Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Adieu le SMIG à 150 000 francs CFA

Auteur/Source: · Date: 11 Jan 2010
Catégorie(s): Economie
ali_bongo1.jpg

Ali Bongo

Plébiscitée comme l’une des promesses phares du candidat du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) lors de la dernière campagne présidentielle, le passage du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) de 80 000 à 150 000 francs CFA, est tombé dans l’eau de boudin, après la sortie du chef de l’Etat qui a déclaré le 7 janvier qu’il n’a « jamais fait la promesse de rehausser le niveau du SMIG. »

Il n’y aura pas de SMIG à 150 000 francs CFA, pas en tout cas au cours des sept prochaines années. Le chef de l’Etat a mis fin le 7 janvier dernier aux supputations sur la date de « distribution de ce cadeau électoral ». Il a déclaré en mots clairs et précis qu’il n’a jamais fait une telle promesse.

Pourtant, pour vendre l’ «avenir en confiance», le PDG avait fait une série de promesses alléchantes pour convaincre les Gabonais de voter en faveur de son candidat. Il avait promis entre autres de réformer l’administration publique et la rendre apte à répondre aux besoins des usagers des services publics ; de permettre l’accès de tous à l’école, à l’eau potable, à l’électricité, à un logement social, à un terrain viabilisé ; d’ améliorer les condition de vie et de travail de l’ensemble des Gabonais à travers la généralisation de la journée continue ; d’ augmenter les budgets des mairies et des conseils départementaux à travers une décentralisation effective ; d’ améliorer le système de retraite et de couverture social en faveur des retraités ; de donner un vrai pouvoir à la femme gabonaise, etc.

Toutes ces promesses sont destinées, selon le PDG, à faire du Gabon «un pays émergent, un dragon de croissance, un océan de développement partagé par tous». Dans le feu de l’action de la campagne, le PDG a traduit certaines de ces mesures en variables marketing telles que le SMIG à 150 000 francs CFA ou la gratuité des frais d’accouchement pour toutes les femmes dans les hôpitaux du pays, dès l’investiture de leur candidat en cas de victoire. Et depuis l’investiture d’Ali Bongo, les Gabonais attendaient avec impatience le passage du SMIG à 150 000 francs CFA.

Cette promesse tant attendue s’est évaporée le 7 janvier dernier lorsque le Chef de l’Etat a déclaré qu’il n’a «jamais fait la promesse de rehausser le niveau du SMIG». Cette déclaration a eu l’effet d’un coup de tonnerre dans toutes les chaumières du pays et tout en jetant un trouble dans les esprits, surtout dans ceux des militantes et militants du grand parti de masse.

Peu importe que le Chef de l’Etat n’ait pas fait cette promesse, mais comment expliquer aux militants du PDG qui ont battu le pavé, le macadam, la latérite, et ont sillonné villes, quartiers, villages, hameaux, au pas saccadé de «laissez nous avancer» la tête gavée par la promesse du SMIG à 150 000 franc CFA que leur candidat n’avait jamais fait cette promesse ?

Au soir de la victoire et malgré la tension extrême qui régnait, ils ont risqué le nez dehors pour laisser éclater leur joie, les yeux rivés vers l’horizon du SMIG nouveau. Ce d’autant que cette promesse a été défendue avec acharnement par certains hiérarques du parti dès que l’opposition émettait le moindre doute sur sa faisabilité. D’ailleurs, l’argument du PDG était on ne peut plus convainquant : «c’est l’héritier du boss, il peut même puiser dans la cagnotte familiale s’il le faut pour tenir sa promesse, ce qui n’est pas le cas des autres candidats».

Pour achever de convaincre les incrédules, le directeur général de la Caisse nationale de stabilisation et de péréquation (CAISTAB), Mathias Otounga Ossibadjouo, a annoncé à grands renfort de publicité l’entrée en vigueur du SMIG à 150 000 francs CFA dans son administration, quelques jours après l’investiture du nouveau Chef de l’Etat. Le directeur de la CAISSTAB avait justifié cette décision comme étant l’application de la promesse du candidat du PDG faite aux Gabonais.

