très écouté” de M. Sarkozy.

Il n’en fallait pas plus pour que ses adversaires voient dans la victoire contestée d’Ali Bongo la main de la France.

“Robert Bourgi a réussi à accréditer l’idée que nous avions un candidat et que nous avons tout fait pour le faire élire, alors que c’est complètement faux”, se désole un diplomate. “Il est regrettable que la politique de la France soit jugée au travers de ce personnage”.

Mais, bien plus que le dossier gabonais, c’est la relation pittoresque par le même Robert Bourgi de l’éviction de l’ex-secrétaire d’Etat à la Coopération Jean-Marie Bockel, sur l’instance du Gabonais Omar Bongo et du Congolais Denis Sassou Nguesso, qui suscite la gêne.

Lundi, l’avocat de l’ombre a raconté sur la radio RTL comment il avait transmis le message du président gabonais à l’hôte de l’Elysée. “(Nicolas Sarkozy) m’a dit: écoute, dis à Omar et aux autres chefs d’Etat que M. Bockel partira bientôt et sera remplacé par un de mes amis”, a-t-il dit.

Ce récit a suscité pas mal d’émotion et d’agacements. A gauche, l’ex-Premier ministre socialiste Laurent Fabius s’est dit “choqué”. Et au gouvernement, si Jean-Marie Bockel, aujourd’hui secrétaire d’Etat à la Justice, a préféré se taire, son successeur Alain Joyandet assure qu’il a “fait remarquer à Robert Bourgi que ses remarques étaient très désobligeantes et très maladroites”.

Mais personne n’en a démenti formellement le fond.

“M. Bourgi connaît bien l’Afrique et ses dirigeants. A ce titre, il est utile dans la compréhension que nous avons de ce continent”, a commenté samedi le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, ajoutant: “cela ne fait de lui, ni notre agent, ni notre porte-parole.

Reste que, même s’il “a tendance à gonfler son influence”, selon un bon connaisseur de la question, Robert Bourgi bénéficie d’un accès privilégié à celui qui, encore ministre de l’Intérieur, voulait “se débarrasser des réseaux d’un autre temps” et des “émissaires officieux”.

En 2008, l’avocat est ainsi intervenu auprès d’Omar Bongo pour décrocher un rendez-vous entre Nicolas Sarkozy et Nelson Mandela, concède une source proche du dossier. En mars dernier, il était de la délégation qui accompagnait le président au Congo Brazzaville.

Et dès 2007, c’est le chef de l’Etat lui-même qui l’a décoré de la Légion d’honneur. “Je sais, cher Robert”, lui lance-t-il ce jour-là, “pouvoir continuer à compter sur ta participation à la politique étrangère de la France, avec efficacité et discrétion”.

Aujourd’hui, certains espèrent que son entorse à cette “discrétion” l’a durablement privé de la confiance présidentielle. “Le président a décroché son téléphone pour l’engueuler et lui ordonner de se taire”, dit une source proche du gouvernement, “on est débarrassé pour un moment”.

Pas sûr, tempère le secrétaire de l’ONG Survie. “On veut nous présenter Bourgi comme un parasite”, estime Fabrice Tarrit, “mais la France aura toujours besoin de gens comme lui pour huiler un accord ou un contrat”.


