Socialisez

FacebookTwitterRSS

L’étrange cas d’Inge Lynn Collins Bongo

Auteur/Source: · Date: 10 Fév 2010
Catégorie(s): Photos,Politique,Révélations,Société

Les fausses vérités de l’ex-épouse du Président Ali Bongo Ondimba

Aux Etats-Unis, lorsqu’au début du mois de septembre 2009, juste dans la foulée de la contestation des résultats des élections présidentielles donnant Ali Bongo Ondimba vainqueur, les téléspectateurs américains de la chaîne ABC étaient choqués par le comportement de celui qui venait d’être élu au Gabon.
Les Américains étaient choqués non par le fait qu’Ali Bongo Ondimba perpétuait l’oligarchie kleptocrate instituée par son père défunt, mais par ce que révélait l’ex-épouse américaine du président élu du pays qui compte parmi les plus grands producteurs de l’or noir sur le continent africain. Inge Lynn Collins Bongo révéla que non seulement Ali Bongo Ondimba la battait et était bigame (étant encore légalement marié avec elle dans la loi américaine), mais qu’il était aussi radin insensible, un mari défaillant à son devoir alimentaire et de soutien à sa première femme abandonné. Une image illustrant l’article sur l’un des sites d’information répercutant l’interview d’Inge Lynn Collins Bongo la montrait, formulaires entre les mains, dans les bureaux d’assistance sociale du Comté de Riverdale pour y solliciter des coupons de rations alimentaires.
Une honte proverbiale — tant pour le Gabon que pour l’Afrique. Et certains Américains en avaient fait des gorges chaudes sur le danger que couraient les Américaines à épouser des Africains qui, pour la plupart, sont menteurs, escrocs et polygames.
Inge Lynn Collins dit au reporter d’ABC : « Le Gabon est un pays fait de nantis et de démunis, les nantis étaient tous des Bongo… Quand je me plaignais de cette situation, ils se marraient littéralement. Ils pensaient que les Américains étaient idiots pour se soucier des droits de l’homme ». On ne peut que féliciter cette Américaine si pleine de bonté et de générosité qui, malgré son mariage à un « nanti », avait à cœur le sort des damnés de la terre gabonaise.
Le 4 février 2010, le Sous-comité permanent des investigations du Comité sur les affaires intérieures et de la sécurité du Sénat américain a rendu public un rapport de 330 pages titré « Tenir la corruption étrangère hors des Etats-Unis : Quatre études de cas ». Les 4 études de cas sont ainsi énumérés : 1) L’étude de cas Obiang (Guinée équatoriale) ; 2) L’étude de cas Bongo (Gabon) ; 3) L’étude de cas Abubakar (Nigéria) ; et 4) L’étude de cas angolais.
Ces études de cas détaillent la malfaisance financière de certaines « Personnes Politiquement Exposées (PPEs) » africaines qui, se comportant en hors-la-loi financiers, ont enfreint et continuent à enfreindre la loi américaine contre le blanchiment d’argent « en utilisant les services des institutions financières et des professionnels américains pour introduire aux Etats-Unis de grosses sommes provenant de fonds suspects pour servir leurs intérêts ». Dans ce cas, les « fonds suspects », en clair, c’est l’argent volé par les kleptocrates africains des « démunis » de l’Afrique dont le sort préoccupe énormément Inge Lynn Collins Bongo.