Doit-on comprendre, après la déclaration du Chef de l’Etat, que le directeur de la CAISSTAB, l’un des rares directeurs généraux a avoir gardé son poste après l’arrivée du nouvel exécutif, qui a battu campagne pour le candidat du PDG, s’est appuyer sur une rumeur pour instaurer le SMIG à 150 000 dans son administration ?

Possible ! Dans ce cas de figure, pourquoi celui qui dans sa lettre aux Gabonais avait promis «de dire les choses franchement», a laissé les militants du PDG, la machine qui lui a permis de gagner, se repaitre à satiété de cette promesse qu’il n’a jamais faite ? Il serait peut-être souhaitable que le PDG communique aux militants la liste exhaustive des promesses afin qu’ils ne dispersent pas leur énergie à s’accrocher à certains mirages. Si le flou persiste, le doute s’épaissit, c’est la source même de la crédibilité qui risque de tarir.

Certes, la prochaine présidentielle c’est dans sept ans, mais d’autres échéances pointent déjà à l’horizon et le chagrin de l’ «enterrement» SMIG à 150 000 francs CFA risque de détourner certains militants des chantiers du PDG.


SUR LE MÊME SUJET
Le prix du trajet entre Libreville et le Cap Santa Clara, dans le département du Cap-Estérias, au nord de Libreville qui était à 500 francs est passé à 1000 francs depuis mercredi dernier, consécutif à la dégradation de la route, a constaté l’AGP. Pour les transporteurs, cette hausse de tarif est due à la dégradation de la voie causée par les fortes pluies qui s’abattent, occasionnant des pannes pour les véhicules qui empruntent ce tronçon routier. Cette hausse du prix met en colère les habitants du Cap Santa Clara qui souhaitent une intervention des autorités locales afin de ‘’ramener les transporteurs ...
Lire l'article
Le gouvernement du Gabon a doublé le salaire minimum garanti. Le secteur privé est sommé de s’aligner. La promesse électorale du président Ali Bongo Odimba s’est matérialisée. Le Gabon a doublé son SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) passé de 80 000 à 150 000 F CFA (306 dollars). Seuls en sont exlus le personnel des collectivités locales et le personnel domestique. Le secteur privé est invité fermement à s’aligner sur la nouvelle règlementation, selon les déclarations du ministre du travail, Maxime Ngozo Issondou. Parallèlement, les indemnités de transport des employés du privé ont été fixées à 35 000 F CFA, ...
Lire l'article
L’indifférence qu’afficheraient les parlementaires gabonais (sénateurs et députés), face à la dégradation progressive du budget social de la nation, dit-on, l’hypothétique réussite (pour quelle durée ?) des leaders de l’Union Nationale à narguer tous les pronostics qui annonçaient l’incongruité, la précarité et la non fiabilité de leur alliance, la visite emblématique du président Nicolas Sarkozy de France au Gabon et les coulisses de celle-ci, ont meublé, entre autres titrailles percutantes, la tribune des évènements relayés par la presse locale durant la semaine écoulée. Fragments compilés: LES ABSURDITES DES PARLEMENTAIRES GABONAIS Les parlementaires font parler d’eux ! En bien ? En mal ? ...
Lire l'article
Annoncé durant la campagne présidentielle anticipée du 30 août 2009 le salaire minimum interprofessionnel garantie (Smig) passera à 150.000 dès février prochain a déclaré le Premier ministre gabonais, Paul Biyoghé Mba le 18 janvier 2010. Cette mesure salutaire pour plusieurs travailleurs reste boudée quelque peu par de nombreux syndicalistes qui l’a trouve injuste du fait qu’elle ne s’applique qu’à ceux ayant un revenu inférieur à 150.000 fcfa. « C’est une instruction du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Plus personne ne sera désormais payé à moins de 150 000 FCFA dans l’administration publique et même dans le secteur parapublic et privé ...
Lire l'article
A la faveur de la troisième et dernière journée des présentations de vœux du nouvel an au Président de la République, Ali Bongo Ondimba, ce jeudi, au Palais de la Présidence, le numéro un gabonais a reçu en première audience les représentants des collectivités locales, des confessions religieuses et des travailleurs de la présidence, auxquels il a fait la précision de n’avoir « jamais fait la promesse de rehausser le niveau du SMIG, a constaté GAGONEWS Dans le cadre du rituel, c’est à Monseigneur Basile Engone, Archevêque de Libreville, d’ouvrir le bal de la série d’allocutions ayant ponctué la cérémonie ...
