Socialisez

FacebookTwitterRSS

«Biens mal acquis»: pourquoi la France traîne des pieds

Auteur/Source: · Date: 29 Oct 2009
Catégorie(s): Monde

Daniel Lebègue, président de Transparency International France, une association de lutte contre la corruption et qui a porté plainte en décembre 2008 dans l’affaire des «biens mal acquis», dénonce l’interférence d’éléments «politiques et diplomatiques».

La cour d’appel de Paris

a refusé qu’un juge d’instruction enquête sur l’affaire dite des «biens mal acquis» et a jugé votre plainte irrecevable. Qu’en pensez-vous ?

C’est une déception. En première instance, le bien fondé de notre argumentation avait été reconnu par la doyenne des juges. On avait également fait l’objet de commentaires très positifs de la part des juristes. Mais cela ne reste qu’un épisode dans une longue histoire. Nous avons décidé de nous pourvoir en cassation, et nous avons bon espoir de réussir. Notre dossier est considéré comme très solide. Je garde confiance en la Justice et en la cour de cassation. Celle-ci est composée de magistrats du siège, indépendants. Sur les délais, on peut penser qu’elle se prononcera d’ici six à neuf mois.

Comment expliquer cette réticence du parquet à mener cette enquête ? Est-ce que les menaces du Gabon, qui a menacé la France de revoir ses accords de coopération si cet «acharnement» persistait, ont pu peser ?

Il me semble que oui. Le parquet montre un acharnement à bloquer cette action en justice que je qualifierais de suspect. Il est un peu difficile de croire qu’il continue à s’employer uniquement par sa volonté de stricte application du droit. Il y a des éléments politiques et diplomatiques qui rentrent en jeu, notamment les relations particulières entre la France et certains chefs d’Etat africains.

Quel est votre objectif dans cette affaire ?

Il est de notre responsabilité, face à un parquet qui se montre défaillant dans le déclenchement de l’action publique, de relayer les plaintes des victimes. Je ne suis animé par aucun esprit de vindicte, juste par ma volonté d’imposer des principes de droit. Je suis convaincu que l’impunité ne pourra pas durer. Nous allons donc continuer avec beaucoup de détermination, afin de faire reconnaître ce nouveau principe inscrit dans le droit international, européen et aussi français: celui de la restitution d’avoirs détournés ou volés à des fins privées.


