Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Le grand parti de l’opposition «est né»

Auteur/Source: · Date: 31 Déc 2009
Catégorie(s): Politique

Réunis ce 30 décembre au siège de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), 8 des membres du Front de refus du coup de force électoral, dont six étaient candidats à l’élection présidentielle d’août dernier, ont annoncé la création d’un nouveau parti de l’opposition. Regroupant plusieurs anciens barons du parti au pouvoir, leaders politiques dans leurs circonscriptions respectives, ce «grand parti» est appelé à créer un contre pouvoir crédible au Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir), qui s’est maintenu au pouvoir en août dernier face à une opposition éparse.

Après quatre mois de guerre lasse, ponctuée par une série de manifestations dont l’essentiel a été interdit par le gouvernement, et privé d’une tribune légale d’expression, le Front de refus du coup de force électoral a jugé utile de fédérer ses moyens, son énergie et ses ambitions autour d’un grand parti politique capable de contrer le Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir).

Lors de la conférence de presse organisée ce 30 décembre au siège de l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), 8 de leurs membres, dont six s’étaient présentés à l’élection présidentielle d’août dernier ont annoncé la création de ce «grand parti» censé fédérer les forces de l’opposition du pays.

Le grand absent de ce nouveau rassemblement reste l’Union du peuple gabonais (UPG) de Pierre Mamboundou, arrivé deuxième à l’élection présidentielle, grâce au renfort de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR) qui compte cinq formations politiques.

Après le petit speech introductif du président de l’UGDD, Zacharie Myboto, la déclaration, que nous publions ci dessous, a été lue par le dernier Premier ministre du défunt président Omar Bongo, Jean Eyeghe Ndong, devenu le porte-parole du Front de refus du coup de force électoral. Selon certaines sources, des pourparlers seraient engagés avec plusieurs partis de l’opposition pour rejoindre ce rassemblement.

Déclaration
Libreville, le 30 décembre 2009

«Lorsque dans le cours des événements, il devient nécessaire pour des femmes et des hommes libres de reconsidérer les liens politiques qu’ils entretiennent, le respect dû au peuple oblige à déclarer les causes qui les déterminent.

La recherche de liberté et de bien-être est le propre de l’humain. Le Gabon est notre pays, il est celui de nos enfants. Le pays de nos ambitions et celui de nos espérances. Nous ne pouvons en conscience continuer à faire comme si la situation du Gabon ne nous interpellait pas.

Le 30 août dernier, le peuple gabonais s’est prononcé. Il a clairement exprimé dans les urnes son ardent désir de changement. Il a dit au Pays et au Monde sa volonté d’ouvrir une ère nouvelle pour notre destinée commune.

Nos compatriotes ont manifesté leur désir de liberté, de justice et d’égalité des chances. Au nom des valeurs de la République et de la Nation, le peuple gabonais s’est rassemblé. Il a appelé à un sursaut national. Nous devons entendre cet appel. Nous devons donner suite à l’appel de nos concitoyens.

Chacun connaît la situation de blocage dans laquelle se trouve le pays aujourd’hui. Elle doit être regardée et analysée avec courage et lucidité. Dans un monde en mouvement, notre pays ne peut demeurer statique et se complaire dans la gesticulation et l’amateurisme. Nous ne pouvons assister impuissants au musèlement de la presse, à l’irruption des forces de défense dans la vie de tous les jours, au triomphe de l’arbitraire et de la loi du plus fort. Nous ne pouvons rester inactifs face au recul des libertés publiques.

Le pouvoir illégitime qui s’est installé à l’issue du coup d’État du 03 septembre 2009, guidé par une volonté de règlement de comptes prend chaque jour des décisions partisanes au service d’un clan, au mépris des lois et des engagements de notre pays. La gestion laxiste des administrations et des agents publics, l’hypothèque de l’année scolaire ainsi que les crises ouvertes dans plusieurs secteurs économiques et sociaux confirment la situation de crise dans laquelle se trouve le Gabon aujourd’hui.
A l’éveil démocratique des Gabonais doit répondre un éveil politique pour redonner du sens à notre destinée commune. Cet éveil politique, la Coalition des Groupes et Partis Politiques pour l’Alternance a le devoir de l’incarner au service du Gabon et des Gabonais.

