Socialisez

FacebookTwitterRSS

Cemac: l’équation Nguéma

Auteur/Source: · Date: 25 Jan 2010
Catégorie(s): Afrique

Théodore Obiang Nguéma, le président équato-guinéen, a pris la direction des affaires de la Cemac après un sommet à Bangui (le 10 ième tenu les 17 et 18 janvier 2010) flottant sur fond de scandales et de recherche d’équilibre politique. Au centre bien sûr des discussions, su la gestion (calamiteuse !) des banques de la Cemac, le mauvais héritage de la Beac.

Les divergences entre chefs d’Etat portaient naturellement sur la place de chacun dans le dispositif. Elles n’ont manqué d’opposer le fougueux Ali Bongo à Bozizé, le sulfureux Idris Deby à Bozizé et Obiang Nguéma, tandis que Paul Biya surfait sur toute cette agitation comme un sphinx, et Sassou Nguesso, quant à lui occupé à gérer sa nouvelle carrière d’écrivain. Mais il y avait pour tous, en filigrane, la difficile question du leadership dans la région et de la succession.

Le sommet se tient aussi dans un contexte particulier : il dénote de l’ambiance qui animera les célébrations des cinquante années d’indépendance de l’Afrique « francophone » : chaque pays étant confronté à des questions liées au renforcement de l’autorité de l’Etat sous des formes diverses. Chaque président quasiment en fin de mandat, mais rêvant chacun de la prorogation de celui-ci, en tripatouillant leurs Constitutions (Cameroun, Tchad.) Quant à Obiang Nguéma, sortant d’une crise interne, il veut déployer tous les moyens à sa disposition pour protéger son petit Koweït.

Les querelles de positionnement ont pris le pas sur les enjeux politiques. Reste qu’il faut analyser cette actualité pour ce qu’elle est… Les protagonistes ont changé. La guerre des chiffres n’est plus la même. La Guinée-Equatoriale revendique avec rage sa place de premier pourvoyeur de fonds de la Beac, donc nécessairement Grand argentier de la Cemac. Bref, Obiang Nguema se déploie. C’est l’équation Nguéma…

Mais l’équation Nguéma si elle était résolue, ferait-elle avancer la consolidation de l’intégration régionale ? A l’évidence, les négociateurs de Bangui n’ont pas en tête les raisons structurelles de la création de la Cemac. Ils se perdent en conjectures pour la distribution des postes.

La nouvelle donne d’Obiang, qui dirige un géant aux pieds d’argile, montre les contradictions de la Cemac, qui se traduisent dans la disparité des pays, de leur richesse et de leur histoire. La différence fondamentale, qui fait la spécificité de la Guinée-Equatoriale, est son héritage colonial qu’elle partage avec les pays de l’Afrique australe. Son paradoxe et sa complexité font que ces peuples sont les mêmes que ceux du Gabon, du Cameroun et du Congo. Ce syncrétisme culturel fait de la Guinée un cas à part. Une situation qui l’a toujours relativement isolée de ses pairs du « pré-carré français ». Cette discrimination de l’histoire a plombé l’unité culturelle des peuples du bassin du Congo.

L’équation équato-guinéenne est à plusieurs inconnues : suffit-il pour s’assurer de garder la Guinée-Equatoriale dans le giron de la Cemac, de céder à ses injonctions et à sa position de premier pourvoyeur de fonds de la région ? Les chefs des Etats membres ont-ils les moyens de faire autrement ?

Malgré des apparences rocambolesques où chaque chef d’Etat y a été de son petit caprice, le sommet de Bangui marque un tournant et ses conclusions dessinent les contours d’une nouvelle époque.

Reporté plusieurs fois pour des raisons de sécurité en Rca, le sommet en portant à la tête des institutions de la Beac un Equatoguinéen, Lucas Abaga Nchama, « marque la fin des Accords de Fort Lamy qui attribuait d’office ce poste à un ressortissant Gabonais au profit d’une gouvernance tournante ».

Que disaient les Accords de Fort Lamy ? Ils fixaient les règles de répartition des postes au sein de l’ensemble de la sous-région. « Ils prévoient notamment que le gouvernorat de l’institut d’émission revienne au Gabon, et le vice-gouvernorat au Congo ou au Tchad. En contrepartie le siège de la BEAC, se trouve à Yaoundé. De la même manière, la répartition des institutions sur le territoire communautaire est censée respecter des critères d’équité. Ceux-ci prévoient notamment que le secrétariat exécutif se situe à Bangui et que la fonction soit dévolue à un Camerounais. En revanche la Banque de développement des Etats de l’Afrique Centrale est hébergée à Brazzaville, la cour de justice à N’djamena, la Bourse des Valeurs Immobilières d’Afrique Centrale (BVMAC) à Libreville, la Cobac (Commission Bancaire d’Afrique Centrale) à Douala. Enfin le Parlement siègera à Malabo ».

