Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La SEEG poursuit ses passionnantes missions malgré la confusion inadaptée entretenue par le gouvernement

Auteur/Source: · Date: 10 Jan 2010
Catégorie(s): Economie

Le gouvernement met la pression sur la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) comme si les difficultés inhérentes au pays provenait d’une seule entreprise qui aurait signé une convention avec l’Etat gabonais. lui était étrangères. En réalité la mise en concession avait bien été opérée en 1997 parque que l’Etat gabonais n’avait plus les moyen d’assurer financièrement son développement. Juste réalité. L’Etat gabonais à sa part de responsabilité pour n’avoir pas régulièrement rempli ses engagements.

Vendredi, la direction générale de la SEEG qui ne fait guère le jeu de la surrenchère verbale, est sortie enfin de son mutisme pour étaler au grand jour « qui fait quoi » dans cette entreprise qui ne va pas aussi mal qu’on semble l’entretenir.

Dame SEEG rappelle que le gouvernement “n’est pas net” dans cette affaire de mise en concession et que l’Etat se doit de financer les grands travaux qui permettraient d’améliorer les fournitures d’eau et d’électricité à travers le pays.

Difficile également de perfectionner un service public dans une ville dépourvue d’un plan d’urbanisme conséquent et où les populations ( plus de la moitié des habitants du pays) construisent de manière anarchique sur des parcelles qu’elles ne devraient pas occuper. Sans doute devrions nous ausculter ici la difficulté pour l’Etat gabonais de faire respecter la loi par ses concitoyens.

Dans un communiqué paru dans l’Union du vendredi, la direction générale de la SEEG rappelle qu’elle tient régulièrement informée la tutelle.

« La SEEG tient donc régulièrement informées les autorités de l’évolution de l’activité, des besoins et des difficultés éventuels. De plus, l’Autorité concédante est représentée au sein du conseil d’administration de la SEEG par un haut fonctionnaire représentant le ministère chargé de l’Energie et des Ressources hydrauliques et un autre représentant le ministère chargé de l’Economie et des Finances. Au cours des réunions du conseil d’administration est évoqué l’ensemble des sujets importants sur la marche de la SEEG, consignés dans des dossiers remis à tous les participants », rapporte le communiqué.

Un service public est une activité considérée comme étant d’intérêt général. Cette notion faisant appel à une appréciation pouvant être élargie ou rétrécie à volonté, elle ne permet pas de donner une définition parfaite et objective du service public. En réalité est service public ce que la puissance publique définit politiquement comme tel, dans le but soit de lui appliquer des règles spécifiques, soit de l’intégrer directement dans le secteur public.

Les activités d’un service public sont donc soumises sur certains points à un régime juridique spécifique. Mais pour compléter la distinction entre service public et secteur public, on notera qu’une collectivité publique (État, collectivité territoriale) a le choix entre assumer directement un service public et déléguer sa gestion à un organisme spécifique du secteur public ou à un organisme relevant du droit privé.

« Depuis quelque temps, la SEEG est régulièrement mise en cause du fait d’un certain nombre d’incidents survenus dans la distribution de l’eau potable ou de l’électricité à Libreville notamment. Cette mise en cause est tout à fait compréhensible de la part des clients des services que ces perturbations gênent dans leur vie quotidienne ou dans leur activité. La SEEG en est bien consciente et mobilise chaque fois le maximum de moyens pour réduire la portée et la durée de ces perturbations », souligne le communiqué.

Les autorités administratives et techniques, particulièrement au sein du ministère en charge de l’eau potable et de l’énergie électrique, s’associent à cette mise en cause, comme si les situations observées leur étaient inconnues.

Il faut rappeler que la SEEG exerce l’activité de gestion du service public de l’eau potable et de l’électricité en vertu d’un contrat de concession passé avec la République gabonaise en 1997. A ce titre, la SEEG entretient une relation continue avec l’Etat, Autorité concédante, représentée par le ministre de l’Economie et des Finances et le ministre en charge de l’Energie et des Ressources hydrauliques et, au plan administratif et technique, par la Direction Générale de l’Energie et des Ressources hydrauliques (DGERH).

