Socialisez

FacebookTwitterRSS

POLITIQUE AFRICAINE : La colère monte contre l’ancienne métropole

Auteur/Source: · Date: 3 Déc 2009
Catégorie(s): Françafrique

Dans ce second volet du bilan, c’est la Françafrique qui est à l’honneur. Nicolas Sarkozy avait promis une “rupture” avec certaines pratiques néocoloniales. Or, rien a vraiment changé entre Paris et ses anciennes colonies.

a scène se passait à Dakar, il y a peu, par une chaude soirée. Un serveur dont le client était assailli par les moustiques s’est exclamé : “Ce ne sont pas des moustiques, ce sont des Français !” Il ne fait pas bon être français en Afrique francophone par les temps qui courent. Alors que le combat pour la démocratie gagne, l’un après l’autre, les pays de la région, la France continue souvent de se ranger, discrètement, du côté des dictateurs présents et futurs.

Nicolas Sarkozy avait promis, avant son arrivée à l’Elysée, une rupture dans les relations avec l’Afrique. Mais il apparaît que la France a repris sa vieille habitude de fermer les yeux sur les dirigeants peu fréquentables, afin de préserver ses intérêts sur place, que ce soit dans les mines d’uranium du Niger, dans les champs pétroliers du Gabon ou dans le port en eau profonde de Kribi, au Cameroun.

Dans la région, ce choix d’un camp – celui du pouvoir – par l’ancienne puissance coloniale a provoqué de violentes réactions antifrançaises (attaques contre des intérêts de la France, jets de pierre contre des ressortissants invités à rester chez eux ou à rentrer en France). Les manifestants antigouvernementaux accusent Paris de tirer les ficelles, et les Français ont beau nier, leurs actes confirment souvent ces accusations.

Au Gabon, où l’élection d’Ali Bongo [le 30 août] a anéanti l’espoir de mettre fin à quarante années de règne de la famille Bongo, le secrétaire d’Etat à la Coopération Alain Joyandet a assisté aux pompeuses cérémonies d’investiture de Bongo fils, Ali, soutenant devant la presse qu’il fallait lui “donner du temps”. Si, en public, Paris a clamé sa complète neutralité dans les élections, en coulisses, Robert Bourgi, un avocat parisien qui a notoirement accès à l’entourage du président français, a ouvertement soutenu la candidature de son client Ali Bongo.

En Afrique, “opposition au pouvoir implique aussi opposition à la France”, affirme Mamadou Diouf, directeur de l’Institut d’études africaines de l’université Columbia, à New York. “Nous nous trouvons en plein paradoxe : le pays champion des droits de l’homme pratique une politique absolument contraire à ses principes”, poursuit-il. Alain Joyandet conteste ce point. Il en veut pour preuve la Côte-d’Ivoire, où le gouvernement français incite à la tenue d’élections qui ont par trop tardé. “La France soutient des institutions et non des candidats”, martèle-t-il.

Pour les dictateurs africains, c’est tapis rouge à l’Élysée

Lorsque, il y a trois ans, Sarkozy avait promis de “nouvelles relations” avec l’Afrique, il avait précisé qu’elles se feraient sur un pied d’égalité, débarrassées des cicatrices du passé. Son premier secrétaire d’Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel, était allé plus loin encore, souhaitant “signer la mise à mort” des anciennes relations franco-africaines, qualifiées d’”ambiguës” et de “complaisantes”.

Mais il n’a pas tardé à perdre son portefeuille, pour avoir froissé le père d’Ali Bongo avec des déclarations contre la corruption. Son successeur, Alain Joyandet, a pris soin de baisser d’un ton. En octobre, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, auteur d’un putsch en Mauritanie et conforté dans les urnes le 18 juillet, a été chaleureusement reçu à Paris, où il s’est fait abondamment photographier aux côtés d’un Sarkozy tout sourire.

Même les chefs de la junte militaire guinéenne, mis au ban de la communauté internationale depuis le massacre de civils le 28 septembre, avaient reçu un accueil cordial à Paris moins de deux semaines avant ces événements, alors que les Américains avaient déjà pris leurs distances.

