Socialisez

FacebookTwitterRSS

France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris

Auteur/Source: · Date: 2 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique

Le Conseil des Camerounais de la Diaspora (CCD) a déposé ce mardi une plainte à Paris contre Paul Biya le président camerounais pour “recel de détournement de fonds publics” . Dans cette plainte dont Camer.be a pu s’en procurer une copie, le chef de l’Etat Camerounais est accusé d’avoir constitué un patrimoine immobilier en France financé par des détournements des fonds publics. Selon le CCD, des enquêtes multiples et variées ainsi que certaines investigations émanant de publications et magazines reconnus, Français ou Camerounais tel «Le Monde», «Le Canard Enchaîné» ou «Germinal»sans oublier différents observateurs tel l’organisme CCFD ont recueilli un certain nombre d’informations faisant état du fait que le dirigeant Camerounais Chef de l’Etat et/ou certains membres de sa famille avaient, pendant ses fonctions, acquis et/ou fait acquérir des biens immobiliers sur le territoire français.

Il est certain ajoute le CCD qu’également, qu’en partie, ce même dirigeant Camerounais et sa famille ont plus ou moins simultanément constitué des patrimoines immobiliers, c’est-à-dire ont logé des avoirs bancaires en Europe,auprès de banques françaises et/ou de banques étrangères ayant des activités en France.
Le Conseil des Camerounais de la Diaspora en abrégé (CCD),est une de Camerounais régie par la loi du 1er juillet 1901, dont le siège social au 39 Bd Ney 75018 Pris est représentée par Monsieur Robert WAFFO WANTO (Président), Messieurs Célestin DJAMEN et Lamy MAHAMA (Vice-présidents), Monsieur KINGUE KWATE Henri (Trésorier).

Cette plainte, qui vise le chef de “recel de détournements de fonds publics”, est dans la droite ligne des plaintes déposées ces deux dernières années par plusieurs associations comme Transparency international visant trois chefs d’Etat africains: Denis Sassou Nguesso du Congo, Teodoro Obiang Nguema de Guinée-Equatoriale et le défunt chef d’Etat gabonais Omar Bongo.
“Nous espérons que Paul Biya, le chef de l’Etat camerounais pourra être traduit et condamné,” a expliqué le président du CCD, Robert Waffo-Wanto, au cours d’une conférence de presse.

Selon les plaignants, Paul Biya a pris le pouvoir le 6 novembre 1982. Il a tiré profit, conformément à la Constitution camerounaise, de la démission de son prédécesseur Ahmadou Ahidjo, dont il était jusqu’alors Premier ministre. C’est son maintien au pouvoir depuis plus de 25 ans qui est sujet à caution. Les accusations de fraude ont ponctué les électionsqui ont prorogé son mandat. En 2008, Paul Biya a d’ailleurs modifié la Constitutionpour devenir, pratiquement président à vie, à l’image de ses voisins gabonais et équato-guinéen. Il a en effet fait sauter le verrou qui, depuis la révision constitutionnelle de 1996, limitait à deux le nombre de mandats présidentiels. Se protège-t-il ainsi d’éventuelles représailles que pourraient lui intenter ses successeurs?

Le Cameroun est considéré, selon l’indice de perception de la corruption développé par l’association Transparency International, comme l’un des pays les plus corrompus du monde. Il a même obtenu le titre de champion du monde de la catégorie dans le classement établi par TI en 1998 et 1999. Malgré cette piètre réputation, Paul Biya refuse la création d’une Commission des Biens Mal Acquis dans son pays pour lutter contre la corruption. Il préfère installer, le 11 mars 2006, la CONAC (Commission nationale de lutte contre la corruption), à la tête de laquelle il a nommé un fidèle, Paul Tessa, ancien ministre et ancien secrétaire général de la présidence de la République. En janvier 2008, pour se concilier les bonnes grâces des bailleurs internationaux, et probablement aussi pour régler des comptes avec certains ministres qui lorgnaient sa place, le président Biya lance une grande opération «Épervier» de lutte contre la corruption. Une liste d’une soixantaine de personnalités, ministres,directeurs généraux, hommes d’affaires, est publiée dans la presse à cet effet. Mi 2008,une quinzaine d’entre elles avaient été interpellées, jugées et condamnées à de lourdes peines privatives de liberté et de fortes amendes. Des experts comme Francis Dooh Collins sont nommés pour rechercher les 162 millions d’euros qui, selon le gouvernement, auraient été détournés. Me Jacques Vergès aurait également été sollicité. Le gouvernement camerounais a obtenu le soutien international dans cette opération, notamment celui du FBI, la police fédérale américaine. L’ancien ambassadeur des États-Unis au Cameroun, Niels Marquardt, s’était montré intransigeant sur le sujet : «ce n’est pas assez de publier les noms des personnes suspectées de corruption ou de Les relever de leurs fonctions. Les personnes accusées de corruption doivent être officiellement inculpées, poursuivies et condamnées si leur culpabilité est établie. Dans le même temps, leurs biens mal acquis doivent être confisqués et retournés au trésor public». Il s’agit pour les États qui prêtent leur concours de traquer la fortune des personnalités visées à l’étranger, notamment dans des paradis fiscaux, mais selon l’ambassade américaine, «ce n’est pas facile car il y a des comptes blanchis. (…) Il faut beaucoup de preuves».Une autre chancellerie explique que «le plus difficile dans cette opération est de mettre tout le monde en prison, parce que plus ou moins tout le monde est trempé».

