Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon, les pillards parlent aux Français

Auteur/Source: · Date: 14 Sep 2009
Catégorie(s): Monde

La mort d’Omar Bongo fait rejaillir 40 ans de passé tumultueux qu’entretient la France avec le Gabon. La françafrique dans tout son lustre : corruption, clientélisme et fraudes électorales.

Le 16 juin dernier, soit une huitaine de jours après le décès d’Omar Bongo, Lors Aikins Adusei, un commentateur politique et militant anti-corruption de longue date, publiait sur le site internet Modern Ghana, un long article intitulé « La dissimulation des fonds africains détournés et le silence des médias occidentaux ». Article qui a fait grand bruit, tant sur le continent africain qu’en Europe, particulièrement en Suisse – on se demande bien pourquoi ? – et aux États-Unis. Sa thèse, pas véritablement originale, résonne tout de même d’un écho particulier à la lumière de l’actualité gabonaise, et de la manière dont elle est couverte par les médias français. En particulier les explications qui nous sont distillées sur les troubles consécutifs à l’élection de Bongo-Junior et les raisons d’un « vague » sentiment anti-français.

Françafrique : les galons de la corruption
Aikins Adusei écrivait notamment : « La corruption est importante en Afrique parce que les institutions bancaires européennes et particulièrement en Suisse, en France, à Jersey, en Grande-Bretagne, au Luxembourg, au Liechtenstein, en Autriche, mais aussi aux États-Unis, acceptent les dépôts de fonds des leaders africains sans se poser de question sur leur origine ». Avant de renchérir, « selon les Nations Unies, ce sont environ 148 milliards de dollars qui sont détournés annuellement par les leaders politiques, les multinationales, les hommes d’affaires et les fonctionnaires locaux, avec la complicité des banques et des gestionnaires de fortune, en Europe et en Amérique du Nord ».

Aikins Adusei règle, rapidement, le cas du Nigérian « Sani Abacha » et du Kenyan Arap Moi, dont les placements mondiaux avisés ont fait l’objet d’un recensement et d’un rapport de 110 pages du cabinet d’investigation Kroll, pour le compte du gouvernement. Puis l’auteur consacre de larges développements à Omar Bongo, un autre « ami de 40 ans » de nos chefs d’Etat. (« Selon France24, une enquête de police a établi que Bongo et sa famille possèdent au moins 33 propriétés en France, dont un hôtel particulier acheté 18,8 millions d’euros en juin 2007 avec des fonds détournés, situé rue de la Baume près du palais de l’Elysée à Paris. Le président Sarkozy y a notamment été vu, accueilli par Bongo… »).

La couleur de l’argent© PieRAprès avoir rappelé à ses lecteurs les aventures du consultant Kouchner, généreusement rétribué pour des conseils en matière de santé publique d’utilité discutable, notre Ghanéen de service remet le couvert avec véhémence : « Kouchner n’est pas le seul, en France, en Europe et en Amérique à avoir bénéficié des transactions douteuses avec l’establishment politique et économique africain. Il a récemment été mis en évidence qu’Omar Bongo a financé secrètement les campagnes électorales de Jacques Chirac et de François Mitterrand avec des fonds volés à son pays. La question est : qui l’a aidé à détourner et dissimuler en France sa fortune mal acquise ? Le fait est que Bongo a été capable de voler, et de diriger son pays de manière déplorable grâce à l’aide qu’il a reçu de ceux, en France, qu’il a aidé à gagner les élections ». Diantre.

Pour la France, « Gabon banania »
Sans tomber nécessairement dans les excès de langage du Don Quichotte Ghanéen, force est de constater que les « sales histoires » franco-gabonaises ont rarement bénéficié dans ce pays d’une couverture médiatique digne de ce nom. D’autant que ceux qui s’y risquent se font, la plupart du temps, remonter les bretelles de manière plus ou moins discrète. France 2 et son reportage sur les propriétés françaises du Président Bongo en mars 2008, outre un succès d’estime en terme d’audience, avait surtout suscité de vives protestations du gouvernement gabonais pour une diffusion effectuée « au mépris des intérêts mutuels et de l’excellence des relations liant la France et le Gabon ».

