Socialisez

FacebookTwitterRSS

Libreville, le 17 septembre 2009, André MBA OBAME Pour une Nouvelle Espérance : DÉCLARATION

Auteur/Source: · Date: 17 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Mes chers compatriotes, Mesdames et Messieurs,

Depuis l’annonce des résultats de l’élection présidentielle du 30 août dernier par le Ministre de l’Intérieur, puis leur proclamation par la Cour Constitutionnelle, j’ai pris le temps nécessaire à la réflexion et à l’écoute avant de m’exprimer. *

Au terme de cette campagne électorale, je voudrais tout d’abord rendre hommage au peuple Gabonais qui, par sa mobilisation lors des meetings et le jour du vote, a clairement exprimé à la Nation et au Monde son attachement à la démocratie et son ardent désir de changement. Les faits sont têtus.

À la suite de l’annonce des résultats par le Ministre de l’Intérieur, j’ai entendu les clameurs monter de tout le pays. Ainsi que je l’ai régulièrement déclaré au cours de la campagne électorale, le pouvoir, bénéficiant de la complicité de la CENAP, est en train de mettre en oeuvre le passage en force qu’il annonçait.

Après une dizaine de jours d’investigation et d’analyse des opérations électorales, je suis parvenu à la conclusion incontestable que le scrutin du 30 août dernier a été faussé par une fraude massive, orchestrée de manière experte par la CENAP au profit du candidat du PDG. Et, conformément aux dispositions du Code électoral, je viens de déposer un recours en annulation de ce scrutin devant la Cour Constitutionnelle.

Comme le stipule clairement l’article 128 du Code électoral, la constatation dans l’urne d’un nombre de lots d’enveloppes accolées supérieur au nombre d’émargements constitue une cause d’annulation totale ou partielle des élections. Le Juge constitutionnel se trouvera donc dans l’obligation de procéder à l’annulation du scrutin dans plusieurs bureaux de vote des provinces de l’Estuaire, de la Ngounié et de l’Ogooué Maritime et dans l’essentiel des bureaux de vote des provinces du Haut-Ogooué, de l’Ogooué-Ivindo et de l’Ogooué-Lolo.

Les faits parlent d’eux mêmes et ils sont incontestables. La simple confrontation des procès verbaux et des listes d’émargement qui attestent de la réalité de l’exercice du droit de vote par les électeurs dans les bureaux de vote est édifiante.

Les Présidents des bureaux de vote, nommés par la CENAP, ont systématiquement produit des faux en écriture publique au profit du candidat du PDG. Nous avons commis des huissiers de justice qui sont allés constater ce que nous affirmons dans les archives de la CENAP à Libreville. Si d’ici-là un incendie ne venait à détruire ces documents, la Cour n’aura aucun mal à constater par elle-même ce que nous affirmons.

Je l’affirme ici solennellement, les faits clairement établis que je tiens à la disposition du peuple Gabonais et de la Communauté internationale montrent que de manière préméditée, planifiée et organisée, les procès verbaux de plusieurs centaines de bureaux de vote ont été falsifiés avec la complicité des Présidents des bureaux de vote nommés par la CENAP.

La centralisation des résultats dans les Commissions locales et dans les commissions provinciales a donné lieu, elle aussi, à des manipulations scandaleuses impliquant les présidents de ces commissions et les personnels de commandements que sont les Préfets et les Gouverneurs.

Le Président de la CENAP, en décidant unilatéralement de suspendre l’Assemblée plénière le 03 septembre 2009 au matin et de faire annoncer au Ministre de l’Intérieur des résultats artificiels, ne reposant sur aucune réalité, sans procéder au recensement général de tous les votes, a violé les dispositions pertinentes du Code électoral, notamment son article 113.

Vous comprenez-mieux maintenant pourquoi nous avions exigé le recomptage des votes par les procès-verbaux. Vous comprenez mieux maintenant pourquoi nous affirmons que le Président de la CENAP, en interrompant ce recomptage qui avait pourtant été adopté par la séance plénière, est désormais complice de tout ce qui s’est passé et que nous dénonçons.

Le Code électoral est clair et je préviens d’ores et déjà toutes celles et tous ceux qui se sont improvisés faiseur de roi en violant volontairement le Code électoral, qu’ils auront à répondre personnellement et directement devant le juge pénal. Le titre dix (X) du Code électoral qui porte sur les dispositions pénales s’appliquera à tous et à chacun.

