Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le domicile du journaliste Jonas Moulenda perquisitionné

Auteur/Source: · Date: 29 Sep 2009
Catégorie(s): Médias

Le domicile de Jonas Moulenda a été perquisitionné durant le week-end par des hommes qui n’ont nullement décliné leur identité. Il est reproché à ce journaliste du quotidien “L’union” d’avoir réalisé des reportages sur les émeutes post-électorales de Port-Gentil qui met à mal le bilan officiel de trois morts.

Le domicile du journaliste du quotidien “L’union”, Jonas Moulenda, a été l’objet d’une perquisition le 26 septembre dernier. Trois personnes en civil ont débarqué chez lui et ont demandé à le rencontrer. Sans se présenter, ni brandir un ordre de mission, ils ont entamé la fouille de la maison devant le neveu et la compagne du reporter éberlués.

«Ils ont quasiment violé mon intimité, puisqu’ils sont entrés jusque dans ma chambre à coucher pour la fouiller», s’indigne Jonas Moulenda joint au téléphone. Puis d’ajouter : « Mon agenda personnel, qui contenait tout mon répertoire téléphonique, des adresses et diverses notes, a été emporté. »

Le journaliste précise que pendant cette perquisition, un hélicoptère faisait la ronde au dessus du quartier tandis que des éléments du Régiment de parachutistes gabonais (RPG), communément appelés “Bérets rouges” étaient postés à l’entrée de sa ruelle.

Cette perquisition est sans doute liée aux reportages réalisés par Jonas Moulenda sur le bilan des émeutes de Port-Gentil et publiés par le quotidien “L’union” sous le titre évocateur : “Je reviens de Port-Gentil”.

Ces articles font état de ce qui s’y est passé dans la capitale économique du Gabon durant les émeutes post-électorales. Les populations reviennent sur des exactions commises par les forces de l’ordre. Ils parlent de corps enlevés par les militaires et emportés vers des destinations inconnues, de la plausibilité d’un charnier, etc. Pour appuyer ces témoignages, les articles sont illustrés de photos d’enterrements, de victimes, de douilles de balles militaires, etc.

Les articles de Moulenda mettent à mal le bilan officiel de trois morts. Ils suggèrent que «le nombre de victimes peut atteindre 22 personnes». Un bilan très élevé pour le gouvernement mais en deçà de celui du “Front de refus du coup de force électoral” qui estime que sur la base des “sources dignes de foi et le témoignage du responsable du cimetière de Ntchengue”, qu’il pourrait y avoir “57 décès”.

Le 25 septembre dernier, au moment où Albert Yangari, le directeur de publication du quotidien “L’union” avait été interpellé par les services spéciaux des Forces armées gabonaises, Jonas Moulenda avait confié l’AFP qu’il craignait d’être arrêté. Il avait reçu des menaces de mort par téléphone. Il lui avait été conseillé de ne plus dormir chez lui. Si bien qu’il a dû se réfugier dans une ambassade étrangère.

Selon le journaliste, les renseignements des Forces armées gabonaises demandent à Albert Yangari que son reporter soit interrogé par leurs services. Ce que ne comprend pas M. Yangari qui estime qu’il s’est déjà expliqué au sujet de ce dossier lors de son interpellation.