Le refrain est connu. Mais qui se souvient, comme le rappelle Laurent d’Ersu dans son article de La Croix du 8 juin, que le président Sarkozy avait réservé son premier coup de téléphone de président élu à Omar Bongo pour le remercier de ses « conseils » et avait inscrit le Gabon dans son premier déplacement en Afrique ? On encore, de l’arrêt de la Cour d’Appel de Bordeaux assorti de l’exécution provisoire, condamnant, le 29 septembre 2008, le président gabonais à verser 457 347 euros au fils de René Cardona, qui avait dû verser une « rançon » de 300 millions de francs CFA en août 1996 sur le compte personnel d’Omar Bongo pour obtenir la libération de son père, emprisonné à Libreville pendant 48 jours en pleine épidémie de fièvre Ebola à la suite d’un différend de nature commerciale ?

Une affaire pas très claire de vente au président Bongo, d’une entreprise d’armement naval et de pêche en eaux troubles. Une somme qui atteignait tout de même plus d’un million d’euros avec les intérêts, avait indiqué Maître Jean-Philippe Lebail, l’avocat de René Carbona, fin février 2009, confirmant les informations du quotidien Sud-Ouest. La saisie-exécution, le 13 février 2009, de plus de 4 millions d’euros sur 9 comptes bancaires ouverts au nom du président Bongo, dans les livres du Crédit Lyonnais (2 comptes de dépôt, 2 comptes sur livret et un compte-titre) et de la BNP (2 comptes-chèques, 1 compte d’épargne et un compte-titre) n’était-elle pas, elle aussi, passée quasiment inaperçue de la presse française ? « Pourquoi les médias occidentaux ignorent-ils le rôle de leurs institutions dans les pactes de corruption ? », s’interrogeait Lord Aikins Adusei dans son article du 17 juin. Ne serait-ce pas tout simplement le message que tentent de nous transmettre les Gabonais, en particulier ceux de Port-Gentil, s’il l’on en juge par la légère exaspération dont il semble faire preuve envers la France ces derniers jours à la suite du résultat de leur élection présidentielle ?