En juillet, Nicolas Sarkozy avait aussi déroulé le tapis rouge à Paul Biya, au pouvoir à Yaoundé depuis 1982. Le président français avait salué le Cameroun comme étant un “pôle de modération” dans la région. Paris veut éviter qu’on s’intéresse de trop près à la corruption des dirigeants africains, qui investissent en France une grande partie de leurs gains.

L’ONG Transparency International, qui avait mené une campagne pour dénoncer et récupérer les “biens mal acquis” de trois dirigeants notoirement corrompus – feu Omar Bongo, du Gabon, Denis Sassou-Nguesso, de la république du Congo, et Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, de Guinée-Equatoriale – a été déboutée par le procureur de la République française, au motif qu’elle n’était pas habilitée à déposer plainte et que les faits étaient “mal définis”.

“Les Africains n’aiment pas la France parce que la France ne les aide pas à choisir librement leurs dirigeants”, explique Achille Mbembe, professeur de sciences politiques et d’histoire dans une université sud-africaine. “Or le processus démocratique est en panne, et ce pratiquement partout.” Pour combien de temps ? Qui vivra, verra


SUR LE MÊME SUJET
Par L.B. Jean-Christophe Rufin, ex-ambassadeur au Sénégal, dénonce un Quai d'Orsay devenu "sinistré" et "complètement marginalisé" par l'Elysée, notamment en matière de politique africaine. 541 commentaireArticle suivant dans France : Le petit Nicodème retrouvé mort Jean-Christophe Rufin © LCITous les "vieux travers" de la politique africaine de la France se sont reconstitués à cause du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, déclare l'ancien ambassadeur de France au Sénégal Jean-Christophe Rufin. Nommé en août 2007, Jean-Christophe Rufin, écrivain et académicien, a quitté ses fonctions le 30 juin, après que le président sénégalais Abdoulaye Wade ait demandé son départ. Dans un entretien publié mardi par ...
Lire l'article
Gabon: La vie multicellulaire plus ancienne que prévue
Les fossiles vieux de 2,1 milliards d'années étaient visibles à l'oeil nu dans la carrière de grès où ils ont été mis au jour par hasard. Crédits photo : AFP L'analyse de fossiles découverts au Gabon par un géologue français montre que les organismes multicellulaires seraient apparus 1,5 milliards d'années plus tôt qu'on ne le pensait. Petit tremblement de terre au sein de la communauté scientifique. Les premiers organismes multicellulaires ne seraient pas apparus il y a 600 millions d'années comme on le pensait jusqu'à maintenant, mais il y a 2,1 milliards d'années ! Cette découverte est si extraordinaire qu'elle faisait jeudi ...
Lire l'article
Les récentes déclarations de Robert Bourgi, présenté comme le conseiller officieux de Nicolas Sarkozy pour l'Afrique, sur le Gabon et "l'affaire Bockel" ont mis l'exécutif français dans l'embarras, au moment où Paris s'efforce de convaincre que la page de la "Françafrique" a été tournée. En moins de deux semaines, quelques phrases auront suffi à l'avocat franco-libanais, qui se targue d'être LE confident des chefs d'Etat africains, pour à nouveau jeter le trouble sur les liens que la France entretient avec les pays de son ancien "pré carré". Alors que Paris répétait depuis des semaines qu'il n'avait "pas de candidat" pour la succession ...
Lire l'article
En apparence, "l'Afrique de Papa" a eu raison de Nicolas Sarkozy. Trois ans après le discours de Cotonou (Bénin), où le candidat à l'Elysée avait promis l'avènement d'"une relation nouvelle (...), équilibrée, débarrassée des scories du passé", le président, qui s'envole jeudi 26 mars pour son quatrième voyage en Afrique noire, n'agite plus la bannière de la "rupture" avec la tradition d'opacité des relations africaines de la France postcoloniale. Dès juillet 2007, le Gabon, dont le chef de l'Etat a été installé par le général de Gaulle en 1967, avait eu le privilège de son premier déplacement. Aujourd'hui, le Congo de ...
Lire l'article
Les membres et les partisans du sénateur ministre Jean Norbert Diramba ont exprimé leur colère mardi au gouvernorat face aux attaques verbales proférées par son collègue ministre, Pierre Claver Maganga Moussavou au lendemain des élections sénatoriales du 18 janvier dernier, a constaté le correspondant local de l’AGP. ‘’La violence n’est pas l’apanage d’un seul individu, mais face à certaines circonstances, un agneau peut devenir un tigre’’, a déclaré un membre de la famille de M. Diramba, Alain Koumba dans l’enceinte du gouvernorat. Les proches du nouveau sénateur de Mouila sont venus chez le premier responsable de l’Etat dans la province manifester leur ...
