Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Un couple et leur bébé périssent dans un incendie à Oyem

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2009
Catégorie(s): Divers

Un incendie criminel d’une maison à Oyem dans la province du Woleu-Ntem, au Nord du pays, a causé la mort d’un mécanicien sénégalais, de sa femme et leur enfant de trois mois. Cet acte ignoble a de surcroît été commis par l’hôte du couple, Alioune Fall, sur les consignes du commanditaire qui jalousait le commerce prolifique du ressortissant sénégalais.

Triste sort pour un couple sénégalais et leur enfant de trois mois, qui ont trouvé la mort dans leur chambre à coucher consumés par un incendie criminel.

La mort de Boubacar Seck, ressortissant sénégalais et installé depuis 20 ans à Oyem, dans le Woleu Ntem, au Nord du pays, où il exerçait comme mécanicien, son épouse Bique Diagne et leur bébé de 3 mois, aurait été dictée par la jalousie d’un confrère.

Installé à Oyem depuis 20 ans, Boubacar Seck était un brillant mécanicien. Cette qualité lui avait d’ailleurs valu l’intégralité du marché de l’entretien du parc automobile de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG).

Mais ce contrat lui avait également valu les foudres d’un concurrent, affectueusement appelé Midlef, qui avait décidé de le «supprimer». Pour mettre son plan exécution, Midlef, par ailleurs ressortissant camerounais, s’est attaché les services d’Alioune Fall, qui a accepté cette «mission» sans le moindre scrupule.

Pour ajouter à l’ignominie de la scène, Alioune Fall n’est autre que l’hôte du couple sénégalais, qui lui avait offert le gîte depuis quatre mois.

La matinée du 16 octobre, monsieur Seck préparait son voyage pour Libreville, où il devait acheter des pièces pour son garage. Quelques courses et un retrait de 3 millions de francs effectués, le mécanicien regagne son domicile. Entre temps, Alioune Fall avait déjà piégé la maison avec trois bouteilles de butane, reparties entre la chambre des parents, le salon et la cuisine.

Pour «affronter» les 800 km qui séparent Libreville d’Oyem, Boubacar Seck s’était couché plus tôt, son épouse et leurs 4 enfants lui avaient emboîté le pas. Aux alentours de 2h du matin, Alioune Fall s’infiltre dans la maison et y craque une allumette. Avant que les flammes ne n’envahissent la maison, il se sauve emportant avec lui 3 millions, un DVD et un téléphone portable, mais aussi les trois plus grands enfants.

Alors qu’il fuyait au Cameroun pour s’y réfugier, Alioune Fall s’est fait épinglé par les forces de l’ordre à la ville frontalière de Bitam. Quelques heures plus tard, son complice Midlef, est également arrêté.

En attendant leur jugement devant la Cour criminelle à Libreville, les deux hommes ont été écroués à la prison centrale d’Oyem.


