Socialisez

FacebookTwitterRSS

Médias : RSF tire la sonnette d’alarme sur les cas de guerre ou d’élections contestées

Auteur/Source: · Date: 31 Déc 2009
Catégorie(s): Monde

Le bilan 2009 de Reporters sans frontières (RSF) met un accent particulier sur les risques encourus par les journalistes en période de guerre ou d’élections contestées. Le rapport révèle notamment qu’en 2009, 167 journalistes ont été emprisonnés dans le monde et 157 professionnels des médias forcés de prendre les routes de l’exil.

Pour Reporters sans frontières (RSF), l’année 2009 restera marquée par deux événements majeurs, à savoir le plus grand massacre de journalistes commis en une seule journée, celui de 30 professionnels des médias par la milice privée d’un gouverneur du sud des Philippines ; et la vague d’arrestations et de condamnations sans précédent de journalistes et blogueurs en Iran après la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad.

Le rapport signale que pour échapper à la prison ou à la mort, près de 160 journalistes de tous les continents ont pris le chemin de l’exil, dans des conditions parfois très périlleuses.

«Les guerres et les élections ont été les principales menaces concernant les journalistes en 2009. Couvrir un conflit est de plus en plus dangereux, tant les journalistes sont pris pour cibles et risquent assassinats ou enlèvements. Mais faire son travail de reporter en période électorale peut s’avérer tout aussi dangereux et conduire directement en prison ou à l’hôpital. Les violences pré ou post-électorales commises contre des journalistes ont été particulièrement importantes en 2009 dans des pays peu démocratiques», explique le secrétaire général de RSF, Jean François Julliard.

«Les blogueurs et les sites Internet sont également de plus en plus nombreux à être touchés par la censure et la répression. Il n’existe pratiquement plus aucun pays, aujourd’hui, qui échappe à ce phénomène. Chaque fois qu’Internet ou les nouveaux médias (réseaux sociaux, téléphones portables, etc.) jouent un rôle prépondérant dans la diffusion d’informations, le retour de bâton est sévère. Les blogueurs sont désormais tout autant surveillés que les journalistes des médias traditionnels», indique-t-il.

Jean François Julliard ajoute que la «principale inquiétude concernant l’année 2009 vient de l’exode massif de journalistes en provenance de pays répressifs comme l’Iran ou le Sri Lanka. Les autorités de ces pays ont compris qu’en incitant les journalistes à partir, elles réduisaient ainsi considérablement le pluralisme des idées et le degré de critique. Cette tendance est dangereuse et il faut absolument qu’elle soit dénoncée avec force».

RSF relève encore que la quasi-totalité des journalistes tués en 2009, à l’exception du réalisateur de documentaires franco-espagnol Christian Poveda, assassiné au Salvador, étaient des nationaux.

«Moins connus de l’opinion publique internationale que les grands reporters, ce sont pourtant ces journalistes locaux qui paient, chaque année, le prix le plus lourd pour garantir notre droit à être informés sur les conflits, la corruption ou la destruction de l’environnement», déplore le secrétaire général d’RSF.

Le nombre d’enlèvements continue également à augmenter légèrement et «trois ans après l’adoption de la résolution 1738 du Conseil de sécurité des Nations unies sur la protection des journalistes en zones de conflit, les gouvernements semblent toujours incapables d’assurer la sécurité des professionnels des médias», déplore le rapport.

Les agressions et les menaces ont aussi augmenté d’un tiers (passant de 929 cas en 2008 à 1456 en 2009). C’est sur le continent américain (501 affaires) que les journalistes sont les plus exposés, notamment quand ils dénoncent le narcotrafic, la corruption, ou les potentats locaux. Le nombre de journalistes arrêtés (de 673 en 2008 à 573 en 2009) connaît en revanche une légère baisse, notamment du fait de la baisse des privations de liberté en Asie.

Concernant le cas du Gabon, RSF rappelle que plusieurs journalistes ont été agressés et d’autres menacés de mort dans les jours qui ont suivi l’élection d’Ali Bongo à la tête du pays. Une demi-douzaine de médias ont, en outre, été fermés temporairement pour avoir fait état des violences post-électorales et critiqué les membres du nouveau gouvernement.

Les élections pluralistes, symboles de démocratie et de libre expression, peuvent tourner au cauchemar pour les journalistes. En période électorale, les médias d’Etat sont trop souvent empêchés de couvrir équitablement les activités des candidats, comme cela a été le cas lors de l’élection afghane controversée ou du simulacre électoral en Guinée équatoriale. Les problèmes les plus sérieux surgissent à l’annonce des résultats.

