Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Solutions pour sortir de la crise électorale

Auteur/Source: · Date: 10 Oct 2009
Catégorie(s): Politique

Précédé par un scrutin historique et auréolée par une transition apaisée l’élection présidentielle du 30 août dernier a accouchée d’un malaise profond qui écartèle la société gabonaise entre le gouvernement et le Front du refus du coup d’Etat électoral et asphyxie peu à peu la nation depuis la proclamation des résultats le 4 septembre. Le malaise est si profond que quelque soit le résultat des travaux de la Cour constitutionnelle le climat social ne sera apaisé. Pour sortir de la crise l’Observatoire national de la démocratie propose des pistes à explorer pour sauvegarder la paix et la stabilité du Gabon.

Dans un document intitulé «propositions d’une solution de sortie de crise l’OND rappelle qu «au crépuscule de sa vie, le Président Omar BONGO ONDIMBA avait dressé un état de lieu sans complaisance de la situation socio-politique du Gabon en ces termes « l’Etat doit inspirer -confiance, assurer et rassurer par son dynamisme, dans tous les secteurs d’activités relevant de ses compétences, cet Etat est actuellement affaibli par : l’ethnisme, le clientélisme, l’affairisme, la corruption, la politisation outrancière et le népotisme qui ont gangrené les pouvoirs publics».

Selon l‘Observatoire national de la démocratie, «Cette situation de décrépitude a entraîné une crise sociale sans précédent dans la fonction publique et au niveau du secteur privé et occasionné une fracture entre, d’un coté, une classe dirigeante riche, repue, corrompue et insensible et de l’autre, un peuple de plus en plus pauvre et dégoûté de la chose politique. le pays était déjà au bord du chaos.»

C’est ce chaos qui est à l’origine de «la forte participation des populations aux différentes phases de la dernière élection présidentielle traduit clairement la volonté des gabonais à se réapproprier leur destin et l’avenir de leur pays ».

Malheureusement, «la proclamation des résultats électoraux aussitôt contestés et jugés contraires à l’expression démocratique des gabonais et les messages de félicitation adressés par les dirigeants de certains pays avant la fin du processus du contentieux électoral , en même temps qu’ils ouvrent une période d’incertitude pour l’avenir de notre pays, si la Cour Constitutionnelle venait à valider ce résultat en dépit des preuves de fraudes accablantes et des manquements graves présentés par les autres candidats dans leurs différentes requêtes, nous enseignent aussi que le vote seul ne suffit pas pour réguler la vie démocratique et assurer une alternance politique stable et paisible au Gabon. Il existe des pesanteurs externes et des réticences internes qui se trouvent aujourd’hui au dessus du vote.»

Pour l’OND, «Des mémoires des Gabonais, le pays n’a jamais été aussi proche d’une explosion: les deux camps politiques se regardent en chiens de faïence, le dialogue est rompu, la rue gronde et le front social se réactive»

Face à cette situation l’OND estime que «pour sortir de cette crise politique qui, très rapidement, sera rattrapée par une crise sociale, mise en veilleuse par les partenaires sociaux afin de donner une chance au processus de transition politique en cours, nous proposons la voie de la sagesse.»

Les propositions de sorties de crise que préconise l’OND gabonaise s’articule autour de trois axes : l’annulation de l’élection présidentielle du 30 août, la mise en place d’une période intérimaire de 6 mois et une période de transition de 5 ans. Toutefois ces actions seront précédées par l’adoption d’une constitution consensuelle élaborée par toutes les forces politiques du pays et la mise en place d’une commission «Vérité et réconciliation».

Sur l’annulation de l’élection présidentielle, l’OND pense qu’au regard des recours introduits par différents candidats et dont les nombreux griefs enregistrés sont avérés, «la Cour constitutionnelle n’aura aucune difficulté a déclaré l’annulation de cette élection (…) si elle décide de dire le droit et rien que le droit»

L’annulation de l’élection présidentielle sera suivie d’une période intérimaire de 6 mois dirigée par l’actuel Président de la république et un gouvernement d’union nationale dont le premier ministre sera issue des rangs de l’opposition.

Ce gouvernement comprendra des membres du camp d’Ali Bongo Ondimba (25%), de ceux d’André Mba Obame (25%), des cadres issus du camp de Manboundou (25%). «Les autres politiques de la société civile» participeront à ce cabinet respectivement à hauteur de 10% et 15%.

La mission de ce cabinet sera de convoquer les assises politiques, de préparer et organiser les élections générales. En effet dès sa prise de fonction le gouvernement s’attachera à élaborer et adopter une constitution consensuelle intérimaire, définir les modalités pratiques de création et de fonctionnement de la commission «vérité et réconciliation», ainsi que les conditions de négociations politiques et économiques avec les partenaires privilégiés du Gabon.