Avec cette plainte, le parquet de Paris peut désormais ouvrir une information judiciaire, confiée à un juge d’instruction, mener lui-même une enquête préliminaire ou la classer sans suite. Affaire à suivre…
 


SUR LE MÊME SUJET
Les Camerounais votent pour la présidentielle, Paul Biya favori
Les électeurs camerounais votaient dimanche pour une élection présidentielle à un tour où Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, faisait figure d'archi-favori face à ses 22 rivaux. Les bureaux de vote qui ont ouvert à 08h00 (07h00 GMT) fermeront à 18h00 (17h00 GMT). La participation ne semblait pas très élevée dans la matinée à Yaoundé, la capitale. L'issue du scrutin ne devrait pas être connue avant plusieurs jours, la commission électorale n'étant pas autorisée à diffuser de résultats partiels. "Je suis venue remplir mon devoir de citoyenne et j'espère que tous les Camerounais feront de même, afin que la paix continue de régner ...
Lire l'article
Le parquet de Paris a refusé un réquisitoire supplétif au juge Roger Le Loire, qui enquête sur les biens mal acquis, en France, par les chefs d’Etat de la Guinée Equatoriale, du Gabon, du Congo et leurs proches. Selon l’enquête du juge d'instruction, les familles visées par la plainte déposée à Paris en 2008 par l'organisation Transparence International France (TIF), pour "recel de détournement de fonds publics", ont continué sur leur lancée en procédant à de nouvelles acquisitions. Les menaces liées à l'instruction judiciaire en cours sur leurs éventuels biens mal acquis en France n'ont pas tempéré leur goût du ...
Lire l'article
La chaîne publique France 24 a retiré une vidéo potentiellement embarrassante de son site internet, à la demande d'une ambassade africaine, et sans en informer ses internautes. S'agissait-il d'une parodie, comme le suggère l'explication officielle donnée en interne, ou d'un cas classique de pression diplomatique sur la « voix de la France » ? Les internautes auraient mérité une explication… Cette vidéo est liée à l'affaire dite des « biens mal acquis », c'est-à-dire l'utilisation de l'argent de la corruption par des chefs d'Etat africains pour acheter des biens immobiliers en France. L'affaire, lancée par des associations (Sherpa, Transparence international (TI) ...
Lire l'article
Cinq ONG gabonaises ont déposé une plainte, lundi, au tribunal de grande instance de Libreville, contre une ONG française, Transparency International, pour « propos diffamatoires et injurieux » à l’encontre du défunt chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a constaté GABONEWS. Ces cinq ONG, représentées par Me Ferdinand Abena Bidzo’o, se référant à l’article 283 du code pénal en République gabonaise qui stipule que « toute allégation ou imputation qui font atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne à laquelle elle est adressée, est une diffamation » sont montées au créneau pour protester contre l’ONG française qui ...
Lire l'article
Plusieurs associations gabonaises ont déposé lundi une plainte contre l'ONG Transparency International (TI) dans l'affaire dite des "biens mal acquis" sur le patrimoine en France de présidents africains, pour des "propos diffamatoires" contre l'ex-président Omar Bongo. La plainte des associations gabonaises vise TI "pour propos diffamatoires et calomnieux à l'endroit du défunt président Omar Bongo Ondimba, incitation aux troubles et à la révolte des Gabonais par médias internationaux interposés", selon un document montré à la presse par leur avocat, Me Ferdinand Abéna Bidzo'o. En décembre 2008, TI-France avait déposé une plainte à Paris, demandant une enquête sur le patrimoine en France ...
Lire l'article
Le Parquet de Paris a jugé irrecevable le 26 février la plainte du Cri du conseil de la diaspora (CCD) camerounaise déposé le 2 février contre le président Paul Biya pour «recel de détournement de fonds publics». La décision de la justice française aurait été motivée par un manque flagrant d’indices des plaignants. Accusé de «recel de détournement de fonds publics» par plusieurs ressortissants réunis autour du Cri du conseil des camerounais de la diaspora (CCD), le président Paul Biya a été blanchi par la justice française le 26 février. Cette association lui reprochait d’avoir constitué en France ...
Lire l'article
Un collectif d'organisations de Camerounais vivant en France a dénoncé le 21 juillet l'accueil réservé par Paris au président Paul Biya, en visite officielle de quatre jours, estimant qu'il s'agit d'une "prime accordée à la dictature et l'impunité". Au pouvoir depuis 1982, "Paul Biya est le nouveau doyen de la Françafrique depuis la mort du dictateur Bongo", a déclaré lors d'une conférence de presse Moïse Essoh, secrétaire exécutif du Collectif des organisations démocratiques et patriotiques de la diaspora camerounaise (Code). "Lorsque le gouvernement français lui tend la main, lui déroule le tapis rouge, il s'agit d'une prime à l'impunité, à la dictature", ...
Lire l'article
AP | 01.04.2009 | 16:13 Le parquet de Paris s'oppose à l'ouverture d'une information judiciaire à la suite d'une plainte visant trois chefs d'Etat africains par des associations qui les accusent d'avoir acquis en France des biens immobiliers grâce à des fonds publics détournés de leur pays, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Le 2 décembre, deux associations, Transparence International France et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais ont déposé une plainte contre X pour "recel de détournement de fonds publics", "blanchiment", "abus de biens sociaux" et "abus de confiance". Elle vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou Nguesso (Congo-Brazzaville) et Théodore ...
Lire l'article
Programme Meeting de Paris
PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE A partir de cette page, vous pouvez accéder à toutes les informations relatives aux activités de la Coalition du Refus, y compris le programme du meeting de Paris. Voir Communqué de presse de lancement. Voir Le Programme Meeting de Paris Principes et Préambule Charte du Refus Devenir membre signataire de la Charte Activités et News de la Coalition PROGRAMME PROVISOIRE SOMMAIRE PDF du Programme: Cliquez ici pour obtenir le programme provisoire en format PDF. COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL Réunion du 20, 21 et 22 février 2009 HOTEL IBIS (Situation de l'établissement ) PARIS ALESIA MONTPARNASSE 49 ...
Lire l'article
Le ministre camerounais des Relations Extérieures, Henri Eyebe Ayissi, a été reçu le 2 septembre par le chef de l’Etat gabonais pour porter une requête de son homologue camerounais Paul Biya, sollicitant le soutien du Gabon à la candidature du camerounais Maurice Kamto au poste de Juge à la Cour internationale de Justice (CIJ). Le chef de la diplomatie camerounaise a rappelé le prestigieux parcours du postulant camerounais, couronné tout dernièrement par la rétrocession de la péninsule de Bakassi dont il a conduit le dossier. Sous la bannière de la francophonie, le soutien du Gabon à la candidature camerounaise pour ...
Lire l'article
Les Camerounais votent pour la présidentielle, Paul Biya favori
Biens Mal acquis : Les acquisitions continuent malgré la plainte
« Biens mal acquis » : France 24 trappe une vidéo « off »
Politique / « Biens mal acquis »: Cinq ONG gabonaises portent plainte contre Transparency International
“Biens mal acquis” : une plainte déposée au Gabon contre Transparency International
Justice : Paris blanchit Biya dans une affaire de biens mal acquis
Fronde : Les Camerounais de France contre la visite de Biya
France – Afrique: “Biens mal acquis”: le parquet de Paris opposé à l’ouverture d’une information judiciaire
Programme Meeting de Paris
Gabon : Biya sollicite le soutien de Bongo au candidat camerounais à la CIJ