SUR LE MÊME SUJET
La ministre de la Communication gabonaise a dénoncé jeudi une "énième atteinte" au défunt président Bongo de la télévision France 24 et de Radio France internationale (RFI) qui diffusent des informations selon lesquelles il aurait versé des fonds à des partis français. Selon des notes diplomatiques américaines divulguées par WikiLeaks et rendues publiques mercredi par le quotidien espagnol El Pais, près de 30 millions d'euros auraient été détournés de la banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) par Omar Bongo pour son propre usage mais aussi à destination de certains partis politiques français.
Lire l'article
Le président de la République, Ali Bongo Ondimba, a reçu lundi soir, à Paris (France), où il séjourne actuellement le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG, opposition), Pierrre Mamboundou et ce, pour la première fois depuis l’avènement au pouvoir du chef de l’Etat, rapporte, ce mardi, l’Agence Gabonaise de Presse (AGP). L’entretien entre le chef de l’Etat et le leader de l’UPG a gravité autour des récents travaux de la 65ème session de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et du sommet sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy aura "un déjeuner de travail" mardi à l’Elysée avec des chefs d’Etat africains invités d’honneur du 14 juillet, fête nationale de la France. Le contenu des échanges n’a pas été révélé, mais des informations concordantes indiquent que les questions liées à la coopération seront au menu des discussions entre Nicolas Sarkozy et ses hôtes qui, tous, étaient déjà à Nice lors du 25e Sommet France-Afrique. Quoi qu’il en soit, la rencontre de mardi, qualifiée de mini-sommet "familial" par l’ancien ministre Jacques Toubon, entre en droite ligne des manifestations marquant le Cinquantenaire des indépendances de quatorze anciennes colonies ...
Lire l'article
Présente au Gabon à travers l’agence K qui procède actuellement à un casting en vue de la sélection des plus belles jeunes filles âgées de 14 à 23 ans, répondant aux autres critères physiques, pour participer au concours Elite Model Look 2010 de Shanghai, GABONEWS, se propose ici de diffuser les dates qui fondent l’agence de mannequin ELITE et son pretige depuis sa création. •1972: Création de la première agence Elite à Paris, la capitale de la mode, se plaçant très rapidement parmi les 10 plus grandes agences. •1974: Elite crée sa branche Elite International network et devient la plus ...
Lire l'article
Au terme des entretiens qu’il a eu le 1er juillet avec les autorités, les partis de l’opposition et la société civile, le secrétaire général des Nations Unies, Ban-Ki Moon, a tenu une conférence de presse à l’hôtel Méridien. A cette occasion, il a salué les progrès réalisés par le Gabon pour les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et encouragé les autorités à poursuivre leurs efforts, notamment en matière de santé maternelle et infantile, pilier pour lequel il souhaite une position africaine commune pour le sommet de septembre prochain. «Modèle de stabilité dans la sous-région et pacificateur ...
Lire l'article
Le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, dans un message publié dans les colonnes du quotidien L’Union Plus de ce jeudi, a adressé ses condoléances à ses homologues français, Nicolas Sarkozy, et brésilien, Lula Da Silva, suite au crash d’avion d’Air France intervenu le week-end dernier, faisant 228 victimes. A tous les deux président, le chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba a manifesté sa compassion, signalant que « c’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris le dramatique accident de l’Airbus de la compagnie Air France survenu lors de la traversée entre le Brésil et l’Europe ». « Cette ...
Lire l'article
La communauté internationale, après plusieurs jours d'hésitations, a dénoncé vendredi un "coup d'Etat" à Madagascar, pays dirigé depuis mardi par Andry Rajoelina et qui a été suspendu de l'Union africaine. Après l'Union européenne, qui avait d'emblée parlé de "coup d'Etat", les Etats-Unis se sont, comme la France, ralliés vendredi à cette terminologie, après avoir d'abord évoqué un processus "non démocratique". Pour Washington désormais, l'éviction mardi du président Marc Ravalomanana, après trois mois de crise politique et une centaine de morts, "équivaut à un coup d'Etat et les Etats-Unis ne vont pas maintenir leur partenariat actuel d'aide à Madagascar", a déclaré un porte-parole ...
Lire l'article
Dans un communiqué rendu public le 4 mars dernier, le gouvernement gabonais a fermement condamné les campagnes médiatiques menées en France à l’encontre du président Bongo Ondimba, considérées comme une tentative de déstabilisation organisée avec la complicité de «certains acteurs». Rappelant les événements de 2008 qui avaient déjà jeté un froid sur les relations diplomatiques entre Paris et Libreville, le gouvernement a mis en garde les autorités françaises sur la dégradation des relations entre les deux pays que pourrait engendré la récurrence de ces attaques. Se dirige-t-on vers une nouvelle brouille entre Paris et Libreville, comme en mars 2008 où les ...
Lire l'article
Le vice-président de la République, Didjob Divungi Di Ndingue, a reçu le 17 octobre à Libreville le ministre angolais des Relations extérieures, Assunção dos Anjos, porteur d’un message du président Dos Santos pour son homologue gabonais. Le ministre angolais a expliqué qu’il s’agissait pour ces deux chefs d’Etat du Golfe de Guinée de s’entretenir sur la conjoncture économique et financière mondiale et ses implications dans les stratégies de développement du secteur pétrolier.Le vice-président de la République, Didjob Divungi Di Ndingue, a reçu l’émissaire du président angolais, Eduardo Dos Santos, porteur d’un message pour le président Bongo Ondimba. L’entretien entre le ministre ...
Lire l'article
Alors que les Gabonais de Toulouse avaient annoncé une marche ce 4 juillet dans la capitale française, pour protester contre le traitement des Gabonais de France par les services de l'Immigration, le ministre de l'Immigration, Brice Hortefeux, a annoncé à Bongo Ondimba l'entrée en vigueur des accords de gestion concertée des flux migratoires entre le Gabon et la France, après la ratification du texte par le Sénat français il y a quelques jours. Les rencontres diplomatiques entre le chef de l'Etat gabonais et les membres du gouvernement français se multiplient et tendent à confirmer le retour au beau fixe des ...
Lire l'article
Bongo: Le Gabon critique les médias français
Une première depuis l’investiture du chef de l’Etat : Ali Bongo Ondimba et Pierre Mamboundou se parlent, à Paris
Dejeuner de travail entre le président français et des chefs d’Etat africains mardi à l’Elysée
ELITE MODEL LOOK: Des chiffres qui parlent en faveur du prestige
Gabon : Ban Ki Moon veut que «les présidents parlent d’une seule voix»
Gabon: Omar Bongo adresse ses condoléances aux présidents brésilien et français
Madagascar: Etats-Unis et France parlent désormais de coup d’Etat
Gabon : Le gouvernement sur le pied de guerre face aux médias français
Gabon : Libreville et Luanda parlent prix du baril et crise financière
Gabon : Le Parlement français ratifie les accords concertés sur l’Immigration

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Sep 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*