- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

L’ancien président gabonais Omar Bongo a fait des affaires douteuses aux Etats-Unis

[1]

Un rapport du Congrès américain a mis en lumière des opérations financières douteuses qui auraient été menées aux Etats-Unis en 2006 par l’ancien président gabonais Omar Bongo, aujourd’hui décédé, et par des membres de sa famille, dont son fils Ali, qui lui a succédé.
Le document de 330 pages publié ce jeudi 05 février 2010 indique que l’ancien président et son fils, alors ministre de la Défense, ont déboursé 18 millions de dollars pour s’offrir les services d’un lobbyiste américain Jeffrey Birrell.

Leur but: acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130.

Par ailleurs, Omar Bongo aurait “fournit de grandes quantités d’argent liquide à sa fille Yamilee Bongo-Astier” qui a déposé ces fonds dans des banques à New York entre 2000 et 2007, selon ce rapport portant sur le blanchiment d’argent.

La femme d’Ali Bongo, Inge Lynn Collins Bongo, est également citée comme ayant transféré de fortes sommes d’argent aux Etats-Unis. Dans le coffre fort de l’une des banques, dit le rapport, elle possédait un million de dollars en billets de 100 dollars.

Parallèlement, les parlementaires épinglent le fils du président de la Guinée équatoriale, Teodore Nguema Obiang. Celui-ci aurait fait entrer aux Etats-Unis environ 110 millions de dollars par l’intermédiaire de deux avocats américains, Michael Berger et George Nagler. Une enquête du département de la Justice américaine est en cours à ce sujet.

Le document cite également Jennifer Douglas, une américaine, épouse de l’ancien vice-président du Nigeria Atiku Abubakar, pour avoir fait passer aux Etats-Unis environ 40 millions de dollars entre 2000 et 2008.

Enfin, le rapport rappelle l’exemple de l’affaire des ventes d’armes à l’Angola, surnommée “Angolagate”, dans laquelle l’homme d’affaires Pierre Falcone, condamné et emprisonné en France, a transféré des millions de dollars aux Etats-Unis.

Avec ces exemples à l’appui, les élus de la commission des Enquêtes du Sénat américain dénoncent les failles du système financier des Etats-Unis qui permet à certaines personnalités de transférer de l’argent à la provenance douteuse vers des banques américaines, via des lobbyistes, des avocats, des agents immobiliers ou d’autres intermédiaires.

“La corruption est une menace directe sur nos intérêts nationaux”, a déclaré le sénateur Carl Levin, président de la commission. “Le blanchiment d’argent est utilisé pour entraîner et soutenir les terroristes et le terrorisme. Si nous voulons diriger de façon crédible les efforts pour mettre un terme à l’argent illégal à l’étranger, nous devons le faire chez nous “, a-t-il ajouté.


