- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Gabon : L’unité nationale ou la rancune comme mode de gouvernance », un livre d’Emmanuelle Nguema Minko

La gabonaise Emmanuelle Nguema Minko, vient de publier, à Paris, son premier ouvrage de Sociologie et d’Anthropologie politique, aux éditions « l’Harmattan », intitulé « Gabon : L’unité nationale ou la rancune comme mode de gouvernance ».

L’ouvrage, préfacé par le professeur Joseph Tonda , et qui compte 290 pages , tient à prouver que c’est faute d’avoir pris au sérieux les référents traditionnels dans la construction de l’Etat moderne que les Etats africains ont du mal à intégrer la culture démocratique.

Ce livre , sorti au moment où , cette année, une quinzaine de pays africains célèbrent le cinquantenaire de leur indépendance, donnera aux lecteurs les motivations et les instruments nécessaires pour remettre en valeur leur génie culturel comme modèle alternatif à une idéologie du progrès et de pacification de la société, qui se traduit jusqu’alors par une marche à reculons plutôt que par des avancées.

L’auteur consacre la première partie de son travail aux logiques traditionnelles de la refondation du lien social intitulée “Logiques du pardon et logiques identitaires”.

« Je me suis principalement inspirée de l’exemple du rituel de “meteign” et d'”étuèn medzò dans la tradition fang. En effet, chez les Fang, pardonner signifie “relever son frère qui est tombé dans la faute ou la maladie. Pour recommencer à boire et à manger ensemble en vue de la refondation du lien social. Dans ce cas, la rancune serait l’intention avouée ou inavouée de laisser son frère s’engloutir dans la faute ou la maladie, ce qui pourrait conduire à sa mort ou à son exclusion totale de la communauté », s’est confiée à GABONEWS, Emmanuelle Nguema Minko.

La deuxième partie du livre analyse en profondeur tous les stratagèmes élaborés par l’idéologie politique gabonaise depuis l’indépendance en passant par la constitution du Gouvernement d’union nationale, la Rénovation, la Conférence nationale, la Paix des braves et la Démocratie conviviale.

Née le 17 juin 1977 à Bitam (Nord), Emmanuelle Nguema Minko est Docteur en anthropologie politique de l’université de Provence. Ses travaux portent essentiellement sur la refondation du lien social après une période de crise politique.