La question des difficultés en eau est bien antérieure, puisque c’est à la fin des années 90, dans le cadre des études qu’elle a entreprises sur le schéma directeur de la distribution de l’eau à Libreville que la SEEG a identifié le risque à terme de saturation des installations qui alimentent Libreville.

Cela a conduit notamment, à renforcer la production à Ntoum, par la réalisation de la tranche Ntoum 6 de la production d’eau potable en 2003, sur financement de la SEEG. Toutefois, le maillon qui apparaissait le plus exposé à saturation concernait le transport d’eau traitée entre Ntoum et Libreville, limité à une capacité de 140.000 m3 par jour (elle sera portée à 157.000 m3 par la SEEG en 2007 grâce à des aménagements sur le fonctionnement du pompage).

Dès 2004, des discussions se sont engagées entre l’Autorité concédante et la SEEG pour étudier la meilleure manière de financer les travaux. Il a alors été convenu que l’Etat se chargerait des travaux dits structurants (conduites de transport entre Ntoum et Libreville et réservoirs) et la SEEG des autres travaux (production d’eau potable à Ntoum, pompages et distribution à Libreville).

En dépit des difficultés qu’elle rencontrait, la SEEG a néanmoins conduit de nombreux travaux, aussi bien en production qu’en distribution, entre 2006 et 2008. Ainsi la capacité de production a-t-elle été portée à plus de 170.000 m3 par jour, grâce à la réalisation de forages et l’installation de pompages supplémentaires.

S’agissant du transfert de l’eau traitée de Ntoum vers Libreville, un projet a été étudié par la SEEG et validé par les services de l’Autorité concédante fin 2005. L’AFD (Agence Française de Développement) a consenti un prêt en 2006 pour en assurer le financement.

Trois appels d’offres ont été successivement lancés, sous la maîtrise d’ouvrage de l’Autorité concédante, entre décembre 2006 et avril 2009. Les deux premiers n’ont pas abouti, le troisième a donné lieu à la désignation de l’adjudicataire à la mi-décembre 2009. Si le marché est signé et mis en vigueur d’ici la fin de ce mois, les premiers ouvrages visant à transférer jusqu’à 168.000 m3 par jour de Ntoum à Libreville seront livrés fin janvier 2011.

Devant la pesanteur entretenue par le gouvernement, la SEEG a identifié et décidé d’un certain nombre d’actions qui permettront de soulager les populations souffrant de manques d’eau.

La SEEG dépasse largement les objectifs du contrat de concession :
• Des taux de desserte atteints avec douze ans d’avance : de 45 à 73% pour l’eau potable et de 73 à 95% en électricité entre 1997 et 2008. Le nombre d’abonnés a ainsi plus que doublé : de 59.000 à 122.000 en eau et de 100.000 à de 203.000 en électricité.

• Une augmentation très significative des capacités de production en eau et en électricité rapport à 1996. En 12 ans, La production électrique est passée de 1 040 GWh à plus de 1 640 GWh (+58%) tandis que la production d’eau potable est passée de 42 millions de m3 à plus de 77 millions de m3 (+85%).

• Des tarifs à la consommation inférieurs à ceux de 1996 en francs constants : après avoir baissé tous ses tarifs de 17,25% au 1ier juillet 1997, la SEEG a maintenu ceux-ci à un niveau inférieur, en termes réels, à ceux de 1997 et a poursuivi sa politique sociale, avec des tarifs sociaux particulièrement accessibles, parmi les plus bas du continent en électricité (43 FCFA par kWh) et en eau (17 FCFA pour cent litres).

