Socialisez

FacebookTwitterRSS

Guinée: Comment l’accord de Ouaga a été conclu

Auteur/Source: · Date: 1 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique

Malgré de nombreuses interrogations, l’accord signé le 15 janvier par le capitaine Dadis et le général Konaté sous l’égide du président Compaoré semble satisfaire tout le monde. Pour l’instant ?

Jusque tard dans la nuit, le 18 janvier, le général Sékouba Konaté et son staff préparaient, depuis leur hôtel à Ouagadougou, le retour au pays. Par téléphone, ils donnaient des ordres afin que leur arrivée soit parfaitement sécurisée. L’entourage du chef de l’État par intérim avait beau assurer que, sur place, tout était sous contrôle, l’effervescence trahissait une certaine inquiétude. Pendant tout son séjour dans la capitale burkinabè, le général a tenté de rallier, sinon de neutraliser, les partisans du capitaine Dadis Camara, qui, visiblement, ont du mal à lâcher prise.

À Conakry, des mouvements de soutien s’étaient organisés pour réclamer le retour du chef de la junte, hébergé à Ouaga depuis le 13 janvier, et s’étaient installés à l’aéroport. Au téléphone, le commandant Jean Claude Pivi, ministre chargé de la Sécurité présidentielle, et le lieutenant-colonel Moussa Tiégboro Camara, ministre chargé des Services spéciaux, menaçaient : si le général Konaté ne rentrait pas avec le capitaine Dadis, ils descendraient l’avion. « Nous avions laissé tout un dispositif derrière nous. Nous avions placé nos petits. Ils ne pouvaient rien faire », affirme un proche de Konaté, qui soutient que les deux hommes fomentaient un coup qui a été déjoué. Il n’empêche. Il ne leur était pas possible de repartir avant d’être certains que le climat soit apaisé.

D’énormes avancées

La sortie de l’hôpital du capitaine Camara, dont l’état de santé a suscité nombre de spéculations depuis le 3 décembre, a donné de l’espoir à ses partisans, qui le voyaient déjà revenir aux affaires. Une forte délégation venue de Guinée était à Ouagadougou pour lui apporter son soutien : une dizaine de militaires et quelques civils, dont Boubacar Barry, le ministre d’État chargé de l’Habitat, de l’Urbanisme, des Travaux publics et du Patrimoine bâti public, un ami d’enfance, son neveu et attaché de cabinet, Théodore Siba Kourouma, ou sa secrétaire particulière, Kadiatou Biro Diallo. Sont ensuite arrivés au Burkina l’épouse du capitaine Camara et quelques autres membres de la famille, qui s’occupent de lui dans la grande villa du quartier Ouaga 2000, où l’État burkinabè héberge des hôtes de passage. Le chef de la junte est encore soutenu par sa famille, ses vieux amis et une partie de son groupe ethnique, les Forestiers, ainsi que par ceux qui, comme lui, pourraient être inquiétés par la justice internationale. Parmi lesquels Jean Claude Pivi et Moussa Tiégboro Camara, indexés par le rapport des Nations unies sur le massacre du 28 septembre, dans le stade du même nom, à Conakry, où au moins 150 personnes ont été abattues et des dizaines de femmes violées.

Il a fallu le talent diplomatique du médiateur, Blaise Compaoré, pour apaiser les tensions et remettre sur les rails un processus de transition fragile. Les Burkinabè devaient essayer de faire oublier les déclarations du ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui, en décrétant publiquement que Dadis ne devait pas rentrer en Guinée, a contribué à radicaliser les positions. Dans l’entourage du chef de l’État burkinabè, on regrettait que les Africains – Blaise Compaoré, mais aussi les voisins de la Guinée – n’aient été consultés ni par les Français ni par les Américains sur la façon de gérer l’avenir du capitaine Camara.

En quelques jours, le vendredi 15 janvier, le médiateur est parvenu à un accord, signé par le général Konaté et le capitaine Dadis, qui présente d’énormes avancées. Dans ce texte, le chef de la junte reste président de la République et Konaté n’est qu’intérimaire, chargé de nommer un Premier ministre civil et de conduire le pays à des élections d’ici à six mois. Aucun membre du Comité national pour la démocratie et le développement (CNDD) ni aucun des membres du gouvernement de transition ne pourra être candidat.