* * *
Au lendemain du décès du Président Omar Bongo Ondimba le 08 juin dernier, notre pays disposait d’un cadre légal et d’institutions permettant d’assurer une succession démocratique et républicaine. C’est la confiance du peuple Gabonais dans ce cadre qui a permis d’installer la sérénité qui a régné depuis lors et que le monde entier a loué.

Nous devons à la vérité de reconnaître que les actes posés par l’État à travers le Gouvernement et plusieurs Institutions de la République ont fondamentalement entamés cette confiance et fragilisé notre pacte républicain.

Nous devons à la vérité de reconnaitre que le peuple gabonais n’a plus le sentiment que le Président de la République, à qui la Constitution confère les pleins pouvoirs de commandement et de gestion de l’État, donc du Gouvernement, de l’Administration et des Forces de sécurité et de défense, continue d’observer la nécessaire neutralité qu’impose sa position en pareille circonstance qui, faut-il le rappeler, est exceptionnelle.

Trois mois après le décès du Président Bongo Ondimba, notre pays connait une régression démocratique jamais observée jusqu’à ce jour. Même aux plus tristes moments du monopartisme, jamais notre pays n’avait connu cela.

Les Forces de sécurité et de défense, dont la protection du territoire, des biens et des personnes est la première mission, procèdent à une répression systématique. Les arrestations arbitraires sont devenues légions au point de créer une véritable psychose dans le pays en violation de toutes les règles et procédures.

Le Gouvernement de la République s’est entièrement mobilisé au service de l’ambition d’un homme et au détriment du pays. Les menaces et les intimidations dans l’Administration sont devenues la règle et la chasse aux sorcières est désormais ouverte.

La manipulation des médias publics nous rappelle les pires et peu glorieux moments du stalinisme en Europe de l’est. Ces actes et faits du Pouvoir exécutif conduisent les uns et les autres à se demander qui est aujourd’hui le Chef de l’État Gabonais ?

La CENAP, dont l’autonomie est inscrite en toute lettre dans le Code électoral, s’est volontairement autorisée à passer outre la lettre et l’esprit de nos lois pour servir des intérêts personnels.

Le Conseil National de la Communication se place volontairement sous l’autorité du Gouvernement et cautionne l’interdiction de Médias en invoquant honteusement les menaces qui planeraient sur ses membres.

Lorsque s’installe un régime politique arbitraire et coercitif dans lequel tous les pouvoirs sont, sans contrôle ni partage, concentrés entre les mains d’un seul homme et que les libertés individuelles ne sont plus garanties, nous devons alors constater que nous sommes en présence d’une dictature.
* * *
Au mépris le plus total de la volonté du peuple Gabonais, le candidat du PDG tente de s’imposer par tous les moyens. Y compris en prenant en otage les forces de sécurité et de défense ainsi que toutes les institutions de la République. Y compris en tentant d’éliminer physiquement les autres candidats et les responsables politiques qui les accompagnent.

En moins de trois mois, le Gabon a connu plus de tués par les violences politiques que depuis son accession à l’indépendance il y a 49 ans. Jamais dans l’histoire de notre pays, les forces de sécurité et de défense n’ont reçu l’ordre de sonner la charge sur des responsables politiques.

Le 03 septembre dernier, devant la Cité de la Démocratie, les parachutistes des Forces armées gabonaises ont reçu l’ordre de s’en prendre à des candidats à une élection présidentielle dont les résultats n’étaient pas encore proclamés.

Ceux qui, en toute connaissance de cause, ont donné cet ordre prenaient-ils le risque de porter atteinte à l’intégrité physique d’une personne qui pourrait, quelques heures après, être déclarée Président de la République ?

Il me semble plus vraisemblable que les donneurs d’ordre avaient déjà pris cette décision en lieu et place du peuple Gabonais. Et cela s’appelle un coup d’État. Je l’ai dit lors de la conférence de presse du 04 août dernier et je le redis aujourd’hui, lorsque le Président Omar Bongo Ondimba a pris la décision du retour au multipartisme dans notre pays, tous les acteurs politiques n’étaient pas d’accord avec lui. Loin de là. Aujourd’hui les masques sont tombés.

