Socialisez

FacebookTwitterRSS

France – Afrique : démocratie fantôme

Auteur/Source: · Date: 4 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique

Les deux piliers de la démocratie sont le bulletin de vote et la liberté de l’information. Ajoutons-y l’indépendance de la justice, appelée à les garantir. Nous savons que, dans les pays développés, la représentation des citoyens est souvent plus formelle que réelle, nous savons que les canaux de l’information sont monopolisés par des intérêts qui n’ont rien à voir avec l’intérêt général. Mais ces libertés publiques fondamentales sont quand même, grâce aux luttes des peuples, un fait établi, qui doit cependant toujours être défendu et perpétuellement réassuré.

Nous parlons de pays où ces piliers de base sont absents, non pas qu’ils seraient incompatibles avec je ne sais quelles traditions locales, comme des théoriciens racistes et intéressés essaient de le faire croire, mais parce que les intérêts étrangers qui dominent ces pays sabotent toutes les tentatives de les édifier. Les systèmes politiques mis en place sont des despotismes de clan fondés sur l’enrichissement par la corruption de l’État, qui ignorent absolument tout de la notion de bien public, et pour cause : le peuple n’a pas de voix pour s’exprimer. L’enracinement de ces despotismes a beau exhiber le résultat mortifère de sa totale incapacité à développer les pays, à créer la moindre prospérité publique, à fournir les dispositifs élémentaires de services pour la vie collective, il n’en est pas moins assuré dans sa pérennité par le soutien des puissances de tutelle, anciens colonisateurs ou modernes institutions internationales, qui ont le front, par ailleurs, de proclamer leur foi en la démocratie.

La fonction de ces pouvoirs est de garantir la meilleure exploitation possible des ressources et de la gestion des pays par les sociétés étrangères qui y sont implantées. Mamadou Tanja, président du Niger, peut être désavoué par les Institutions locales dans son projet de pérennisation de son pouvoir, il n’en a cure puisqu’il ne se heurte pas à l’opposition d’Areva et du pouvoir politique français, bien présents au Niger et dont la voix compte plus que celle du peuple nigérien. Les conditions de la compétition pour le pouvoir sont iniques. Le despotisme est assuré de sa pérennité par tous les dispositifs mis en place. L’élection du président par la majorité simple à un tour, comme au Togo, au Gabon, au Cameroun, est suffisamment significative. Il suffit de financer quelques soi-disant opposants pour assurer la reconduite du pouvoir en place. La faillite administrative s’étale dans l’absence de tout recensement crédible de la population. Que dire de l’organisation matérielle du vote, listes et cartes électorales, toujours étroitement contrôlée par le pouvoir en place à travers différents organismes sous influence.

Ce que l’information internationale refuse de voir et que l’information locale a l’interdiction de répercuter c’est le désaveu massif que les populations infligent au système par leur abstention, seule forme d’expression relativement libre malgré la concussion régnante. La dernière touche électorale du système consiste en ces fameux observateurs internationaux, dont la complaisance constitue le scandale suprême.

Certains pensent, avec un certain bon sens, que le boycott est la seule réponse logique à ces conditions grossières de parodie démocratique. Pourquoi s’engager dans une compétition qu’on sait truquée ! En tout cas c’est la position qui est la plus redoutée par le pouvoir et ses protecteurs. C’est aussi l’arme non violente par excellence, utilisée par Gandhi et Martin Luther King pour permettre au peuple de s’exprimer simplement, de façon irréfutable, envers et contre tout. Contre cette arme la violence du pouvoir s’est, elle, toujours exercée, montrant son essence anti-démocratique.