Le texte de l’accord du 15 janvier a été salué par les partis d’opposition comme une avancée importante. « Il correspond à ce que nous avions demandé au président Compaoré », se félicite Sidya Touré, de l’Union des forces républicaines (UFR), rentré à Conakry le 20 janvier. François Fall, du Front uni pour la démocratie et le changement (Fudec), regrette quant à lui que les Forces vives n’aient pas été partie prenante de l’accord, mais précise qu’il le soutiendra car il « va dans le bon sens ».

Ces deux anciens Premiers ministres appuient également la nomination de Jean-Marie Doré à la tête du gouvernement, au soir du 21 janvier : « Il était le porte-parole des Forces vives et a traversé avec nous toutes les difficultés depuis l’avènement du CNDD. Il connaît nos aspirations pour nous mener rapidement à des élections », estime François Fall. « Nous avions proposé son nom au poste de Premier ministre. Il avait accepté cette charge et de ne pas se présenter à l’élection », rappelle Sidya Touré.

Mais c’est maintenant tout un gouvernement qui doit tenir autour de lui, dont la composition est plus que jamais complexe. « Le Premier ministre doit avoir les mains libres, il ne faut pas qu’on lui impose des noms aux postes stratégiques, s’inquiète Fall. Mais une page est tournée, il faut qu’on se réconcilie et qu’on avance », conclut-il, avant de saluer les « déclarations sincères de Dadis Camara, qui ont apaisé les esprits à Conakry ».

Dadis en convalescence surveillée

Ce long et pénible discours télévisé était nécessaire, aussi, pour convaincre les supporteurs du président, qui avaient l’impression que leur chef avait été manipulé.

Diffusé sur une chaîne burkinabè et, quelques heures plus tard, par la télévision guinéenne, le document est poignant. On y voit un Dadis extrêmement diminué lire péniblement un long texte expliquant qu’il a signé l’accord en toute connaissance de cause, qu’il accepte de rester de son plein gré en convalescence hors de la Guinée et que son intérimaire, le général Konaté, a toute sa confiance. Un exercice difficile.

Pendant l’allocution, le chef de la junte a dû plusieurs fois s’interrompre pour tousser et se moucher, perdant souvent le fil de sa lecture. Flottant dans un blouson de couleur sable bien trop large, chassant mollement du revers de la main une minuscule mouche décidée à rester sur son front, l’homme était visiblement épuisé. « C’était le but. Il fallait montrer à la fois qu’il est parfaitement au courant et soutient le processus, mais il fallait aussi que ses partisans comprennent qu’il n’est pas en état de gouverner, ni prêt à rentrer », explique un proche du général Konaté. Pendant l’enregistrement de cette adresse à la nation, la dizaine de militaires en treillis attablés autour de lui cachaient mal leur émotion. Le colonel Moussa Keita, fidèle parmi les fidèles, pleurait.

Règlement de comptes musclé

Il n’a pas pour autant baissé les bras. Et en plus des efforts diplomatiques, il a fallu toute l’autorité du général Konaté, qui est sorti de son habituelle réserve. C’est ainsi que, soupçonné par le général de continuer à œuvrer dans l’ombre pour remobiliser les pro-Dadis, le colonel Moussa Keita a essuyé publiquement les foudres du nouvel homme fort de Conakry. « Je vais te gifler », lui a lancé, tonitruant, le général excédé alors que le colonel Keita venait à sa rencontre dans le hall de l’hôtel Laico, à Ouaga 2000, qui hébergeait la délégation officielle. Devant le personnel de l’hôtel éberlué, le président par intérim a menacé : « Si nous étions à Conakry, je t’aurais fait enfermer ! » Et de citer en exemple le cas du ministre de la Communication, Idriss Chérif, qui, avant même l’attentat contre Dadis le 3 décembre, avait pris la mesure des « dérives » du CNDD.

Le retour au pays, organisé avec minutie, s’est finalement bien passé. Mais ce n’est qu’une étape, la transition ne sera pas facile. À Ouagadougou, les proches de Dadis insistent sur le fait qu’il est libre de ses mouvements et espèrent l’accueillir à Conakry « d’ici un mois ». D’autres ne le voient pas sur pied avant trois mois. Que se passera-t-il si le capitaine décide de rentrer avant la fin de la transition ? Pour le moment, il reste au Burkina, mais des tractations sont en cours pour lui trouver un autre pays d’accueil. Le Maroc est fortement sollicité.

