Socialisez

FacebookTwitterRSS

Peut-on être immunisé contre Ebola?

Auteur/Source: · Date: 9 Fév 2010
Catégorie(s): Santé

D’après une étude menée au Gabon, 13,5% de la population en moyenne possède des anticorps dirigés contre le virus Ebola, même dans des régions où il n’y a pas eu d’épidémies.

Une partie de la population gabonaise est-elle immunisée contre le virus Ebola? C’est la question que pose une étude menée au Gabon, sur plus de 4.000 personnes, montrant qu’en moyenne 13,5% de la population possède des anticorps dirigés contre le virus Ebola, y compris dans des régions où n’il y a pas eu d’épidémie.

Les anticorps sont des «marqueurs mémoire» précise Eric Leroy, chercheur de l’IRD basé au centre de recherches médicales de Franceville, au Gabon. Leur présence signifie que l’organisme a rencontré le virus et qu’il a produit une réponse. «Les porteurs de ces marqueurs de l’immunité n’ont pas pour autant souffert d’une fièvre hémorragique, qui passe difficilement inaperçue», poursuit le spécialiste du virus Ebola. «Soit ces personnes ont développé une forme modérée, qui peut se confondre avec une crise de paludisme, soit elles n’ont eu aucun symptôme».

Eric Leroy et ses collègues ont sélectionné leur échantillon afin qu’il soit représentatif des différents environnements du Gabon. «Nous ne nous attendions pas à trouver de tels chiffres» commente-t-il.

L’analyse des quelque 4.000 prélèvements sanguins révèle de fortes variations entre les régions : dans les zones de savane et de plaine, 10,5 à 12,4% des personnes ont des anticorps contre le virus Ebola, pour moins de 3% dans les zones lacustres. C’est dans les régions forestières que la prévalence est la plus forte, qu’il y ait eu ou non des épidémies : elle tourne autour de 19-20% mais peut atteindre plus de 33% dans certains villages.

La salive contaminée des chauves-souris

Dans ces forêts, il est fort probable que les villageois soient en contact avec le virus Ebola via les chauves-souris, qui en sont le réservoir naturel. De précédents travaux de l’équipe de l’IRD suggéraient que le virus peut passer directement des chiroptères aux humains. Dans le cas présent, les chercheurs supposent que les gens sont contaminés en consommant des fruits souillés par la salive des chauves-souris. La quantité de virus dans la salive étant beaucoup plus petite que dans le sang d’un malade, elle ne provoquerait qu’une forme modérée ou asymptomatique d’Ebola.

«Ces travaux montrent finalement une image plus classique de l’infection par Ebola, avec un large éventail de formes cliniques, comme pour la plupart des infections virales, analyse Eric Leroy. Ce n’est que dans un contexte épidémique particulier, avec des charges virales très fortes, que l’on atteindrait des taux de mortalité de 90%».

Reste à savoir si cette mémoire immunitaire rime avec protection. Les analyses ont montré que les anticorps réagissaient avec certaines protéines du virus Ebola : ils sont donc bien dirigés spécifiquement contre ce filovirus. De plus, des tests simulant une infection in vitro montrent que, chez les porteurs d’anticorps, une population de lymphocytes destinés à lutter contre le virus augmente. Il y a donc bien une réaction de défense de l’organisme. Est-elle suffisante pour protéger en cas d’épidémie ? Les chercheurs n’ont pas la réponse.

