Socialisez

FacebookTwitterRSS

Scandale du bureau extérieur Beac de Paris 5363

Auteur/Source: · Date: 28 Déc 2009
Catégorie(s): Monde

Fort de son acquittement dans ce qu’il est désormais convenu de qualifier de l’affaire du scandale du bureau extérieur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (Béac), Jean Pierre Oyiba l’ex- directeur du cabinet civil du nouveau président de la république gabonaise, entend ester en justice ceux de ses accusateurs qui l’avaient contraint à se dessaisir de son poste de principal collaborateur de Ali Ben Bongo Ondimba quelques semaines après sa nomination.
Au plus fort de la crise qui a secoué l’institution bancaire sous régionale, le Gabon en avait payé le prix fort, tant il était établi que le cerveau de ces vastes détournements de fonds à hauteur de 19 milliards de F Cfa en était originaire. Toutes choses qui bien évidemment ont engendré des supputations malveillantes à l’encontre de Jean Pierre Oyiba alors accusé faussement d’avoir bénéficié des largesses de sieur Armand Nzamba, le cerveau dudit scandale. Pour mémoire, on se souvient que l’accusation à l’encontre du désormais «blanchi (…) par le Procureur de Paris» portait sur des chèques d’une valeur totale de 65,6 millions de F Cfa qu’aurait touché dans le cadre desdits détournements, sieur Jean Pierre Oyiba. Mais ce dernier, fort de ses convictions sur son innocence de fait, s’activa à le démontrer auprès du procureur de Paris en se présentant en toute quiétude à la Brigade de Fraudes au moyen de paiement à Paris. Une démarche qui, si elle obéissait à une convocation à lui délivrée par la juridiction parisienne, présageait inéluctablement de son issue.

Aussi peut-on comprendre que le conseil juridique de Jean Pierre Oyiba, Me Francis Nkéa n’ait pas hésité d’envisager une action en rétorsion des accusateurs de son client en des termes univoques : explorer une «possibilité de porter plainte contre ceux qui ont mis en cause son honneur et sa dignité». Une éventualité du reste renforcée par les propos tous aussi univoques du Procureur de Paris selon qui «M. Jean Pierre Oyiba … n’était que simple témoin dans cette affaire, et qu’en réalité, c’est lui qui aurait dû se constituer partie civile contre les agissements de M. Nzamba». Si l’ex-directeur du cabinet civil de Ali Ben Bongo Ondimba s’en tire à bon compte, l’éventualité de sa plainte ouvre ainsi un chapitre nouveau dans cette affaire qui connaîtra très certainement des rebondissements retentissants, tant il est vrai qu’en consacrant le clair de son temps à assurer sa propre défense, Jean Pierre Oyiba n’a pas manqué de réunir à l’encontre de ses accusateurs, des preuves irréfutables de leur propre forfaiture, doublées bien évidemment de celles attestant la mauvaise foi qui les aura certainement animés, au moment de faire de lui une sorte de bouc émissaire expiatoire.
Modèle de rectitude

Au demeurant, Jean Pierre Oyiba aura fait montre de rectitude morale inédite, dans le sillage de bon nombre de nos dirigeants. Mieux, en se dessaisissant de ses fonctions de directeur de cabinet civil de la présidence de la république gabonaise quelques semaines seulement après sa nomination, il adhérait sans réserve à la nouvelle vision de Ali Ben Bongo Ondimba : faire de la gouvernance le pendant de la fin de l’impunité de fait dont bénéficiaient les pontes du régime et assimilés. Toutes choses qui en ont littéralement fait un modèle de rectitude morale dans un environnement sociopolitique jusque là aux abus de toutes sortes de la majorité des membres du cercle restreint du pouvoir gabonais. Bien plus, son attitude a démontré à suffisance la détermination de celui-ci à se départir des nostalgiques d’un état où l’impunité avait fait son nid. Et plus qu’un simple engouement donc, Jean Pierre Oyiba est devenu par la force des choses, l’étalon de mesure de cette détermination du pouvoir gabonais à faire payer au prix fort tous ceux des siens ayant bénéficié de près ou de loin de ses « chèques frauduleux » émis depuis le Bureau extérieur de Paris (BEP) de la Banque des États de l’Afrique centrale.