Lire l'article
Le gouverneur de la province de l'Ogooué-Lolo (Sud est), Pascal Yama Lendoye, est monté au créneau mardi à Koulamoutou contre la mauvaise gestion des fonds alloués aux administrations locales, rapporte le correspondant local de l’AGP. ''Pour le bon fonctionnement de vos différents services en 2009, je voudrais que les choses changent, car le travail n'a pas marché en 2008, je remets donc les pendules à l'heure avec des changements radicaux, aussi bien pour la gestion des crédits que pour l'assiduité au travail'', affirmé M. Yama Lenddoye. Pour M. Yama Lendoye "la bagarre va commencer". Pour ce faire, Le gouverneur a dit ...
Lire l'article
Tout va tellement vite avec Nicolas Sarkozy que, dix-huit mois après son entrée à l'Elysée, il est déjà temps de tirer un bilan de sa politique africaine. C'est en tout cas le pari que réussissent Antoine Glaser et Stephen Smith, journalistes spécialistes de l'Afrique dans un livre dont le ton ironique, parfois trop léger, adoucit la trame fondamentalement inquiétante : la chronique d'une régression et d'une perte de sens, sur fond d'abandon. La thèse est simple : après avoir promis, pendant la campagne électorale, une nette "rupture" avec les anciens réseaux de la Françafrique et les complaisances à l'égard des dictateurs ...
Lire l'article
Député (UMP) du Haut-Rhin, Jean-Louis Christ est mécontent. "C'était chaud, hier, la réunion des membres de notre mission, dit-il. Comme démocrate-chrétien, je suis convaincu qu'un rapport parlementaire sur la politique africaine de la France, sauf à le laisser dormir dans un tiroir, ne peut pas se contenter de considérations mercantiles. Il y a d'autres dimensions qu'on ne peut occulter, qu'il s'agisse des droits de l'homme ou de l'aide au développement." Président d'une mission d'information de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur la "politique africaine de la France", créée il y a un an, M. Christ ne se retrouve ...
Lire l'article
La porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani, a tenté jeudi 6 mars à Paris de dédramatiser la convocation mercredi de l’ambassadeur de France à Libreville par les autorités gabonaises rendues furieuses par un reportage sur les biens immobiliers du président Omar Bongo Ondimba. "Nous avons pris note des préoccupations exprimées par les autorités gabonaises avec lesquelles nous avons d’excellentes relations", a-t- elle répondu à la PANA lors d’un point de presse. Le gouvernement gabonais a indiqué mercredi qu’il "réfléchit actuellement à la suite à donner aux relations franco-gabonaises", jugeant inamicales le reportage de France 2 (chaîne publique française) sur ...
Lire l'article
Omar Bongo a vu rouge. Il semble que la diffusion, lundi soir, d’un reportage sur France 2 soit la cause d’un froid avec le meilleur allié de la France en Afrique. Le sujet évoquait le patrimoine immobilier français du chef de l’Etat gabonais : 33 propriétés réparties entre la région parisienne et la Côte d’Azur, d’une valeur totale de 150 millions d’euros, dont un immeuble en cours d’aménagement sur les Champs-Elysées, récemment acquis pour 19 millions d’euros. Ces informations étaient déjà parues dans la presse après le dépôt d’une plainte par plusieurs ONG (Survie, Sherpa et la Fédération des Congolais de ...
Lire l'article
France- Afrique: L’ex-ambassadeur au Sénégal critique la politique africaine
Gabon: La vie multicellulaire plus ancienne que prévue
Robert Bourgi, perturbateur de la politique africaine de la France ?
La politique africaine de Nicolas Sarkozy tarde à rompre avec une certaine opacité
Gabon: La famille du sénateur Diramba en colère contre le ministre Maganga Moussavou
Gabon: Administration : Le gouverneur de l’Ogooué-Lolo monte au créneau contre le détournement des fonds publics
“Sarko en Afrique”, d’Antoine Glaser et Stephen Smith : incohérences de la politique franco-africaine
La politique africaine de la France agite l’Assemblée nationale
France 2 : la colère de Bongo
Omar Bongo pique une colère contre Paris

