Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon: l’opposition à Ali Bongo parle d’une “dictature émergente”

Auteur/Source: · Date: 10 Nov 2009
Catégorie(s): Politique

Une coalition de partis d’opposition et de candidats battus à l’élection présidentielle du 30 août au Gabon a critiqué mardi les dernières mesures du gouvernement d’Ali Bongo, parlant de “dictature émergente”.

“La coalition continue de rappeler que le régime (…) est une dictature émergente”, a déclaré à la presse le porte-parole de la coalition, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé Ndong en référence au “Gabon émergent” qu’Ali Bongo a promis aux Gabonais lors de sa campagne électorale.

Pour la coalition, la décision de la Cour constitutionnelle de reporter des élections législatives partielles destinées à renouveler les sièges de quatre députés exclus en juillet par le parti au pouvoir – dont les ex-ministres et candidats André Mba Obame, Casimir Oyé Mba et Eyéghé Ndong- est “surprenante”.

Cette élection qui devait initialement être organisée en octobre se tiendra au cours du premier semestre 2010.

La décision de la Cour “cache mal la crainte du pouvoir qui sait pertinemment que ces élections partielles seront l’occasion de lui infliger la démonstration de son illégitimité”, a dit M. Eyéghé Ndong.

Elu à l’issue d’un scrutin contesté, Ali Bongo Ondimba, fils aîné du président Omar Bongo Ondimba décédé en juin, a été investi président le 16 octobre. Il a notamment promis de mettre un terme à la corruption et au clientélisme.

La coalition a aussi commenté “l’application spécieuse” par le nouveau gouvernement d’un article de loi qui interdit à un fonctionnaire d’exercer des responsabilités syndicales à moins d’être détaché de la fonction publique. L’opposition reproche notamment au gouvernement sa volonté de l’étendre aux partis politiques et aux fédérations sportives.

Le gouvernement “voudrait laisser croire (…) que les responsables des syndicats, des fédérations sportives et des partis politiques sont de mauvais fonctionnaires (…). Cela est inexact et même outrageant”, a affirmé M. Eyéghé Ndong.


