- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : Les enseignants grévistes campent sur leur positions

A l’issue de l’assemblée générale du 17 octobre, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a décidé de la poursuite du mouvement de grève jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications. Cette position fait suite à la décision de la tutelle de suspendre les salaires des enseignants grévistes, après la reprise du mouvement de grève depuis la rentrée des classes le 5 octobre dernier.

Malgré les sanctions de la tutelle pour contraindre les enseignants à reprendre le chemin des classes, la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a décidé de maintenir son mouvement de grève à l’issue de l’assemblée générale du 17 octobre, pour protester contre la non satisfaction de toutes leurs revendications et contre la «mise en détachement» des enseignants grévistes par la tutelle.

Depuis la rentrée scolaire 2008-2009, les enseignants réclament la régularisation des situations administratives des agents, l’intégration de plus de 700 auxiliaires à la Fonction publique, le paiement des primes d’incitation à la fonction enseignante et de vacation, ou encore le paiement des rappels. Autant de mesures qui avaient trouvé satisfaction dans le protocole d’accord signé en janvier dernier entre la centrale syndicale et le gouvernement.

«A partir des groupes de travail, nous avons planché sur ces différents points au ministère de l’Education nationale. Il s’avère qu’à ce niveau, les travaux sont achevés. Il nous reste seulement à rencontrer les agents des ministères des Finances et de la Fonction publique pour harmoniser toutes les données qui sont en notre possession», a expliqué Léa Isabelle Ozoumey, modératrice de la CONASYSED.

Un des éléments catalyseur du maintien de la grève reste également la menace de «mise en position de détachement» adressée aux responsables de la CONASYSED par l’ancien ministre de l’Education nationale le 14 octobre dernier.

Invoquant l’«incompatibilité d’un agent public d’exercer un emploi de la Fonction publique et d’être en même temps membre permanent du bureau directeur ou exécutif d’un syndicat», Michel Menga avait menacé de rayer les grévistes des effectifs du ministère de l’Education nationale, avançant que ces derniers seraient désormais «entièrement pris en charge par leur syndicat».

Ajouté à cela les démarches entreprises par la tutelle depuis le 13 octobre dernier pour la «mise sur bons de caisse» des enseignants grévistes, la CONASYSED a décidé de ne pas fléchir dans le bras de fer avec la tutelle, engagé depuis le 6 octobre 2008.

Avec le départ de Michel Menga du département de l’Education nationale dans le nouveau gouvernement mis en place le 17 octobre dernier, remplacé par Séraphin Moundounga, ancien instituteur, on peut nourrir l’espoir que cette profonde crise du système éducatif trouvera des solutions durables.