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 2 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

2 Réponses à France- Cameroun,Biens mal acquis: Le Conseil des Camerounais de la diaspora (CCD) dépose une plainte contre Biya à Paris

  1. lia

    4 Fév 2010 a 04:38

    Célestin DJAMEN

    cette procédure me gène un peu:

    1-pour les mêmes motifs,+sieurs plaintes ont été déposé par des assos contre +sieurs chefs d’état des colonies françaises d’afrique,nous connaissons l’issue de ces procédures.

    2-toutes ces plaintes ont été déposées en france( la métropole).

    3-pour certaines de ces plaintes, nous avons appris que des agents du renseignement français ont eu une part active dans le montage de ces procédures.

    4-à moins que ce ne soit une action pour sensibiliser l’opinion international, je ne vois pas comment cette procédure pourrait aboutir(vous vous basez sur des publications)et le lieu de la plainte

    5-quel est le statut de tous ceux qui ont initiés la plainte( cette procédure pourrait servir aussi de leurre pour les indépendantistes, car initiée par la dgre),etc.

    réfléchissez ! si vous n’êtes pas à la solde de la françafrique-unc-rdpc, et que vous voulez nous faire passer pour des “paysans qui n’arrivent pas….”dixit le mari de carla à dakar.

    video manhitoo à voir et faire voir sur le site http://www.livinginafrica.net

    time is coming,time is coming.

  2. lia

    4 Fév 2010 a 04:25

    mon avis ils n’ont pas commencé par la bonne plainte.

    vraiment dommage, mais je dis qu’ils ont commencé par la seule plainte qu’il ne fallait pas déposer.

    rappelez vous du discours du mari de carla à dakar, ne nous repétons pas, nous devons et pouvons apprendre des erreurs des autres populations des colonies françaises d’afrique.

    le peuple de la colonie française du cameroun doit innover.

    les gars réfléchisez, réfléchissez, le système a une faille, il faut l’exploiter à fond.

    parfois il suffit de déplacer une paille pour qu’un château s’écroule.

    laissons le vieux là en paix pour l’instant, réfléchissez nous avons la solution qui fera + mal encore que cette petite procédure dirigée contre un vielllard.

    Video manhitoo à voir et fair voir sur le site http://www.livinginafrica.net

    time is coming, time is coming.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*