La constitution intérimaire et consensuelle constitue la véritable dorsale des propositions de l’OND car c’est elle qui a la charge de «créer les conditions de vie d’une gestion en commun du pays par les grandes forces politiques pendant 5 ans».

Elle introduit également une innovation de taille, l’élection présidentielle et législative seront couplées et soumises à la règle de la proportionnalité. Ainsi, seront représentés à l’Assemblée nationale tous les partis ou groupement de partis qui atteindront 10% des suffrages.

Tous les partis qui franchiront la barre de 20% de suffrages participeront d’office au gouvernement. Ceux ayant atteint 25% auront un Vice-président. C’est au parti ou le groupement de partis qui remportera les élections qui aura le privilège de nommer le Président de la république, le premier vice-président et le premier ministre.

L’OND est convaincue que l’adoption d’une telle constitution pour une période transitoire de 5 ans permettra de migrer «doucement vers la constitution des grands partis politiques nationaux et ainsi tordre le coup au phénomène des petits partis politiques à forte coloration ethnique et locale», de faire participer toutes les grandes forces politiques à la gestion du pays, pour affronter ensemble les défis de l’après Bongo t enfin de conduire ensemble les premiers pas du Gabon vers une économie moderne et diversifiée.

Si cette somme de propositions ne manque pas de pertinence, elle est cependant loin de rapprocher les deux grands camps qui s’affrontent actuellement à travers ce processus électoral.

Le plus difficile à faire c’est de convaincre le camp donné vainqueur d’abandonner sa victoire et par la même occasion les privilèges attachés à l’exercice du pouvoir. Pour parvenir à la voie médiane que propose l’OND le Gabon aura besoin non seulement du courage de chacun de ses fils mais surtout de l’esprit de sacrifice pour sauver l’essentiel.