SUR LE MÊME SUJET
L’Ambassadeur du Gabon aux Etats-Unis d’Amérique, Michael Moussa Adamo, a été agressé par des compatriotes gabonais à la chancellerie pour des raisons encore inconnues, a t-on appris à l’instant de sources dignes de foi. A en croire notre source, des compatriotes gabonais qui auraient organisé un sit-in depuis plusieurs jours devant la chancellerie du Gabon aux Etats-Unis auraient franchi le Rubicon en agressant l’Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République Gabonaise près les Etats-Unis d’Amérique, avec résidence à Washington. Son Excellence Michael Moussa Adamo a été nommé Ambassadeur du Gabon aux Etats-Unis au début du mois de septembre dernier. Nous y ...
Lire l'article [2]
Manifestation des Gabonais des Etats-Unis à Washington le 22 août 2011 contre l’achat de la propriété des Kennedy par le dictateur Ali Bongo
Communiqué de Presse - Plateforme Citoyenne – le 31 juillet 2011 Ayant été choquée par l’information divulguée le 21 juillet 2011 par le Washington Post selon laquelle le dictateur gabonais Ali Bongo Ondimba avait, une fois de plus, dilapidé l’argent du Gabon dans l’achat, à hauteur de 6,5 millions de dollars, de la villa huppée du défunt Ted Kennedy sise au 2416 Tracy Place NW à Washington, DC, la Plateforme Citoyenne, une organisation de Gabonais activistes, appelle la communauté gabonaise et les amis du Gabon résidant dans ce pays à un sit-in de protestation le lundi 22 août prochain à 10h00 ...
Lire l'article [3]
Les étudiants gabonais ont été édifiés ce mardi à Libreville par les responsables du Consulat de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique (USA) au Gabon, notamment le vice-consul Amanda Tyson et le consul Jessica Munson, sur la procédure pour l’obtention d’un visa pour étudier aux USA. Dans son exposé, Amanda Tyson a indiqué qu’en général, pour obtenir un visa étudiant pour les Etats Unis, le postulant (demandeur) se doit de démontrer qu’il est un étudiant sérieux et qu’il a un plan crédible pour ses études, ainsi que suffisamment de moyens pour les financer. Il y a également la nécessite pour le ...
Lire l'article [4]
L’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, Eric D. Benjaminson, procèdera à une série de signatures de convention avec des ONG gabonaises le jeudi 10 février 2011 à 15h, à sa résidence à la Sablière, rapporte le service de la communication de cette représentation diplomatique américaine à Libreville. Dans le cadre du programme d’Auto-assistance de l’Ambassadeur, l’Ambassade des Etats-Unis octroie des subventions à des associations et coopératives, présentant des projets qui viennent en aide à des communautés locales. Chaque année, le gouvernement américain à travers son ambassade à Libreville invite les associations et ONG locales à soumettre des microprojets au bureau d’assistance bilatérale ...
Lire l'article [5]
Ali Bongo a reçu un soutien de poids face à la situation politique actuelle marquée par la prestation de serment d’André Mba Obame. Les Etats-Unis ont confirmé ce 28 janvier la reconnaissance d’Ali Bongo comme président de la République. Les Etats-Unis ont confirmé ce 28 janvier qu'ils reconnaissaient le régime de l'actuel chef de l'Etat gabonais Ali Bongo, selon un communiqué de l'ambassade américaine à Libreville et sans citer nommément l'opposant André Mba Obame qui s'est autoproclamé président le 25 janvier. «Les Etats-Unis reconnaissent Ali Bongo Ondimba comme étant le président du Gabon. Nous incitons tous les partis ...
Lire l'article [6]
Les Etats-Unis ont confirmé vendredi qu'ils reconnaissaient le régime de l'actuel chef de l'Etat gabonais Ali Bongo, selon un communiqué de l'ambassade américaine à Libreville et sans citer nommément l'opposant André Mba Obame qui s'est autoproclamé président le 25 janvier. "Les Etats-Unis reconnaissent Ali Bongo Ondimba comme étant le président du Gabon. Nous incitons tous les partis (politiques) à respecter la loi gabonaise et la Constitution, à faire preuve de retenue, et encourager le dialogue", déclare l'ambassade dans un communiqué de deux paragraphes, sans plus de détails. A la question de savoir si l'ambassade avait été saisie d'une demande de reconnaissance par ...
Lire l'article [7]
Bongo Doit Partir
Lire l'article [8]
La diaspora gabonais aux Etats-Unis a organisé une manifestation pacifique ce 16 octobre à Atlanta, en Géorgie, pour dénoncer le «coup d'Etat constitutionnel» qui a mené à la confirmation de l'élection d'Ali Bongo le 12 octobre dernier. Les manifestants ont tenu un sit-in devant le siège de la chaîne CNN puis devant le Consulat de France pour rappelé au président américain, Barack Obama, ses promesses de défendre la démocratisation en Afrique. Alors que Libreville sonne le clairon pour l'investiture du nouveau président, Ali Bongo, une frange de la diaspora gabonaise aux Etats-Unis s'est réunie ce 16 octobre à Atlanta, dans l'Etat ...
Lire l'article [9]
 Au Président des ETATS UNIS D'AMERIQUE                                              OBJET : DELIVRANCE L'AFRIQUE DE SES BOURREAUX DE PRESIDENTS : OMAR BONGO, Le Diable africain. Monsieur le Président à Vous l'Elu du Monde, Grande est la fierté  aujourd'hui d'un jeune africain de 26 ans car plus Grand est le message que vous avez lancé au monde entier jusqu'à votre investiture aujourd'hui. Je vous en félicite sans conteste. Cet espoir est si Grand que nous, la nouvelle génération africaine pleine de rêves et d'ambitions, voulons voir en premier par vos soins la délivrance pacifique et si possible militaire de l'Afrique de ses bourreaux de présidents et  d'hommes d'affaires qui ...
Lire l'article [10]
Mr le président, Barack Obama, le peuple américain vous a brillamment élu à la tête de la première puissance politique, économique et militaire du monde lors du scrutin présidentiel du 4 novembre 2008. Depuis le Canada où je réside comme exilé politique, j’ai pleuré de joie et d’espoir que vous représentez non seulement pour les Etats-Unis d’Amérique mais aussi pour le monde entier et particulièrement pour l’Afrique, continent à la remorque des autres à cause de dictateurs sanguinaires de l’acabit de O. Bongo. Mr le président démocratiquement élu des Etats-Unis, Barack Obama, si vous avez pu accéder à la magistrature suprême ...
Lire l'article [11]
Agression de l’Ambassadeur du Gabon aux Etats-Unis d’Amérique
Manifestation des Gabonais des Etats-Unis à Washington le 22 août 2011 contre l’achat de la propriété des Kennedy par le dictateur Ali Bongo
Les étudiants gabonais édifiés sur la procédure d’obtention du visa pour étudier aux Etats-Unis
Coopération / L’Ambassade des Etats-Unis octroie 80.000 dollars à des ONG, associations et coopératives locales
Gabon : Ali Bongo “adoubé” par les Etats-Unis
Gabon: “les Etats-Unis reconnaissent” le président Bongo
Bongo Doit Partir
Gabon : Les Gabonais des Etats-Unis demandent à Obama de déjuger Ali Bongo
Au Président des Etats-Unis d’Amérique: Délivrance de l’Afrique de ses bourreaux de Présidents: Omar Bongo, le Diable africain
Lettre ouverte au Président démocratiquement élu des Etats-Unis Barrack Obama : demande de non invitation du dictateur sanguinaire O. Bongo à votre investiture du 20