SUR LE MÊME SUJET
Le Docteur Noël OGOWET IGUMU a été condamné à cinq mois de prison dont un ferme et à 10 millions de FCFA d’amende pour homicide involontaire. Ces faits remontent à 2006. La nature d’un fait divers est qu’au-delà d’un cas particulier, généralement tragique, il y a toute la température d’une société, son état d’esprit et, écrivons-le, son degré de maturité. Je suis navré que la réputation d’un médecin aussi réputé, qui a voué sa vie à soigner son prochain, se trouve ternie par une affaire dont nous ne jugeons pas de la pertinence judiciaire sur le fond, mais qui, d’un point ...
Lire l'article
Le 10 février a été une journée noire dans le Nord du pays : l’escalade dans les arrestations et les détentions illégales d’opposants a franchi un nouveau cap à Bitam où 22 personnes ont été interpellées et transférées à la brigade de gendarmerie du Mont Miyélé à Oyem. Au cours de cette opération d’une violence inouïe, des domiciles ont été perquisitionnés sans mandats et des étals du marché de Bitam saccagés par des hommes en armes. Certainement pour faire des exemples et dans le but, sans doute, de terroriser les militants de l’opposition, 19 hommes et 3 femmes ont été ...
Lire l'article
Avec le renforcement de la dictature des Bongo au Gabon, les conditions d’une insurrection révolutionnaire sont désormais réunies
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate Le mouvement « Bongo Doit Partir » (BDP-Gabon Nouveau) condamne l’imposture, la dictature et le banditisme d’état d’Ali Bongo et note que les conditions d’une insurrection révolutionnaire, sous forme de guerre civile, de coup d’état et/ou de soulèvement populaire en bonnes et dues formes, sont désormais réunies au Gabon. C’est le constat qui s’impose suite à l’annonce du régime bongoïste du Gabon de renforcer, par une énième modification de la Constitution, les pouvoirs déjà excessifs et dictatoriaux du Président de la République gabonaise tels que définis par la Constitution actuelle du pays, une Constitution devenue chiffon après avoir ...
Lire l'article
Déclaré vainqueur au cours d’un long processus de contestation du scrutin présidentiel du 30 août 2009 au Gabon, Ali Bongo avait décidé de placer son mandat sous le signe de la rupture. Du côté de ses adversaires, si le Front du refus du coup d’Etat électoral a perdu quelques membres au passage, six anciens candidats ont décidé de créer un grand parti d’opposition. Pour eux, il s’agit de proposer une alternance politique crédible face au PDG (Parti démocratique gabonais) au pouvoir. mais aussi, il s’agit de disposer d’une tribune légale pour faire entendre les voix de ceux qui continuent de ...
Lire l'article
Des leaders issus de plusieurs formations et mouvances politiques opposées à l’actuel président gabonais, Ali Ben Bongo, se réuniront prochainement au sein d’un « grand parti novateur », a appris mercredi, AfriSCOOP de sources concordantes à Libreville. « Nous décidons solennellement de nous unir et d’unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur », ont déclaré des opposants gabonais, parmi lesquels, six candidats malheureux à l’élection présidentielle du 30 août, au cours d’un point de presse à Libreville. L’ex-ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé ...
Lire l'article
Huit partis politiques de l’opposition et quelques candidats indépendants à l’élection présidentielle du 30 août dernier ont annoncé dimanche à Libreville la création d’une Coalition des groupes et partis politiques pour l’alternance (CGPPA). La coalition regroupe notamment l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UDGDD) de Zacharie Myboto, le Congrès pour la démocratie et la justice (CDJ) de Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé, le Mouvement pour le redressement national (MORENA-Unioniste) de M. Eric Mauro Nguemah, le Forum africain pour la reconstruction (FAR) de Léon Mbou Yembit, le Parti gabonais du progrès (PGP) de Benoit Mouiti Nzamba, le Rassemblement national des républicains ...
Lire l'article
L'opposition au Gabon a dénoncé jeudi une "dérive autoritaire" et une "personnalisation du pouvoir" quelques jours après la formation d'un nouveau gouvernement et de changements importants dans les administrations du pays. En laissant "aux seuls soins du président de la République et du Premier ministre la compétence exclusive de la nomination des secrétaires généraux et des directeurs généraux des administrations, le Conseil des ministres viole la loi et consacre l'émergence d'une nouvelle caste de roitelets", a déclaré à la presse l'ancien Premier ministre et porte-parole d'une coalition de partis de l'opposition, Jean Eyéghé Ndong. Ces nominés, selon lui, n'auront de comptes à ...
Lire l'article
La coalition des principaux candidats de l'opposition à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon a exprimé mercredi "rejet" et "dégoût" après la décision de la Cour Constitutionnelle de valider l'élection d'Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo. La coalition des principaux candidats de l'opposition à l'élection présidentielle du 30 août au Gabon a exprimé mercredi "rejet" et "dégoût" après la décision de la Cour Constitutionnelle de valider l'élection d'Ali Bongo, fils du défunt président Omar Bongo. "Nous (...) exprimons notre rejet de ces décisions (de la Cour constitutionnelle) et le dégoût qu'elles nous inspirent, tant elles rappellent les sombres heures ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais Jean Eyeghé Ndong ne devrait finalement démissionner qu'après l'inhumation du président Omar Bongo Ondimba, prévue jeudi, a appris dimanche l'AFP de sources concordantes. La démission du Premier ministre avait dans un premier temps été annoncée comme imminente samedi. "Le Premier ministre s'est entretenu deux fois aujourd'hui (dimanche) avec la présidente" intérimaire Rose Francine Rogombé, a affirmé une source proche des services du chef du gouvernement. "Ils sont tombés d'accord sur une démission qui interviendrait à la fin des obsèques", soit après l'inhumation d'Omar Bongo jeudi, a-t-elle ajouté. Cette source a rappelé que le Premier ministre avait effectivement rédigé une lettre ...
Lire l'article
Affaire Ogowet Igumu : Pour une société émergente
Gabon :Rafles et vandalisme d’etat, la dictature émergente en transe !
Avec le renforcement de la dictature des Bongo au Gabon, les conditions d’une insurrection révolutionnaire sont désormais réunies
Bongo Doit Partir
Gabon : Sur RFI, André Mba Obame, candidat malheureux contre Ali Bongo, parle du grand parti d’opposition
Gabon : le front anti-Ali Bongo se mute en un « grand parti politique »
L’opposition gabonaise se regroupe au sein d’une coalition pour le changement
Gabon: l’opposition dénonce une “personnalisation du pouvoir”
Gabon: l’opposition exprime “rejet” et “dégoût” de la validation de l’élection d’Ali Bongo
Gabon: report de la démission du gouvernement après l’inhumation d’Omar Bongo

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Nov 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*