- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : Alain Joyandet à Libreville pour l’adoubement d’Ali Bongo

Le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, est arrivé à Libreville depuis le 15 octobre dernier pour prendre part à l’investiture du nouveau chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba. La France avait été un des premiers pays à adressé ses félicitations à Ali Bongo après l’annonce des premiers résultats le 3 septembre dernier.

La France est représentée à l’investiture d’Ali Bongo par son secrétaire d’Etat à la Coopération, Alain Joyandet, arrivé à Libreville depuis le 15 octobre dernier. Près d’une dizaine de chefs d’Etats sont attendus à cette passation de pouvoir entre Rose Rogombé, qui assure l’intérim depuis le 10 juin dernier, et Ali Bongo, déclaré vainqueur de l’élection présidentielle du 30 août.

Dès son arrivée dans la soirée du 15 octobre, Alain Joyandet a tenu une conférence de presse à l’hôtel Laico Okoumé Palace de Libreville pour présenter les positions de la France sur le processus électoral historique qui s’est achevé le 12 octobre dernier.

«Ce qui est très important ce n’est pas tant que le fils succède au père, ce sont les conditions dans lesquelles le fils succède au père, que la Constitution ait été respectée est quelque chose d’important», a-t-il estimé à cette occasion.

Rappelant le rapport des observateurs internationaux de l’élection, qui affirmaient que «le déroulement du scrutin comportait certes quelques faiblesses, mais en toute état de cause, ça ne pouvait pas remettre en cause la validité dudit scrutin», Alain Joyandet a affirmé que «le Gabon peut regarder ses institutions avec confiance».

Le président français, Nicolas Sarkozy, avait été l’un des premiers chefs d’Etats a adressé ses félicitations à Ali Bongo au lendemain de l’annonce des résultats officiels le 3 septembre dernier, avant la fin du contentieux électoral. Une démarche qui avait provoqué une levée de boucliers de l’opposition qui dénonçait l’ingérence de la France dans le processus électoral gabonais.

«L’intention qui nous a été prêtée d’avoir supporté un candidat ou d’avoir interféré d’une manière ou d’une autre, je crois vraiment que c’est un malentendu, et je souhaite que la page de ce malentendu soit tournée», a expliqué à cet effet le secrétaire d’Etat français à la Coopération.

Monsieur Joyandet était arrivé au secrétariat d’Etat français à la Coopération après l’éviction de Jean Marie Bockel, sur pression du président Bongo Ondimba, suite à des propos déplacés qui avaient mis en froid Paris et Libreville. Il avait depuis été l’un des principaux artisans de la réconciliation franco-gabonaise sur les quelques brouilles qui étaient survenues depuis début 2008.