Cécile Dumas
Sciences-et-Avenir.com


SUR LE MÊME SUJET
Après la découverte du réservoir des virus Ebola et Marbourg en 2009 par le Centre international de recherches médicales de Franceville, au Gabon, ce sont les américains qui ont réalisé un pas sérieux vers un traitement efficace de l’un des virus les plus redoutés au monde. Des scientifiques de Boston et du Pentagone ont publié le 28 mai par la revue médicale britannique The Lancet que des singes exposés au virus Ebola ont pu être protégés grâce à un traitement. Cette expérience est une première en matière de traitement du virus Ebola. Une équipe de chercheurs conduite par un chercheur américain ...
Lire l'article
Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris, selon des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Leur étude sur plus de 4.000 prélèvements sanguins, publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE, apporte un éclairage nouveau sur la circulation d'Ebola dans la nature et sur sa dangerosité pour l'homme, qui pourrait s'avérer moindre que prévu. 15,3% des habitants testés possèdent en effet des anticorps contre ce virus, sans apparemment jamais avoir eu de fièvre hémorragique ou d'autres symptômes (diarrhées sévères, ...
Lire l'article
De nombreux gabonais sont immunisés contre le virus Ebola. Leurs anticorps viendraient de fruits contaminés par de la salive de chauve-souris. Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris, selon des chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD). Leur étude sur plus de 4. 000 prélèvements sanguins, publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE, apporte un éclairage nouveau sur la circulation d'Ebola dans la nature et sur sa dangerosité pour l'homme, qui pourrait s'avérer moindre que prévu. 15,3% des habitants testés ...
Lire l'article
Selon des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), plusieurs spécimens de la population gabonaise, soit plus de 15%, seraient insensibles au très dangereux virus Ebola. Les chercheurs expliquent ce phénomène par le fait que ces populations auraient développés des anticorps contre le virus en consommant depuis plusieurs années, des fruits contaminés par de la salive de chauves-souris. Catalogué de mortel, le virus Ebola n’aurait cependant pas d’effet sur 15,3% de la population gabonaise, selon des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), probablement après avoir consommé des fruits contaminés par de la salive ...
Lire l'article
Au Gabon, 15,3 % de la population possède des anticorps contre le virus Ebola, responsable de dramatiques fièvres hémorragiques. Or ces personnes immunisées n'ont apparemment jamais eu de symptômes spécifiques de la maladie. Les chercheurs de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et leurs partenaires du Centre international de recherches médicales de Franceville au Gabon, qui ont réalisé cette étonnante découverte, estiment que ces individus ont dû être en contact avec le virus, probablement via des fruits contaminés par la salive de chauves-souris infectées (car seuls ces animaux et les grands singes - qui vivent, eux, dans la forêt, ...
Lire l'article
Une part étrangement élevée de la population gabonaise serait immunisée du virus Ebola. Ils auraient probablement consommé des fruits contaminés par la salive de chauves-souris, apprend-on dans TV5. L’étude des chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) s’est effectuée sur plus de 4000 prélèvements sanguins et a été publiée mardi dans la revue américaine PLoS ONE. 15,3% des habitants testés possèdent en effet des anticorps contre le virus. Ils n’ont jamais eu de fièvre hémorragique ni d’autres symptômes (diarrhées, vomissements). Depuis le premier cas recensé en 1976, la fièvre Ebola foudroie humains et grands singes dans de nombreux ...
Lire l'article
Les chercheurs de l'IRD et du MnHn décrochent des chauves-souris à Lambaréné au Gabon, avant de les placer dans des sacs individuels et d'effectuer des analyses virologiques. Des fruits avec des traces de salive de chauves-souris ; ces fruits consommés ensuite par des habitants des régions forestières du Gabon : résultat, ces Gabonais seraient immunisés contre le redoutable virus Ebola, selon la toute dernière étude concernant ce virus, étude qui vient d'être publiée dans la revue scientifique américaine PLoS ONE. Une part étonnamment élevée de la population gabonaise serait immunisée contre le virus Ebola, probablement après avoir consommé des fruits sur ...
Lire l'article
Le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), dans le Haut-Ogooué, vient d’annoncer l’opérationnalité de ses capacités d’analyse épidémique, pour lesquelles trois jours suffiront désormais à confirmer un foyer épidémique, contre les deux semaines nécessaires pour attendre les résultats des laboratoires américains. Il y a un an, l’équipe de recherche du CIRMF avait annoncé lors d’un congrès mondial à Libreville la découverte du réservoir des virus Ebola et Marbourg, la chauve-souris, qui avait permis de débloquer les moyens de développer les capacités de recherches du centre. Depuis l’annonce il y a un an de la découverte du réservoir des ...
Lire l'article
L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a annoncé le 4 novembre que les scientifiques canadiens avaient fait une découverte qui devrait permettre de mieux comprendre les éléments déclencheurs dans la transmission du virus Ebola d'un animal à l'humain et pourrait éviter des épidémies. Cette découverte a été rendue possible grâce aux tests réalisés sur des chauve souris, identifiées comme le réservoir naturel du virus 4e Congrès International sur les virus Ebola et Marburg qui s’était tenu du 26 au 28 mars dernier à Libreville, au Gabon. La maîtrise épidémiologique du virus Ebola pourrait avoir fait un pas de ...
Lire l'article
Pour la première fois sur le continent africain, après les Etats-Unis et le Canada, le quatrième congrès international sur les virus Ebola et Marburg aura lieu du 26 au 28 mars prochains à Libreville, au Gabon. Ces assises regrouperont plus d'une centaine de spécialistes des maladies virales émergentes venant du monde entier. Le Centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), avec le concours du gouvernement gabonais, de la fondation Albertine Amissa Bongo et de la société Total Gabon, en partenariat avec l’Institut de recherche pour le développement, organise le 4ème congrès International sur les virus Ebola et Marburg, du ...
Lire l'article
Santé : Des progrès dans le traitement de la fièvre Ebola
Gabon: un nombre étonnant d’habitants immunisés contre le virus Ebola
Gabon: Immunisés contre le virus Ebola grâce aux chauve-souris
Gabon : Plus de 15% de la population immunisée contre le virus Ebola
Une immunité naturelle contre Ebola ?
Des Gabonais immunisés contre le virus Ebola
Une partie de la population gabonaise immunisée contre le virus Ebola
Gabon : Franceville à la pointe de la recherche sur le virus Ebola
Santé : Une découverte pour lutter contre la propagation du virus Ebola
Gabon : Ebola et Marburg s’invitent à Libreville

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 9 Fév 2010
Catégorie(s): Santé
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*