Depuis 1997 ce sont ainsi plus de 275 milliards de FCFA qui ont été investis dans l’outil de production et près de 400 programmés pour la période restante, soit au total plus du double des prévisions faites en 1997.

Du fait notamment d’une demande en eau et en électricité largement supérieure aux prévisions initiales, la SEEG intègre dans son approche, à la fois les contraintes résultant de la forte progression de la démographie et de l’urbanisation, et les attentes d’une clientèle de plus en plus exigeante.

Beaucoup a donc été fait, mais beaucoup reste à faire d’ici la fin de la concession en 2017 pour accompagner le développement du pays et offrir un service de qualité en amélioration constante à la population, en termes de continuité, de délais de raccordements, mais également d’accueil et de relation avec la clientèle.
 


SUR LE MÊME SUJET
La Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) s’est engagée à injecter cette année 47 milliards de FCFA pour améliorer la qualité de ses services aux clients, selon un rapport du conseil d’administration de l’entreprise dont copie est parvenue lundi à l'AGP. Les sommes l’investies en 2010 (27,5 milliards de FCFA) et en 2009 (18 milliards de FCFA) se sont révélées insuffisantes pour réaliser certains travaux nécessaires à l’amélioration de la distribution de l’eau et de l’électricité sur l’ensemble du territoire national, indique le rapport publié à l’issue du conseil d’administration réuni vendredi dernier à Libreville. Par ailleurs, ...
Lire l'article
Electricité de France (EDF) a acquis la moitié des parts (51%) détenue depuis 1997 par Veolia dans sa filiale gabonaise de la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG), a appris l'AGP EDF a racheté 25% des parts de Veolia pour un montant de 975 milliards de FCFA, a indiqué une source proche de la SEEG. La Commission de l’Union européenne (UE) a notifié en début de semaine la transaction autorisant l’acquisition en commun, par Electricité de France (Edf) et Veolia, de 51% du capital de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Au directoire de la SEEG, on ...
Lire l'article
Suite à la suspension des négociations avec la direction de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), le Syndicat des personnels du secteur eau et électricité (SYPEG) a décidé le 15 novembre de durcir la grève démarrée le 8 novembre. Démarrée le 8 novembre à Libreville, la grève de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) arpente paisiblement la voie du statu quo. Toute chose qu’indique un communiqué du Syndicat des personnels du secteur eau et électricité (SYPEG) de la SEEG, lu le 15 novembre au siège social de la SEEG par le président du syndicat, René Mbélé. «Au ...
Lire l'article
Les agents de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) ont déclenché une grève générale illimitée, lundi à Libreville, à l’appel du Syndicat des personnels du secteur eau et électricité (SYPEG), pour dénoncer notamment leurs mauvaises conditions de travail, a constaté un journaliste de l’AGP. Le SYPEG, qui dénonce aussi la mauvaise gestion de l’entreprise, annoncé qu’un service minimum est observé depuis le début de la grève, lundi, conformément au code du travail gabonais. Selon le syndicat, la prestation ‘’exécrable’’ des sous-traitants sur les ouvrages est responsable de la mauvaise qualité de service dans toutes les exploitations ...
Lire l'article
Face à la persistance des coupures d'eau et d'électricité dans de nombreux quartiers de la capitale gabonaise malgré l'obligation de résultat assignée à la Société d'eau et d'électricité du Gabon (SEEG), le gouvernement a mis en demeure Veolia d'assurer l'approvisionnement continue d'eau et d'électricité à Libreville sous peine de rompre de la convention de concession. Réuni en Conseil des ministres le 29 décembre dernier, le gouvernement a vertement fustigé les insuffisances de la Société d'eau et d'électricité du Gabon (SEEG) qui privent encore d'eau de nombreux quartiers de la capitale gabonaise. «Selon les premiers éléments de l'audit amorcé, le système de distribution ...
Lire l'article