L’année 2010 qui arrive sera marquée par la célébration du 50ème anniversaire de l’Indépendance de notre pays. Cela fait donc 50 ans que la communauté internationale reconnaît aux Gabonaises et aux Gabonais le droit et la responsabilité de disposer librement de leur destin et de choisir en toute indépendance les femmes et les hommes qui ont la charge des affaires de la Nation.

Près de 50 ans après l’Indépendance, nous devons à la vérité de constater que le niveau de développement politique, économique, social et culturel du Gabon est en-deçà du riche potentiel naturel et humain de notre pays. Il nous suffit pour cela de mesurer le chemin parcouru par les autres Nations qui en 1960 présentaient un potentiel inférieur ou équivalent au nôtre.

Depuis 1960, et en dépit des millions de tonnes de pétrole, de manganèse, d’uranium ou de mètres cubes de bois extraits de notre sous-sol et de notre forêt pour être commercialisés à travers le monde et qui ont fait la prospérité des exploitants, notre pays est toujours à la recherche de son développement, c’est-à-dire l’amélioration significative des conditions de vie de ses populations.

Depuis l’Indépendance, malgré les différentes expériences politiques qui ont conduit dans un premier temps au multipartisme, puis au Parti unique pour revenir au multipartisme en 1990, le Gabon n’a jamais connu d’alternance politique. La Conférence Nationale de 1990, en consacrant le retour de notre pays au multipartisme reconnaissait que la démocratie, qui ne peut être séparée de l’alternance politique, était nécessaire au développement politique, économique, social et culturel du Gabon. Et si le multipartisme est bien effectif dans notre pays depuis bientôt vingt ans, la démocratie reste à construire et l’alternance politique n’est toujours pas réalisée.

La vie politique de notre pays s’est plutôt caractérisée par la création continue d’une multitude de Partis Politiques dont l’implantation géographique et sociologique, ainsi que l’impact politique restent plus que limités.

L’élection présidentielle anticipée, consécutive au décès du Président Omar BONGO ONDIMBA le 8 juin 2009, a ouvert les perspectives réelles d’une recomposition politique devenue inévitable, mais surtout de l’alternance politique tant souhaitée par le peuple gabonais.

La volonté de changement, clairement exprimée lors de l’élection présidentielle du 30 août dernier, n’a pas suffi à réaliser cet objectif ; Et le coup d’État perpétré à cette occasion par le Pouvoir en place n’a pas eu raison de cette formidable détermination populaire. Du reste, cet élan historique continue d’être exprimé par la très grande majorité de nos concitoyens qui attend des hommes et des femmes politiques engagées pour le changement réel, un examen lucide de la situation, mais surtout une introspection et un dépassement de soi pour sortir enfin de cette paralysie politique.

Près de 20 ans après la Conférence Nationale qui a marqué le retour au multipartisme, le constat est amer. Le processus de démocratisation du Gabon est aujourd’hui menacé. La démocratie peine à s’installer malgré les Institutions mises en place pour nous y conduire et les textes devant la garantir. Comment expliquer pareille situation alors même que le peuple appelle cette démocratie de tous ses vœux ?

C’est plutôt dans les pratiques politiques que la vérité nous commande de jeter un regard froid pour comprendre les nombreuses raisons qui n’ont jamais permis l’alternance au Gabon.

Oui, nous avons toujours dénoncé la confiscation du pouvoir par un Parti au service d’un clan dont les méthodes obscurantistes ont tué bon nombre d’espoirs. La coercition, les menaces, les restrictions des libertés publiques, les assassinats, la corruption sont au nombre des pratiques qui freinent l’avènement d’une véritable démocratie au Gabon.

Tout en critiquant les atteintes à l’exercice de la démocratie par le Pouvoir, nous ne pouvons passer sous silence ce qui est aussi la responsabilité de l’Opposition sur les échecs répétés pour aboutir à l’alternance. Aussi dommageables que soient les maux dénoncés plus haut pour la démocratie, ils ne sauraient nous faire oublier la duplicité de nombre d’entre nous, leaders politiques, qui se sont parfois illustrés par des comportements égoïstes et égocentriques, des faux fuyants et des voltefaces déroutants.

C’est parce que nous saurons reconnaître notre part de responsabilité dans la situation politique actuelle, que nous serons courageux et humbles pour faire le constat que révèle nos manquements et prendre les décisions importantes qui s’imposent. La réalité politique nous commande de ne plus biaiser, de ne plus louvoyer pour échapper à l’image que renvoie de nous le miroir de cette réalité.