SUR LE MÊME SUJET
Gabon : Biyoghe Mba veut assigner les enseignants grévistes en justice
Dans une noté adressée aux enseignants grévistes le 1er février, le Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, a menacé de sanctionner ou de poursuivre en justice les enseignants ayant indûment perçu les bons de caisses des mois d’octobre et novembre 2009. En réaction à cette note, les enseignants réunis autours de la Convention nationale des Syndicats du secteur éducation (CONASYSED), ont menacé de boycotter la fin du premier trimestre en faisant de la rétention de notes. Les enseignants grévistes qui ont indûment perçu les bons de caisse des mois d’octobre et novembre 2009 pourraient bientôt être sanctionnés ou se voir ...
Lire l'article [1]
Le gouvernement a mis à exécution sa sanction pour les enseignants qui n'ont pas retrouvé leurs postes de travail depuis le 12 octobre dernier, en procédant au paiement de leur solde par bons de caisse du trésor public. Seuls ceux qui ont assuré les cours dans leurs établissements respectifs pourront être payés sur la base des listes de présence élaborées par les inspecteurs délégués d'académie mandatés par la tutelle. Si la première rencontre du nouveau patron de l'Education nationale avait semblé apaiser le climat entre les enseignants et la tutelle, la mise en œuvre des sanctions promises par le gouvernement devrait ...
Lire l'article [2]
Les enseignants gabonais du secteur public, en grève depuis le 6 octobre dernier pour des revendications notamment financières, ont suspendu mercredi à Libreville leur mouvement de grève. '' Les enseignants ont décidé unanimement de suspendre le mouvement. Ça veut donc dire que nous suivrons attentivement l'application du protocole d'accord à travers la mise en place du comité de suivi'', a déclaré Alain Mouangouadi, modérateur de la Conasysed. ''Demain (jeudi), les enseignants vont se retrouver dans leurs salles de classe, mais nous suivrons les négociations attentivement'', a insisté M. Mouangouadi. Fin février et le 26 mai, les syndicats feront le point si les ...
Lire l'article [3]
Les membres de la Convention Nationale des Syndicats du Secteur de l’Education (CONASYSED) ont décidé de suspendre les cours le 15 décembre 2008, dans tous les établissements du premier et du second degré du pays, afin de permettre au gouvernement gabonais de revoir leurs situations administratives et financières. Le secteur de l'Education nationale est de nouveau paralysé par une grève générale décrétée le 15 décembre par la Convention nationale des syndicats du secteur de l'Education (CONASYSED). Pourtant, en grève depuis la rentrée du 6 octobre, les enseignants avaient décidé à l’issue d’une assemblée générale tenue le 19 novembre à Libreville, de ...
Lire l'article [4]
Réunis en Assemblée générale vendredi, les agents du ministère de la Fonction publique ne sont pas parvenus à trouver un consensus sur la suspension provisoire du mouvement de grève, en dépit de l'appel du ministre de tutelle à lever le mouvement. Le ministre de la Fonction publique, Alain Mensah Zoguelet, a annoncé, la veille à la Radio Télévision Gabonaise (RTG1), que « cette grève était illégale au moment où toutes les revendications étaient examinées par une Commission mise en place par le gouvernement ». « Le gouvernement s’est engagé à poursuivre les négociations et à répondre aux doléances des agents de ...
Lire l'article [5]
Dans le cadre des résolutions annoncées par le ministère de l’Education nationale pour contraindre les enseignants à reprendre les cours, le ministre de tutelle, Michel Menga, a convoqué le 10 novembre à Libreville les responsables académiques et les chefs d’établissements pour donner les instructions relatives à la mise en œuvre des sanctions adoptées. La tutelle a ainsi instauré un système de fiche de présence visant à identifier les enseignants grévistes, qui devraient être privés de salaires à compter du 25 novembre pour ceux qui n’auraient pas réintégré les salles de classes au 12 novembre, après cinq semaines de grève. Le ...
Lire l'article [6]
Les enseignants adhérant à la Convention nationale des syndicats du secteur de l'éducation (CONASYSED), réunis pour la énième fois en Assemblée générale, samedi à Libreville, ont décidé de maintenir leur grève pour la cinquième semaine consécutive. Selon eux, étant donné qu'aucune avancée n'a été enregistrée durant les quatre réunions de conciliation entre octobre et novembre, les enseignants grévistes considèrent que le climat de confrontation qui prévaut entre les deux parties (gouvernement et enseignants grévistes) fait que les négociations relèvent d’un dialogue de sourds. Ainsi, la CONASYSED accuse le gouvernement d'avoir bloqué les négociations et dit ne pas être pas responsable d'une ...
Lire l'article [7]
A la veille de l’ultimatum posé par le gouvernement, les enseignants grévistes, sous la bannière de la Convention nationale des agents du secteur de l’éducation (CONASYSED), se sont une nouvelle fois réunis en assemblée générale le 22 octobre pour décider des suites du mouvement. Ils ont opté pour la poursuite de leur mouvement de grève jusqu’au retour du gouvernement à la table des négociations. Le 20 octobre dernier, le premier ministre avait gelé les négociations et appelé les grévistes à reprendre le chemin des classes avant le 23 octobre sous peine de sanctions. Les enseignants sont résolus à maintenir leur ...
Lire l'article [8]
Le ministre gabonais de l’Education nationale, Michel Menga, a menacé de suspendre les salaires des enseignants en grève depuis la reprise des cours le 6 octobre dernier, a appris APA lundi de source sûre. Dans une note circulaire dont APA a pu obtenir copie, M. Menga demande aux responsables des établissements primaires et secondaires d’utilité publique de lui faire parvenir les noms, suivi des numéros matricules des agents grévistes, avant le 15 octobre, pour lui permettre d’entamer la procédure de suspension des salaires de ceux d’entre eux qui sont rémunérés par la fonction publique. Pour leur part, les enseignants stagiaires solidaires du ...
Lire l'article [9]
Les salaires des enseignants du secteur public, en grève depuis début octobre, seront suspendus dès cette fin du mois, a annoncé le ministre de l'Education nationale, Michel Menga M'Essone, dans une note reçue dimanche par l'AGP. ''Je vous invite à me faire parvenir les noms, suivis des numéros matricules ou d'identification des agents grévistes de votre établissement scolaire, avant le 15 octobre, pour application stricte de la mesure portant suspension des salaires et de caisses de soutien'', écrit le ministre dans cette note adressée aux chefs d'établissements scolaires. ''J'attache du prix à cette instruction dont vous me rendrez personnellement compte en cas ...
Lire l'article [10]
Gabon : Biyoghe Mba veut assigner les enseignants grévistes en justice
Gabon : Les enseignants grévistes ne passeront pas à la caisse
Education : Les enseignants du secteur public suspendent leur grève
Gabon : Les enseignants reprennent leur mouvement de grève
Gabon: Les agents de la Fonction publique campent sur leurs positions malgré l’appel de la tutelle
Gabon : Menga resserre l’étau sur les enseignants grévistes
Gabon: Crise à l’Education: les enseignants grévistes campent sur leur position
Gabon : Les enseignants campent sur leurs positions
Le gouvernement menace de suspendre les salaires des enseignants grévistes au Gabon
Education : Les salaires des enseignants grévistes seront suspendus dès fin octobre (Menga M’Essone)