Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : Vers la révision de la Constitution et du Code électoral

Auteur/Source: · Date: 22 Jan 2010
Catégorie(s): Politique

A l’occasion de la rentrée solennelle de la Cour constitutionnelle ce 21 janvier, la présidente de cette institution, Marie-Madeleine Mborantsuo, s’est dite favorable à un toilettage des textes constitutionnels et du Code électorale. Cette décision serait notamment motivée par les nombreux «manquements juridiques» observés lors de l’organisation de la dernière élection présidentielle.

Suite aux nombreuses insuffisances observées dans les «textes» pendant l’organisation du dernier scrutin présidentiel le 30 août 2009, la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, a «exigé» une révision de la Constitution et de la Loi électorale à l’occasion de la rentrée solennelle de l’institution le 21 janvier dernier.

Concernant la Constitution, Marie-Madeleine Mborantsuo est largement revenu sur les délais d’organisation de la dernière présidentielle suite à la vacance de pouvoir causé par le décès d’Omar Bongo Ondimba le 8 juin 2009 à Barcelone, en Espagne.

En effet, l’article 13 de la Constitution prescrit qu’en cas de décès du président de la République en exercice, l’élection en vue de la désignation de son successeur doit avoir lieu trente jours au moins et quarante-cinq jours au plus à partir de la constatation de la vacance de pouvoir. Or, ce délai implique aussi le temps de deuil et l’organisation des obsèques, ce qui s’est avéré très court. La Cour suggère à cet effet, de fixer des délais raisonnables en cas de vacance de pouvoir.

«Il y a la mise en œuvre des prescriptions de l’article 13 de la Constitution qui n’a pas été aisée lors de sa première application. Car à l’épreuve de la réalité, ces dispositions se sont avérées lacunaires, ce d’autant plus qu’elles n’avaient jamais donné lieu à des textes d’application précisant leur contenu et leur portée», a expliqué madame Mborantsuo.

«Le cas du scrutin à un tour consacré par la Constitution dont le législateur n’a pas tenu compte dans les textes d’application, ou encore le cas des modalités de remplacement des conseillers municipaux et département démissionnaires ou exclus des partis politiques qui ont présenté leurs candidatures, sont des exemple patents», a-t-elle poursuivi.

Concernant le Code électorale, la présidente de la Haute juridiction s’est penchée sur les modalités de révision de la liste la électorale. Pour elle, la révision devrait tenir compte de toutes les modalités possibles. C’est-à-dire la prise en compte des citoyens ayant atteint la majorité électorale, les personnes ayant changé de domicile et la radiation des celles qui sont décédées. A cela s’ajoute le problème que des registres d’état civil qui sont parfois détruits, emportés, ou mal conservés. A cet effet, la présidente de la Cour a invité les autorités compétentes à fixer des délais raisonnables relatives au traitement de chaque modalité.

Dans le même sens, la Cour étudié le cas du fichier électoral. L’application de l’article 48 relatif au lieu d’inscription s’avérant difficilement applicable, madame Mborantsuo a convenu que le législateur devra dégager un critère permettant à chaque électeur d’être attaché à une seule circonscription électorale, et d’en dégager l’exception. Mais le succès de cette dernière suggestion devrait nécessairement passé par la mise en place de la biométrie dont la loi organique n’a pas encore été adoptée à ce jour.

Par ailleurs, la présidente de la Cour constitutionnelle, évoquant l’article 6 de la Constitution, a invité les coalitions politiques à se conformer à la loi, notamment en se faisant «légalement reconnaître» auprès du ministère de l’Intérieur. Dans le même sens, elle a estimé que le gouvernement et le Parlement doivent réviser la loi sur les partis politiques, et que certaines dispositions de cette loi doivent être matérialisées par des textes d’application.