SUR LE MÊME SUJET
Le Secrétaire Permanent des partis politiques de la Majorité Républicaine et du Parti Démocratique Gabonais, Faustin Boukoubi a, au nom de ce bord politique, exhorté « le gouvernement et la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) à appliquer strictement les dispositions en vigueur, en vue d’assurer toutes les conditions de transparence au cours des élections législatives à venir », ce vendredi au cours d’une conférence de presse. C’est aux côtés des présidents et représentants des partis politiques membres de la Majorité Républicaine (CLR, RDP, le Parti Travailliste, le Front Démocratique et Culturelle, entre autres) que le Secrétaire permanent ...
Lire l'article
Pour sortir le peuple gabonais de l'emprise du pouvoir dictatorial des Bongos, le Morena demande: -Que le pouvoir soit restitué au peuple souverain par l'organisation d'une nouvelle élection présidentielle, les précédentes n'ayant été que des parodies d'élection; -La fermeture de la base militaire du camp général de Gaulle; - l'indemnisation des victimes du coup d'état de 1964 - La réparation du préjudice causé aux membres du MORENA qui n'éxigeaint que le retour du multipartisme; -Le rapatriement des fonds publics détournés et déposés hors du Gabon pour déclencher le developpement du pays; -Le retour de toutes les archives de la période ...
Lire l'article
Face à la crispation politique actuelle, plusieurs ONG et syndicats représentant la société civile ont appelé le 17 février dans un mémorandum de 17 pages, le pouvoir et l'opposition à faire des concessions pour une sortie de crise. Cet appel va-t-il dissuader les deux parties à mettre de l’eau dans leur vin ? André Mba Obame et son gouvernement parallèle sont toujours retirés dans les locaux du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Libreville. Et le gouvernement consulte, avant d’ouvrir le dialogue tant attendu pour apaiser la tension politique née de la prestation ...
Lire l'article
La Coalition des Partis politique pour l’Alternance (CPPA, opposition) a souhaité, dans une Déclaration rendue publique vendredi et lue par le président du Centre pour la démocratie et la justice (CDJ, opposition), Jules Aristide Ogoulinguendé, qu’ « au lieu d’afficher de part et d’autre l’importance des rapports de force, il est urgent qu’un dialogue soit ouvert pour trouver des solutions à la situation que nous connaissons ». Dans cette déclaration qui a été rendue publique par le président du CDJ en présence des responsables du FAR, du MORENA UNIONISTE, du MORENA, du PGP et de l’UN (Dissoute depuis vendredi, ...
Lire l'article
Alors que la communauté internationale convaincue de sa défaite aux dernières élections ne fait que lui demander de respecter le verdict des urnes qui le donne perdant au scrutin présidentiel du 28 novembre dernier, Laurent Gbagbo et ses partisans ont déclaré la guerre à cette communauté internationale. Une guerre aux relents pseudo-nationalistes qui tue surtout les Ivoiriens. En un mois, ce sont près de 300 personnes qui ont directement trouvé la mort, du fait de la crise post-électorale qui secoue le pays. A ces victimes, généralement tombées sous des balles, il faut certainement plus d'un millier d'autres qui ont certainement succombé ...
Lire l'article
Le président de la Confédération syndicale gabonaise (COSYGA)Martin Alini a déclaré lors des assises consacrées à la crise financière internationale et son impact sur l’économie gabonaise, ouverte mercredi et qui s’achèvent ce jeudi à Libreville, que « les solutions nationales passent nécessairement par la réduction des effectifs des postes politiques ». « Nous devons ensemble comprendre qu’une crise pousse à la diminution des prix et à la mévente de nos principaux produits d’exportation. Ce qui risque de jeter les paysans, chômeurs, manœuvres et ouvriers vers un régime d’un repas tous les deux jours dans notre pays », a-t-il déclaré. « ...
Lire l'article
Dans un communiqué, M. Annan estime que le pouvoir en place a suscité "une amère déception" et appelle à "accélérer" la transition politique au Zimbabwe. Il demande également au pays membres de la SADC, la Communauté de développement d'Afrique australe, de s'impliquer davantage. Koffi Annan et les deux autres membres du groupe The Elders – l'ancien président américain Jimmy Carter et la militante des droits de l'Homme Graca Machel, épouse de Nelson Mandela – avaient tenté de se rendre au Zimbabwe les 22 et 23 novembre, mais s'étaient vus refuser leurs visas par les autorités d'Harare. "Nous n'avons pas pu ...
Lire l'article
Les négociations qui ont repris lundi entre le gouvernement et la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) à Libreville ont à nouveau abouti sur du surplace au point que la grève reste d’actualité, a-t-on appris mardi. Le premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, a demandé à la CONASYSED de lever le mouvement de grève en attendant que les solutions soient trouvées. Proposition qui a été rejetée par les membres de la CONASYSED qui réclament au gouvernement l'harmonisation des salaires des enseignants recrutés avant et après 1991 et la régulation des situations administratives. M. Jean Eyeghé Ndong a déploré ...
Lire l'article
Le Conseil des ministres gabonais a annoncé mardi à Libreville la création d'une commission chargée d’examiner les revendications de la confédération nationale des syndicats du secteur de l'éducation nationale. Cette commission, présidée par le premier ministre aura notamment pour mission de proposer l'harmonisation des salaires des enseignants recrutés avant et après 1991, l 'examen des dossiers de recrutement, d'intégration, de titularisation, de confirmation, de reclassement et de rappels des enseignants et autres personnels du secteur éducation. La commission examinera également les autres questions destinées à l'amélioration, des conditions de vie et de travail des enseignants et des autres personnels du ...
Lire l'article
Le rendement de l’activité commerciale des structures de locations ou de ventes de chaises et de tentes à Libreville, a considérablement augmenté depuis l’ouverture de la campagne électorale le 12 avril dernier, sur toute l’étendue du territoire nationale, où les meetings, réunions, causeries politiques sont des occasions en or pendant lesquelles les détenteurs de petites et moyennes entreprises de prestations de services et de location sont très sollicités par les partis politiques qui n’hésitent pas à injecter une bonne partie de leur manne électorale en vue de mettre à l’aise une partie des foules et des militants qui assistent à ...
Lire l'article
Le PDG exhorte le gouvernement et la CENAP à appliquer strictement la loi pour garantir la transparence électorale
Gabon : les exigences du Morena pour sortir de la crise
Gabon : Un mémorandum pour sortir de la crise
Gabon: « … il est urgent qu’un dialogue soit ouvert pour trouver des solutions à la situation que nous connaissons », Déclaration du CPPA
Crise post-électorale : Le pseudo-nationalisme de Gbagbo tue les Ivoiriens
Gabon: Crise financière mondiale: « les solutions nationales passent par la réduction des effectifs des postes politiques », Martin Alini (président de la COSYGA)
Pour Kofi Annan, Mugabe est “incapable de sortir le Zimbabwe de la crise”
Gabon: 5ème round des rencontres Gouvernement-CONASYSED: pas toujours de solutions de sortie de crise
Gabon: Revendications syndicales: mise en place d’une Commission chargée d’étudier les solutions de sortie de crise
Gabon: La campagne électorale bonne pour les affaires des agences de location de chaises et de tentes

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Oct 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*