Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon/ Afrique : les nouveaux visages de la corruption

Auteur/Source: · Date: 7 Oct 2009
Catégorie(s): Afrique

Dirigeants politiques suspectés, hommes d’affaires peu scrupuleux, citoyens rançonnés… La lutte contre ce fléau est loin d’être gagnée dans les pays subsahariens. Un constat partagé par Transparency International, qui vient de publier son rapport mondial.

Son goût immodéré pour les chaussures italiennes a bien failli lui coûter très cher. Mais finalement, l’ancien président zambien Frederick Chiluba, poursuivi pour corruption et détournement de fonds publics, a été relaxé le 17 août par la justice de son pays. Après cinq années de procédure, le ministère public n’a pas réussi à prouver la culpabilité de l’accusé, qui risquait jusqu’à cinq ans de prison ferme pour une indélicatesse estimée à 500 000 dollars.

Comment cet ancien leader syndical pouvait-il dépenser plusieurs dizaines de milliers de dollars dans une boutique de mode de Genève, alors que son salaire de chef de l’État ne lui permettait pas de payer le dixième de ces achats  ?

Costumes de marque, cravates griffées, pyjamas de soie, sans compter une bonne centaine de paires de chaussures sur mesure… Chiluba ne mégotait pas, rétribuant son fournisseur helvétique par pleines valises de billets de banque. Mais la relaxe prononcée en sa faveur vient mettre un terme définitif aux « tracasseries » dont l’ex-président se dit victime depuis qu’il a quitté le pouvoir. Un épilogue qui tend à prouver qu’après une décennie de combats, les militants de la lutte anticorruption semblent aujourd’hui perdre du terrain. Et pas seulement en Zambie.

« Nous vivons une époque de retour en arrière », constate Daniel Kaufmann, ancien directeur de l’Institut de la Banque mondiale devenu expert auprès du think-tank américain Brookings Institution. Il est vrai que « les quelques commissions anticorruption qui ont eu le courage de mener le combat en Afrique » ont de plus en plus de mal à remplir leur mission. Ceux qui les dirigent restent à la merci d’un limogeage brutal et font régulièrement l’objet de menaces, qui peuvent les contraindre à l’exil (…).

Malgré une mobilisation de plus en plus forte, la lutte est loin d’être gagnée. Les premiers jalons ont été posés dans les années 1990, avec la création de Transparency International (TI) par l’Allemand Peter Eigen, ancien directeur de la Banque mondiale. Depuis, un nombre croissant d’organismes internationaux comme le FMI ou la Banque mondiale ont suivi le mouvement.

Parallèlement, « des ONG comme Human Rights Watch ou Global Witness ont constitué une coalition mondiale – Publish What you Pay (PWYP) -, dont le but est de combattre l’opacité des transactions financières liées à l’exploitation des ressources naturelles, notamment dans le secteur pétrolier », explique Marc Ona Essangui, coordinateur du mouvement au Gabon.

Il est vrai que cette mobilisation internationale a permis aux militants africains d’adopter une approche plus franche et décomplexée d’un phénomène longtemps frappé par l’omerta. Mais après une décennie de combats, « il y a plus de déclarations d’intentions que d’actes concrets, regrette Marc Ona Essangui. Au Gabon, par exemple, l’exploitation du domaine forestier reste soumise à des circuits de corruption bien huilés malgré l’adoption d’un code forestier, qui n’est que partiellement appliqué ». Un sentiment que partage l’économiste malien Karamoko Kané, auteur d’une étude, La Corruption des fonctionnaires africains (éditions Clé, Yaoundé, 2009). « Si l’on se base sur les enquêtes de Transparency, observe-t-il, il n’y a pas eu de progression spectaculaire en Afrique au cours des dix dernières années. En revanche, les opinions publiques sont de plus en plus sensibilisées à ce phénomène. Le premier instrument de lutte anticorruption, c’est la mobilisation générale de la société. A contrario, une société qui célèbre les escrocs constituera toujours un terreau favorable. »