Quand à la mise en place de la transition, elle se réglera en Guinée, avec en premier lieu la formation d’un gouvernement. Cependant, beaucoup considèrent déjà le délai de six mois bien trop court, et évoquent l’exemple ivoirien où un accord prévu pour dix mois n’est pas encore arrivé à son terme trente-six mois plus tard. La question devrait être débattue très prochainement à Ouagadougou, où le général Konaté est à nouveau attendu autour du 28 janvier pour mettre en place, avec les autres partenaires de la transition, un chronogramme précis.

Jeune Afrique | Par : Fabienne Pompey, envoyée spéciale
 


SUR LE MÊME SUJET
Le président gabonais Ali Bongo Ondimba s’est entretenu, jeudi à Libreville, avec le Haut représentant de l’Union africaine (UA) pour l’opérationnalisation de la Force africaine en attente (FAA), le général Sékouba Konaté, a annoncé un communiqué de la présidence gabonaise. Selon le communiqué, l’entretien a porté sur les questions de paix et de sécurité en Afrique. Chargé également de la planification et de la gestion stratégique des opérations de soutien à la paix à l’UA, le général Sékouba Konaté a assuré la transition politique dans son pays, la Guinée Conakry, de décembre 2009 à décembre 2010, après le départ de la ...
Lire l'article
La préparation de l’élection présidentielle, les relations avec les Forces vives, la place des militaires dans la vie politique, le « cas » Toumba... Sur tous ces sujets, le président par intérim se livre pour la première fois. Un mois après avoir été désigné président par intérim à Ouagadougou, où le chef de la junte, Moussa Dadis Camara, est en convalescence, le général Sékouba Konaté a accepté, pour la première fois, d’accorder un entretien à un journaliste. L’envoyée spéciale de Jeune Afrique, en l’occurrence. Entre-temps, il a nommé un Premier ministre choisi par l’opposition, Jean-Marie Doré, et, le 8 février dernier, ...
Lire l'article
Lorsqu'il a quitté Rabat, où il était hospitalisé, le chef de l'Etat guinéen pensait atterrir à Conakry. Quelle ne fut pas sa surprise, et sa colère, quand il a compris qu'il se trouvait en fait dans la capitale burkinabè... Quand il a débarqué sur le tarmac de l’aéroport de Ouagadougou, le 12 janvier à 22 h 30, en provenance de Rabat, Moussa Dadis Camara n’a pas tout de suite réalisé qu’il ne se trouvait pas à Conakry. Apercevant le colonel Gilbert Dienderé, le chef d’état-major particulier du président Compaoré, au bas de l’échelle de coupée, il a commencé par le remercier de s’être ...
Lire l'article
L'opposition en Guinée occupe pour la première fois un poste de ministre depuis l'indépendance du pays. La sortie de crise se fera grâce à une transition tripartite selon l'accord passé à Ouagadougou au Burkina entre le capitaine Dadis Camara et le général Konaté. Dans l'impasse... Depuis les massacres et viols du 28 septembre à Conakry, le capitaine Moussa Dadis Camara ne dispose plus assez de marge de manœuvre pour revenir à la tête du gouvernement. La Cour Pénale Internationale pourrait lancer un mandat d'arrêt contre lui et les partis politiques d'opposition gagnent du terrain depuis qu'ils ont rejoint les Forces ...
Lire l'article
Dans un communiqué de l’Organisation Internationale de la Francophonie, parvenu à la rédaction de GABONEWS, ce mardi après-midi, le Secrétaire général de cette institution, le sénégalais Abdou Diouf, se réjouit énormément des résolutions de la réunion de Ouagadougou sur la crise qui secoue la Guinée, lesquelles ont abouti à la désignation de l’opposant charismatique Jean Marie Doré, leader de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG) et Porte-parole du Forum des Forces vives de la Nation, dans les fonctions de Premier ministre de la transition. Nous vous proposons l’intégralité du communiqué précité. TEXTE INTEGRAL « Conformément aux dispositions de ...
Lire l'article
