Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Ngbwa Mintsa privé de salaire et interdit de sortir du pays

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2009
Catégorie(s): Politique

L’intellectuel et militant de la démocratie, Grégory Ngbwa Mintsa a dénoncé, dans un communiqué de presse rendu public le 20 octobre dernier, la privation par les autorités gabonaises de sa liberté de circulation. Ce, par le refus de lui délivrer son passeport biométrique en raison d’une interdiction de sortir du territoire décidée en janvier dernier par l’ancien ministre de l’Intérieur. Privé de salaire depuis 10 mois, l’intellectuel gabonais, qui s’était porté partie civile de la plainte déposée en France contre les «Biens mal acquis», dénonce un État policier et une atteinte aux libertés fondamentales des citoyens.

Dix mois après son séjour dans les geôles de Libreville pour avoir été accusé de «tentative de déstabilisation de l’Etat», et après la transition politique qui a vu l’installation d’un nouveau président, l’intellectuel gabonais et activiste politique Grégory Ngbwa Mintsa continue de dénoncer un «acharnement» des autorités à son égard.

Dans un communiqué publié le 20 octobre dernier, il fustige la confiscation de son passeport en raison d’une interdiction de quitter le territoire national datant de l’incarcération des leaders d’ONG en janvier dernier.

Alors que son nouveau passeport biométrique devait lui être délivré le 21 septembre dernier, «après sept rendez-vous sans suite, l’administration, en présence de mon avocat, m’a informé que ce document, pourtant établi, ne pouvait m’être délivré, car le fichier des services de renseignements mentionne mon interdiction de sortir du territoire, sur instruction de l’ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame», explique-t-il.

A l’époque, le ministre de l’Intérieur avait affirmé que les cinq leaders d’ONG incarcérés, Georges Mpaga, Gaston Asseko, Jean-Bernard Poaty, Marc Ona Essangui et lui-même, étaient au cœur d’un vaste complot visant à déstabiliser le chef de l’Etat, et faisant état de ramifications en
Afrique du Sud et au Canada.

Mais «André Mba Obame n’a jamais apporté le moindre élément pouvant étayer ces accusations qui ne figurent même pas dans le dossier», dénonce Grégory Ngbwa Mintsa, affirmant qu’«aucune preuve n’a donc été transmise ni au Parquet, ni au Secrétaire général de la Sécurité nationale, ni au ministre de la Justice, ni à la Cour de Sûreté de l’Etat, ni au président de la République, ni même à son successeur, au ministère de l’Intérieur».

Alors que «les salaires de l’adjudant Poaty et le mien sont suspendus depuis maintenant dix mois», Ngbwa Mintsa estime qu’«il est inexplicable que le rédacteur de la lettre ouverte [Bruno Ben Moubamba – ndlr] pour laquelle nous sommes poursuivis, est sorti du territoire avant notre incarcération, sans être inquiété. Il est rentré au Gabon au mois de juillet, a fait venir sa lettre ouverte interceptée par les services de renseignements à l’aéroport qui l’ont laissé passer et qui a été distribuée. Il a enregistré sa candidature à l’élection présidentielle qui a été acceptée».

«Enfin, alors que les candidats de l’opposition sont interdits de sortie du territoire suite aux troubles relatifs au contentieux électoral, Bruno Ben Moubamba a regagné la France, sans être inquiété par la police des frontières» , a-t-il encore ajouté.

Ayant décidé de se rendre chez le nouveau ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou, pour s’enquérir de la situation, Grégory Ngbwa Mintsa s’est vu exiger une garantie de ne pas aller «à l’étranger pour parler de “ce qui vient de se passer ici”, sous-entendu, le contentieux électoral», rapporte-t-il.

«Le droit au passeport découle de la liberté de circulation de tout citoyen. Sa délivrance ne saurait être subordonnée à un engagement à renoncer à mes libertés d’opinion et d’expression. Elle ne saurait non plus dépendre du bon vouloir subjectif d’un individu», rappelle enfin le militant gabonais de la démocratie.