Qui pourra nous croire encore si pour vouloir le changement dans notre pays, nous ne changeons pas nous-mêmes notre manière de faire la politique pour servir les intérêts du plus grand nombre et non plus ceux de nos seuls maisons, villages et ethnies ?

La réalisation de cet impératif de changement passe nécessairement par la conjugaison des efforts et des intelligences de tous ceux qui placent le Gabon au-dessus de leur position personnelle de pouvoir. Leur rassemblement s’impose maintenant.

À la suite du débat qui s’est ouvert avec les Gabonaises et les Gabonais et qui a engagé les forces du changement dans une profonde réflexion individuelle et collective, nous :

Gérard ELLA NGUEMA, Président du Rassemblement National des Républicains (R.N.R) ;

Jean ÉYEGHE NDONG, Candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;

André MBA OBAME, Candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;

Bruno Ben MOUBAMBA, Candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;

Zacharie MYBOTO, Président de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement ; (U.G.D.D) et Candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;

Jean NTOUTOUME NGOUA, Candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;

Casimir OYE MBA, Candidat à l’élection présidentielle du 30 août 2009 ;

Pierre Claver ZENG EBOME, Président du Mouvement Africain pour le Développement (M.A.D) ;

Signataires, le 15 novembre 2009, de la Charte de la Coalition des Groupes et Partis Politiques pour l’Alternance ;

Conscients de notre responsabilité devant Dieu, devant l’Histoire, devant la Nation et devant le Peuple ;

Considérant la situation politique de notre pays, qui se caractérise par un recul sans précédent de l’État de droit et des libertés publiques consécutifs au coup d’État du 3 septembre 2009 qui a placé à la tête de notre pays un Président illégitime ;

Constatant que ce pouvoir illégitime qui tient à s’imposer face à la volonté de changement du peuple Gabonais affiche clairement les prémices du totalitarisme et de la dictature ;

Prenant acte du désir ardent de l’unité de toutes les forces du changement qu’exprime l’opinion publique nationale ;

Considérant la grande richesse que constitue la formidable diversité ethnique et culturelle de notre pays qui est instrumentalisée par certains acteurs politiques pour attiser les démons du tribalisme et diviser un peuple dont l’unité doit être la première force ;

Considérant le nécessaire développement économique et social du pays qui impose la mobilisation de toutes les compétences pour l’élaboration d’un projet véritablement ambitieux et réaliste, conforme aux attentes des Gabonaises et des Gabonais, attractif pour les investissements privés et respectueux des engagements internationaux du Gabon;

Décidons solennellement ce jour de nous unir et d’unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer avec les groupes politiques un grand parti politique novateur.

Les autres membres de la Coalition, qui partagent cette démarche d’unité, nous rejoindrons le moment venu.

Nous lançons un appel solennel à toutes les Gabonaises et à tous les Gabonais, à tous les partis politiques attachés au changement et à la construction d’une Nation indépendante, libre et prospère, pour rejoindre ce grand parti politique et offrir à notre pays l’outil de l’alternance dont il a besoin pour développer son formidable potentiel. L’heure est grave et le Gabon a besoin de chacune de ses filles et de chacun de ses fils. Personne ne viendra construire ce pays à notre place. Vous y avez toute votre place. Pour vous, pour nous tous et surtout pour les générations futures : rejoignez-nous !

Ce grand parti n’est ni une alliance de circonstance, ni une simple réponse au coup d’État de septembre dernier. Il s’agit d’un acte de foi dans le Gabon d’aujourd’hui et de demain. La décision de nous unir dans ce grand parti exprime notre volonté commune de construire un avenir meilleur. Ce parti transcende les ethnies et les tribus, les communautés diverses qui font notre richesse commune. Il se veut un lieu de brassage politique des générations et de mise en commun des intelligences, fondé sur l’amour de la Patrie.

Aux militants et partisans des Partis politiques et groupes de la Coalition, nous disons : la voie que nous vous proposons n’est pas la plus facile, loin de là. Elle demande du courage, de l’abnégation et de la détermination. Mais c’est la seule et unique voie qui se présente à nous, si nous voulons véritablement offrir à notre pays le changement qu’ensemble nous souhaitons et que le peuple appelle de ses vœux avec insistance et pour lequel nous œuvrons tous.