SUR LE MÊME SUJET
Robert Bourgi dément le versement de fonds gabonais à Sarkozy
L'avocat Robert Bourgi a démenti mercredi que l'ancien président du Gabon ait financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007, comme l'affirme l'ancien directeur adjoint de cabinet de feu Omar Bongo. Mike Jocktane, passé dans l'opposition à Ali Bongo qui a succédé à son père après la mort de ce dernier en 2009, affirme dans un livre que les supposées remises d'argent en espèces rapportées en septembre par Robert Bourgi, et censées avoir concerné uniquement Jean-Marie Le Pen et le camp de Jacques Chirac, se sont prolongées sous Nicolas Sarkozy. "Ce que dit Robert Bourgi est vrai, mais incomplet : Omar ...
Lire l'article
Communiqué de Robert BOURGI en réaction à la dépêche AFP du 22 novembre 2011
J'ai eu connaissance d'une dépêche AFP datée de ce jour et évoquant une interview accordée par Monsieur Mike Jocktane aux deux auteurs du livre intitulé "Le scandale des biens mal acquis". Je tiens à préciser que durant toutes les années ou j'ai eu à collaborer avec le Président Omar Bongo-Ondimba, je n'ai jamais vu, ni rencontré, Monsieur Mike Jocktane. Je considère que ces allégations sont mensongères, diffamatoires et procèdent d'une manœuvre politique visant, d'une part, à jeter le doute sur la victoire légitime du Président Ali Bongo-Ondimba, et d'autre part, à troubler la bonne marche des relations franco-gabonaises. Dans cette même dépêche, il ...
Lire l'article
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
L'enquête préliminaire ouverte après les accusations de l'ex-conseiller officieux de l'Elysée, Robert Bourgi, sur la remise de fonds africains occultes à Jacques Chirac et à Dominique de Villepin, a été classée sans suite, a-t-on appris mercredi 16 novembre auprès du parquet de Paris. Dans une retentissante interview au Journal du Dimanche le 11 septembre, M. Bourgi, un avocat, avait affirmé avoir transporté à plusieurs reprises dans des valises des sommes provenant de chefs d'Etat africains, pour les remettre à MM. Chirac et Villepin. Le parquet de Paris avait diligenté une enquête préliminaire le 13 septembre, dans le cadre de laquelle l'avocat ...
Lire l'article
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
Par RFI. Interrogé, le 22 septembre 2011, par les policiers de la brigade financière dans l'enquête préliminaire ouverte après ses accusations de financement occulte de politiciens français par des chefs d'Etat africains, l'avocat franco-libanais est à nouveau entendu ce jeudi 6 octobre 2011. Cette fois, c'est le juge chargé de l'instruction du dossier des « biens mal acquis » qui doit l'auditionner. Trois chefs d'Etat, ainsi que plusieurs membres de leurs familles, sont visés par cette procédure judiciaire dite des « biens mal acquis » : le Congolais Denis Sassou Nguesso, l'Equato-Guinéen Téodoro Obiang Nguema, et feu le Gabonais Omar Bongo. Ils ...
Lire l'article
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
L'avocat Robert Bourgi, ancien conseiller officieux du président français pour l'Afrique, a été entendu jeudi après-midi par les juges chargés de l'enquête sur les biens mal acquis en France par trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Entendu en qualité de témoin, Robert Bourgi a toutefois expliqué ne rien connaître des détails de ce dossier, a déclaré à la sortie de l'audition Me William Bourdon, avocat de l'ONG anticorruption Transparency International (TI), partie civile dans ce dossier. Il dit qu'il a tout appris par la presse concernant le patrimoine acquis en France par plusieurs chefs d'Etat africains, a ...
Lire l'article
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
En 2009 et 2010, six télégrammes de l’ambassade américaine à Paris, révélés par WikiLeaks, évoquent le rôle de Robert Bourgi dans les affaires africaines. Morceaux choisis. Le 25 février 2010 : « Maréchaux [conseiller Afrique à l’Élysée, NDLR] a critiqué de façon virulente l’avocat français, l’homme d’affaires et le réputé intrigant Robert Bourgi, souvent considéré comme le dernier représentant de l’ère classique de la “France-Afrique” (dont les vestiges sont encore présents). Selon Maréchaux, Bourgi […] est toujours prêt à travailler pour son propre intérêt en gagnant la faveur des dirigeants africains, notamment Bongo au Gabon ou, plus récemment, Rajoelina [Madagascar]. » Le ...
Lire l'article
Financements occultes : Robert Bourgi convoqué par la police française jeudi
Après avoir accusé plusieurs hommes politiques français, dont Jacques Chirac et Dominique de Villepin, d'avoir profité des financements occultes de plusieurs dirigeants africains, l'avocat Robert Bourgi sera entendu par la police de Paris jeudi matin. Suite à l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris le 13 septembre, l’avocat franco-libanais Robert Bourgi sera entendu jeudi matin à la brigade financière de la police française. Après avoir accusé Jacques Chirac et l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin d’avoir reçu près de vingt millions de dollars de la part de divers chefs d’État africains, le conseiller officieux de l’Élysée avait reconnu ne disposer ...
Lire l'article
Karim Wade et sa famille vont porter plainte contre Robert Bourgi
Karim Wade, le fils du président Abdoulaye Wade, passe à la contre-attaque. Par RFI Après les nombreux propos tenus par l'ancien conseiller de l'Elysée Robert Bourgi pour les questions africaines, au sujet de valises d'argent qu'auraient donné « les Wade » à des dirigeants politiques français, le clan Wade a décidé de riposter comme il l’avait annoncé au lendemain des propos de Robert Bourgi. Karim Wade et sa famille ont déposé plainte contre Robert Bourgi pour diffamation et propos mensongers, au Sénégal et à Paris. Maître Jean-René Farthouat, ancien bâtonnier, l'un des grands avocats du barreau de Paris, affirme que les accusations ...
Lire l'article
Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais”
Une semaine après ses révélations fracassantes, accusant Jacques Chirac et Dominique de Villepin d’avoir reçu des millions d’euros en liquide de la part de dirigeants africains, Robert Bourgi explique sa démarche à Jeune Afrique. Le 11 septembre, l’affaire a remué le landerneau politique français et africain. Robert Bourgi, vieil intermédiaire de l’ombre et porteur de valises, a « balancé » ses vieux amis, l’ancien président Jacques Chirac et l’ex-secrétaire général de l’Élysée, Dominique de Villepin. Aucune preuve matérielle, mais sa parole (contre la leur). Robert Bourgi prétend avoir, pour le compte des deux hommes, fait transiter plusieurs millions d’euros en petites coupures, ...
Lire l'article
L'avocat franco-libanais a précisé hier ses accusations contre Jacques Chirac et Dominique de Villepin, mais a pris soin d'épargner Nicolas Sarkozy. L'opposition demande une enquête et dénonce des « règlements de comptes nauséabonds ». De l'ombre à la lumière. Homme des missions secrètes, porteur de valises entre Paris et son « pré carré » africain et représentant officieux de l'Elysée au sud du Sahara pendant des décennies, Robert Bourgi a décidé, depuis ses révélations chocs dans le « Journal du dimanche » ce week-end, de tout déballer sur ce qu'il qualifie lui-même de « côté obscur de la Françafrique ». L'avocat ...
Lire l'article
Robert Bourgi dément le versement de fonds gabonais à Sarkozy
Communiqué de Robert BOURGI en réaction à la dépêche AFP du 22 novembre 2011
Financements occultes : l’enquête sur les accusations de Robert Bourgi classée sans suite
L’avocat Robert Bourgi entendu dans l’affaire des « biens mal acquis »
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
WikiLeaks : Robert Bourgi, le dernier des Mohicans
Financements occultes : Robert Bourgi convoqué par la police française jeudi
Karim Wade et sa famille vont porter plainte contre Robert Bourgi
Robert Bourgi à Jeune Afrique : “Je n’ai pas révélé le dixième de ce que je sais”
Robert Bourgi n’en finit plus de régler ses comptes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 13 Sep 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