Bien plus, faisant siennes les résolutions prises à la suite de ce scandale par le collectif des chefs d’Etat de la sous région, Jean Pierre Oyiba entendait concéder à l’institution plus de coudées franches pour la mise en œuvre effective de la gouvernance en son sein. Et ce n’est donc que tout naturellement que le gouverneur sortant qu’est désormais Philibert Andzembé, exprimait «sa satisfaction quant à la levée par le Fonds Monétaire International (FMI) e t la Banque Mondiale dès le 12 novembre 2009, de l’interruption des programmes et des décaissements destinés aux pays membres de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC)». Mieux, participant de la volonté de pérenniser l’esprit de Fort-Lamy, il ne fait point de doute qu’au sortir du sommet de la CEMAC , le 14 janvier 2010 à Bangui (RCA), la sous région mettra un point d’honneur à se prémunir de telles situations afin de la crédibilité plutôt écornée de la Banque d’émission de la communauté. Du coup, l’acquittement de Jean Pierre Oyiba, devrait permettre de renforcer la position du président Ali Bongo Ondimba à cette rencontre qui n’entend par perdre le poste de Gouverneur qui lui échoit, eu égard aux textes organiques de l’institution signés à Fort-Lamy et selon lesquels au Gabon, les commandes et au Cameroun, le siège.