SUR LE MÊME SUJET
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
L'avocat Robert Bourgi, ancien conseiller officieux du président français pour l'Afrique, a été entendu jeudi après-midi par les juges chargés de l'enquête sur les biens mal acquis en France par trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris de source proche de l'enquête. Entendu en qualité de témoin, Robert Bourgi a toutefois expliqué ne rien connaître des détails de ce dossier, a déclaré à la sortie de l'audition Me William Bourdon, avocat de l'ONG anticorruption Transparency International (TI), partie civile dans ce dossier. Il dit qu'il a tout appris par la presse concernant le patrimoine acquis en France par plusieurs chefs d'Etat africains, a ...
Lire l'article
La chaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d'une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S'agissait-il d'une parodie, comme le suggère l'explication officielle donnée en interne, ou d'un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication… Cette vidéo est liée à l'affaire dite des « biens mal acquis », c'est-à-dire l'utilisation de l'argent de la corruption par des chefs d'Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L'affaire, lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) ...
Lire l'article
Plusieurs associations gabonaises ont déposé lundi une plainte contre l'ONG Transparency International (TI) dans l'affaire dite des "biens mal acquis" sur le patrimoine en France de présidents africains, pour des "propos diffamatoires" contre l'ex-président Omar Bongo. La plainte des associations gabonaises vise TI "pour propos diffamatoires et calomnieux à l'endroit du défunt président Omar Bongo Ondimba, incitation aux troubles et à la révolte des Gabonais par médias internationaux interposés", selon un document montré à la presse par leur avocat, Me Ferdinand Abéna Bidzo'o. En décembre 2008, TI-France avait déposé une plainte à Paris, demandant une enquête sur le patrimoine en France ...
Lire l'article
Le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) a déposé ce mardi une plainte à Paris contre Paul Biya le président camerounais pour "recel de détournement de fonds publics" . Dans cette plainte dont Camer.be a pu s'en procurer une copie, le chef de l'Etat Camerounais est accusé d'avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements des fonds publics. Selon le CCD, des enquêtes multiples et variées ainsi que certaines investigations émanant de publications et magazines reconnus, Français ou Camerounais tel «Le Monde», «Le Canard Enchaîné» ou «Germinal»sans oublier différents observateurs tel l’organisme CCFD ont recueilli un ...
Lire l'article
La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris doit dire le 29 octobre prochain si elle valide ou non la décision de la doyenne des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Paris d'instruire la plainte déposée, notamment pour "blanchiment", qui vise les conditions d'acquisition en France du patrimoine de trois chefs d'Etat africains, a-t-on appris jeudi de source judiciaire. Le 7 mai dernier, le parquet de Paris avait fait appel de la décision de la doyenne, un appel soutenu jeudi par le parquet général également opposé à ce qu'un juge français mène une enquête. Le 20 avril dernier, ...
Lire l'article
Les dictateurs africains ont la cote à Paris ! À chaque fois qu'une plainte est déposée par des associations de lutte contre la corruption comme Transparency international France ou encore l'association Sherpa, celle-ci se heurte à une fin de non-recevoir. En 2007 déjà, une première plainte avait été déposée contre les biens mal acquis en France d'Omar Bongo, de Denis Sassou N'Guesso et de Téodoro Obiang Mbasogo, accusés d'avoir détourné des fonds publics de leurs pays via leurs multiples comptes en banque pour s'acheter des villas, des appartements ou des voitures de luxe. Elle s'était enlisée et l'affaire avait été classée ...
Lire l'article
La justice française va enquêter sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains. Un juge d'instruction a en effet décidé d'instruire la plainte déposée notamment pour "blanchiment" par une association, Transparence internationale France, a-t-on appris mardi de source judiciaire. "C'est une décision sans précédent. C'est la première fois qu'une enquête est possible s'agissant de chefs d'Etat en exercice", s'est félicité Me William Bourdon, l'avocat de Transparence internationale France. L'avocat se dit confiant, en dépit d'un probable appel du parquet. "Le droit est l'allié des plaignants depuis le début de cette affaire. Cet appel sera perçu comme une tentative politique ...
Lire l'article
Le parquet de Paris s'est opposé à l'ouverture d'une information judiciaire sur les biens acquis en France par trois chefs d'Etat africains, Omar Bongo, Denis Sassous Nguesso et Théodore Obiang, estimant que la plainte déposée par deux associations et un ressortissant gabonais, notamment pour "blanchiment", était irrecevable, a-t-on appris lundi de sources judiciaires. En décembre, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi qu'un ressortissant gabonais, Grégory Ngbwa Mintsa, ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso ...
Lire l'article
AP | 01.04.2009 | 16:13 Le parquet de Paris s'oppose à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite d'une plainte visant trois chefs d'Etat africains par des associations qui les accusent d'avoir acquis en France des biens immobiliers grâce à des fonds publics détournés de leur pays, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le 2 décembre, deux associations, Transparence International France et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore ...
Lire l'article
Les biens, ils sont en France, des dizaines de comptes bancaires, des collections de voitures de luxe et des propriétés de rêve… Ils appartiennent à trois dirigeants africains : le Congolais Denis Sassou N'Guesso, le Gabonais Omar Bongo et le président de Guinée Equatoriale, Teodoro Obiang. Il y en a pour des millions d’euros. Au départ un rapport sorti en mars 2007 du CCFD, le Comité catholique contre la Faim et pour le Développement. Son titre : "Biens mal acquis... profitent trop souvent". On y apprend qu'en quelques décennies, des dirigeants, des dictateurs, du monde entier, ont détourné au bas ...
Lire l'article
France/biens mal acquis: Robert Bourgi a été entendu par les juges
« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »
“Biens mal acquis” : une plainte déposée au Gabon contre Transparency International
France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris
“Biens mal acquis”: décision de la chambre de l’instruction le 29 octobre
Biens mal acquis des dictateurs africains – Des dictateurs bien protégés par la France
“Biens mal acquis”: le juge décide d’instruire sur les biens de chefs d’Etat africains
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet s’oppose à l’ouverture d’une information judiciaire
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet de Paris opposé à l’ouverture d’une information judiciaire
Les biens mal acquis de 3 dirigeants africains en France

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 29 Oct 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à «Biens mal acquis»: pourquoi la France traîne des pieds

  1. obiang

    30 Oct 2009 a 08:03

    La france est le seul pays en europe que je deteste vraiment a cose de l hipocrisie des français dans le font ils ne sont rien sans nous les africains pourquio sont ils oblige de s accroché anous vraiment alors quils se disent si fort base militaire en afrique cet argent voler par ces chef d etat afraicain dans leurs pays doit revenir dans les caisses du tresor des ces trois pays qui sont guinee congo gabon etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*