Socialisez

FacebookTwitterRSS

« Baby Zeus » confirmé vainqueur au Gabon : un « président de rupture » ?

Auteur/Source: · Date: 14 Oct 2009
Catégorie(s): Politique

La Cour constitutionnelle du Gabon a validé lundi soir la victoire d’Ali Bongo, fils de l’ex-président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin après 41 ans passé au pouvoir, à l’élection présidentielle du 30 août dernier. Il devrait être investi avant la fin de la semaine. La validation de l’élection d’Ali Bongo a été confirmée après plusieurs semaines de débats. Les « insuffisances » apparues lors du scrutin du 3 septembre avaient provoqué un fort mouvement de contestation, notamment à Port-Gentil, capitale pétrolière située dans l’ouest du pays, qui avait fait plusieurs victimes (3 selon les autorités, au moins cinq d’après l’opposition). La Cour constitutionnelle a finalement rejeté les onze recours en annulation déposés par les neuf candidats. Pierre Mamboundou et André Mba Obame, arrivés en seconde et troisième position avaient alors caractérisé l’élection de « mascarade », de « dérive dictatoriale », ou encore de « coup d’État électoral », accusant Ali Bongo de « manipulation grave ». La victoire présidentielle de Baby Zeus, comme il est surnommé, avait été prévue par la totalité des observateurs gabonais il y a longtemps. La propagande faite pour son parti à la télévision nationale et la fermeture parallèle de la télévision privée de l’un de ses principaux rivaux politiques, Mba Obame, annonçaient les premiers signes de fraude.

Toutefois, l’annonce finale de la victoire de Bongo a été accueillie positivement en France, et notamment par le secrétaire d’Etat à la coopération, Alain Joyandet, qui a déclaré qu’il faut « laisser le temps [à Bongo] de démontrer qu’il peut être un président de rupture ».
Mais ces espoirs de rupture et de démocratie ne sont pas partagés à l’intérieur du pays, où les tensions entre l’ethnie majoritaire des Fangs, extrêmement pauvre, et la minorité Téké au pouvoir – dont la famille Bongo fait partie –, risquent de rendre le pays ingouvernable. Si la situation interne devait dégénérer, comme ce fut le cas en Côte d’Ivoire en 2004, on peut dès lors s’interroger sur les éventuels risques que causerait une intervention de la France pour rétablir l’ordre