Cette année, l’audace dont ont fait preuve les journalistes en périodes pré et post électorales a été sanctionnée par des détentions, des mauvais traitements et des peines de prison, pour certaines extrêmement lourdes. Ces scénarios répressifs d’après scrutin doivent inciter la communauté internationale à trouver les moyens de mieux protéger la presse après l’annonce de victoires bien souvent volées ou biaisées.

«En tout cas, cette vague de violences augure mal de l’année 2010 au cours de laquelle des élections clés auront lieu notamment en Côte d’Ivoire, au Sri Lanka, en Birmanie, en Irak ou encore dans les Territoires palestiniens», alerte RSF.

Au 30 décembre 2009, au moins 167 journalistes sont emprisonnés dans le monde. Il faut remonter au début des années 1990 pour trouver un nombre aussi important de journalistes emprisonnés dans le monde. Bien que le rapporteur spécial des Nations unies sur la liberté d’expression ait maintes fois répété que la prison était une peine disproportionnée dans une affaire de presse, de nombreux gouvernements maintiennent de telles sanctions dans la loi, et en abusent, déplore le rapport.

On recense, en 2009, plus de dix cas d’arrestations au Niger, en Gambie et en Somalie, l’Érythrée se maintenant au rang de première prison d’Afrique pour les journalistes avec 29 confrères derrière les barreaux.

Pour la première fois, RSF a inclus dans ce bilan annuel le chiffre des journalistes contraints de quitter leur pays suite à des menaces sur leur vie ou leur liberté. Ce ne sont pas moins de 157 professionnels des médias forcés de prendre les routes de l’exil, parfois dans des conditions très difficiles. En Afrique, avec la cinquantaine de journalistes somaliens qui ont fui le chaos et la dizaine de reporters érythréens contraints de quitter leur pays de peur d’être la cible de représailles de la pire dictature du continent.

Ce nouvel indicateur témoigne de la peur qui règne dans certains pays au sein de la profession. Sur le chemin de l’exil, les journalistes rencontrent de nombreuses embûches et leur futur est incertain. Beaucoup attendent des mois, voire des années, dans l’attente d’une protection et d’une hypothétique réinstallation, révèle enfin le rapport 2009.


