Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’ouverture politique gabonaise, de père en fils

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2009
Catégorie(s): Analyses

En quarante-deux ans de présidence du Gabon, feu Omar Bongo était passé maître dans l’art d’acheter ses opposants et de les intégrer dans des gouvernements pléthoriques et inertes. Ce talent était même l’un des secrets de sa longévité. Son fils Ali, qui lui a officiellement succédé, vendredi 16 octobre, en promettant de “réussir la moralisation de la vie publique”, s’annonce comme son digne héritier.

Parmi les nouveaux ministres du gouvernement “resserré” (29 membres contre 44 sous le dernier gouvernement de la présidence Bongo) qu’il a constitué, figure Jean Félix Mouloungui. Jusqu’à ce qu’il hérite du portefeuille des petites et moyennes entreprises, M. Mouloungui était l’une des figures les plus virulentes de l’Union du peuple gabonais (UPG), le principal parti de l’opposition.

Représentant à Paris de cette formation, il avait tenu une conférence de presse (visible sur Youtube) où il accusait Ali Bongo de “faire la guerre civile au Gabon” en bénéficiant de complicités françaises.

Jetant en pâture Matignon et l’Agence France-Presse, il accusait cette dernière d’avoir été soudoyée pour “inverser les résultats” de la présidentielle et donner Ali Bongo élu à la place de Pierre Mamboundou, le président de l’UPG, véritable vainqueur de l’élection, selon lui.

Soufflant sur les braises, il déclarait : “Nous allons assister à une grande boucherie car les Gabonais ne supportent pas qu’on leur ait volé leur victoire.” Alors que l’armée restait discrète à Libreville, M. Mouloungui décrivait “des tanks dans tous les quartiers” et dénonçait l’intervention de “mercenaires mobutistes”, de “bandits angolais” et d'”instructeurs bosniaques et serbes” au service du candidat Ali Bongo. Interrogé dans l’émision “Revu et corrigé” sur France 5, il insistait : “Nous ne reconnaissons pas l’élection de M. Bongo.” Celui-la même qu’il sert aujourd’hui.

Jean-Félix Mouloungui aurait été radié, lundi, de l’UPG en raison de son “initiative privée d’homme libre”, rapporte le quotidien gabonais L’Union du 20 octobre. Mais Pierre Mamboundou, président du parti et opposant historique au “système Bongo”, se serait opposé à cette éviction. La rumeur gabonaise assure qu’il aurait lui aussi engagé des pourparlers avec le nouveau président.

Interrogé par Le Monde, Jean-Félix Mouloungui assure que son “seul tort est d’être en avance” et que, pour lui, “l’essentiel, c’est le Gabon et les Gabonais”. Se présentant comme “un juriste, patron d’un cabinet de conseil en communication et en stratégie politique ” toujours installé à Paris, le nouveau ministre des PME se dit “homme d’entreprise” soucieux d’“apporter (s)on expertise” et non attiré par une carrière politique. “J’assume ma décision“, dit-il à propos de son “transfert”.

Omar Bongo lui-même ne répétait-il pas que “l’opposition n’est pas une chose permanente” ?


