- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

France : «Survie» appelle les députés à déjuger Sarkozy sur l’élection gabonaise

L’association française de lutte pour l’assainissement des relations franco-africaines, Survie, a récemment lancé un appel aux députés français afin qu’ils saisissent le gouvernement sur l’implication de la France dans le processus élecoral. Dans une correspondance aux parlementaires français, que nous publions in extenso, Survie demande notamment l’invalidation des résultats officiels, après les félicitations «précipitées» du président Sarkozy avant même la fin du contentieux électoral, et l’éclaircissement du rôle de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l’Elysée, dans l’élection d’Ali Bongo à la tête de l’Etat gabonais.

Lettre de l’association Survie

«Madame, Monsieur le(a) député(e),

Les élections présidentielles qui viennent de se dérouler au Gabon et l’annonce des « résultats » se sont déroulées dans des conditions qui montrent une absence totale de sincérité du scrutin.

Le gouvernement français, ainsi qu’Ali Bongo, appellent au respect des voies légales de contestation des résultats. Il faudrait pour cela que les candidats puissent faire valoir des recours devant des institutions de recours fonctionnant de façon indépendante, démocratique et transparente. Mais cela n’est pas le cas de la cour constitutionnelle gabonaise actuelle, qui n’est pas davantage indépendante que l’était la CENAP (commission électorale).

Cette mascarade électorale, parodie de démocratie, n’est pas acceptable pour le peuple gabonais. Le gouvernement français ne doit pas s’en rendre complice en cautionnant la prise de pouvoir d’Ali Bongo par ce qui constitue un véritable coup d’Etat électoral.

Les atteintes aux biens symbolisant la France témoignent une fois de plus du rejet par les populations des pays africains de la politique de la France en Afrique, laquelle – en s’intéressant davantage au pétrole et aux ressources économiques qu’à la démocratie et aux droits de l’Homme –, loin de garantir une quelconque stabilité, participe au pourrissement de la situation de ces pays (despotismes, successions claniques…)

Nous vous demandons d’interpeller le gouvernement, et en tant que député de faire valoir votre rôle de contrôle de l’exécutif – y compris sur les sujets de politique extérieure – conformément à la constitution :

• en demandant au gouvernement de ne pas reconnaître dans ces conditions l’élection d’Ali Bongo comme président du Gabon

• en demandant à l’exécutif de s’expliquer sur le rôle dans la diplomatie française de l’homme d’affaire Robert Bourgi.

Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur le(a) député(e), l’expression de nos respectueuses salutations.

Pour l’association SURVIE
Odile Biyidi Présidente».