Une telle répartition obéit au contexte du moment. C’est encore le temps où le pétrole promet une illusoire croissance dans des pays comme le Cameroun, le Gabon. Le Tchad va s’enliser.

En 1973, le pays connaît ce que l’on pourrait appeler sa deuxième indépendance, puisque sa capitale appelée toujours Fort-Lamy (13 ans après la proclamation de son indépendance !) devient Ndjamena, selon la décision du président Tombalbaye.

Dès lors une véritable course à l’authenticité va plonger le Tchad à la recherche de son identité. Mais le pays va basculer dans une guerre civile qui va durer trois décades. Tandis qu’au Portugal, la révolution des œillets n’a pas encore eu lieu pour libérer les anciennes possessions portugaises.

La Guinée-Equatoriale n’est donc qu’une sorte d’arrière cour. Ce n’est pas encore un pays. La région Afrique centrale est dominée par la logique de contrôle des multinationales.

La Banque africaine est une banque de passeurs. Les revenus pétroliers sont contrôlés d’une autre manière et c’est le Gabon, qui a signé l’accord le plus juteux avec Elf pour l’extraction du pétrole. La Banque ne sert que ces transactions là : la distribution des Accords de Fort-Lamy apparaissait donc comme le prolongement d’un contrôle des ressources de la région et une récompense pour ceux des pays qui ont bien voulu consentir à laisser exploiter leurs ressources contre un strapontin soutenu par quelques liasses de Cfa. Le deal n’était pas à négliger. Mais il ne peut être éternel.

C’est ce que vient de prouver le sommet de Bangui. Aussi complexe soit-elle, cette rupture pose une nouvelle donne dans les relations entre les pays de la Cemac et confirme dans le même temps que le début de la fin est proche : les chefs d’Etat qui sont nés avec la création de l’Etat néocolonial, les premiers magistrats, sont en train doucement mais sûrement d’être poussés vers la porte.

Depuis 1973, l’Afrique a connu dévaluations, secousses politiques qui imposent une nouvelle configuration. Ces mutations présentées par la presse camerounaise comme un «échec diplomatique » de Paul Biya, sont le résultat de ce qui travaille la société africaine. Elles se matérialisent par un déplacement, voire une multipolarité dans le leadership : aucun Etat ne peut plus prétendre à l’hégémonie et dominer à lui-seul une région ni même le monde. On l’a vu lors du Sommet de Copenhague, on le constate aux résolutions du Sommet de Bangui. Les cinq fondateurs de l’Udeac sont pris dans le même tourbillon que les pays de la planète.

L’équation Nguéma conduit à un nouvel équilibre des forces et une autre définition des normes géostratégiques. Le chauvinisme étroit n’a plus beaucoup de sens, même si la conscience nationale doit permettre de mieux comprendre les fondamentaux de l’intégration régionale : c’est la règle de la complémentarité des leaderships et non plus du monopole exclusif !