SUR LE MÊME SUJET
Une jeune gabonaise, Armelle Ntsame Biteghe, 22 ans révolu et élève en classe de 2de, a été retrouvée morte à Oyem (600 km au nord de Libreville) dans la nuit du mercredi au jeudi après une séance d’exorcisme menée par une prophétesse nommée Elisabeth. La prophétesse Elisabeth est connue dans la ville comme une commerçante qui aurait reçu, il y a trois ans, des dons de guérison auprès de Dieu après un songe dans lequel le Tout Puissant l’aurait gratifié d’une bible spéciale avec laquelle elle opère des miracles. Selon la grand-mère de la victime, Mlle Ntsame Biteghe qui souffrait d’une ...
Lire l'article
Un incendie s’est déclaré samedi matin au siège de la représentation locale d’une société de téléphonie mobile à Makokou, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Ivindo (nord-est), causant d’importants dégâts matériels, a constaté l’AGP. Selon les témoignages recueillis surplace, l’origine de l’incendie serait un court-circuit parti de la salle des machines de la structure, notamment d’un climatiseur qui aurait été laissé brancher toute la nuit. D’autres sources indiquent que l’incendie a été causé par des appareils laissés sous tension durant la nuit et qui auraient chauffé jusqu’ç prendre feu. Les flammes ont touché la partie droite du bâtiment abritant les bureaux de cette ...
Lire l'article
Un nourrisson de sexe féminin pesant 2,400kg a été abandonné dans un buisson, mardi dernier à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, dans le nord du Gabon. Après avoir passé la nuit à la belle étoile, l’enfant a été retrouvé le lendemain mercredi par une passante qui est allée le confier au service de néonatologie de la maternité du Centre hospitalier régional d’Oyem (CHRO, où il a été tout de suite pris en charge par une équipe médicale. Selon l’infirmière major du service de néonatalogie, Martine Esseng, l’enfant a été amenée, mardi aux environs de 14H00, par une ...
Lire l'article
5000 nouvelles contaminations par le VIH/SIDA sont enregistrées chaque année au Gabon et 54.000 personnes y vivent avec le virus. Alarmée par ces chiffres, la direction générale de la prévention du Sida anime depuis le 4 janvier à Oyem, dans le Woleu Ntem, un séminaire de formation et de renforcement des capacités qui s’achève le 7 janvier et qui porte sur trois modules importants. Emmenée par Gabrielle Ntoh-Ngone, une délégation de la direction générale de la prévention du Sida séjourne actuellement à Oyem, dans le Woleu Ntem (Nord), où elle anime depuis le 4 janvier un séminaire de formation et ...
Lire l'article
Les jeunes du quartier « Manguier » à Oyem ont exprimé leur ras le bol jeudi pour contester contre l’insalubrité grandissante dans la commune où les ordures placées dans des bacs depuis plusieurs semaines n’ont pas été évacuées, a constaté le correspondant de l’AGP. Pour attirer l’attention des maires respectifs de la commune d’Oyem et du premier arrondissement de cette même ville, les jeunes de ce quartier, situé entre deux autres quartiers, Tsougou-Tsougou et Akouakam, ont déversé sur la chaussée les bacs et les ordures qui ont obstrué la voie, rendant difficile la circulation. Interrogés par rapport à cet acte, ...
Lire l'article
Un incendie s’est déclaré à 9H (8H GMT) vendredi à Jeanne Ebori à Libreville et a provoqué l’évacuation des patients, mais causant la mort d’un patient au moment de l’évacuation, a annoncé le directeur général de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), Antoine Dangouali Yalanzele. ’’Nous avons procédé systématiquement à l’évacuation du personnel médical et des malades et au bout de 30mn, toutes ces personnes ont été mises hors danger, seulement au moment de l’évacuation, nous avons déploré un mort qui était gravement accidenté et qui n’a pas pu supporter le transfert’’, a déclaré M. Dangouali Yalanzele, lors d’un point ...
Lire l'article
Les habitants du quartier Batsiengui à Tchibanga (sud-ouest) ont découvert mercredi le corps d’un bébé de trois mois, dans une cuvette remplie d’eau. Un fait divers qui a totalement bouleversé les populations de la localité. Cette scène s’est produite dans la nuit de mardi à mercredi, lorsque le couple Elvire N. et Alberto K.-K., au sortir du sommeil, ont constaté la disparition de leur bébé du lit. C’est en retournant la chambre dans tous les sens qu’ils vont le découvrir dans une cuvette remplie d’eau. Des moments insoutenables emprunts de suspicions au quartier Batsiengui dans le 2e arrondissement de Tchibanga.
Lire l'article
La 4ème étape de la course cycliste, Tropicale Amissa Bongo remporté ce vendredi entre Oyem et Bitam (96km) par le suisse Johann Tshopp de Bouygues Telecom a été marquée entre autres par l'abandon du coureur gabonais Djenneni Botetchiraya. Djenneni Botetchiraya de l'équipe Gabon 2 a abandonné au milieu du parcours Oyem - Bitam (96km), tandis que la voiture de dépannage de l'équipe Libyenne a eu des ennuis à près de 20 km de Bitam. La réparation de la panne a duré 5 minutes. Les différents temps forts de la course ont été entre autres la victoire au point chaud d'Oyem par ...
Lire l'article
Depuis deux semaines, la province du Woleu – Ntem (nord), qui voit battre le rappel de ces fils et filles en ce temps de vacances, vit au rythme des cérémonies de retrait des deuils. A Oyem, en ville ou en milieu rural, le constat est le même. Des retraits de deuils sont organisés un peu partout. Des voies publiques sont barrées pour la circonstance. D’Adjougou en passant par le quartier sud, Peloton, Akouakam… des danses traditionnelles égaient l’assistance, de jour comme de nuit, aux sons des tambours et des chants la cité. « Chez nous dans le Woleu, la fin du mois de ...
Lire l'article
Le couple Jacquier, Daniel et Brigitte, ressortissants français, qui avait mortellement fauché, le 17 mai dernier, le jeune Alaingry Karl Smith Nzenze (18 ans), élève en classe de Terminale D au Lycée nationale Léon Mba, qui attendait un taxi devant son établissement à la sortie des cours, absent au procès, a été condamné, jeudi après-midi, par le tribunal de première Instance de Libreville à six mois d’emprisonnement dont trois fermes et trois avec sursis; un verdict dénoncé par les parents et les condisciples de la victime qui crient à l’injustice. " Comme toute la famille, je suis très déçu par ce ...
Lire l'article
Une séance d’exorcisme tourne au drame à Oyem
Un incendie éclate dans les bureaux d’une société de téléphonie mobile à Makokou
Un nouveau-né abandonné dans un buisson à Oyem
Gabon : Croisade contre le Sida à Oyem
Woleu-Ntem : Les jeunes du quartier « Manguier » à Oyem expriment leur ras-le-bol face l’insalubrité dans la ville
Gabon: Un incendie se déclare dans un hôpital à Libreville, un mort
Gabon: Un bébé de trois semaines retrouvé mort dans une cuvette d’eau
Gabon: Les échos de la 4ème étape de la Tropicale Amissa Bongo à Oyem
Gabon: Les cérémonies de retrait de deuils battent leur plein dans le Woleu – Ntem
Gabon: Justice / Affaire Karl Nzenze: Six mois d’emprisonnement pour le couple français, parents et élèves crient à l’injustice

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 14 Nov 2009
Catégorie(s): Divers
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : Un couple et leur bébé périssent dans un incendie à Oyem

  1. Requila Ndong

    14 Nov 2009 a 13:15

    Paix aux ames de ce pauvre senegalais, de sa femme et son bebe’ de trois mois. C’est incroyable comment on peut etre aussi mechant. Cela ne m’etonne pas d’ailleurs, puisque le commanditaire de ce crime, n’est autre qu’un camerounais; tout cela par jalousie. Il faut condanmer le camerounais et son complice a la peine capital. Il faut appliquer le principe de tolerance zero avec ce genre de criminels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*