Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: les opposants poursuivis en cas de “dérapages”

Auteur/Source: · Date: 26 Sep 2009
Catégorie(s): Politique

Le gouvernement gabonais a dénoncé de récentes déclarations des opposants André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong, qui contestent les résultats de l’élection présidentielle du 30 août, en indiquant qu’ils seront poursuivis en cas de “dérapages” après leurs propos.

Le gouvernement “condamne avec la dernière énergie les déclarations et les intentions de MM. André Mba Obame et Jean Eyéghé Ndong”, déclare le ministère de l’Intérieur dans un communiqué daté de vendredi et transmis samedi à l’AFP.

Il les “met vigoureusement en garde et, avec eux, leurs confrères”, ajoute-t-il, en allusion aux autres opposants contestant les résultats de la présidentielle remportée par Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo.

“D’ores et déjà, le gouvernement les rend responsables des éventuels dérapages qui pourraient survenir du fait de leurs déclarations et autres appels à la violence, dont par ailleurs ils répondront devant la justice gabonaise conformément aux dispositions en vigueur”, déclare le ministère.

La Cour constitutionnelle a été saisie de onze recours en annulation de la présidentielle.

Des violences avaient suivi l’annonce des résultats de l’élection, qui avaient fait, entre les 3 et 6 septembre, trois morts à Port-Gentil (ouest), la capitale économique du pays et fief de l’opposition, selon le bilan officiel. Un collectif de candidats battus a fait état de cinq morts.

Dans son communiqué, le ministère de l’Intérieur estime que M. Mba Obame, classé deuxième au scrutin et qui revendique la victoire, a tenu publiquement le 17 septembre “des propos désobligeants et menaçants à l’endroit d’une partie de la population gabonaise et des responsables des institutions”.

“Il a appelé délibérément une partie du peuple gabonais à se préparer à des actions de violence et de déstabilisation”, accuse-t-il.

Le communiqué attribue à Jean Eyéghé Ndong, ex-Premier ministre une déclaration faite le 24 septembre “qui s’inscrit dans le même esprit que celle de” M. Mba Obame. Selon le texte, M. Eyéghé Ndong “a en particulier menacé individuellement les membres de la Cour constitutionnelle, en rapport avec le traitement des recours déposés auprès de cette haute institution”.