4 Réponses à Robert Bourgi, perturbateur de la politique africaine de la France ?

  1. olmeta

    26 Sep 2009 a 05:53

    A Robert Bourgi, je dis: Ta mère pond et tes gros noyaux,sale chien libanais je remercie mille fois Israel de vous avoir détruit les villes et les villages.Comme tu te dis amis des chefs d’etats africains,le jour que tu vas poser tes sales pattes ici à libreville tu avaleras tes sales couilles.

  2. ambalo09

    25 Sep 2009 a 18:49

    France : Alerte : Visite privée d’Ali Bongo et la Présidente

    ON ANNONCE LE SEJOUR A PARIS D’ALI BONGO ET LA PRESIDENTE DE LA COUR CONSTUTIONNELLE EN AVION PRIVÉ

    Vendredi 25 Septembre 2009 – 22:06
    Lu 384 fois

  3. abaga yannick

    25 Sep 2009 a 06:52

    Je pense que les français dans le fon sont tres hypocrite.il te sourit aujourd’hui et tout de suite après te crache dans le dos.La meileur des solutions c’est de faire comme eux.Chers compatriotes jouons le jeux,buvons avec eux le jour pour les tués la nuit excuse ma cruauté mai c’est q j’en ai marre.

  4. Ayéwa Brice

    22 Sep 2009 a 12:24

    je voudrais saluer le peuple Gabonais pour sa douleur actuelle car il a été volé par Ali Bongo envoyé par la France. je suis Ivoirien, je connais les pratiques des la France car en Côte d’Ivoire, elle nous a montré son vrai visage; la France est un monstre et pour ses intérêts elle est prète à tuer.Elle a donc tué chez nous mais nous avons fait front,il faut dire qu’elle est pereuse donc lutter dans l’union et la vérité viser la France car le petit Bongo n’ait qu’une marionnette et la victoire du peuple sera retabli car tout ce qui est mal acquis ne profite pas. soutien total à votre mouvement que Dieu vous fortifie et vous protège, merci Brice dépuis Abidjan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*