   source: dadio


SUR LE MÊME SUJET
Le candidat du parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), Jean Pierre Oyiba a lancé vendredi à la place des fêtes de Franceville (Sud-est), sa campagne pour l’élection législative du 17 décembre prochain. Lancée par un meeting populaire, la campagne a été rehaussée par la présence des membres influents du PDG originaires de Franceville et du Haut-Ogooué (sudcest). Pour animer ce grand meeting, la coordination de campagne a pensé aux artistes, notamment Dibakou et Amandine. L’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba, qui brigue là son premier mandat à la chambre basse du Parlement gabonais, a axé son intervention sur la promotion des ...
Lire l'article
(Par B NZANG NANG) Des nombreux hauts responsables de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) sont depuis quelques mois, cités dans les malversations financières qui ont secoué cette institution financière sous régionale a amené le président gabonais, Ali Bongo Ondimba à mettre la justice en branle pour inculper les gabonais dont les noms ont été cités dans cette sombre affaire. Le président, Ali Bongo avait dans la foulée de l’éclatement de ce scandale financier, réclamé la démission du gouverneur de la BEAC, Philibert Andzembé, par ailleurs gabonais qu’il a finalement obtenu de ses pairs. Le numéro un ...
Lire l'article
Directeur de la comptabilité et du contrôle budgétaire à la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC), de Yaoundé, à la retraite, Maurice Moutsinga, de nationalité gabonaise, impliqué dans le scandale financier de détournement des 16millards de FCFA au sein de l’Institution monétaire sous – régionale, a été a été incarcéré lundi (hier), à la prison centrale de Libreville, rapporte le quotidien l’ « Union » dans sa livraison de mardi. L’ex directeur de la comptabilité de la BEAC, Maurice Moutsigna, a été incarcéré au terme d’une brève audition menée par le doyen des juges Jean – ...
Lire l'article
Pierre Mamboundou s’est exprimé ce 13 février sur la perte par le Gabon du poste de Gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Mettant la perte de ce poste à l’actif d’une « diplomatie digne d’amateur », le Chef de file de l’UPG a demandé que soit organisée sans délai une réunion extraordinaire pour rediscuter les nouvelles conditions de fonctionnement et de répartition des responsabilités au sein de la BEAC puisque la nomination d’un gouverneur équato-guinéen rend de fait caduc toutes les autres dispositions arrêtées à Fort Lamy. L’organisation de cette réunion permettra selon Pierre Mamboundou de clarifier ...
Lire l'article
Patrice Otha a été nommé jeudi soir au poste de directeur de cabinet du président gabonais, Ali Bongo Ondimba en remplacement de Jean Pierre Oyiba, à l’issue du conseil des ministres tenu au palais présidentiel. Universitaire, M. Patrice Otha occupait depuis plusieurs années le poste de directeur de cabinet adjoint de feu Omar bongo Ondimba. Au cours de cette même soirée, M. Oyiba a été nommé administrateur général du Compte de refinancement de l’habitat (CRH).
Lire l'article
Jean-Pierre Oyiba, ancien directeur de cabinet du président Ali Bongo a été « blanchi » dans l'enquête préliminaire du procureur de Paris sur les détournements de la BEAC, la Banque centrale des Etats d'Afrique centrale. Un mois et demi après avoir démissionné de son poste de directeur de cabinet à la présidence de la République, c’est donc en homme lavé de tout soupçon que Jean-Pierre Oyiba, après avoir été entendu par la justice française, revient au Gabon. On se souvient de sa démission spectaculaire début novembre, après la publication par l’hebdomadaire Jeune Afrique de deux chèques de la BEAC libellés à son ...
Lire l'article
Le gabonais Philibert Andzembé sera maintenu au poste de gouverneur de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC), en dépit de son rappel par le Gabon après la découverte de malversations et d'importantes pertes, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. "Le comité des ministres des Finances (de la sous-région) a décidé mercredi lors d'une réunion à Douala (sud-Cameroun) de maintenir Philibert Andzembé au poste de gouverneur (de la BEAC) jusqu'au mois de novembre" et le sommet des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) à Bangui, a affirmé à l'AFP un responsable du ministère camerounais des ...
Lire l'article
Une enquête menée par «Jeune Afrique» a mis à jour un ensemble de malversations financières au bureau parisien de la Banque des Etats d'Afrique Centrale (BEAC). Entre 2004 et 2008, 30 millions d’euros, soit 9 milliards de FCFA ont été détournés au niveau du Bureau extérieur de Paris de la BEAC, explique Philippe Perdrix, rédacteur en chef du journal « Jeune Afrique. » Selon Philippe Perdrix, « ces détournements ont été faits soit via des chèques frauduleux, soit des virements suspects, soit des retraits liquides. » Les fonds concernés étaient transférés du siège de la BEAC au BEP. Les audits ...
Lire l'article
Le nouveau bureau de la Commission Electorale Nationale Autonome et Permanente (CENAP) a prêté serment ce mercredi à Libreville devant la Cour Constitutionnelle, a constaté un reporter de GABONEWS. Ce sont au total huit membres qui ont tour à tour, la main levée, répété la traditionnelle formule : « je jure d’accomplir les devoirs de ma charge avec probité et impartialité, de respecter et faire respecter la loi électorale, le suffrage universel, la démocratie pluraliste et de m’astreindre au secret des délibérations auxquelles j’aurais pris part dans l’exercice de mes fonctions, je le jure ». Le nouveau bureau de la CENAP se ...
Lire l'article
La communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (Cemac) a décidé ce vendredi à Libreville, au terme d'un sommet extraordinaire, de suspendre toute opération de placement de la Banque des Etats d'Afrique centrale (BEAC) auprès de la société générale des banques, selon un communiqué final publié à l'issue des travaux de ce sommet. Cette mesure conservatoire prise par les chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de la Cemac, visent à mettre la lumière sur la façon dont ces opérations de placement s'effectuent, précise le communiqué. De même, un audit général de la BEAC a été décidé, ainsi qu'un autre audit spécifique ...
Lire l'article
Le PDG lance sa campagne à Franceville
Scandale à la BEAC : qui suivra l’exemple du Gabon
Détournement à la BEAC : Le gabonais Maurice Moutsinga écroué
Gabon : Pierre Mamboundou demande de nouvelles conditions de fonctionnement et de répartition des responsabilités au sein de la BEAC
Politique : Patrice Otha nommé directeur de cabinet d’Ali Bongo Ondimba
Jean-Pierre Oyiba «blanchi» dans l’enquête préliminaire du procureur de Paris
Scandale à la BEAC: le gouverneur reste en place jusqu’en novembre
BEAC : quelque 9 milliards de FCFA détournés au Bureau de Paris
Gabon: Le nouveau bureau de la CENAP a prêté serment
BEAC : La Cemac suspend tout placement de la BEAC auprès de la société générale des banques

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 28 Déc 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*