Nous tenons aussi à vous rassurer sur les garanties que la loi n° 24/96 du 16 juin 1996 relative aux Partis politiques nous donne dans le cadre de la fusion de nos partis dans la mesure où celle-ci en son article 17 traite du cas de fusion. Les partis politiques ne perdent rien de ce que légalement ils ont obtenu dans leurs situations anciennes. Les légalisations des partis ayant fusionné sont de droit transférés au nouveau parti et tous les sièges obtenus lors des dernières élections législatives, locales et sénatoriales sont maintenus et transférés à celui-ci.

Le Gabon notre pays est riche de sa diversité ethnique. Nous ne devons laisser rien ni personne se servir de cette diversité pour nous diviser et nous liguer les uns contre les autres. Nous sommes tous enfants de ce pays qui nous a vu naitre et verra grandir nos enfants et petits-enfants. Le Gabon est un et indivisible.

Nous voulons construire ensemble un pays solidaire, uni et prospère où chaque citoyen trouvera sa juste place en étant assuré que son mérite sera reconnu à sa juste valeur.

Gabonaises, Gabonais, très chers compatriotes,
À cet instant historique nous vous invitons à vous engager résolument dans le combat politique pour l’unité nationale, la démocratie, la défense de nos intérêts et le développement de notre pays. Unissons nos forces, le moment est venu de nous retrouver pour construire le Gabon de nos rêves.

Vive la République,
Vive le Gabon».