SUR LE MÊME SUJET
Suite à la condamnation à 3 mois de prison avec sursis et 500 000 francs CFA d’amende de Jonas Moulenda, Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) ont réclament la relaxe du journaliste de l’Union. Le tribunal de Libreville va-t-il donner une suite favorable à l’appel conjoint de Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) ? Les deux organismes demandent en effet une relaxe en appel, suite la condamnation de du journaliste de l’Union, Jonas Moulenda. Ce dernier a été condamné le 7 juin à 3 mois de prison ...
Lire l'article
Le journaliste de l’Union, Jonas Moulenda a été condamné pour « diffamation » le 7 juin dernier par le tribunal de Libreville à une peine de 3 mois de prison avec sursis et 500 000 francs CFA d’amende dans l’affaire qui l’oppose à l’ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Alfred Nguia Banda, sur l’article traitant de l’assassinat de René Ziza, a-t-on appris ce vendredi. Selon notre source cette décision laisse la défense perplexe d’autant plus que le parquet avait requis la relaxe de Jonas Moulenda et de son directeur de la publication, Albert Yangari, en raison de la ...
Lire l'article
Le tribunal de Libreville a condamné le 7 juin le journaliste de L’Union, Jonas Moulenda, à une peine de 3 mois de prison avec sursis et 500 000 francs CFA d’amende dans l’affaire qui l’oppose à l’ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Alfred Nguia Banda, sur l’article traitant de l’assassinat de René Ziza. Le verdict est tombé le 7 juin pour le journaliste de L’Union, Jonas Moulenda, condamné par le tribunal de Libreville à 3 mois de prison avec sursis et une amende de 500 000 francs CFA pour «diffamation» à l’encontre de l’ancien ...
Lire l'article
L’ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Alfred Nguia Banda, a déposé une nouvelle plainte, la troisième, contre le journaliste de L’Union, Jonas Moulenda, dans le litige qui les oppose au sujet de l’article sur l’assassinat de René Ziza quelques jours après sa nomination à la tête du CGC. L’affaire «Nguia Banda contre Moulenda» n’a pas fini de faire des remous. Après deux coups d’arrêt au parquet de Libreville pour vices de procédure, l’ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Alfred Nguia Banda, a déposé le 24 mars une nouvelle plainte à l’encontre du journaliste de L’Union, ...
Lire l'article
La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a demandé que la sécurité d'un journaliste du quotidien gabonais L'Union, menacé de mort à cause d'un article sur un assassinat, soit assurée, dans un communiqué obtenu jeudi par l'AFP à Libreville. La FIJ "condamne les menaces de mort" et demande que "toutes les dispositions (soient) prises pour assurer la sécurité" de Jonas Moulenda, dans le communiqué de son bureau Afrique, situé à Dakar. M. Moulenda a reçu des menaces dans un courrier déposé à son journal le 28 février et le lendemain par des SMS sur son téléphone portable. Ces menaces faisaient clairement référence à ...
Lire l'article
Le journaliste Jonas Moulenda, une nouvelle fois menacé de mort
Le journaliste du quotidien l’Union, Jonas Moulenda, fait de nouveau l’objet de menaces de mort perpétrées par un « corbeau », rapporte ce mardi nos confères de sa rédaction, L’Union. Selon une lettre parvenue dimanche à la rédaction de l’Union par un « individu non identifié », il est question de faire subir à M. Moulenda le sort du « journaliste burkinabè Norbert Zongo - assassiné le 13 décembre 1998 -  parce qu’il « se serait attaqué  à un puissant ». Le document indiquerait que « la justice gabonaise est pourrie, la police judiciaire et la direction générale de la recherche (DGR) corrompues ». Pour le corbeau, «  il ne ...
Lire l'article
Accusé de diffamation dans un article sur l'assassinat de René Ziza, directeur du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Jonas Moulenda, journaliste du quotidien "L’union" qui a raté un procès le 22 février dernier du fait d’un vice de procédure de ses adversaires, est victime, depuis le week-end dernier, de menaces de mort par écrit. Le jeune homme vit un cauchemar depuis la fin du dernier processus électoral au Gabon. Sans doute assiste-t-on à la naissance des corbeaux au Gabon. Très répandu dans les pays occidentaux, les corbeaux sont des artisans de lettres anonymes portant accusation ou proférant ...
Lire l'article
Accusé de diffamation dans un article sur l'assassinat de René Ziza, directeur du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), le journaliste du quotidien "L’union", Jonas Moulenda, n’a pas été entendu. Du fait d’un «petit» manquements, la procédure de ses adversaires a été déclarée «nulle de plein droit». La justice a mis sa décision en délibéré au 22 mars alors que le plaignant annonce qu’il reviendra à la charge. On attendait, ce 22 février, une terrible joute en plaidoyers entre les avocats du journal "L’union" et ceux de l'ancien directeur général du Conseil gabonais des chargeurs (CGC), Alfred Nguia Banda, qui a assigné ...
Lire l'article
Inquiété depuis la publication de sa série d’articles sur les violences post électorales de Port-Gentil, Jonas Moulenda n’a toujours pas le sommeil tranquille. Son domicile a été visité par des intrus dans la nuit du vendredi 9 au samedi 10 octobre dernier. Le journaliste du quotidien "L’union", qui déserte désormais sa maison, craint toujours pour sa vie. On savait que le domicile du journaliste Jonas Moulenda avait été perquisitionné par des inconnus le 26 septembre dernier, un jour après l’interpellation d’Albert Yangari, directeur de publication du quotidien "L’union", le 25 septembre. Il a de nouveau été visité, cette fois par des ...
Lire l'article
Le journaliste gabonais Jonas Moulenda, du quotidien national L'Union, a affirmé mercredi à l'AFP être recherché et recevoir des menaces de mort en lien avec des articles qu'il a écrits notamment sur les violences post-électorales à Port-Gentil (ouest). Le 26 septembre, trois personnes en civil et qui ne se sont pas identifiées "se sont présentées à mon domicile", a raconté M. Moulenda, lors d'un entretien avec l'AFP par téléphone depuis un lieu qu'il n'a pas dévoilé. "Je n'y étais pas, j'étais réfugié quelque part" en raison de menaces devenues "inquiétantes", a poursuivi M. Moulenda, qui réside habituellement à Ozangué (est de ...
Lire l'article
Gabon : RSF demande la «relaxe» pour Jonas Moulenda
Le journaliste de l’Union Jonas Moulenda condamné à 500.000 francs CFA d’amende et 3 mois de prison
Gabon : 3 mois de prison et 500 000 FCFA d’amende pour Jonas Moulenda
Gabon : Nguia Banda relance sa plainte contre Moulenda
Gabon: la FIJ appelle à assurer la sécurité d’un journaliste menacé de mort
Le journaliste Jonas Moulenda, une nouvelle fois menacé de mort
Gabon : Menaces de mort pour Jonas Moulenda
Gabon : Le procès contre Jonas Moulenda n’a pas eu lieu
Gabon : Effractions nocturnes au domicile du journaliste Jonas Moulenda
Gabon: un journaliste de L’Union se dit recherché et menacé de mort

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Sep 2009
Catégorie(s): Médias
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Le domicile du journaliste Jonas Moulenda perquisitionné

  1. lilie

    30 Sep 2009 a 03:59

    tout ceci n’est autre que la “haute dictature” j’espèr que ceux qui ont mis ce système en place ne le regretteront pas car des nombreuses suprises nous attendent encore et ce,rassurez vous, pas des bonnes.
    ils sont fort pour montrer les morts de la guinée causés par les émeutes et ne veulent pas qu’on parle des leur.

    cz, c’est du cynisme,ainsi,le gabonais ne resppecte même plus la “mort”,et se fouttent des familles endeuillées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*