SUR LE MÊME SUJET
L’Assemblée nationale et la Constitution selon Mborantsuo
Sur une décision de la Cour constitutionnelle, le bureau sortant de la 11e législature de l’Assemblée nationale assurera les affaires courantes jusqu’à proclamation des résultats de l’élection des députés du 17 décembre 2011. L’argumentation de Mme Mborantsuo est cependant controversée. La Cour constitutionnelle, vient d’autoriser le bureau sortant de l’Assemblée nationale, issue de la onzième législature, à assurer l’expédition des affaires courantes, jusqu’à la date de prise de fonction des députés élus le 17 décembre dernier. Cette décision fait suite à la dénonciation, le week-end dernier, par l’opposition gabonaise de l’absence d’une Assemblé nationale au terme du délai constitutionnel, fixé à 15 ...
Lire l'article
La présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon, Marie-Madeleine Mborantsuo, s’est prononcée, jeudi à Libreville, pour une révision urgente de la loi sur les partis politiques et du code électoral. Dans une allocution à l’occasion de la rentrée de la haute juridiction, qui s’est déroulée en présence du président Ali Bongo Ondimba et du Premier ministre, Paul Biyoghe Mba, Mme Mborantsouo a également estimé qu’il y avait urgence à revoir l’ensemble des lois organiques, ordinaires et des actes réglementaires dont les dispositions sont devenues caduques, à la suite de la dernière révision constitutionnelle. Mme Mborantsuo a estimé juste ...
Lire l'article
Les sénateurs et les députés ont approuvé le projet de loi portant révision de la Constitution de la République gabonaise à l’issue d’un vote de 177 voix pour, 16 voix contre et 0 abstention. Le Parlement gabonais, composé de 193 députés, a adopté cette modification de la loi fondamentale portant notamment sur trois paragraphes et articles et qui était très critiquée par l’opposition. La révision, adoptée à la majorité des 2/3 des votants à la demande du président gabonais, Ali Bongo Ondimba, prévoit, notamment, de nouvelles dispositions, "en cas de force majeure constatée par la Cour constitutionnelle". Luc Marat Abila, du Parti ...
Lire l'article
Le Premier ministre gabonais Paul Biyoghé Mba a présenté lundi devant une commission de l'Assemblée nationale le projet de révision de la Constitution gabonaise adopté par le gouvernement en octobre, lors d'une audition diffusée par la télévision publique RTG. "Je viens devant la Commission des Lois et des Affaires administratives de l'Assemblée nationale présenter et soutenir le projet de loi portant révision de la Constitution de notre République que le gouvernement a adopté le 19 octobre dernier et qui vous a été transmis en respectant toutes les procédures légales en vigueur", a déclaré M. Biyoghé Mba. Selon le président de la Commission ...
Lire l'article
Le gouvernement gabonais a adopté jeudi dernier à Libreville le projet de décret portant modification de certaines dispositions du 14 décembre 2004 portant création, attributions et organisation du Conseil national de bonne gouvernance, et abrogation du décret du 17 février portant institution et organisation d’un Secrétariat national pour le renforcement des capacités (SENAREC). Pris en application de l’article 51 de la Constitution, le décret susvisé renforce et harmonise les compétences exercées d’une part par le Secrétariat exécutif du Programme national de bonne gouvernance (SEPNBG), et d’autre part par le SENAREC. Ainsi, le Conseil national de la bonne gouvernance (CNBG), désormais placé ...
Lire l'article
L’opération de révision annuelle du fichier électoral démarre le 2 novembre prochain, a annoncé le ministre de l’Intérieur, Jean François Ndongou. Une affirmation faite à l’occasion d’une rencontre avec les responsables des partis politiques, tenue ce 29 octobre à Libreville. Le ministre de l’Intérieur, Jean- François Ndongou, s’est entretenu ce 29 octobre à Libreville avec les responsables des partis politiques. La révision annuelle de la liste électorale et la subvention accordée aux partis politiques étaient au centre des échanges. Sur le premier point, le ministre a annoncé le lancement de l’opération de révision des listes électorales le 2 novembre ...
Lire l'article
Le 21 janvier 2010, rentrée solennelle de la Cour constitutionnelle, la présidente de cette institution, Madame Marie-Madeleine Mborantsuo, invite le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif à réviser les textes qui organisent la vie politique du Gabon. Toutefois, son appel ne s’accompagne pas de recommandations pour favoriser le rapprochement pour une recherche de consensus entre le Pouvoir en place et l’Opposition en vue de cette réforme fondamentale. Compte tenu de l’état de crise de la légitimité de l’autorité politique de l’État, au regard de la crispation politique actuelle au Gabon, la présidente de la Cour constitutionnelle aurait joué son rôle ...
Lire l'article
Politique : La présidente de la Cour constitutionnelle exige une révision de la constitution et la loi électorale
La présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon, Marie-Madeleine Mborantsuo a exigé jeudi, à Libreville, à l’occasion de la rentrée solennelle de la haute juridiction, la révision de la constitution et de la loi électorale. Mme e Mborantsuo, après observation de plusieurs lacunes dans la constitution et dans les lois qui forment le code électoral, a sollicité en urgence le toilettage de la norme fondamentale, les normes du cadre électoral et celles qui régissent l’organisation du pluralisme politique. La présidente de la Cour constitutionnelle a notamment constaté des lacunes sur la norme fondamentale. ‘’Il y a la mise en œuvre des prescriptions de ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – La présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon, Marie-Madeleine Mborantsuo a récusé lundi à Libreville, la rumeur faisant état de sa démission de ses fonctions. Dans ne entretien téléphonique à l’AGP, Mme Mborantsuo a déclaré qu’elle reste présidente de la Cour constitutionnelle et qu’elle entend assumer pleinement ses fonctions jusqu’à la fin de son mandat qui s’achève en 2012 tel que le prévoit la loi. La juge constitutionnelle a par ailleurs ajouté qu’elle attend que la Commission électorale nationale autonome et permanente (CENAP) publie les résultats provisoires du scrutin présidentiel entériné par le ministère de l’Intérieur afin que la ...
Lire l'article
La Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National a publié mercredi 10 juin son « Plan de Paix et de Réconciliation Nationale » pour le Gabon, un plan de paix que la Coalition définit comme une Proposition de Paix et de Réconciliation Nationale à l’endroit du Gouvernement, des Institutions et des membres de la société civile et politique gabonaise. La publication de ce « Plan de Paix » de 21 pages fait suite au meeting de la Coalition à Bruxelles les 30 et 31 mai 2009, meeting au cours duquel les membres de la Coalition ont planché pendant deux jours ...
Lire l'article
L’Assemblée nationale et la Constitution selon Mborantsuo
La Cour constitutionnelle pour une révision urgente du code électoral gabonais
Gabon : Le Parlement approuve la révision de la Constitution
Gabon: le projet de révision de la Constitution à l’Assemblée nationale
Vers la révision du Conseil national de bonne gouvernance
Gabon : Révision du fichier électoral le 2 novembre
Les enjeux de la révision de la Constitution actuelle par Joel Mbiamany-N’tchoreret
Politique : La présidente de la Cour constitutionnelle exige une révision de la constitution et la loi électorale
Politique : La présidente de la Cour constitutionnelle récuse une rumeur faisant état de sa démission
Plan de Paix

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Jan 2010
Catégorie(s): Politique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*