SUR LE MÊME SUJET
Le fou n'est pas l'homme qui a perdu la raison. Le fou est celui qui a tout perdu, excepté la raison. Cette assertion de Gilbert Keith Chesterton a l’avantage de nous avertir qu’en parlant de folie, plus génériquement des maladies mentales, nous pénétrons dans un univers fort complexe. Un monde de l’absurde. Non pas l’absurde au sens que le concevait Albert Camus. Où ‘’l’acte gratuit’’ est la manifestation d’un état second inexplicable. Mais d’une absurdité faite d’élucubrations cliniquement justifiables et compréhensibles. Pour comprendre pourquoi le ‘’fou’’ est celui qui a tout perdu sauf la raison, il faut recourir à une ...
Lire l'article [1]
La «Françafrique», mode d’emploi d’une filière occulte
Par Thomas Vampouille Depuis l'accession à l'indépendance des colonies africaines, les présidents français successifs ont entretenu, à des degrés divers, des relations secrètes et ambiguës avec plusieurs chefs d'État africains. Retour sur cinq décennies d'histoire de l'ombre. De rumeurs en affaires, la «Françafrique» est le serpent de mer de la politique étrangère française depuis cinq décennies. Médiatisée dans les années 1990, l'expression désigne les relations spéciales - soutien aux dictatures, coups de force, détournements de fonds, financements illégaux de partis politiques français - que Paris entretient avec plusieurs États africains. Selon Robert Bourgi, à l'origine du dernier scandale en date, tous les ...
Lire l'article [2]
La sortie de crise est en vue dans le secteur de l'éducation au Gabon, perturbé par la grève déclenchée samedi 2 octobre dernier, à deux jours de la rentrée scolaire 2010-2011, par la Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED), rejoint par le Syndicat des enseignants contractuels de l'Etat gabonais (SECEG). Le puissant syndicat des enseignants avait préparé, pour cette rentrée scolaire, une véritable "bombe", qui est en train d'être désamorcée petit à petit par le gouvernement. L'incorporation dans la fonction publique des enseignants qui étaient en attente d'intégration est une avancée significative réalisée par les pouvoirs publics. Les 889 instituteurs ...
Lire l'article [3]
Le positionnement actuel du leader du Rassemblement pour le Gabon (RPG) pose problème à ses anciens alliés pendant la période de l’élection présidentielle anticipée du 30 août 2009. Candidat à ce scrutin, Mba Abessole s’est désisté à la deuxième semaine de la campagne électorale de quinze jours, en faveur du candidat indépendant André Mba Obame. La côte de popularité de l’ancien ministre de l’intérieur montait alors crescendo grâce à sa télévision privée TV+. D’où les ralliements en sa faveur, à quelques jours du scrutin. En s’alignant derrière Mba Obame, le Premier ministre démissionnaire Jean Eyéghé Ndong, l’ancien ministre des mines ...
Lire l'article [4]
La communauté religieuse de l’église évangélique du Gabon (EEG) va désigner, vendredi prochain en d’après midi, un nouveau pasteur qui succédera au pasteur Clément Obame Mezui selon un mode électoral iconoclaste. Le vote qui désigne le futur Président de l’Eglise Evangélique du Gabon comporte dans son mode, plusieurs aspects subjectifs qui pourraient biaiser le choix du meilleur candidat, au regard de son expérience et de son profil moral. Les candidats sont tenus à la réserve dès le dépôt de leurs candidatures jusqu’à la fin de celle-ci. Le sens d’une élection se mesure à la dimension démocratique que celle-ci pourrait revêtir. Plus les ...
Lire l'article [5]
La dépouille de l’ex président du Gabon arrive en début d’après midi à Libreville. Normalement, une élection présidentielle doit être organisée dans les 45 jours, mais de nombreux observateurs s'interrogent sur la possibilité de tenir ce délai tout en opérant une révision électorale fiable. Par ailleurs l’on spécule de plus en plus sur la succession d’Oumar Bongo. Il faut dire que même du vivant du président gabonais, il y’a avait une certaine rivalité entre ses proches. Comme c’est le cas dans beaucoup de pays sur le continent, la famille Bongo n’avait pas réussi à rester en dehors  de la gestion ...
Lire l'article [6]
Un débat sur le manque de visibilité de la littérature gabonaise incrimine les prix trop élevés des livres et un certain régionalisme des écrits. Nos confrères de Gabonews relatent le débat qui a eu lieu à l'Assemblée nationale lors de la présentation d'ouvrages de Nadia Origo par UDEG (union des écrivains gabonais). Il y était question du prix trop élevé des livres édités au Gabon et d'une régionalisation des écrits qui seraient nocifs à la visibilité de la littérature gabonaise au Gabon mais aussi en Afrique et en France. Le général, Pierre Odounga Pepe considéré comme le « doyen des écrivains gabonais ...
Lire l'article [7]
L’élection des présidents des Conseils municipaux et départementaux prévue vendredi à l’échelon du Gabon, redonne de l’intérêt au mode de désignation des maires et de leurs adjoints. Ainsi, on retient que la loi électorale au Gabon que « Les maires des communes et leur s adjoints sont élus par les conseillers municipaux à la première session du conseil municipal, en son sein, à bulletin secret, à la majorité absolue au premier tour et à la majorité relative au deuxième tour. Le conseil municipal est convoqué à cet effet par l'autorité de tutelle dans les huit jours qui suivent ...
Lire l'article [8]
Kenya. A l’issue de l’élection présidentielle du 27 décembre 2007, ce pays, naguère cité comme un exemple de démocratie et de stabilité en Afrique de l’Est, sombre dans une violence inouïe vite muée en conflit interethnique qui opposait les partisans du président sortant, Mwaï Kabaki, à ceux de son challenger, Raila Odinga. Le bilan fut forcément macabre : plus de 500 morts et des milliers de déplacés. Il a fallu la dextérité et les talents de négociateur de l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, pour amener les deux parties à des négociations, qui ont abouti à la formation d’un gouvernement ...
Lire l'article [9]
Non! Monsieur Albert Bernard Bongo,   La France qui est une démocratie mûre de plusieurs siècles ne veut plus se faire manipuler par les mensonges d'une dictature fossilisée comme la vôtre. Vous êtes devenu pour les nouvelles générations africaines un embarrassant fossile d'un autre temps. Et la France ne veut plus traîner à ses pieds le boulet encombrant que vous représentez. Vous aurez donc beau vous baigner dans la boue mensongère de vos gris-gris et aligner vos tours de prestidigitation mal pensés, les Français ne sont plus dupes; ils ont la liste des dictatures d'Afrique à faire choir et vous en faites partie. ...
Lire l'article [10]
Dans l’univers de la démence (Par Lucien Minko Messi)
La «Françafrique», mode d’emploi d’une filière occulte
Sortie de crise en vue dans le secteur de l’éducation au Gabon (Par Lucien Minko)
Alliances politiques : Paul Mba Abessole est un fin stratège politique (Par Lucien MINKO)
Religion : Un mode électoral iconoclaste
Le Dr Emmanuelle Nguema s’exprime sur la transition au Gabon
Le livre serait-il trop cher au Gabon ?
Gabon: Mode de désignation des Maires
Crise en Afrique: la nouvelle mode des gouvernements d’union nationale
Réaction du Porte parole politique du BDP-Gabon Nouveau: Un roitelêt négrillon comme Omar Bongo n’a pas la capacité de diriger un pays comme le Gabon