SUR LE MÊME SUJET
Le grand parti de l’opposition gabonaise, appelé l’union nationale (UN), est né mercredi à Libreville. Il procède de la fusion de trois partis dont l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UDGG) de Zacharie Myboto, le Mouvement africain pour le développement (MAD) de Pierre Claver Nzeng Ebome et le Rassemblement national des républicains (RNR) de Gérard Nguema L’opposition gabonaise a vu la naissance d’un nouveau parti. L’Union nationale (UN), créé hier à Libreville, a pour président Zacharie Myboto. L’ex-premier ministre Jean Eyeghé Ndong, Casimir Oyé Mba, Bruno Ben Moubamba, Pierre Claver Nzeng Ebome et Jean Ntoutoume Ngoua sont les vice-présidents ...
Lire l'article
Le grand parti de l’opposition annoncé depuis plusieurs semaines, a finalement été porté sur les fonts baptismaux. Dirigé par Zacharie Myboto, il se nomme Union Nationale (UN) et compte de grands acteurs politiques de la période de transition. Ses textes fondateurs et son organisation ont été présentés au ministère de l’Intérieur ce 10 février. L’éclatement, il y a quelques jours, de la Coalition des groupes et partis politiques pour l’alternance, peut enfin s’expliquer : Il s’est d’abord agit d’intégrer et de renforcer les structures que sont le Mouvement Africain de Développement (MAD), le Rassemblement National des Républicains (RNR) et l’Union ...
Lire l'article
Le « Grand parti » de la coalition des candidats malheureux de l’élection présidentielle, tant annoncé, sera porté sur les fonts baptismaux, ce mercredi, à Libreville En clôturant les travaux du Congrès de l’Union Gabonaise pour la Démocratie et le Développement (UGDD, opposition), déroulés ce lundi, à Libreville, Zacharie Myboto, Président-Fondateur de cette formation politique, a annoncé l’Assemblée constitutive du « Grand parti » de la coalition des anciens candidats à l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009, pour se tenir mercredi 10 février au siège de l’UGDD, sis au quartier « Ancienne Sobraga », a constaté GABONEWS. « ...
Lire l'article
Mba Obame a rejoint le mouvement, l’ambition de création d’un grand parti d’opposition au Gabon, prend plus que jamais forme L’univers politique gabonais est sérieusement secoué depuis le week end dernier, avec la détermination affichée par les acteurs de la coalition des partis et groupes politiques pour l’alternance, qui ont vraisemblablement contre toute attente, décidé d’une reconfiguration de la classe politique, avec les adhésions des leaders des groupes politiques de cette coalition, aux partis officiellement légalisés, membres de cette même famille politique encore informelle, allusion à la coalition pour l’alternance. C’est ainsi que les gabonais découvrent les adhésions à l'union gabonaise pour ...
Lire l'article
Plusieurs figures importantes de l'opposition gabonaise ont accéléré la formation d'un "grand parti d'opposition" en rejoignant divers partis en vue de leur fusion, a rapporté mardi RFI. "L'adhésion d'André Mba Obame, Casimir Oyé Mba et Paulette Missambo à l'UGDD (l'Union gabonaise pour la démocratie et le développement) est l'une des étapes pour aboutir à la création du grand parti de l'opposition", a affirmé un cadre de l'UGDD, le parti de Zacharie Myboto. L'UGDD avait été crée en 2004 afin de s'opposer au chef de l'État gabonais, Omar Bongo.
Lire l'article
L’ancien ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, arrivé troisième à la dernière présidentielle remportée par Ali Bongo, vient de décliner l’ambition du grand parti de l’opposition, dont la création a été annoncée le 30 décembre 2009. Si à long terme, cette grande union composée de plusieurs poids lourds de l’opposition vise l’alternance, à court terme, l’objectif visé est les prochaines législatives qui auront lieu au courant de l’année. Moins d’une semaine après l’annonce de la création d’un grand parti de l’opposition, l’ancien ministre de l’Intérieur et candidat malheureux à la dernière présidentielle, a encore «fait parler» de lui le 4 janvier ...
Lire l'article
Dans un entretien exclusif accordé à Gabon Matin, deuxième quotidien, publié ce jeudi et que dans son intégralité, le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG), ancien vice-premier ministre, Paul Mba Abessole, évoque , entre autres, les cas d’indiscipline dans sa formation politique, ses rapports avec un certain nombre d’adversaires du régime sans omettre d’apporter ses éclairages sur la mise en orbite prochaine d’un grand parti de l’opposition. abon Matin : - Actualité oblige, nous démarrons l’entretien avec la célébration par les pédégistes ce 30 décembre 2009, de la Journée de la Méditation à la Cité de la Démocratie. Avez-vous un ...
Lire l'article
Des opposants gabonais, dont six candidats à l'élection présidentielle du 30 août remportée par Ali Bongo, ont annoncé mercredi la création prochaine d'un "grand parti" rassemblant plusieurs formations et mouvances politiques. "Nous décidons solennellement de nous unir et d'unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur", ont déclaré devant la presse ces opposants réunis à Libreville. Ils n'ont cependant pas donné le nom de cette nouvelle formation ni précisé la date prévue pour sa création. Les fondateurs annoncés de ce parti sont les ex-candidats à la présidentielle André Mba ...
Lire l'article
Des leaders issus de plusieurs formations et mouvances politiques opposées à l’actuel président gabonais, Ali Ben Bongo, se réuniront prochainement au sein d’un « grand parti novateur », a appris mercredi, AfriSCOOP de sources concordantes à Libreville. « Nous décidons solennellement de nous unir et d’unir nos forces, en procédant à la fusion de nos partis politiques afin de créer (...) un grand parti politique novateur », ont déclaré des opposants gabonais, parmi lesquels, six candidats malheureux à l’élection présidentielle du 30 août, au cours d’un point de presse à Libreville. L’ex-ministre de l’Intérieur, André Mba Obame, l’ancien Premier ministre Jean Eyéghé ...
Lire l'article
Les leaders de l'opposition et malheureux candidats l'élection présidentielle du 30 août regroupés au sein du Front de refus du coup de force électoral vont annoncer avant le 31 décembre la création d'un grand parti politique capable de ratisser large et de s'imposer comme une force crédible d'alternance politique. Selon des sources proches de cette coalition des partis de l'opposition qui intègre plusieurs candidats indépendants, toutes les modalités pratiques pour la création de ce vaste rassemblement politique sont définies, même s'il reste quelques points à régler d'ici à sa présentation au public. Créé au lendemain de la proclamation des résultats de ...
Lire l'article
Naissance d’un grand parti de l’opposition au Gabon
Gabon : Naissance du grand parti de l’opposition
Le « Grand parti » de la coalition des candidats malheureux de l’élection présidentielle, tant annoncé, sera porté sur les fonts baptismaux, ce mercredi, à
GABON: Le grand parti d’opposition se dessine
Gabon: Vers un “grand parti d’opposition”
Gabon : Mba Obame fixe le cap du grand parti de l’opposition
INTERVIEW EXCLUSIVE / Paul Mba Abessole dit TOUTES ses VERITES sur le Nouveau Grand Parti
Gabon: des opposants annoncent la formation d’un “grand parti politique”
Gabon : le front anti-Ali Bongo se mute en un « grand parti politique »
Gabon : L’opposition se cherche un grand parti politique pour contrer le PDG

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 1,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Déc 2009
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*