 source: affaires stratégique. info


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE — Le président gabonais Ali Bongo Ondimba a réaffirmé mardi soir dans une adresse à la Nation, à la veille de la fête nationale, que les législatives se dérouleraient sans biométrie et a promis de lutter contre la vie chère, dénonçant "les commerçants véreux". Le président a aussi annoncé des mesures dans les dommaines de la santé et de l'éducation. "La Cour a procédé à son arbitrage" sur la biométrie et la demande de report des élections. "Conformément à la légalité républicaine, et en tant que garant de la Constitution, je m'y soumets, comme tout acteur politique doit se soumettre aux ...
Lire l'article
Le président du conseil économique et social (CES) Antoine de Padou Mboumbou Miyakou a indiqué, mardi lors de la session extraordinaire portant sur l’examen du projet du loi de finance 2010, que l’augmentation du budget d’investissement de l’ordre de 897.5 milliards décidé par le gouvernement traduit ‘’une rupture évidente avec le passé’’. Pour atteindre les objectifs de développement que le gouvernement s’est fixé ‘’c’est une avancée indéniable qu’il nous faut saluer’’ a explique Mboumbou Miyakou, qui a jouté par la suite que ‘’le budget d’investissement bénéficiait jusque là de la portion congrue au budget général de l’Etat’’. En mettant donc un accent ...
Lire l'article
Ali Bongo Ondimba, le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), à l’élection présidentielle du 30 août dernier, est confirmé président de la République par la Cour constitutionnelle, au terme de la délibération du contentieux né de ce scrutin, déposé par neuf candidats malheureux et un citoyen. Ali Bongo Ondimba totalise, à l’issue de ce contentieux, un score légèrement la hausse, soit 41, 79 % de voix contre 41,73% comme annoncés lors des premiers résultats. Pierre Mamboundou qui récolte 25, 64% demeure de leader de l’opposition devançant l’ex deuxième de cette élection, André Mba Obame, qui a enregistré 25, 33%, moins ...
Lire l'article
Le 2 septembre doivent être proclamés les résultats de la présidentielle gabonaise. Jamais un scrutin n’aura été aussi serré. Mais à la fin des élections, au Gabon, on tire toujours le Bongo… Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans le Parisien du 1er septembre. Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération initié aux mystères africains par Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique et insatiable missi dominici entre les palais africains et l’Elysée. Le nouveau président gabonais « devra exercer un mandat de rupture ». De l’humour sans doute de la part ...
Lire l'article
LIBREVILLE, (AGP) - La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi, rapporte l’AFP. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et ...
Lire l'article
PARIS — La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et de répartir les ...
Lire l'article
Libreville, 1er août (GABONEWS) – Le Secrétaire général du parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir), Faustin Boukoubi, face à la presse nationale et internationale, affirme ce lundi que «Ali Bongo Ondimba est largement vainqueur sur toute l’étendue du territoire » de la présidentielle anticipée du 30 août sur la base des résultats dont dispose cette formation. Actualité du :31/08/2009 Monsieur Faustin Boukoubi a, sur sa lancée, invité le candidat Pierre Mamboundou au respect du patriotisme et de la légalité et de se fier aux résultats des urnes. Le représentant de l’Alliance pour le changement ...
Lire l'article
Le président de Madagascar confirme sa démission
Le président malgache, Marc Ravalomanana, a confirmé sa démission dans un communiqué, mardi 17 mars. Il annonce par ailleurs avoir signé une ordonnance qui prévoit le transfert à "un directoire militaire" des fonctions "du président de la République et de celles du premier ministre". Selon son porte-parole, c'est l'amiral Hyppolite Ramaroson, "le plus ancien dans le grade le plus élevé", qui devrait prendre la tête de l'Etat. Mais, selon RFI, qui a contacté plusieurs chefs de l'état-major, ceux-ci ont affirmé qu'ils refuseraient de prendre le pouvoir. Un officier supérieur de l'armée a par ailleurs déclaré à l'AFP que le chef de ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle a procédé mardi soir à la proclamation des résultats de l’élection des membres des conseils départementaux et municipaux du 27 avril dernier, qui sont avérés conformes aux procès verbaux transmis par la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP), faisant ressortir une large victoire du Parti démocratique gabonais (parti au pouvoir), même si quelques erreurs matérielles ont pu être relevées concernant certains d’entre eux, nécessitant de la part de la haute juridiction, « les rectifications et les redressements qu’elle a jugé nécessaires », avec une volonté de sanctionner les citoyens coupables de violences, à l’exemple du député ...
Lire l'article
Lors d'une conférence de presse, samedi 5 avril, le chef de l'opposition, Morgan Tsvangirai, s'est déclaré pour la première fois vainqueur de l'élection présidentielle du 29 mars alors que la Commission électorale n'a toujours pas publié les résultats officiels de cette élection. M. Tsvangirai, qui n'était pas apparu en public depuis mardi, a également estimé qu'un second tour contre le chef de l'Etat Robert Mugabe n'était "pas nécessaire". "Nous avons gagné l'élection sans qu'un second tour soit nécessaire", a affirmé devant la presse le leader du Mouvement pour le changement démocratique (MDC), principal parti d'opposition. "En cas de second tour, ...
Lire l'article
Gabon: le président Bongo confirme la tenue de législatives sans biométrie
Le président du CES estime que l’augmentation du budget traduit ‘’une rupture avec le passé’’
Gabon: URGENT / Ali Bongo Ondimba, confirmé président de la République au terme de la délibération du contentieux par la Cour constitutionnelle
Un Gabon en pleine rupture
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture” (Paris)
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture”
Gabon: « Ali Bongo Ondimba est largement vainqueur sur toute l’étendue du territoire », SG du PDG
Le président de Madagascar confirme sa démission
Gabon: Locales 2008: la Cour constitutionnelle proclame les résultats donnant le PDG vainqueur sans péril
Zimbabwe : le candidat de l’opposition se déclare vainqueur à la présidentielle

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Oct 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à « Baby Zeus » confirmé vainqueur au Gabon : un « président de rupture » ?

  1. AUCUN NIGERIAN NE SERA PRESIDENT AU GABAO

    16 Oct 2009 a 13:13

    b[Et pourquoi ne pas faire un gouvernement parallele? ]b

    Nos citoyens et nos institutions ne suivront que le President elu du Refus.

  2. cool

    15 Oct 2009 a 07:28

    Si le pédé de joandet met ses sales pieds ici lors de l’installation d’OBI TCHUKU-TCHUKU alias ali bongo il va boire le sang de sa mère dans la tasse.
    La sale pute de Mborantsuo n’a pas honte,elle pense qu’elle aura quel poste dans ce gouvernement de de pédé et de vampires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*