SUR LE MÊME SUJET
Alain Joyandet, Secrétaire d’Etat français à la Coopération ne s’entretiendra pas avec le collectif des organisations Libres de la société Civile gabonaise, Marc Ona et le siens ont décliné l’offre de rencontre que le Premier Secrétaire d’Ambassade de France au Gabon leur a faite mardi,arguant ne vouloir comme seul interlocuteur que le président Nicolas Sarkozy . C’est un niet catégorique que Marc Ona a donné mardi après –midi au Premier Secrétaire de l’Ambassade de France au Gabon. Au téléphone, puis par courriel. Non,le Collectif des organisations Libres de la société civile gabonaise ne souhaite pas rencontrer le Secrétaire d’Etat français à ...
Lire l'article [1]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [2]
Le secrétaire d’État à la Coopération a été, vendredi, le premier représentant étranger reçu par le nouveau président du Gabon, Ali Bongo, dans l’ancien bureau de son père. «Tu me vois dans le bureau qu’occupait mon père. Je me sens impressionné par l’importance de mes responsabilités», lui a dit Ali, la larme à l’œil. «Il n’y a pas de fatalité. Tu es le fils de ton père, mais tu peux aussi être plus juste, et résoudre le problème de redistribution des richesses qu’il y a dans ce pays», lui a répondu Joyandet.
Lire l'article [3]
Son prédécesseur, Jean-Marie Bockel, avait pris au mot le président Sarkozy et voulu rompre avec la tradition de la Françafrique. En renouant avec la realpolitik, le nouveau ministre de la Coopération français, Alain Joyandet, sert mieux les intérêts de la France en Afrique, écrit L'Observateur Paalga, de Ouagadougou. En voulant signer "l'acte de décès de la Françafrique", l'ancien ministre de la Coopération, Jean-Marie Bockel, a été tout simplement remercié – pardon, redéployé à la Défense. "Le sacrifié" avait été amnésique sur plusieurs sujets. D'abord il a occupé la rue Monsieur avec un préjugé défavorable : son patron, Bernard Kouchner, semble-t-il, ...
Lire l'article [4]
Lui, Alain Joyandet, n’est pas un produit de la politique d’ouverture de Sarkozy, contrairement à son prédécesseur Jean-Marie Bockel, entré au gouvernement pour cette raison sarkosyste, même si l’on sait que ce n’est ni plus ni moins qu’une estocade portée au PS. Du reste, Bockel, comme d’autres, qui ont répondu à l’appel du locataire de l’Elysée, ont été exclus du camp socialiste pour « trahison ». Et pour le cas Bockel, un pathos ne venant jamais seul, les choses ne se sont pas arrangées : pour avoir pris au pied de la lettre les oukazes de son patron de président en ...
Lire l'article [5]
Le nouveau secrétaire d’Etat à la coopération, Alain Joyandet, refuse le terme "Françafrique" au motif qu’il daterait des années 60. Certes, l’épouvantail agité par Paris n’est plus le bloc soviétique, mais la Chine. A cette réserve près, le père du néocolonialisme français, Jacques Foccart, aurait pu tenir, mot pour mot, le même discours que le petit soldat africain de Sarkozy. Jugez-en plutôt. La tête de Bockel tombée pour plaire à Bongo, Sarkozy a voulu le maire de Vesoul. Et on a le maire de Vesoul - pour paraphraser le grand Jacques. Deux semaines après sa nomination, le premier fait d’arme de ...
Lire l'article [6]
“Sans l’Afrique, la Francophonie n’a pas d’avenir”, selon Joyandet
Le secrétaire d'Etat à la Coopération et à la Francophonie, Alain Joyandet, a estimé mardi à Paris que "sans l'Afrique, la Francophonie n'a pas d'avenir", et mis l'accent sur le développement de l'enseignement à distance sur ce continent. "Je peux vous assurer ici que l'Afrique restera au coeur de nos préoccupations car, sans l'Afrique, la Francophonie n'a pas d'avenir", a déclaré M. Joyandet lors d'une rencontre à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris) consacrée à l'avenir de la Francophonie. Jugeant que "le numérique doit constituer la force de frappe de la Francophonie", il a assuré que "l'enseignement à distance, en particulier ...
Lire l'article [7]
L'Economie française dépend de ses possessions dans les ex-colonies. Mettre fin aux relations françafricaine c'est plonger la France dans la recession économique. De Air France à Areva , en passant par Total, Bolloré... l'économie française est pour plus de la moitié dépendante de l'Afrique francophone. Le gabon en est un exemple frappant où les hommes politiques français au pouvoir sont obligés d'aller pour faire allégeance et permettre une continuation du pillage des matiers premieres gabonaise (Petrole, bois...). Toute autorité française remettant en cause ce rapport inégalitaire entre la France et le gabon, est tout bonnement ecarté. Jean-Marie Bockel vient d'en ...
Lire l'article [8]
Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique
La visite à Libreville du secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et du secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet a aplani les différends avec le Gabon mais, malgré les déclarations de rupture, elle démontre que la "Françafrique" a la peau dure. "Il y a une symbolique forte puisque le représentant du président de la République et le représentant du gouvernement que je suis viennent rendre visite au président Bongo. C'est la première visite officielle du nouveau secrétaire d'Etat", a souligné M. Joyandet. La "symbolique" est d'autant plus forte que M. Joyandet rend ainsi hommage au président Bongo, une des plus ...
Lire l'article [9]
Gabon: visite de Guéant et Joyandet pour aplanir les différends
Le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant et le secrétaire d'Etat français à la Coopération Alain Joyandet, dont c'était le premier déplacement à l'étranger, ont effectué jeudi une visite express à Libreville pour aplanir les différends après une crise diplomatique. "Quelques nuages ont traversé le ciel de nos relations. Ils sont derrière nous. C'est ce que nous pouvons dire aujourd'hui après un temps passé avec le président de la République du Gabon (Omar Bongo Ondimba). Les relations sont au beau fixe", a affirmé M. Joyandet. Le nouveau secrétaire d'Etat a remplacé le 18 mars Jean-Marie Bockel qui voulait signer "l'acte de décès ...
Lire l'article [10]
Alain Joyandet débouté par la société civile gabonaise
Bongo Doit Partir
Confidentiel Joyandet, 1er invité de Bongo
FRANCE • Alain Joyandet sait s’y prendre avec les dictateurs africains
Alain Joyandet : lui, il sait s’y prendre avec les doyens
Foccart est mort, vive Joyandet: Néocolonialisme décomplexé à la française
“Sans l’Afrique, la Francophonie n’a pas d’avenir”, selon Joyandet
Claude Guéant et Alain Joyandet à Libreville pour que le système de pillage puisse continuer sans heurts
Gabon: le tandem Guéant-Joyandet travaille à faire oublier la Françafrique
Gabon: visite de Guéant et Joyandet pour aplanir les différends