L'opposant Jean-Marie Doré a été désigné mardi comme Premier ministre d'une délicate transition en Guinée, une étape importante peu après la signature d'un accord de sortie de crise prévoyant une élection présidentielle «dans six mois» pour un retour des civils au pouvoir. La leader syndicale et figure de proue de la contestation Rabiatou Sérah Diallo ainsi que le premier vice-président de la junte et ministre de la Sécurité dans le gouvernement sortant, le général Mamadouba «Toto» Camara, ont été nommés vice-Premier ministre. Âgé de 71 ans, Jean-Marie Doré est président de l'Union pour le progrès de la Guinée (UPG, opposition) et porte-parole ...
Lire l'article
L'opposition guinéenne a exigé mardi 6 octobre le "départ du chef de la junte", le capitaine Moussa Dadis Camara, comme préalable à toute discussion. Le Forum des forces vives de Guinée – partis d'opposition, syndicats, organisations de la société civile – a également exigé "la dissolution du Conseil national pour la démocratie et le développement – junte – et la mise en place d'un organe de transition qui désignera un gouvernement d'union nationale". Le président burkinabé, Blaise Compaoré, médiateur dans la crise guinéenne, avait proposé, lundi à Conakry, à la junte et à l'opposition de se rencontrer dans les jours à ...
Lire l'article
LIBREVILLE (AGP) – Le ministre guinéen de la Défense nationale, le général Sékouba Konaté,est attendu lundi soir à Libreville pour une visite de travail dont la durée et la teneur n’a pas précisée, a-t-on appris de source proche de la présidence gabonaise. L’émissaire du capitaine, Moussa Daddy's Camara, chef de l’Etat de la Guinée aura des entretiens avec les autorités gabonaises, notamment avec son homologue, Jean François Ndongou. Cette visite du général Konaté intervient cinq jours après l’élection d’Ali Bongo Ondimba comme 3ème président élu du Gabon au terme du scrutin présidentiel anticipé à un seul tour du 30 août dernier.
Lire l'article
Libreville, 7 septembre (GABONEWS) – Le ministre Guinéen de la Défense, le Général de brigade Sékouba Konaté, a effectué ce lundi soir une visite éclair à Libreville, pour porter le message de félicitation du chef de l’Etat de la République de Guinée, Moussa Dadis Camara, à l’adresse d’Ali Bongo Ondimba pour sa « brillante » élection à la magistrature suprême, à l’issue du scrutin du 30 août dernier, a constaté GABONEWS. Actualité du :07/09/2009 A la tête d’une importante délégation gouvernementale Guinéenne, comprenant le ministre d’Etat Chargé de l’Aménagement du Territoire, Boubacar ...
Lire l'article
Le gouvernement de la République démocratique du Congo et la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) ont trouvé un terrain d'entente, lundi 23 mars à Goma. Les deux parties ont signé un accord de paix prévoyant la transformation du CNDP en parti politique, la libération des membres de l'ex-rébellion détenus par les autorités de RDC et la promulgation par Kinshasa d'une loi d'amnistie des anciens rebelles, selon le document dont l'AFP a reçu copie. Cet accord a été signé à Goma – capitale du Nord-Kivu – une province de l'est du pays particulièrement touchée par la guerre ...
Lire l'article
Le général Sékouba Konaté reçu par le président Ali Bongo Ondimba
Guinée – Sékouba Konaté : “L’armée respectera le verdict des urnes”
Guinée – Confidentiel: Dadis, aller simple pour Ouaga
Guinée – Le dosage de la démocratie est en marche
Guinée-Conakry : Abdou Diouf salue la désignation d’un Premier ministre de transition
Guinée: «Le principal défi de Doré sera de tenir tête à la junte»
Guinée : l’opposition exige le départ de Dadis Camara comme préalable à tout dialogue
Gabon-Guinée : Un émissaire du capitaine Moussa Daddy’s Camara attendu à Libreville, lundi
Gabon: Le ministre Guinéen de la Défense à Libreville transmet un message de félicitation du Président Moussa Dadis Camara à Ali Bongo Ondimba
RDC : un accord de paix conclu entre Kinshasa et la rébellion


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 1 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*