Mensonges et blanchiment d’argent

Mais il se fait que la bonne Samaritaine Inge Lynn Collins Bongo est une menteuse fieffée dont l’effronterie dans l’affabulation ne le dispute qu’à sa maîtrise des filières intercontinentales du blanchiment d’argent. Inge Lynn Collins Bongo a non seulement facilité le vol par son mari des démunis de son pays, mais elle a personnellement volé au peuple gabonais plus de 2 millions de dollars sur une période de 10 ans, vol documenté par l’investigation du Sénat américain. Je dis bien « documenté » car on ne sait avec certitude si elle a d’autres comptes dans des banques offshores ou de l’argent liquide dans des coffres des banques américaines. En effet, Yamilee Bongo-Astier, demi-sœur du Président Ali Bongo et belle-sœur d’Inge Lynn Collins Bongo, « avait 1 millions de dollars en billets froissés de 100 dollars emballés dans son coffre dans une banque » de New York, bien qu’elle se déclarait « étudiante sans emploi ».
Pour sa part, Inge Lynn Collins Bongo « avait accepté de multiples virements offshores dans ses comptes en fiducie et utilisé ce fonds pour maintenir un mode de vie somptueux et déplacer l’argent à travers le réseau des comptes bancaires et des comptes titres à son avantage et à l’avantage de son mari ».
L’analyse du rapport du Sénat sur les activités financières d’Inge Lynn Collins Bongo est accablante : « Pendant dix ans, de 1999 à 2009, Mme Collins Bongo avait un compte en fiducie appelé Collins Trust à Fidelity Investments. De plus, pendant trois ans, de 2000 à 2003, elle avait des comptes Collins Trusts à HSBC. Ces deux institutions financières n’étaient pas au courant de sont statut PPE [Personnes Politiquement Exposées], de son mariage au Ministre de la Défense du Gabon, et de son association avec la famille Bongo au Gabon.
Cette ignorance était due en partie par son utilisation de Collins, au lieu de Bongo, pour ouvrir ses comptes et procéder à ces transactions. Dès l’abord, de 2000 à 2002, Mme Collins Bongo utilisa son fonds commun de placement à Fidelity comme un compte chèques pour déplacer près de 2 millions de dollars à travers le réseau de ses comptes dans d’autres institutions financières. Au cours de la même période, elle utilisa son compte à HSBC pour recevoir des transferts bancaires substantiels totalisant près de 650.000 dollars des banques offshores, sans qu’aucune question ne lui soit posée. Lorsque chacune de ces institutions financières remarqua finalement cette transaction inhabituelle et examina l’activité du compte, chacune d’elles découvrit rapidement le statut PPE de Mme Collins Bongo. Une banque, HSBC, réagit en fermant son compte ; l’autre permit au compte de reste ouvert au vu des fonds infimes qui y restaient et du manque d’activité récente ».
On peut donc arguer que le Président Ali Bondo Ondimba est un voleur, un kleptocrate, un bigame (selon Inge Lynn Collins Bongo), un tricheur des élections (selon l’opposition gabonaise), mais l’homme n’est certainement ni radin ni mari défaillant à son devoir alimentaire et de soutien à sa première femme.
En fait, le rapport du Sénat dit clairement que « de 1999 à 2009 » Inge Lynn Collins Bongo menait des activités financières intenses dans le « réseau » de ses différents comptes bancaires et brassait des millions de dollars (les tableaux détaillés de ses transactions donnés dans le rapport sont étourdissants et montrent des opérations sophistiquées de blanchiment d’argent dignes d’un baron de la drogue latino-américain).
Mais comme le reportage d’ABC montre aussi Inge Lynn Collins Bongo sollicitant et obtenant l’assistance sociale en 2009, qu’elle ne s’étonne pas de voir les autorités californiennes la traîner bientôt en justice pour fraude et larcin des biens publics…