source: nouvelle expression 


SUR LE MÊME SUJET
Le conseil des ministres de l'Union économique de l'Afrique centrale (UEAC) qui vient de se tenir, a arrêté le budget exercice 2012 de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC), en recettes et en dépenses, à près de 60 milliards FCFA (environ 115 millions USD). Ce budget, en baisse de 8% par rapport au budget antérieur, porte essentiellement sur la mise en œuvre des projets du plan opérationnel 2011-2012, du programme économique régional (PER) de la CEMAC. Par ailleurs, des mesures de rigueur et de compression des charges ont été demandées à la Commission de la CEMAC pour financer certaines ...
Lire l'article
Une table ronde des experts comptables des pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), s’est ouverte lundi à Libreville, afin d’établir un plan d’action relevant de leur domaine de compétence. La rencontre d’une journée, qui s’achève en fin d’après-midi, vise également à renforcer les capacités des ordres nationaux des professionnels libéraux de comptabilité et d’audit. Organisée conjointement par la commission de la CEMAC, l’Organisation pour l’harmonisation des droits des affaires en Afrique (OHADA) et l’union des experts comptables du Gabon, la table ronde regroupe des experts comptables du Cameroun, du Congo, de la ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo est attendu le 6 juin à Brazzaville, au Congo, où il doit prendre part au sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC), au cours duquel il sera question d’examiner la mise en œuvre des décisions du sommet de Bangui tenu en janvier. Les voyages s’enchaînent pour le Chef de l’Etat gabonais. Après la Libye ou encore la France, où il a participé au 25e sommet France-Afrique de Nice, Ali Bongo est attendu le 6 juin à Brazzaville dans le cadre du sommet extraordinaire de la Communauté économique et ...
Lire l'article
La disparition du président Omar Bongo Ondimba le 8 juin 2009 à Barcelone, en Espagne, a ouvert la course des Chefs d’Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) pour le leadership de la sous-région. Mais les récentes résolutions du 10e Sommet de la CEMAC en janvier à Bangui, en République centrafricaine, laisse de plus en plus à penser que le président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, s’impose comme le nouveau «patron» de l’Afrique centrale. Teodoro Obiang Nguema serait-il le nouveau doyen de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEMAC) ? S’il ne ...
Lire l'article
La compagnie aérienne sud africaine, South African Airways, vient de se porter acquéreuse de 40% des parts de la compagnie aérienne sous-régionale Air CEMAC, devenant ainsi l’actionnaire majoritaire de cette compagnie en gestation. Avec les souscriptions des pays membres et de la Banque de développement des Etats d’Afrique centrale (BDEAC), 85% du capital de la compagnie aérienne sont déjà réunis. Avec l’acquisition par South African Airways de 40% du capital d’Air CEMAC, 85% des fonds nécessaires pour la création de la compagnie aérienne sous-régionale sont réunis, ce qui laisse présager une mise en service effective de ce projet avant 2010. Les ...
Lire l'article
Le président de la Commission de la CEMAC, Antoine Ntsimi, accompagné, pour l’occasion, par le Secrétaire Général de l’Organisation pour la lutte Contre les Endémies en Afrique Centrale (OCEAC), Jean Jacques Moka, sont actuellement en Allemagne, dans le cadre de la mission qui se tiendra du 26 au 27 mars prochain, ayant pour but de remercier la partie allemande pour sa contribution bénéfique pour les populations cibles de l’Afrique Centrale dans la lutte contre les grandes endémies. Cette délégation entend d’autre part, de renforcer les liens existants entre ces institutions en vue de consolider les acquis actuels et de prospecter d’autres ...
Lire l'article
Les chefs d’Etat membres de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) poursuivent les travaux à huis clos au palais de la présidence gabonaise, quelques trois heures après l’ouverture officielle de la réunion extraordinaire de l’organisation, rapporte l’AGP. Cinq des six chefs d'Etats qui constituent la CEMAC, notamment Denis Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, Paul Biya du Cameroun, Teodoro Obiang Nguema de Guinée-équatoriale, François Bozizé de Centrafrique et Omar Bongo Ondimba du Gabon participent à ce sommet. Le Tchad, également pays membre de la CEMAC s'est fait représenter par son Premier ministre, Youssouf Saleh Abbas. ''La prospérité des pays d'Afrique centrale est ...
Lire l'article
Un sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) se tiendra le 23 janvier à Libreville, selon un communiqué final du conseil des ministres tenu ce vendredi dans la capitale gabonaise et dont l'AGP a reçu copie. Aucun autre détail n'a été donné sur le contenu de ce sommet. Jeudi, le président Centrafricain, François Bozizé qui effectuait une visite de quelques heures à Libreville, avait annoncé la tenue d'un sommet extraordinaire ''vendredi 23 janvier ici (Libreville, Ndlr)'', sans toutefois faire de commentaires. La Cémac regroupe six pays, à savoir : le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, ...
Lire l'article
A l'ouverture du 9e sommet des chefs d'Etat de la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), ce 24 juin à Yaoundé, au Cameroun, le président Biya a appelé les pays membres à plus d'audace et d'ouverture pour permettre à cette organisation d'être dynamique et répondre avec efficacité aux nombreux problèmes qui contrarient le développement de cette communauté. Il faut transformer l’Afrique centrale en un pôle d’attraction pour les investissements et les initiatives privées, et en un centre d’activités économiques compétitifs pour garantir un développement économique et social pérenne. Le président camerounais, Paul Biya, a appelé ce 24 ...
Lire l'article
Le ramassage des ordures ménagères dans les quartiers de la capitale gabonaise cause encore problème, à en juger par le volume des tas d’immondices visibles de jours comme de nuits sur les différentes artères et dans les quartiers de Libreville, pourtant de nombreuses sociétés pilulent dans ce secteur qui, en réalité, incombe à la mairie dont l’un des devoirs régaliens est de mettre ses agents sur le terrain pour effectuer le ramassage et le nettoyage des rues et des quartiers; or, à ce qui semble, les derniers équipes ayant dirigé l’hôtels de ville ont noué des partenariats et des conventions ...
Lire l'article
Le budget 2012 de la CEMAC évalué à près de 60 milliards FCFA
Table ronde des experts comptables de la zone CEMAC à Libreville
Gabon : Ali Bongo au sommet extraordinaire de la CEMAC
CEMAC : Obiang Nguema nouveau doyen ?
CEMAC : South African Airways actionnaire majoritaire d’Air CEMAC
Gabon: Une Délégation de la CEMAC en Allemagne du 26 au 27 mars prochains
Poursuite des travaux à huis clos du sommet de la CEMAC
Gabon/Cémac : Sommet extraordinaire de la Cémac le 23 janvier à Libreville
CEMAC : Paul Biya veut une CEMAC audacieuse
Gabon: Propreté de Libreville: une équation permanente de la municipalité


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 25 Jan 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*