Lors d’une conférence de presse qu’il a animée samedi soir à son siège d’Awendjé (4ème arrondissement de Libreville), le leader de l’Union du peuple gabonais (UPG/ opposition), Pierre Mamboundou a demandé au gouvernement de « recapitaliser la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG, filiale du groupe français VEOLIA) qui est un bras séculier de la politique sociale », a constaté GABONEWS. Relevant les difficultés auxquelles la SEEG reste confrontées (approvisionnement, production) d’une part et ceux des consommateurs (taxation du prix du KWh), Pierre Mamboundou s’est interrogé sur les termes de la convention de privatisation de la société, 12 ans après ...
Lire l'article
La société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) mène en ce moment des discussions particulièrement constructives avec le gouvernement, a affirmé le président directeur général de la SEEG dans un point de presse tenu mardi au siège de l’entreprise qu’il dirige. François Ombanda a déclaré que «la mise en œuvre des engagements du gouvernement va permettre de mener à bien ces travaux et opérations nécessaires» et que «le retard de cette mise en œuvre se traduit malheureusement par un retard opérationnel». «La SEEG a mobilisé des moyens techniques et humains considérables pour faire face à la situation et assurer un retour ...
Lire l'article
Des riverains au quartier ‘’Cocotier’’ dans le 2ème arrondissement de la capitale Libreville, privés d’eau dans leurs maisons se ruaient sur un tuyau cassé de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) pour se procurer un peu d’eau potable, a constaté vendredi un photographe de l’AGP sur place. Selon un trentenaire ayant requis l’anonymat, cette situation a débuté jeudi à la suite du ‘’déboulonnage’’ d’une vieille tuyauterie de la SEEG qui montrait déjà des signes d’usure, en dépit des appels lancés à l’endroit des agents de cette société. ‘’Cette tuyauterie qui alimente en eau une part importante de maisons dans ...
Lire l'article
Gabon : La SEEG a annoncé vendredi des pertes de près de 6 milliards de F CFA pour 2007
L’Assemblée générale ordinaire des actionnaires de la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) s’est tenue vendredi 16 mai à l’hôtel Meridien Re-Ndama de Libreville. Le Conseil d’administration a défendu son bilan 2007 et a annoncé un résultat net déficitaire de -5,9 milliards de francs CFA, soit -5,1% du chiffre d’affaires. Pour la SEEG, l’année 2007 avait été marquée par une perte de 6 milliards de F CFA. Malgré ces difficultés, la SEEG a investi, avec le concours de l’Etat gabonais, 20 milliards de F CFA pour permettre l’arrivée du gaz à Owendo dans le but de renforcer la puissance ...
Lire l'article
Au cours de l'exercice 2007, la Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a dépensé 70 milliards de CFA pour faire face à la forte demande du marché et renouveler ses équipements pour renforcer sa capacité de production. Des efforts qui sont loin de résorber délestages et pénurie d'eau. La SEEG a terminé l'année avec 6 milliards de FCFA de pertes sèches. A l’issue du conseil d’administration de la société du 12 mars dernier, les responsables de la SEEG ont déclaré que leur société, avec le concours de l’Etat, poursuit ses investissements pour pouvoir répondre à la demande croissante. La réunion ...
Lire l'article
La SEEG va investir 47 milliards de FCFA pour améliorer ses prestations
EDF dans le capital de la SEEG
Gabon : Le ton monte à la SEEG
Grève générale illimitée à la SEEG
Gabon : Le gouvernement menace de rompre le contrat de la SEEG
Gabon: Pierre Mamboundou demande au gouvernement de « recapitaliser la SEEG »
Gabon: «La SEEG mène des discussions particulièrement constructives avec le gouvernement», déclare son Président Directeur Général
Gabon: Des riverains au quartier ‘’Cocotier’’ privés d’eau se ruent sur un tuyau cassé de la SEEG
Gabon : La SEEG a annoncé vendredi des pertes de près de 6 milliards de F CFA pour 2007
2007, une année noire pour la SEEG


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Jan 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*