SUR LE MÊME SUJET
Après avoir été conviés au dernier sommet du G8 tenu à Deauville les 26 et 27 mai derniers, les présidents ivoirien, nigérien et guinéen seront les hôtes de marque de la Maison-Blanche le 29 juillet prochain. Mais cette fois-ci, Boni Yayi, président béninois, se joindra à Alassane Dramane Ouattara, Mahamadou Issoufou et Alpha Condé pour une visite d’Etat, d’amitié et de travail au pays de l’Oncle Sam. L’invitation adressée aux quatre chefs d’Etat africains par Barack Obama suscite des interrogations. Selon le communiqué officiel repris par certaines sources, l’Administration américaine a voulu souligner son soutien aux démocraties en développement, mettre ...
Lire l'article
Le président Ali Bongo s’est envolé le 30 mai pour Nice, en France, où il prend part du 31 mai au 1er juin au 25e sommet France-Afrique, son premier depuis son investiture le 16 octobre 2009. La place de l'Afrique dans la gouvernance mondiale, la paix et la sécurité du continent mais aussi les grands dossiers internationaux comme le réchauffement climatique sont au cœur de ce Le 25e sommet France-Afrique tient ses assises du 31 mai au 1er juin à Nice, en France. C’est dans cette optique que le chef de l’Etat gabonais a quitté Libreville le 30 mai ...
Lire l'article
Je n’avais rien compris à ce que l’écrivain Slimane Zeghidour appelle « le secret de famille de la République ». Lorsque j’ai pris en charge l’instruction de l’affaire Elf, j’avais en face de moi les puissants du pétrole français, je n’aimais pas leur arrogance, la façon qu’ils avaient de se servir dans les caisses, mais lorsqu’ils invoquaient les intérêts supérieurs du pays, j’étais prête à les croire. Je sortais de plusieurs années en détachement au ministère des Finances, entourée de hauts fonctionnaires intègres, d ‘une compétence absolue. J’avais confiance dans les institutions de mon pays d’adoption. Je n’imaginais pas que la ...
Lire l'article
Le parquet de Paris s'est opposé officiellement à l'ouverture d'une enquête sur le patrimoine immobilier en France de plusieurs chefs d'Etat africains, dont les présidents gabonais Omar Bongo et congolais Denis Sassou Nguesso, a-t-on appris lundi au cabinet du procureur. Dans un réquisitoire écrit versé au dossier et demandant un "refus d'informer", le procureur estime que les plaignants, les associations Transparence International France et Sherpa, ainsi que le citoyen gabonais Grégory Gbwa Mintsa, n'ont pas juridiquement qualité à agir. C'est la juge d'instruction financière Françoise Desset qui prendra la décision finale d'ouvrir ou non une information judiciaire. Elle n'est pas tenue par ...
Lire l'article
Le parquet de Paris va s'opposer à l'ouverture d'une information judiciaire après une plainte visant trois chefs d'Etat africains soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l'argent public détourné, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. Déposée le 2 décembre par les associations Transparency International France (TI) et Sherpa ainsi qu'un ressortissant gabonais, cette plainte avec constitution de partie civile concerne les chefs de recel de détournement de fonds publics, de blanchiment, d'abus de bien social, d'abus de confiance et de complicités. Elle vise "les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy a plaidé jeudi pour la démocratie et les droits de l'homme en Afrique et réaffirmé sa volonté de mettre en place une "relation renouvelée" entre la France et le continent noir. S'exprimant devant le parlement du Congo, il a en outre invité Denis Sassou Nguesso, président de ce pays emblématique de la "Françafrique", à gagner d'autres batailles que le retour de la sécurité dans l'ancienne colonie française. "La démocratie et les droits de l'homme font partie de notre héritage commun", a dit le président français, soulignant qu'il ne s'agissait pas de valeurs occidentales "artificiellement plaquées" sur les sociétés africaines. Un ...
Lire l'article
Dans son livre, Pierre Péan explique comment Bernard Kouchner a effectué plusieurs missions rémunérées pour le compte de la société Imeda, en s'appuyant sur son site internet. "L'AFFAIRE Kouchner" n'en finit plus d'étendre ses ramifications. Dans son livre, Pierre Péan explique comment Bernard Kouchner a effectué plusieurs missions rémunérées pour le compte de la société Imeda. Il s'agissait de réaliser des audits concernant le système de santé de plusieurs pays africains, parmi lesquels le Gabon. Péan raconte: "le site internet d'Imada que j'ai consulté quand j'ai entamé cette enquête indiquait que cette société de conseil [Imeda, ndlr] avait bien effectué ...
Lire l'article
Les libertés n’auraient aucun sens et les droits aucune substance, si des facteurs ou des considérations purement conjoncturels étaient susceptibles de les altérer selon quelque marchandage. Par ailleurs, dès lors que l’on débat du sort de l’espèce humaine dans son milieu social et politique, toute démarche qui tendrait à recourir à la mise en exergue des particularismes expose à des déviations voire à des contorsions dangereuses. En fait c’est de la loi et de l’esprit des lois qu’il s’agit en toute chose, dans le contexte de la détermination des libertés et des droits des gens, pris individuellement ou collectivement. Le ...
Lire l'article
La France fermera des bases militaires en Afrique, dans le cadre de la redéfinition de sa stratégie de défense et de sécurité nationale, a rapporté samedi le quotidien français Le Figaro. Un nouveau livre blanc sur la défense et la sécurité nationale vient d'être remis aux parlementaires directement concernés par les questions de défense, selon le journal. Le document, rédigé par une commission spéciale créée par le président français Nicolas Sarkozy, doit être adopté définitivement lors du Conseil des ministres en juin prochain. Tout en adpatant sa défense au nouveau contexte international, la France doit tenir compte de l'impératif de ...
Lire l'article
Mise en œuvre par de Gaulle après les indépendances africaines, la Françafrique a été un instrument d’une politique hégémonique de la France vis-à-vis de ses anciennes colonies, hégémonie qui se développera quelque temps après dans d’autres pays non francophones. Mais cette Françafrique, que Nicolas Sarkozy ne voulait plus à cause des relations opaques entre ses prédécesseurs et certains dirigeants africains, a résisté à la tempête de la rupture et continue sa mission dominatrice sur la politique et l’économie du continent. De De Gaulle à Sarkozy, la politique française en Afrique, s’est caractérisée par un impérialisme politique et économique par le biais ...
Lire l'article
Démocratie en Afrique: Que peut l’Amérique ?
Gabon : Ali Bongo participe à son premier sommet France-Afrique
France – Afrique : Comment la France pille l’Afrique
France – Afrique: Le parquet s’oppose à une enquête sur Bongo et Sassou Nguesso
France – Afrique: Biens de présidents africains en France: le parquet opposé à une enquête
Nicolas Sarkozy plaide pour la démocratie en Afrique
“Affaire Kouchner” : Challenges a retrouvé le site fantôme
Démocratie des principes et démocratie des compromissions
La France fermera des bases militaires en Afrique
France – Afrique : la rupture… dans la continuité

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 4 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*