SUR LE MÊME SUJET
Gabon: Mamboundou, l’opposant historique des Bongo, père et fils
De Patrick FORT (AFP) Charismatique et parfois imprévisible, Pierre Mamboundou, figure politique gabonaise, était l'adversaire historique de l'ancien chef d'Etat Omar Bongo et incarnait encore aujourd'hui une opposition pure et dure même s'il s'était rapproché du président gabonais Ali Bongo. Dans un pays où de nombreux opposants ont, à un moment ou un autre, rallié le pouvoir pour accéder à des postes ministériels ou honorifiques, Pierre Mamboundou, décédé samedi à 65 ans et trois fois arrivé deuxième de la présidentielle, laissera derrière lui une image d'opposant n'ayant jamais succombé à la tentation. De haute taille, il portait toujours au moins un élément rouge ...
Lire l'article
Des partis de l’opposition gabonaise regroupés au sein de deux blocs (Coalition des Partis de l’Opposition pour l’Alternance –CPPA- et l’Alliance pour le Changement et la Restauration -ACR-) se sont réunis samedi dernier pour, in fine, déclarer qu’il n’y aura pas d’élection sans biométrie; une situation qui a fait réagir le ministre de l’Intérieur le lundi 26 septembre 2011, et continue de diviser la classe politique nationale. Samedi dernier en effet, ces partis de l’opposition, accompagnés de quelques leaders de la société civile, au cours d’un entretien avec les journalistes, ont implicitement invité la population à boycotter la prochaine élection législative ...
Lire l'article
Le Pape Benoît XVI a adressé un message de vœux au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba à l’occasion de la célébration du cinquante et unième anniversaire de l’accession du Gabon à la souveraineté internationale. La copie de ce message a été transmise à la Rédaction de GABONEWS par la Nonciature Apostolique au Gabon. Texte intégral: « Son Excellence Monsieur Ali Bongo Ondimba Président de la République du Gabon Au jour où la République du Gabon célèbre sa fête nationale, je suis heureux de vous adresser les vœux fervents que je forme pour votre personne et pour tout le peuple gabonais. Je prie le Très-Haut d’assister ...
Lire l'article
Le président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG), par ailleurs président en exercice de l'Alliance pour le Changement et la Restauration (ACR), l’un des deux blocs de l’opposition, Pierre Mamboundou, effectuera, à partir jeudi 10 février 2011, une tournée politique dans les six(6) arrondissements de Libreville, a-t-on appris de source officielle. Le ton de cette tournée sera donné aux Charbonnages, l’un des quartiers du premier arrondissement de la capitale gabonaise. Cette descente sur le terrain (annoncée dès son retour à Libreville en novembre 2010 au terme d’un long séjour en France) devrait permettre au leader de l’opposition d’échanger directement ...
Lire l'article
Revue de la Presse gabonaise : « Jean Pierre Oyiba encore impliqué dans l’Affaire Progrosa ? » ; « Législative à Ntoum: le beau-fils tricheur » ; « le père Paul Mba Abessole à nouveau défroqué » ; « ces grands Malades qui nous gouvernent » ; « Ban Ki-Moon fait 24 heures" Malgré la présence du Ghana, qui était encore jusqu’à vendredi dernier, seul représentant de l’Afrique au Mondial de football en Afrique du sud, avant son élimination par l’Uruguay aux tirs au but, malgré les « 24 heures chrono » de Ban Ki-moon, à Libreville, la presse gabonaise, notamment ...
Lire l'article
Après M. Mouloungui cousin de Pierre Mamboundou qui intègre le gouvernement d’Ali Bongo, sa fille aîné Dana Mamboundou promue au poste de expert résidant du ministère dont a la charge son oncle Moulingui ; nous avons maintenant Me Louis Gaston Mayila membre influent de l’ACR, dans une interview accorder au journal l’Union du mercredi 28 avril 2010 dans la rubrique ‘Politique et Economie’, qui dit « Nous ne combattons pas le parti au pouvoir c’est la politique qu’il mène que nous combattons. » et « Au sein de l’ACR, nous ne suspectons personne d’être à la solde ...
Lire l'article
Six mois après son élection, Ali Bongo Ondimba (ABO) a donc pris ses marques dans le grand bureau présidentiel, au premier étage du Palais du bord de mer. Entièrement rénovée sous feu Omar, qui l’occupait encore il y a dix mois, la pièce n’a pas changé : la même immense table de travail, les mêmes écrans plasma allumés en permanence, l’éternelle et gigantesque carte de l’Afrique. La similitude s’arrête là, à cet écrin d’un pouvoir qui a changé de mains, d’allure, d’objectifs, mais aussi, pour l’instant, de stature. Ali n’est pas Omar. Il n’est pas le doyen, le « Vieux », ...
Lire l'article
Le ministre gabonais des Petites et moyennes entreprises et petites et moyennes industries (PME/PMI), Jean-Félix Mouloungui a, annoncé lundi à Libreville adhérer au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir). Longtemps éminence grise et représentant en France de l’Union du peuple gabonais (UPG, opposition), M. Mouloungui au cours d’un point de presse a indiqué qu’il n’arrivait pas au PDG seul, mais en compagnie de plusieurs de ses compagnons. Entré au gouvernement à l’issue du scrutin présidentiel anticipé d’août 2009, M. Mouloungui, originaire de Ndendé comme son ancien leader Pierre Mamboundou a promis se rendre dans cette localité pour se présenter aux instances du ...
Lire l'article
L’ancien ministre de la République et fondateur de l’Union Socialiste Gabonaise (USG), Serge Mba Békalé, s’est éteint samedi matin à son domicile des suites d’une maladie Serge Mba Békalé, qui vient de quitter le monde des vivants est né le 23 février 1948 à Lambaréné. Il était de fils de feu Elisabeth Akoume et de feu Paul Elie Békalé Be Mba. Il a entamé ses études primaires à Lambaréné avant de venir les poursuivre dans la capitale politique et administrative de notre pays, notamment au lycée national Léon Mba et un peu plus tard à Saarbrücken, en Allemagne où il obtiendra ...
Lire l'article
L'accession d'une femme à la tête de l'Etat a été très bien accueillie par les populations gabonaises et la côte de popularité de Rose Rogombé ne cesse de grimper depuis sa prise de fonction le 10 juin dernier. Cet état de grâce a donné des ailes à Christiane Bitougat, candidate à l'investiture du PDG et à Victoire Lassény-Duboze candidate à l'élection présidentielle. Calme, clairvoyante, sage, consensuelle, les compliments pleuvent de tous bords sur le nouveau chef de l'Etat, Rose Rogombé, dont beaucoup auraient aimé qu'elle puisse achever le mandat du défunt président Bongo Ondimba. L'intérimaire du fauteuil présidentiel fait l'unanimité auprès ...
Lire l'article
Gabon: Mamboundou, l’opposant historique des Bongo, père et fils
Législative 2011: La biométrie continue de diviser la classe politique gabonaise
Message du Saint-Père Benoît XVI au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba à l’occasion de la fête nationale gabonaise
Politique/ Pierre Mamboudoundou dans les six arrondissements de la capitale gabonaise dès jeudi
Revue de la Presse gabonaise : « Jean Pierre Oyiba encore impliqué dans l’Affaire Progrosa ? » ; « Législative à Ntoum: le beau-fils tricheur
Gabon / Politique : Mamboundou et l’ACR en négociation avec Ali Bongo Ondimba ?
Gabon : changement d’ère, De père en fils
Politique : Le ministre Mouloungui rejoint les rangs du PDG
Politique : Décès du leader de l’Union Socialiste Gabonaise
Gabon : Rose Rogombé brise le complexe politique de la gabonaise

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 21 Oct 2009
Catégorie(s): Analyses
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*