À tous ceux qui se proclament héritiers de feu Omar Bongo Ondimba, je leur demande de regarder la réalité en face et de réfléchir avant de poursuivre cette aventure que je trouve suicidaire pour eux et pour notre pays.
* * *
À tous et surtout au Peuple gabonais je voudrais vous dire que depuis ce triste 03 septembre 2009, j’entends toujours ces clameurs qui viennent de tout le pays. J’entends la colère et le ressentiment qui habitent les uns et les autres.

Et je remercie chacune et chacun d’entre vous de continuer, comme je vous le demande, à rester calmes et déterminés.

Je me suis engagé devant vous et avec vous à aller jusqu’au bout. Je me suis engagé à ne laisser personne vous voler votre victoire, la victoire du peuple Gabonais. Vous pouvez continuer à me faire confiance, personne ne volera la victoire du peuple Gabonais qui, le 30 août dernier a clairement et massivement choisi la voie du changement.

Je l’ai toujours dit et je le répète aujourd’hui, nous avons des droits et j’entends les faire respecter. Le recours que j’ai introduit aujourd’hui devant la Cour Constitutionnelle vise à permettre à cette haute institution de notre pays de dire le droit.

Nous savons que nos lois et nos institutions sont conformes aux normes généralement admises dans un État démocratique et républicain. Nombreux sont les Gabonais qui, avec insistance et de bonne foi, m’ont prié de ne pas présenter de recours devant la Cour Constitutionnelle.

Tous ces compatriotes, arguant de la complicité de la Cour Constitutionnelle dans la mise en oeuvre du coup d’État électoral, sont convaincus que tout est plié et qu’il est vain de recourir aux voies légales que prévoient la Constitution et le Code électoral.

En la circonstance, et malgré le doute qui habite ces nombreux compatriotes, je dois continuer, comme jusqu’à présent, à faire confiance à la responsabilité qui habite les femmes et les hommes qui ont la fonction, au nom du peuple gabonais, de dire le droit et de rendre la justice à la Cour Constitutionnelle.

Oui, à ce moment crucial qui engage le devenir de notre pays, je fais le pari de faire confiance à la Cour Constitutionnelle du Gabon.

Ce que je demande à la Cour Constitutionnelle, c’est tout simplement de remettre sur la table les 2815 procès verbaux, les 2815 fiches d’émargement et les 2815 feuilles de dépouillement qui seuls permettent d’établir la réalité de ce qui s’est passé le 30 août dernier.

Le Peuple Gabonais a le droit d’attendre de sa Cour Constitutionnelle, parce que c’est la sienne, celle du Peuple Gabonais, cette simple marque de considération.
* * *
À nos amis du monde entier qui, de bonne foi aussi, nous conseillent depuis le début de ce processus de transition de respecter nos lois et d’user de tous les recours légaux, je voudrais lancer un appel solennel.

Ce lundi 14 septembre 2009, le Ministère des affaires étrangères a adressé une note verbale à toutes les représentations diplomatiques.

Cette note verbale indique clairement que la cérémonie d’investiture de Monsieur Ali Bongo Ondimba aura lieu la semaine du 21 septembre 2009. Sachant que le délai pour le dépôt des recours devant la Cour Constitutionnelle expire le samedi 19 septembre et que l’Institution a un mois pour se prononcer, le Gouvernement se comporte comme si la Cour ne disposait que d’une demi-journée pour vider le contentieux électoral. Nous ne pouvons pas continuer à faire comme si le Gabon n’appartenait pas au Monde.

Et le Monde ne doit pas laisser au peuple Gabonais le sentiment qu’il ne compte pas. L’exemple de ce qui se passe en ce moment en Afghanistan doit inspirer la communauté internationale et permettre au peuple Gabonais de demeurer confiant. Au Secrétaire Général des Nations et au Président de la Commission de l’Union Africaine je voudrais dire qu’il est encore tant d’agir pour inviter la Cour Constitutionnelle à dire le droit et imposer au Gouvernement de respecter la Constitution Gabonaise.

Le Monde a trop souffert des hésitations de la Communauté internationale qui trop souvent la conduise au mieux à jouer les pompiers de service, au pire les médecins après la mort. Un homme politique célèbre a dit un jour : “Si vous faites partie du problème, vous faites partie de la solution”.

Dans ce qui se passe aujourd’hui au Gabon, la France, en tant qu’État et aussi en tant que Nation, est impliquée à un niveau qui engage sa responsabilité devant la communauté internationale et devant l’histoire. Et plus encore dans ce que chaque Gabonaise et chaque Gabonais redoute. Avec gravité, je voudrais dire ici aux autorités Françaises que l’avenir est sombre pour le Gabon et qu’elles doivent en avoir conscience.