SUR LE MÊME SUJET
Tous les chantiers prévus dans le cadre des fêtes tournantes 2001-2008 qui ont connu un début d'exécution seront poursuivis et achevés, a promis le président de la République Ali Bongo Ondimba qui était face à la presse jeudi à l'issue des travaux du Conseil des ministres tenu ce jeudi à Tchibanga capitale, la province de la Nyanga. Faisant le tour des questions abordées au cours du Conseil des ministres, le Chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba a notamment insisté sur la poursuite de tous les chantiers retenus à l'occasion des fêtes tournantes 2009/2010. « En ce qui concerne les fêtes tournantes ...
Lire l'article
Des opposants gabonais, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août remportée par Ali Bongo, ont annoncé mercredi la création prochaine d'un "grand parti" rassemblant plusieurs formations et mouvances politiques. "Nous décidons solennellement de nous unir et d'unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur", ont déclaré devant la presse ces opposants réunis à Libreville. Ils n'ont cependant pas donné le nom de cette nouvelle formation ni précisé la date prévue pour sa création. Les fondateurs annoncés de ce parti sont les ex-candidats à la présidentielle André Mba ...
Lire l'article
Le ministre de l'Intérieur chargé de la Défense nationale, Jean François Ndongou, a décrété le 9 septembre dernier une interdiction de quitter le territoire national pour les leaders politiques du pays en raison de l'enquête menée par les autorités sur les responsables des émeutes post-électorales de Port-Gentil. Paul Mba Abessole, candidat aligné derrière André Mba Obame à l'élection présidentielle du 30 août, a été le premier à faire les frais de cette mesure alors qu'il devait se rendre dans la soirée d'hier à Abidjan, en Côte d'Ivoire. © D.R. Tous les leaders politiques gabonais ont été ...
Lire l'article
Les leaders politiques gabonais sont interdits de sortie du territoire. Une décision du gouvernement, justifiée, selon les autorités gabonaises, par les besoins de l'enquête sur les émeutes postélectorales à Port-Gentil. Le gouvernement gabonais veut établir les responsabilités de chacun dans les débordements qui ont officiellement fait 3 morts. Le premier à avoir fait les frais de cette mesure est le président du Parti du rassemblement pour le Gabon. Paul Mba Abessole, candidat à la présidentielle du 30 août, rallié avant le scrutin à l'ancien ministre de l'Intérieur André Mba Obame, a été empêché, mercredi soir, d'embarquer sur un vol à destination d'Abidjan. ...
Lire l'article
Pour les opposants à Ali Bongo, l'espoir n'aura que peu duré. Après quarante-deux ans de règne d'Omar Bongo, beaucoup de Gabonais pensaient que la première élection après la mort de l'ancien leader serait l'occasion d'une changement à la tête de l'Etat. Ils ont vécu l'annonce des résultats favorables à Ali Ben Bongo comme un choc. Après des émeutes à Libreville et à Port-Gentil, le calme semble revenu dans le pays. Mardi, les concurrents d'Omar Bongo lors du scrutin ont tenu une conférence de presse commune pour demander un recompte des voix. Ils ont aussi prévu d'appeler à des "actions graduelles" pour ...
Lire l'article
La Nation gabonaise, les prétendants au trône y compris, a suspendu son souffle depuis le 8 juin dernier pour rendre les hommages qui lui sont dus à son défunt président, et les populations voient d'un mauvais œil que certains médias français ne s'embarrassent pas d'une telle décence en martelant quotidiennement la «probable succession» du fils aîné du chef de l'Etat.L'arrivée du président Sarkozy au Palais présidentiel le 16 juin dernier sous les sifflets de la foule montre à suffisance l'exacerbation des populations gabonaises face à une diplomatie française qui met «les pieds dans le plat» depuis quelques années. Alors que Libreville ...
Lire l'article
L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, programme conjoint de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT), dénonce vivement les graves entraves à la liberté de mouvement d’un avocat français, qui devait représenter, en coopération avec un avocat gabonais, cinq défenseurs des droits de l’Homme dont quatre restent arbitrairement détenus depuis fin décembre 2008. Le 8 janvier 2009, les autorités gabonaises ont procédé à l’annulation du visa de Me Thierry Lévy, avocat au Barreau de Paris, alors qu’il s’apprêtait à embarquer pour Libreville afin de représenter - ...
Lire l'article
Pierre Emangongo Le Potentiel (Kinshasa) Le président gabonais Omar Bongo Ondimba menace d'interdire la sortie des opposants à l'étranger où ils se permettent de le critiquer. Cette sanction concerne implicitement les partis d'opposition dont le mouvement «Bongo doit partir» (Bdp-Gabon nouveau), rapporte le journal Le Point citant une agence privée Gabonews. Cependant, un analyste déplore le fait que le président Bongo ignore le rôle des avis contradictoires dans le jeu démocratique. Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a annoncé son intention d'interdire aux représentants de l'opposition de quitter le Gabon, dénonçant ceux qui vont «à l'extérieur pour dénigrer les gens, les insulter», a ...
Lire l'article
Le président gabonais Omar Bongo Ondimba a annoncé son intention d'interdire aux représentants de l'opposition de quitter le Gabon, dénonçant ceux qui vont "à l'extérieur pour dénigrer les gens, les insulter", a rapporté lundi l'agence de presse privée Gabonews. "On va demander à la France, au ministère de l'Intérieur (français) de nous donner la liste de tous ces Gabonais qui font des conférences de presse, qui sont déjà en campagne électorale, et nous allons leur refuser le droit de sortir du Gabon, advienne que pourra", a déclaré dimanche M. Bongo, cité par Gabonews, à son retour du sommet mondial des Nations ...
Lire l'article
Le président gabonais, Omar Bongo Ondimba a demandé dimanche à son ministre de l'immigration de ne plus délivrer de passeport aux opposants pendant la période qui précède l'élection présidentielle de fin 2005, a appris un journaliste de GABONEWS. « Ils vont à l'étranger pour organiser des conférences de presse et insulter les autres », s'est indigné le président gabonais. « L'élection se déroulera au Gabon, nous devons donc tous rester ici », a-t-il demandé au ministre de la sécurité publique chargé de l'immigration, Pascal Désiré Missongo dans une déclaration à la presse à l'occasion de son retour à Libreville après sa participation ...
Lire l'article
Politique / Tous les chantiers des fêtes tournantes seront poursuivis et achevés, a indiqué le Président Ali Bongo Ondimba
Gabon: des opposants annoncent la formation d’un “grand parti politique”
Gabon : Ndongou caserne les opposants au pays
Gabon: Les opposants interdits de sortie du territoire
Au Gabon, la désillusion des opposants à Ali Bongo
Gabon : Dérapages médiatiques ?
Un avocat français empêché d’assurer la défense de cinq défenseurs des droits de l’Homme poursuivis au Gabon
Crise politique au Gabon : Bongo veut refuser le droit de sortie à ses opposants
Les opposants bientôt interdits de sortie
Gabon : Bongo Ondimba veut interdire la délivrance du passeport aux opposants

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 3,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Sep 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*