SUR LE MÊME SUJET
Selon l’association, en plein « dictateur-gate », Paris continue de soutenir les régimes autocratiques en Afrique. Réagissant à la réception du président gabonais Ali Bongo par son homologue français Nicolas Sarkozy aujourd'hui (21/2/11), l’association Survie a souligné dans un communiqué émis ce lundi que cette réception officielle disqualifiait une fois de plus la politique étrangère de la France : "En plein 'dictateur-gate' pour Michèle Alliot Marie et François Fillon, Nicolas Sarkozy maintient le cap d'un soutien fidèle et assumé aux régimes autocratiques en Afrique en recevant, ce lundi 21 février 2011, le président gabonais, Ali Bongo. Cette réception officielle disqualifie une ...
Lire l'article [1]
Lors d'un déjeuner controversé à l'Élysée réunissant 12 dirigeants d'ex-colonies africaines de la France, Sarkozy a annoncé l'alignement des pensions de tous les anciens combattants résidant à l'étranger. Quelle que soit leur nationalité. Par FRANCE 24 avec dépêches (texte) Comme une "réunion de famille". Ce mardi, Nicolas Sarkozy a reçu à sa table les dirigeants de 12 des 14 anciennes colonies africaines de la France qui célèbrent cette année le 50e anniversaire de leur indépendance*. Mercredi 14 juillet, leurs soldats défileront sur les Champs-Élysées pour célébrer, dixit le chef de l’État français, "le lien du sang […] né de la ...
Lire l'article [2]
Le député de Corrèze François Hollande a jugé lundi que la victoire de la gauche au second tour des élections régionales était "une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy". "Il y a une triple sanction à l'égard de Nicolas Sarkozy. Il faut qu'il l'entende. Il y a une sanction à travers le vote en faveur de la gauche. Il y a une sanction dans l'abstention où son électorat s'est sans doute réfugié. Et, hélas, une sanction à travers la poussée de l'extrême droite", a-t-il affirmé sur France Info. L'ancien Premier secrétaire du Parti socialiste appelle le gouvernement à changer de politique. ...
Lire l'article [3]
Par LEXPRESS.fr avec AFP. La visite de Nicolas Sarkozy au Rwanda, la première d'un président français depuis le génocide de 1994, intervient trois mois après la reprise officielle des relations diplomatiques entre les deux pays. Le président français Nicolas Sarkozy a reconnu ce jeudi à Kigali de "graves erreurs d'appréciation" et "une forme d'aveuglement" de la part de la France comme de la communauté internationale au moment du génocide de 1994 au Rwanda, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue rwandais Paul Kagame. "Ce qui s'est passsé ici est inacceptable, mais ce qui s'est passé ici oblige la communauté internationale, dont ...
Lire l'article [4]
L'association française de lutte pour l'assainissement des relations franco-africaines, Survie, a récemment lancé un appel aux députés français afin qu'ils saisissent le gouvernement sur l'implication de la France dans le processus élecoral. Dans une correspondance aux parlementaires français, que nous publions in extenso, Survie demande notamment l'invalidation des résultats officiels, après les félicitations «précipitées» du président Sarkozy avant même la fin du contentieux électoral, et l'éclaircissement du rôle de Robert Bourgi, le «monsieur Afrique» des couloirs de l'Elysée, dans l'élection d'Ali Bongo à la tête de l'Etat gabonais. © D.R. En haut, Le président français, Nicolas ...
Lire l'article [5]
Huit associations d’aide aux immigrés jugent ces textes déséquilibrés, au détriment des pays africains L’Assemblée nationale française a approuvé, jeudi, des accords relatifs « à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement » entre la France et la Tunisie, le Congo Brazzaville, le Bénin et le Sénégal. La veille, huit associations d’aide aux immigrés avaient appelé les députés à refuser ces textes « déséquilibrés, conclus essentiellement à l’avantage de la France pour servir ses objectif de renforcement des contrôles migratoires ».Malgré l’appel lancé par huit associations d’aide aux immigrés, l’Assemblée nationale a approuvé, jeudi, quatre accords de gestion concertée ...
Lire l'article [6]
Gabon: Mba Obame accuse “Sherpa, Survie et transparency France” d’instrumentaliser les ONGs gabonaises à des fins inavoués
Le ministre gabonais de l’intérieur André Mba Obame a accusé vendredi à Libreville, les organisations non gouvernementales français (ONG) "Sherpa", "Survie" et "Transparency France" d’instrumentalisation à des fins inavoué, au cours d’une conférence de presse. "Nous disposons d’éléments pour prouver comment des responsables de ces différentes ONG françaises recommandent aux ONG gabonaises de créer des associations, recruter des adhérents et au moment venus nous les présenterons", a martelé le ministre gabonais de l’intérieur. Selon lui, après l’échec des précédentes plaintes, les ONG incriminées s’activent pour accompagner cette troisième procédure judiciaire d’un vaste mouvement de contestation des institutions gabonaises sur le territoire national ...
Lire l'article [7]
Paris, le 1 août 2008 Monsieur le Président, Les excellents rapports que vous entretenez avec le président du Gabon sont de notoriété publique. Or, comme vous le savez, des responsables d’organisations de la société civile gabonaise – de longue date victimes d’innombrables harcèlements et menaces sur leurs personnes et leurs droits – sont à nouveau visés par le pouvoir gabonais en raison de leur combat contre la pauvreté, la corruption, l’opacité de l’utilisation des revenus miniers et le détournement de l’argent public. Pour avoir dénoncé un scandale financier dans lequel serait impliqué le Procureur de la République du Tribunal de première instance de ...
Lire l'article [8]
Les députés ont ratifié jeudi l'accord entre la France et le Gabon relatif à la gestion concertée des flux migratoires et au co-développement. Cet accord signé le 5 juillet 2007 est le premier du genre ratifié par l'Assemblée nationale. Trois accords similaires, toujours pas ratifiés, ont été négociés avec le Bénin, le Congo-Brazzaville et le Sénégal. Ces accords concrétisent la "nouvelle politique" de l'immigration "choisie" voulue par Nicolas Sarkozy, et mise en oeuvre par son ministre Brice Hortefeux. L'accord ratifié par les députés permet, sous certaines conditions, aux étudiants gabonais formés en France d'y rester pour une première expérience professionnelle. Il prévoit en ...
Lire l'article [9]
En outre, à l'occasion du voyage de M. Joyandet au Gabon, la "Cellule Françafrique" organise une action devant un bien mal acquis du dictateur gabonais. Rendez-vous à 12h30 au 4 rue de la Baume 75008, pour une saisie symbolique de l'hotel particulier de la famille Bongo, acquis en juin 2007 pour la coquette somme de 18 millions d'euros. Contact presse: 06 12 93 23 04] A peine choisi en remplacement du malheureux Jean-Marie Bockel, remercié pour avoir vexé les dictateurs d’Afrique centrale, assis sur le pétrole et la misère de leurs pays, en critiquant la façon scandaleuse dont ils gèrent les ...
Lire l'article [10]
L’association ”Survie” critique la réception d’Ali Bongo par Nicolas Sarkozy
Sarkozy rend un hommage controversé aux liens entre la France et l’Afrique
France: Régionales: “une triple sanction à l’égard de Nicolas Sarkozy”, selon François Hollande
Sarkozy reconnaît des “erreurs” de la France au Rwanda
France : «Survie» appelle les députés à déjuger Sarkozy sur l’élection gabonaise
France : les accords sur les flux migratoires lus et approuvés par les députés
Gabon: Mba Obame accuse “Sherpa, Survie et transparency France” d’instrumentaliser les ONGs gabonaises à des fins inavoués
Survie: Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, président de la République: Les militants pour la démocratie et des droits de l’Homme au Gabon en danger
Les députés ratifient l’accord France-Gabon sur l’immigration
Communiqué de Survie: La vieille République bananière françafricaine se porte bien