Je n’ai aucune honte et c’est sans aucune retenue que je lance cet appel ultime.
Que Dieu protège le Gabon.
Vive la République.
Je vous remercie.


SUR LE MÊME SUJET
Suite à plusieurs appels et emails que nous avons reçus des membres et sympathisants de l’UPG diaspora, emails et appels manifestant la rage et la déception sur les accointances du Président Mamboundou avec Monsieur Ali Bongo, et surtout concernant le voyage du Président Pierre Mamboundou et du Père Mba Abessole avec Monsieur Ali Bongo aux USA. L’UPG Amérique du Nord est choqué par ces actes que nous qualifions de maladresse politique. Il est décevant de constater – qu’après les 45 ans au pouvoir du Bongoisme, le hold up électoral de 2009, la révision machiavélique de la constitution par Ali Bongo, ...
Lire l'article
Le Secrétaire exécutif de l’Union nationale (Un, opposition), André Mba Obame se dit confiant d’une victoire de son parti lors des élections législatives et sénatoriales partielles du 6 juin au Gabon. « Le peuple qui n’a jamais connu l’alternance politique souhaite la connaître et je pense que l’opposition a toutes ses chances lors des partielles du 6 juin », a déclaré M. Obame. En visite depuis quelques semaines en France, le N°2 de l’Un était invité sur les plateaux de la chaîne de télévision panafricaine Africa 24. Le Gabon organisera le 6 juin, des législatives et des sénatoriales. Ces élections partielles sont ...
Lire l'article
Radiogaboma se joint au Collectif des candidats de l'opposition regroupés au sein du Front du Refus du Coup de Force Électoral et appelle l'ensemble des populations Gabonaises à observer l'opération "ville morte" pendant les journées du 14, 15 et 16 Septembre 2009. Les objectifs de cette opération sont nombreux, les plus importants étant: Rendre hommage aux nombreux Gabonais assassinés par le régime Bongo et le PDG. Ces Gabonais sont morts parce qu'ils ont exprimé leur opinion, parce qu'ils ont voté pour le changement. Nos frères Gabonais ne sont pas morts pour rien et doivent être considérés comme des Martyrs pour la ...
Lire l'article
Libreville, 3 septembre (GABONEWS)- Le candidat indépendant, ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, emporte la majorité des suffrages de l’élection présidentielle dans sa province natale du Woleu-Ntem, avec 81,18 % contre 12, 86% pour Ali Bongo Ondimba A noter que monsieur André Mba Obame est arrivé en tête dans la province de l’Estuaire avec 35, 02% devant Ali Bongo Ondimba et Pierre Mamboundou.
Lire l'article
Libreville, 3 septembre (GABONEWS) - Le candidat indépendant, André Mba Obame, ancien ministre de l’Intérieur, a obtenu plus de 35 % des voix contre l’un de ses rivaux à la présidentielle, Ali Bongo Ondimba, qui obtient, lui, moins de 30%, a annoncé le ministre de l’intérieur, Jean François Ndongou.
Lire l'article
Libreville, 31 août (GABONEWS) – André Mba Obame (candidat indépendant), ses cinq alliés: Jean Eyeghe Ndong, Paul Mba Abessole, Michel Lesley Teale, Ntoutoume Ngoua et Ayo Anna Claudine, renforcés par Zacharie Myboto (candidat de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD)), ont animé ce lundi en début de soirée, au Quartier général de (UGDD), une conférence de presse pour qualifier l’annonce de la victoire du candidat du PDG de « volonté manifeste de ce dernier à s’imposer par un coup d’état électoral ». Actualité du :31/08/2009 « Aux noms de ...
Lire l'article
MOUILA, 26 août (GABONEWS) – Se prononçant mardi sur son projet de société fondé sur « l’Action, la Modernité et l’Ouverture », André Mba Obame a invité le public de la commune de Mouila à aller retirer leurs cartes d’électeur et de voter pour lui, qui se présente comme le candidat de l’interposition et de ne pas quitter les lieux de vote après l’acte civique, rapporte ce mercredi le correspondant de GABONEWS. Actualité du :26/08/2009 Par rapport à l’élection prochaine, André Mba Obame a demandé au public de demeurer vigilant et de ...
Lire l'article