SUR LE MÊME SUJET
LIBREVILLE (AGP) - La ministre gabonaise de la Communication, Laure Olga Gondjout, s’est dit ’’satisfaite’’ mercredi à Libreville du travail accompli par les médias avant et pendant la présidentielle du 30 août dernier. ''Tous les médias locaux ont couvert cet événement majeur de l'histoire politique de notre pays. Nous avons accordé plus de 110 accréditations à des journalistes étrangers. C'est dire l'importance de l'événement avec plus d'une centaine de journalistes étrangers côtoyant leurs confrères gabonais. Je pense qu'on ne pouvait pas faire mieux en pareille époque'', a déclaré Mme Gondjout au cours d’une conférence de presse. Concernant une certaine presse, le ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le ministère gabonais de la Communication s’est étonné mardi de l’information diffusée, ce jour sur la chaîne de télévision Africa 24 selon laquelle ‘’’Les autorités gabonaises enjoignent l’équipe d’Africa 24 de quitter le territoire Gabonais dans les prochaines heures, indique un communiqué dudit ministère parvenu mardi à l’AGP. ‘’Il faut dire que depuis le début de la transition politique en juin 2009, le gouvernement a tenu à assurer une large couverture médiatique du processus’’, indique le communiqué. Il veut pour preuve, la présence forte et diversifiée des médias étrangers au Gabon pour la couverture de l’élection présidentielle. Le gouvernement ...
Lire l'article
Le Premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, vient de recevoir à Libreville une délégation du Fonds monétaire international (FMI) venue faire le point sur la situation économique et financière du pays, accablé par la crise et toujours enlisé dans ses vieilles failles de gestions. Ces travaux ont notamment permis de mettre en exergue le problème de la masse salariale qui grève le budget de l'Etat et la prépondérance du secteur pétrolier dans le revenu national, pour lesquels des programmes de planification et de restructuration devraient être élaborés avec le FMI. Face aux difficultés enregistrées cette année pour élaborer un budget viable ...
Lire l'article
Dans un communiqué rendu public le 4 mars dernier, le gouvernement gabonais a fermement condamné les campagnes médiatiques menées en France à l’encontre du président Bongo Ondimba, considérées comme une tentative de déstabilisation organisée avec la complicité de «certains acteurs». Rappelant les événements de 2008 qui avaient déjà jeté un froid sur les relations diplomatiques entre Paris et Libreville, le gouvernement a mis en garde les autorités françaises sur la dégradation des relations entre les deux pays que pourrait engendré la récurrence de ces attaques. Se dirige-t-on vers une nouvelle brouille entre Paris et Libreville, comme en mars 2008 où les ...
Lire l'article
Le directeur général du Fonds monétaire International (FMI), Dominique Strauss-Khan, a alerté la communauté internationale sur les retombées aggravées de la crise financière mondiale sur les pays les plus démunis. Pour éviter que la crise économique ne se mue en crise humanitaire pour les pays les plus pauvres de la planète, le directeur général du FMI a estimé qu’il fallait débloquer dans les plus brefs délais au moins 25 milliards de dollars pour aider ces pays à surmonter la crise. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, vient à nouveau de tirer la sonnette d’alarme à l’occasion ...
Lire l'article
Deux journalistes des médias privés gabonais ont été arrêtés et puis détenus dans les locaux de la police judiciaire (PJ) depuis mardi soir, a appris l'AGP vendredi de sources concordantes. Gaston Asseko, journaliste et directeur technique à radio Sainte-Marie et Léon Dieudonné Koungou, du journal Tendance Gabon, ont été arrêtés après avoir été convoqués au B2 (2ème Bureau des services de renseignements de l'armée gabonaise), a expliqué l'équipe de la rédaction de Radio Sainte-Marie. ''Depuis mardi, les services de sécurité et des renseignements les ont embarqués pour le B2, avant de les conduire à la PJ'', a affirmé un journaliste de la ...
Lire l'article
Une vingtaine de journalistes gabonais ont participé du 18 au 21 novembre à Libreville à un atelier de formation sur «le rôle et le statut des journalistes dans le contexte de conflits armés, de violences internes et d’opérations de maintien de la paix», organisé par le bureau sous-régional du Comité international du croissant rouge (CICR). Les experts de la Croix Rouge ont notamment sensibilisé les journalistes gabonais aux notions de Droit international humanitaire (DIH) et de Droit international des droits humains (DIDH), pour une meilleure maîtrise de leurs droits et devoirs dans la collecte et le traitement de l’information en ...
Lire l'article
La journée internationale de la presse a été célébrée en différée ce jeudi au Gabon, a constaté un journaliste de l’AGP La cérémonie officielle s’est déroulée sur l’esplanade du nouvel immeuble de la Radio télévision gabonaise (RTG), présidée par le ministre gabonais de la communication, Jean Boniface Assélé Dabany. M. Assélé Dabany a saisi cette occasion pour féliciter la presse gabonaise pour le travail accompli dans ’’la consolidation de la paix social’’ dans le pays. Pour sa part, le président de l’Observatoire gabonais des médias (OGAM), Albert Yangari, a retracé l’historique, l’éclosion d’une presse libre au Gabon à la faveur du retour au ...
Lire l'article
Le Conseil national de la communication (CNC), organe public de régulation des médias au Gabon, a visité lundi à Libreville, les locaux abritant les services et le siège du journal écrit privé « Le Temps », dirigé par Jean-Yves Ntoutoume Nguema, a constaté GABONEWS. Cette opération a été conduite par Josette Marie Ambouroue, Secrétaire général adjoint du Conseil national de la communication, accompagné de certains membres de cette Institution qui sont venus toucher du doigt les réalités et les difficultés auxquelles est confrontée cet organe de presse écrite privée libre, avant la prochaine subvention de l’Etat. Le journal écrit ...
Lire l'article
La Banque mondiale (BM) a décidé d'octroyer une aide de 10 millions de dollars à Haïti et d'y envoyer des experts pour aider les autorités haïtiennes à répondre à la crise alimentaire, qui a généré de violentes émeutes (5 morts et 200 blessés) et coûté son poste au premier ministre, Jacques Edouard Alexis. L'aide débloquée vise à permettre au gouvernement de "réagir à la hausse des prix de l'alimentation, qui deviennent inabordables pour les familles pauvres", explique la Banque mondiale dans un le communiqué. Samedi le président haïtien René Préval a annoncé une réduction du prix du riz pour éviter ...
Lire l'article
Politique/médias : Laure Olga Gondjout ’’satisfaite’’ de la prestation des médias à la présidentielle d’août dernier
Politique/Médias : Le ministère de la Communication s’étonne de l’information diffusée sur la télévision Africa 24
Gabon : Le FMI tire la sonnette d’alarme
Gabon : Le gouvernement sur le pied de guerre face aux médias français
APD : Le FMI tire la sonnette d’alarme pour les pays pauvres
Gabon: Médias : Deux journalistes des médias privés en détention depuis mardi à Libreville
Gabon : Les journalistes préparés à la gestion de l’information en temps de guerre
Médias : la journée internationale de la presse célébrée jeudi au Gabon
Gabon: Médias / Le CNC visite les locaux du journal privé écrit « Le Temps »
Emeutes de la faim : la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 31 Déc 2009
Catégorie(s): Monde
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*