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 3 Déc 2009
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à POLITIQUE AFRICAINE : La colère monte contre l’ancienne métropole

  1. OVAMBO

    6 Déc 2009 a 21:01

    D’accord avec vous Dr. NJOH ELOMBO, votre commentaire est juste, et très interessante. Il est incontestable que l’attitude de la France en Afrique noire Francophone est colonialiste et méprisante vis-à-vis des peuples concernés. Vous avez parler des pays du Maghreb, “Algérie-Tunisie-Maroc”, nous pouvons aussi parler du Cambodge, du Vietnam et du Laos, nous pouvons aussi parler d’Haïti ou les Français sont incapable de faire leur loi. Pourquoi donc les Français font la pluie et le beau temps en Afrique ? Il faudra alors chercher dans la mentalité même des Africains. Les Africains n’ont pas une tradition de révolte organisée, et contrairement à la fraternité psalmodier, l’africain est très égoïste et individualiste, il est tribaliste et n’a pas de gène nationaliste.
    les pseudo “chefs d’état” Africains ne pensent qu’à eux, et préfèrent l’humiliation d’être des petits indigènes à la solde de la France pourvu que Paris les aident à rester au pouvoir à vie.
    Il suffit de voir le nombre de vexations que subissent les Africains en France, le racisme, les expulsions humiliante, il n’y a jamais de réactions des chefs d’états africains, ils restent impassible.
    Pour un hôtel particulier à Paris et un appartement de luxe dans le 16è arrondissement à Paris, nos rois nègres se comportent comme des sous hommes.