Libreville, 21 août (GABONEWS)- Candidat indépendant à la présidentielle du 30 aout, André Mba Obame, neuvième invité jeudi soir de l’émission « Le Débat » à la télévision nationale, a pris le risque d’alterner le chaud et le froid lors de ce programme républicain. 52 ans, dont 25 passés aux cotés de feu le président Omar Bongo Ondimba, l’ancien ministre de l’Intérieur, torride dès l’entame du débat, a averti que l’issue du prochain scrutin pourrait donner naissance à un scénario identique à celui des années de braise 93-94, si l’on n’y prenait garde. A cette époque, a-t-il rappelé, la contestation de la ...
Lire l'article
Le candidat indépendant à l'élection présidentielle du 30 août prochain au Gabon, l'ancien membre du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), André Mba Obame, ''AMO'', a dit jeudi, devant une foule enthousiaste et bigarrée au gymnase municipal de Mouila , ''vouloir faire tourner une nouvelle histoire du pays'', au cours d'une causerie politique. De l'aéroport Raphaël Boubala, sur le tarmac, jusqu'au gymnase où a eu lieu la causerie de pré campagne, Mba obame a eu un applaudimètre élevé tant beaucoup de badauds ont effectué le déplacement, pour écouter le message du candidat indépendant à la présidentielle du ...
Lire l'article
Chers compatriotes, Bienvenue sur la page de la Nouvelle Constitution Gabonaise Sur cette page, nous attendons, dès le 12 juin, vos réactions et propositions sur la mouture de nouvelle Constitution gabonaise que vos frères et sœurs de la Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ont produite à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009. Nous voulons vos suggestions d’amélioration en amont de la Tournée Internationale de la Réforme que nous planifions, tournée au cours de laquelle nous nous rendrons dans vos villes et pays de résidences aux fins de venir discuter de la Réforme constitutionnelle que nous avons commencée avec vous. ...
Lire l'article
Déclaration de Monsieur André Bouassa: “L’UPG Amérique du Nord se désolidarise de toute action du parti ayant pour rôle de consolider le pouvoir Bongoiste”
Gabon : André Mba Obame confiant pour l’opposition
Gabon – Elections 2009 – Refus du coup de force électoral – Journées villes mortes 14, 15 et 16 Septembre 2009
Gabon: Urgent / Présidentielle 2009 / André Mba Obame rafle la mise dans sa province natale du Woleu-Ntem
Gabon: Urgent / Présidentielle 2009/ André Mba Obame obtient la majorité des voix dans la province de l’Estuaire
Gabon: Présidentielle 2009 / André Mba Obame, ses nouveaux alliés et Zacharie Myboto qualifient l’annonce de victoire d’Ali Bongo Ondimba de “tentative de hold-up électoral”
Gabon: Présidentielle 2009 / André Mba Obame à Mouila, invite les populations de retirer leurs cartes d’électeur
Gabon: Présidentielle 2009 / André Mba Obame alterne le chaud et le froid lors de son débat télévisé (Commentaire)
Gabon: André Mba Obame veut tourner une nouvelle histoire du pays
Nouvelle Constitution du Gabon

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 17 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

3 Réponses à Libreville, le 17 septembre 2009, André MBA OBAME Pour une Nouvelle Espérance : DÉCLARATION

  1. sylvain ndemezo

    18 Sep 2009 a 12:49

    messieurs je ne serai pas long moi personnellement je vous soutiens depuis le debut jusqu’a present et si DIEU existe il montrera la lumiere face à ce probleme peut etre excusez moi de le dire notre dictacteur ne fera pas 6 mois a la presidence s’il insiste que la colere du DIEU vivant s’abatte sur lui et sur ses complices QUE DIEU VOUS PROTECTE

  2. wanis

    18 Sep 2009 a 03:53

    j’approuve le courage de andre mba obame et nous savons tous qu’il est le vainqueur de cette election.Mais la cour c’est le pdg et elle a des enfants avec le père de cette usurpateur, si la victoire du peuple lui est rendue, elle sait que sa place que la légitimité ne lui permet plus d’occuper la sera arracher. donc le recurs n’aura aucun impact, car tous ces dinauzores savent que leurs avenir en dépend.Monsieur andre chercher une autre alternative, nous sommes derrière vous.

  3. kritikk

    18 Sep 2009 a 00:59

    Amen!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*