Grégory Ngbwa Mintsa s’était porté partie civile, le 2 décembre 2007, dans une plainte pour «recel de détournements de fonds publics» déposée devant la justice française par les associations Transparency International et Sherpa contre les Présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo) et Teodoro Obiang Nguema (Guinée Equatoriale). Ce qui lui a valu et lui vaut encore bien de problèmes avec le pouvoir gabonais.


SUR LE MÊME SUJET
Passionné de journalisme et fervent militant de la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite, Grégory Ngbwa-Minsta, a reçu vendredi à Bankok le prix de l’intégrité à l’occasion de la 14e Conférence contre la corruption. Ce sont les responsables de l’ONG Transparency International qui lui ont remis cette distinction 2009-2010, en même temps qu’à un Sri-Lankais et à un Suisse. "En effet, cette semaine, la Cour de Cassation a jugé recevable la plainte Bien Mal Acquis. Cette décision constitue une victoire historique. Outre qu’elle affirme la volonté d’indépendance de la justice française vis-à-vis des pouvoirs politiques et des puissances d’argent, elle ...
Lire l'article
Grégory Ngbwa Mintsa a reçu le 12 novembre à Bangkok (Thaïlande) le Prix de l’Intégrité 2009-2010. Le Gabonais est primé par l’ONG Transparence International pour «son courage et sa détermination dans l’affaire des biens mal acquis». A l’occasion de la 14e International Anti-corruption Conference (IAAC) à Bangkok, en Thaïlande, Grégory Ngbwa Mintsa a reçu le Prix de l’Intégrité 2009-2010 de l’ONG Transparence International. Attoyage Prema Jayantha (Sri Lanka) et Sergei Magnitsky (Russie) sont également les lauréats de ce prix. «Nous n’avons pas eu à délibérer longtemps sur le choix de Grégory. Sa candidature s’imposait d’elle-même. Le seul fait ...
Lire l'article
Un tribunal de Libreville a condamné l’Etat gabonais pour « voie de fait » envers un leader d’ONG, Marc Ona, rapporte rewni.com. Figure de la société civile gabonaise, Marc Ona avait saisi la justice en 2008 pour avoir été interdit de sortir du pays. La plainte de M. Ona visait André Mba Obame, ministre de l’Intérieur à l’époque des faits, et l’Etat gabonais. Dans sa décision rendue le 25 novembre, le tribunal de première instance de Libreville a condamné André Mba Obame et l’Etat gabonais à verser 5 millions de FCFA (7.600 euros) à Marc Ona, à titre de dommages ...
Lire l'article
L'universitaire, romancière et professeur de Littérature anglaise à l'Université Omar Bongo (UOB), Justice Mintsa-mi-Eya, a été honorée lundi à Libreville par la France qui lui a décerné la ''Légion d'honneur'', à l'occasion d'une cérémonie de distinction, apprend-on mercredi du quotidien ''l'Union''. Selon le journal, Mme Mintsa-mi-Eya, angliciste, écrivaine de renommée internationale, fervente promotrice de la Francophonie et de l'amitié entre la France et le Gabon, vient de se voir décerner les insignes de chevalier de la ''Légion d'honneur''. Dans son allocution de circonstance, le diplomate français en poste à Libreville, Jean-Didier Roisin, a rendu un vibrant hommage à la romancière, qu'il a ...
Lire l'article
«Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée». Je me suis toujours dit que Descartes, ayant fait abstraction de tout l’obscurantisme en vigueur autour de son poêle, a du disjoncter ferme en écrivant cela. En plus, il réfugiait son dégammage sous le prétexte de rechercher la Vérité. Lorsque j’ai lu Le discours pour la première fois, je me suis dit que, décidément, les Blancs sont fous. Mais, en observant l’actualité gabonaise récente, je me rends compte que, finalement, Descartes n’était pas aussi allumé qu’il y paraissait. Peu avant le deuil national, la RTG, chaîne publique de propagande ...
Lire l'article