Lire l'article
Le SMIG à 150 000 FCFA, l’une des promesses phares du président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle et qui a suscité un immense espoir se fait toujours attendre. Sauf pour la Caisse de stabilité et de péréquation (CAISTAB) qui a décidé de matérialiser cette promesse électorale pour son personnel, sans que l’on sache si cette administration a compétence en la matière. Promis par le nouveau président Ali Bongo lors de la campagne présidentielle, le projet du relèvement du Salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) à 150 000 F CFA verra-t-il jour dans les mois à venir ? Si ni le ...
Lire l'article
Le leader du Parti social démocrate (PSD, majorité présidentielle) et candidat à l’élection présidentielle du 30 août prochain, Pierre Claver Maganga Moussavou, qui a tenu son premier meeting à Mouila, depuis le lancement de la campagne samedi dernier, a proposé mercredi aux populations venues en masse à la place des fêtes de cette localité son projet de société soutenu par 7 piliers, rapporte l’AGP. Pierre Claver Maganga Moussavou s’est appesanti sur les sept piliers de son projet. Pierre Claver Maganga Moussavou entend pratiquer une « Ethique du développement et du pouvoir » de sorte que le Gabonais s’approprie les grandes ...
Lire l'article
Diplômée de Droit pétrolier, ex-cadre à Elf Gabon, membre émérite de la société civile gabonaise et candidate à l’élection présidentielle du 30 août, Yvette Ngwèvilo Rékangalt se prononce sur la pauvreté endémique du Gabon, le SMIG à 150 000 francs promis par Ali Bongo et les contrats pétroliers. Sans complaisance, elle ouvre son cœur de brave femme ainsi qu’elle l’a toujours fait. On dit depuis longtemps que vous avez le potentiel nécessaire pour ce poste, pourquoi ne vous êtes-vous jamais portée candidate à la présidentielle alors que le président Bongo vivait et quelles sont vos motivations pour cette fois-ci ? Je ...
Lire l'article
France: Des dizaines de milliers de Martiniquais disent adieu à Aimé Césaire
Des dizaines de milliers de Martiniquais ont dit adieu vendredi dans une ambiance chaleureuse au poète Aimé Césaire, dont la dépouille a été acheminée à travers Fort-de-France, principale ville de l'île française de la Martinique, jusqu'au stade de Dillon où doivent avoir lieu dimanche ses obsèques nationales. Parti en milieu d'après-midi de la maison familiale des Césaire, le cortège était attendu dans la soirée à Dillon, dans le sud de la ville dont Aimé Césaire, décédé jeudi à 94 ans, a été le maire pendant 56 ans. Le transfert, qui devait initialement durer trois heures, s'est prolongé jusqu'à la tombée de ...
Lire l'article
Aimé Césaire, la figure la plus emblématique de la Martinique, est décédé le 17 avril 2008, à l’âge de 94 ans. L'écrivain et homme politique, fondateur du concept de «Négritude» était hospitalisé depuis le 9 avril. Des obsèques nationales seront organisées, a annoncé le cabnet de la ministre de l'Intérieur et de l'Outre-mer, Michèle Alliot-Marie. La date n'est pas encore connue. Retrouvez un entretien inédit d'Aimé Césaire et de Patrick Lozes du Cran, sur le racisme à la française, sa rencontre avec Léopold Sédar Senghor... Il naît le 26 juin 1913 à Basse-Pointe (Martinique), où il passe une partie de son enfance. ...
Lire l'article
Le prix du trajet Libreville-Cap Santa Clara passe de 500 francs à 1000 francs CFA
Gabon: le SMIG qui fait peur au secteur privé
Revue de la presse gabonaise: « Les absurdités des parlementaires Gabonais – L’Union Nationale piège le PDG – L’opposition mal inspirée face à Sarkozy –
Au Gabon le SMIG à 150.000 dès février 2010
Gabon: « Je n’ai jamais fait la promesse de rehausser le niveau du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) », Ali Bongo Ondimba
Gabon : Le SMIG à 150 000 FCA à la CAISTAB
Gabon : Maganga Moussavou se propose de doubler la valeur indiciaire et la Smig
Gabon : Yvette Ngwèvilo Rékangalt : ˝150 000 francs de SMIG, est-ce vraiment suffisant ?˝
France: Des dizaines de milliers de Martiniquais disent adieu à Aimé Césaire
Aimé Césaire, le chantre de la négritude est mort / Adieu Monsieur Césaire