SUR LE MÊME SUJET
Le Secrétariat de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) vient de dépêcher à Libreville, Monsieur Albert Yama Nkounga, ancien fonctionnaire de l’ONU et actuellement « Consultant indépendant », en vue d’examiner avec la Commission Nationale de Lutte Contre l’Enrichissement Illicite (CNCLEI) les progrès enregistrés dans ce domaine et recueillir les recommandations de la partie gabonaise à propos de la création d’un réseau des Institutions Anti-corruption de l’Afrique centrale. M. Yama Nkounga séjournera dans la capitale gabonaise du lundi 28 au 30 novembre et aura ainsi plusieurs séances de travail avec ...
Lire l'article
« La corruption, tous pour le non », pouvait-on lire sur la façade de la salle des fêtes de l’hôtel de ville de Mouila où se tenait jeudi une conférence sur les différentes formes de corruption. Il y avait peu de participants malgré la présence de la fédération Mussobini qui regroupe plus d’une vingtaine d’associations. Colette Moudouma (de l’association locale Toumanguianou, «Essayons voir» en langue Ipunu, NDLR) a fait le tour du thème en parlant notamment des conséquences subies par de nombreux citoyens gabonais chaque jour. La politique a été pointée comme étant la source de la corruption, a affirmé Mme Moudouma ...
Lire l'article
Alors que vient de se tenir le 25e sommet Afrique-France à Nice, "Jeune Afrique" a enquêté sur les nouveaux visages d'une réalité souvent fantasmée : la Françafrique. Petit guide pratique pour ceux qui veulent s'aventurer dans ses maquis. Alors que le 25e sommet Afrique-France, qui est aussi celui du cinquantenaire des indépendances, s'est tenu à Nice les 31 mai et 1er juin, l’affaire est assez emblématique des mutations de cet étrange serpent de mer qu’est la Françafrique. Chacun sait, depuis le 15 mai, que la libération de l’universitaire Clotilde Reiss est en partie due à une médiation sénégalaise, au sein de ...
Lire l'article
Un rapport du Sénat américain a mis en lumière des opérations financières douteuses qui auraient été menées aux Etats-Unis par des membres des familles de chefs d'Etat africains. Il pointe la responsabilité des banques américaines et s'inquiète de la facilité avec laquelle l'argent est blanchi dans le pays. Le document de 330 pages consacré au blanchiment d'argent a été publié jeudi dénonce la facilité avec laquelle des banques américaines ont fait entrer sur le territoire des sommes importantes d'origine douteuse. Citigroup, Machovia et Bank of America sont dans le collimateur. C'est quatre cas qui sont détaillés dans le rapport et citent la ...
Lire l'article
Le président du groupe de la Banque mondiale (BM), Robert B. Zoellick anime ce mardi une conférence de presse par vidéo sur les Technologies de l’Information et de la communication en Afrique, indique un communiqué du bureau de l’institution à Libreville. La diffusion de cette vidéo conférence se déroule au siège du bureau de la Banque mondiale à Libreville où tous les médias ont été conviés, précise le communiqué. Cette vidéo conférence intervient après le séjour en janvier dernier de M. Zoellick en Sierra Léone, en Côte d’Ivoire et en Ethiopie. A Addis-Abeba, en marge du sommet des chefs d’Etat de l’Union ...
Lire l'article
La réunion des ministres africains des Finances et des gouverneurs de banques centrales du continent, convoquée ce 10 mars à Dar es-Salaam, en Tanzanie, par le Fonds monétaire international (FMI), a permis de faire le point sur les mesures envisageables pour juguler les retombées de la récession économique mondiale sur les pays africains. Le directeur du FMI a affirmé qu’il fallait dégager 11 milliards de dollars supplémentaires dans les 5 ans pour prévenir les scénarios catastrophes, et a annoncé la création de deux nouveaux centres d’assistance techniques en Afrique de l’Ouest et Australe pour aider les pays africains à répondre ...
Lire l'article
La directrice du département Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Antoinette M. Sayeh a appelé jeudi dans une vidéo conférence depuis Washington le Gabon et tous le pays africains producteurs de pétrole, confrontés au problème de la baisse du prix du pétrole à s’ajuster à cette nouvelle réalité et apporter plus de transparence dans la gestion de leurs ressources. Le FMI a octroyé près de 102 millions de dollars au titre d'accord de confirmation au Gabon afin de soutenir son programme économique, sur une période de 14 mois, gage de la signature d'un accord final de 3 ans. Un premier décaissement ...
Lire l'article
Une employée de banque gabonaise a été condamnée jeudi à 6 mois de prison ferme et la banque à 533.000 euros de dommages et intérêts pour "violation de secret professionnel" dans le cadre d'une affaire liée à des accusations de corruption contre un procureur. L'employée, Marlène Rapontchombo, en détention préventive depuis juillet 2008 et congédiée depuis son incarcération, a été condamnée à six mois de prison ferme et 250.000 FCFA (380 euros) d'amende, "à payer dans les deux mois", selon son avocat, Me Bertrand Homa Moussavou. Mme Rapontchombo, qui conteste les faits, avait été arrêtée après la divulgation sur internet, dans la ...
Lire l'article
Le monde comptait moins de pauvres en 2005 qu'en 1981, a indiqué hier la Banque mondiale, avec 1,4 milliard de personnes disposant de moins de 1,25 $US par jour (contre 1,9 milliard), sauf en Afrique subsaharienne où leur nombre continue à monter. L'institution a relevé son seuil de pauvreté à 1,25 $US par personne et par jour aux prix de 2005, contre 1 $US en 1981. Cette limite correspond à la moyenne du seuil de pauvreté dans les 10 à 20 pays les plus pauvres du monde, pris comme références. Sans cette révision qui prend en compte la montée du coût ...
Lire l'article
La capitale gabonaise abrite depuis le 28 avril un séminaire réunissant des hauts fonctionnaires des administrations de 13 pays d’Afrique centrale et de l’ouest, des experts internationaux, des représentants des compagnies pétrolières et des organisations internationales pour coordonner la gestion transparente des contrats pétroliers et gaziers afin de parvenir à une administration équitable des fonds qui en découlent. Libreville tente d’exorciser la malédiction du pétrole à travers un séminaire sur la gestion des contrats pétroliers et gaziers qui se déroule depuis le 28 avril dernier à l’hôtel Laïco Okoumé Palace. Les travaux de ce séminaire qui réunissent des hauts fonctionnaires des ...
Lire l'article
Un expert de la CEA à Libreville dans l’optique de créer un réseau des institutions anti-corruption en Afrique centrale
Gabon : La société civile en guerre contre la corruption
France-Afrique: Les nouveaux réseaux
Le Sénat américain se penche sur des cas de corruption en Afrique
Economie : Le président du groupe de la BM anime une conférence de presse vidéo sur les TIC en Afrique
Afrique : Le FMI promet deux nouveaux centres d’assistance technique
Afrique: La directrice Afrique du FMI appelle les pays africains producteurs de pétrole à apporter plus de transparence dans la gestion des ressources
Gabon: une banque et une employée condamnées après des accusations de corruption
La pauvreté recule, sauf en Afrique
Afrique : La gestion des contrats pétroliers et gaziers en débat à Libreville

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 7 Oct 2009
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*