L’ancien 2ème vice président du Sénat (2ème chambre du parlement gabonais) Jean Baptiste Mintsa Mi Mba a reçu vendredi à Libreville, les ultimes hommages de la nation gabonaise, a constaté un journaliste de l’AGP. Dans une ambiance solennelle, empreinte de recueillement, vêtus de costumes noirs pour les hommes et de tailleurs sombre pour les femmes, les sénateurs les uns après les autres venaient s’incliner sur le cercueil du sénateur disparu pour un dernier hommage. Le cercueil de feu Mintsa Mi Mba couvert du drapeau gabonais (vert, jeune et bleu) était placé devant une chapelle ardente habillée d’un blanc doré, devant laquelle était ...
Lire l'article
Le Sénat a rendu hommage ce vendredi au Dr Jean-Baptiste Mintsa-Mi-Mba, 2ème Vice-président du Sénat, décédé le 10 février à Paris, a constaté GABONEWS. La dépouille de l'illustre disparu a été exposée au Sénat quelques heures après son rapatriement en terre gabonaise. Ses collègues et d’autres personnalités y étaient réunis pour un hommage solennel. Après les honneurs du Sénat, enseignants, étudiants et personnel de l’Université des Science de la Santé (USS) de Libreville ont exprimé la reconnaissance de l’institution au Docteur Jean Baptiste-Mintsa-Mi Mba, qui enseignait la Biologie transfusionnelle. Il fut à l'origine de la création du Centre national de transfusion sanguine (CNTS) ...
Lire l'article
Le sénateur du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) pour le département de la Noya dont Cocobeach est le chef-lieu, Jean Baptiste Mintsa Mi Mba est décédé mardi à 13h (GMT) a Paris (France) de suite d’une maladie, a appris l’AGP de source proche du défunt. Pour l’instant la nouvelle n’a pas été confirmée de source officielle. Le sénateur Mintsa Mi Mba était un des vice-présidents du Sénat dans la mandature sortante. Il a été réélu sénateur à Cocobeach lors des sénatoriales du 19 janvier dernier, largement remportées par le parti au pouvoir dont il était le doyen politique dans cette contrée. Le ...
Lire l'article
Du fait de l'interpellation le 31 décembre dernier de plusieurs leaders d'ONG et deux journalistes, toujours en détention, Bruno Ben Moubamba, responsable en Europe d'un réseau d'ONG dénommé "Acteurs libres de la société civile gabonaise", a écrit au président du Parlement européen pour dénoncer la "répression" contre la société civile au Gabon et demander l’intercession du président français Nicolas Sarkozy. Se présentant comme le porte-parole en Europe d’un réseau d’ONG dénommé "Acteurs libres de la société civile gabonaise", Bruno Ben Moubamba, a publié, le lundi 5 janvier 2009, une lettre ouverte adressée à Monsieur Hans-Gert Pöttering, président du Parlement Européen, ...
Lire l'article
Le Conseil national de la communication (CNC), au cours d'une session plénière ordinaire tenue jeudi dernier à son siège, a décidé de la suspension de publication du journal privé écrit « Marque déposée » pour une période d’un mois, pour avoir publié un article qui ''heurte la conscience'', après le journal « Le Patriote », qui avait également été suspendu pour deux mois, suite aux propos jugés « injurieux » tenus à l’endroit du ministre de l’enseignement professionnel, le Pr Pierre André Kombila ; le Conseil national de la communication, conformément à sa mission, veille à l'application pleine et rigoureuse ...
Lire l'article
Gabon : Transparence International remet à Grégory Ngbwa-Minsta le Prix de l’Intégrité 2009-2010
Gabon : Le Prix de l’Intégrité à Grégory Ngbwa Mintsa
Gabon : l’Etat condamné pour avoir interdit à un leader d’ONG de sortir du pays
La romancière gabonaise Justine Mintsa mi Eya honorée par la France
Grégory Ngbwa Mintsa: “Descartes légalise Bruno Ben”
Gabon: La nation rend un ultime hommage à feu Jean baptiste Mintsa Mi Mba
Gabon: Derniers hommages pour Jean-Baptiste Mintsa-Mi-Mba, 2ème Vice-président du Sénat
Gabon: Décès mardi à Paris du sénateur Mintsa Mi Mba
Gabon : Le Parlement européen saisi pour la libération de Marc Ona et Gregory Ngbwa Mintsa
Gabon: Communication: le journal privé ”Marque déposée”, interdit de parution pour un mois par le CNC

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 26 Oct 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*