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 5,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Jan 2010
Catégorie(s): Economie
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

5 Réponses à Gabon : Adieu le SMIG à 150 000 francs CFA

  1. Bidza boubangome

    16 Jan 2010 a 05:34

    Vous savez quand on est borné c’est pour la vie, vous ne vouyez pas tous ce que fait Ali, il est en train de remettre le Gabon sur pied c’est cela qui vous dérange, car pour vous il allait à l’échec et c’est une honte pour vous.
    Sachez le, Ali n’a rejetté personne, il a besoin de tous les Gabonnais sans distingo,
    alors au lieu de calomnier, nous devons l’aider afin de réaliser un Gabon émergent pour que demain soit meilleur qu’aujourd’hui.Vous avez voulu des réformes, il nous les adonné, vous avez voulu du sang neuf dans la gestion des affaires, il nous l’a donné, mais enfin que veut le peuple?Ce n’est pas votre rigolo de Mengara qui viendrait avec ses poches vides et sa soif de pouvoir faire quoi que ce soit.
    Alors soyez un peut lucide afin de ne pas laisser de place au vendeurs d’illussions

  2. bibalou

    14 Jan 2010 a 09:30

    Ah ah ah Gabonais trop cons trop couillons..c est encore Mba Abess
    Vous le meritez bien le petit Bongo
    Vous n etes qu au debut des souffrances..
    soyez objectifs et realistes pas tribalistes
    ohhhhhhhhhhhhhhhh

  3. lia

    13 Jan 2010 a 09:25

    “le fils de la panthère c’est la panthère” au mieux ali9 laissera le pays dans l’état ou il l’a trouvé, au pire le pays sera en guerre avant spn départ.n’oublions pas que pour arriver au pouvoir il a ordonné ou laisser ordonner de tirer à balle réelle sur le peuple gabonais faisant ainsi plusieurs morts dont le premier fut thierry mombo.
    pour ceux qui pensaient qu’ali9 allait faire mieux que son père, je pense que vous n’êtes qu’au début de ce fameux gabon émmergent pour ne pas dire au début de la dictature sanglante qui vient de s’installer au gabon comme dans toutes les colonies françaises d’afrique.
    video MANHITOO à voir et faire voir sur http://www.livinginafrica.net
    time is coming, time is coming.

  4. Ayatollah

    13 Jan 2010 a 02:47

    C’est normal qu’il ne puisse pas tenir ce genre de promessses. Son programme comme celui de tous les autres candidats était un simple copier-coller du programme de Mengara que le biaffrais a pompé comme tous les autres candidats. C’est Mengara qui le ptremier avait proposé une augmentation de 150.000 du SMIg et tous les autres se sont mis à copier. le problème c’est qu’en copiant ils ne savaient pas d’où viendrait l’argent qui financera cette augmentation. Mengara lui savait, eux non. Vous allez voir qu’Ali va rapidement s’embourber. Il est incapable de penser correct. il manque d’inspiration. Vous croyez que aquand on reste dans le sillage du pouvoir toute sa vie, les idées nouvelles vont venir d’où?

  5. LaVerite

    12 Jan 2010 a 18:31

    Ah Ah Ah imbéciles de gabonais. Ils se sont bien faits avoir. ça commence bien, l’gros plein de soupe ali.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*