  2. Dr.Njoh Elombo

    4 Déc 2009 a 13:53

    Les Négro-Africains Francophones se trompent complètement,sur les
    analyses qu’ils font des rapports entre la France et l’Afrique
    Noire Francophone.On parle souvent des rapports néocoliaux qui
    existent entre la “France et l’Afrique”: mais c’est faux ! Est-
    ce que le moindre rapport de colonisateur à colonisé est possi-
    ble entre la France et l’Algérie ? Non ! Est-il possible entre
    la France et la Tunisie ? Non ! L’est-il davantage avec le Ma-
    roc ? Le lecteur connaît d’avance la réponse !
    Nous donnerions d’ailleurs des précisions supplémentaires:la
    France ne gesticule-t-elle pas depuis,au sujet du Journaliste
    français Kieffer qu’à Abidjan,aurait assassiné comme les médias
    et la télévision le disent souvent ici,”l’entourage de Gbagbo”?
    La France entend donc exiger des explications au sujet de ce
    mystérieux assassinat.Elle veut la tête de Gbagbo: c’est clair,
    n’est-ce pas ? Mais regardons plutôt l’autre exemple.Il y a
    quelques années,douze missionnaires français,les “moines de Ti-
    bérihine” au sujet desquels chacun en sait,étaient massacrés.On
    n’a trouvé que les douze têtes des Prélats.Nuitamment, ils sont égorgés,comme faisaient les militants du FNL entre 1954 et 1962,
    pour traumatiser le colonisateur français en Algérie et l’obli-
    ger, ainsi que toute sa suite,à libérer l’Algérie.Un “Jihad”al-
    gérien proche des “Salafistes”,révendiquera rapidement l’assas-
    sinat.Très faux ! Les enquêtes approfondies montrent finalement
    que les assassins ne sont pas du tout des “Salafistes”,mais bien
    l’Armée algérienne régulière,qui aurait ainsi commis une “bavure”.
    Nous pouvons à présent l’affirmer.L’Armée algérienne a été mise
    en cause,et les enquêtes aboutissaient alors à l’ouverture d’une
    procédure de mise en examen pour “assassinat”.La France aurait
    très bien pu se saisir de cette affaire-ci,pour poursuivre l’Al-
    gérie jusque devant la Cour Internationale de la Justice de la
    Haye,si ce n’est devant la Cour Pénale Internationale.Mais qu’a
    fait Paris ? Les incirconcis ont entré la lête dans la coquille
    comme des escargots.Ils savant que la France a fait la guerre
    coloniale contre l’Algérie qu’elle a perdue,et que ses nombreux
    ressortissants ont été égorgés,les femmes battues,brûlées,tortu-
    rées comme du vil bétail.La trouille règne encore dans la tête
    des colonisateurs.Ils sont donc incapables d’entreprendre quoi
    que ce soit contre les Maghrébins en général:ici en France,les
    Algériens ne demandent qu’à en découdre avec les Français sur
    tous les coins de rues,dans les hall de super-marchés,des im-
    meubles,dans les cours de l’école et même dans les stades.Celui
    qui veut n’a qu’à essayer de faire un tour au Centre Commercial
    de la Part-Dieu de Lyon un samedi après-midi. Il sera régulière-
    ment cueilli par des scènes où des jeunes Maghrébins enflammés
    traitent les Français de “sale bougnoule”,les Françaises de “pu-
    tes dont le sexe bave en logueur de journée comme la gueule d’un
    chien enragé”… La belliquosité des Maghrébins vis-à-vis des
    Français en général n’est un secret pour personne. La France a
    donc peur des Maghrébins.
    Par contre en Afrique Noire Francophone,la Françafrique n’est
    qu’un leurre.Au fond,il s’agit de l’occupation coloniale in ex-
    tenso.C’est la France qui gouverne encore les colonies.Le pa-
    ravent des”Gouverneurs à peau noire” que nous prenons pour “Pré-
    sident de la République” ne prendrait aucune décision majeure
    qui n’ait d’abord l’aval de ¨Paris.L’Ambassadeur de France et
    les Conseillers français nombreux à tous les échelons de l’en-
    cadrement au Gabon,Centrafrique,Tchad,Cameroun,Burkina Faso,To-
    go etc.,etc.,sont les vrais décideurs dans toute la Zone CFA en
    Afrique Noire.Ces gens-là sont les vrais patrons et les espions.
    Ce sont eux qui établissent lee premiers rapports où que ce soit.
    Le Chef de la Mission Diplomatique Française ne se saisit d’un
    de ces rapports,que pour demander directement à la marionnette
    du palais de mettre en oeuvre ses aspects conformes aux interêts
    de l’occupant.Si le “prisonnier” du Palais ne s’exécute pas conve-
    nablement,c’est donc Paris qui prend immédiatement la suite,et
    le “Président” sera vertement tancé,parfois par un sombre fonc-
    tionnaire du Quai D’Orsay à Paris.
    Danns toute la Françafrique,même le Consul de France exigerait
    et obtiendrait la tête de n’importe quel “ministre” du régime néo-
    colonial,la tête d’un petit fonctionnaire ou celle d’un gradé de
    l’Armée.Les soldats et les Chefs de partis politiques en Afrique
    Noire Francophone le savent tous.C’est en passant par l’Ambassade
    de France ou les Conseillers français qu’ils trouveraient plus fa-
    cilement n’importe quelle solution à leurs difficultés du moment.
    Ce qui est étonnant chez les Nègres dans tout ça,c’est que nous
    ne comprenions pas que nous avons été et sommes toujours colo-
    nisés et finalement un peu,avec dorénavant notre propre consen-
    tement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*