SUR LE MÊME SUJET
L’HISTOIRE DU GABON, NOUS VOUS PRÉSENTONS LE PREMIER ÉPISODE DE L’AFFAIRE DE NAISSANCE D’ALAIN BERNARD BONGO À BRAZZAVILLE, EX-CAPITALE DE L’AFRIQUE ÉQUATORIALE FRANÇAISE. SUITE DE MA CONVERSATION SUR FACEBOOK Comment la classe politique Gabonaise a t-elle acceptée qu’une famille à la morale douteuse ait trompé le peuple Gabonais jusqu’à le condamné à une dérive presqu’insurportable? Prenons pour exemple perpétrés Mme. Marie Joséphine KAMA qui, elle prétend aujourd’hui être la mère biologique de Alain Bernard BONGO. Cette Dame qui aurait détourné des sommes importantes, conduisant la Banque du LUXEMBOURG à la faillite totale. La PLATEFORME CITOYENNE, tente d’apporter les éclaircissement à propos des ...
Lire l'article
Le président gabonais a inauguré mercredi, à Libreville, le siège du bureau régional de l’Organisation des nations pour l’Afrique centrale (UNOCA), en présence du secrétaire général adjoint de l’ONU, chargé des affaires politiques, B-Lynn Pascoe. Pour l’émissaire onusien, les missions dévolues à ce bureau seront d’assurer une collaboration étroite avec l’ensemble des organisations de cette région, notamment la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), la conférence internationale sur la région des grands lacs, la communauté économique des pays des Grands lacs. L’ONUCA aura aussi pour mission, d’offrir ...
Lire l'article
Scandale au Gabon: Les 7 millions d’euros maltais d’Omar et Ali Bongo
Quelques mois seulement après que le Congrès américain avait épinglé Ali Bongo et son défunt père Omar Bongo pour une affaire de détournement et de blanchiment d'argent volé, voilà que l'affaire rebondit, cette fois du côté de Malte, où le gouvernement maltais vient de dénicher 7 millions d'Euros dissimulés sur un compte dans ce pays par Bongo père et fils. Outre, donc, les 70 comptes de la famille Bongo dénichés en France par la justice française en 2009, c’est à un véritable réseau de comptes emplis d’argent gabonais détourné par les Bongo que l’on a désormais affaire. De New York à Paris, ...
Lire l'article
L’ancien président gabonais Omar Bongo a fait des affaires douteuses aux Etats-Unis
Un rapport du Congrès américain a mis en lumière des opérations financières douteuses qui auraient été menées aux Etats-Unis en 2006 par l'ancien président gabonais Omar Bongo, aujourd'hui décédé, et par des membres de sa famille, dont son fils Ali, qui lui a succédé. Le document de 330 pages publié ce jeudi 05 février 2010 indique que l'ancien président et son fils, alors ministre de la Défense, ont déboursé 18 millions de dollars pour s'offrir les services d'un lobbyiste américain Jeffrey Birrell. Leur but: acquérir six véhicules blindés et six avions militaires C-130. Par ailleurs, Omar Bongo aurait "fournit de grandes ...
Lire l'article
L'(ex) épouse d'Ali Bongo s'est confiée au site web de la chaîne américaine ABC et affirme vivre de l'aide sociale en Californie. Mais entend occuper la place qui lui revient, à savoir celle de "première dame" du Gabon A peine désigné président du Gabon au terme d'un processus électoral dont les résultats sont toujours contestés par l'opposition, Ali Bongo va peut-être devoir se soucier de quelques problèmes d'ordre personnels. En effet, son (ex) épouse américaine Inge Bongo, dans la foulée des élections présidentielles, s'est confiée à la chaîne américaine ABC, se disant décidée à "faire valoir ses droits de première dame." Le ...
Lire l'article
Le parquet de Monaco a classé sans suite une enquête sur les comptes bancaires détenus dans la principauté par Edith Bongo, l'épouse décédée du président du Gabon, apprend-on de source proche du dossier. Deux comptes, sur lesquels étaient déposés au 27 avril environ 2,4 millions d'euros, ont été découverts après une enquête ouverte sur plainte de l'association Sherpa, qui lutte contre la corruption en Afrique, selon un courrier envoyé par le parquet monégasque le 15 mai dont Reuters a eu connaissance. Ces deux comptes ont été ouverts en mars 1998 à la Banque populaire de la Côte d'azur et à la banque ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français du président gabonais Omar Bongo ont été saisis après sa condamnation en France à rembourser 457.347 EUR versés par un Français pour faire libérer son père détenu à Libreville en 1996, a indiqué jeudi l'avocat du plaignant. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais - dans lequel le président gabonais possède deux comptes de dépôt, deux comptes sur livret et un compte-titre - et de comptes à la BNP, où il possède deux comptes-chèque, un compte-épargne et un compte-titre", a indiqué Me Jean-Philippe Le Bail à ...
Lire l'article
La saisie est intervenue dans le cadre de l'affaire opposant le président gabonais à l'industriel René Cardona qui avait été emprisonné au Gabon et avait dû verser une rançon pour sortir. "Les comptes français du président gabonais sont saisis dans le cadre d'un jugement prononcé à Bordeaux", affirme, jeudi 26 février, à sa "une" le quotidien régional Sud-Ouest. Une information confirmée par la suite par l'avocat du plaignant René Cardona, Me Jean-Philippe Le Bail. "Les comptes détenus par Omar Bongo dans deux banques françaises ont été saisis. Il s'agit du Crédit Lyonnais -- dans lequel le président gabonais possède deux comptes de ...
Lire l'article
Des comptes bancaires français d'Omar Bongo ont été saisis après la condamnation à Bordeaux du président gabonais à verser 457 347 euros, un montant correspondant à une somme qu'avait dû verser un chef d'entreprise détenu à Libreville en échange de sa libération, rapportent l'AFP et le journal Sud-Ouest, jeudi 26 février. Depuis le 13 février, "les comptes courants et les comptes titres du président gabonais ouverts dans plusieurs agences du Crédit lyonnais et de la BNP sont verrouillés" et "les fonds déposés dans ces deux banques - 4,2 millions d'euros au total - ont été saisis", rapporte Sud-Ouest. ...
Lire l'article
Etrange affaire de la naissance d’Ali Bongo et Kama Joséphine
Ali Bongo Ondimba inaugure le bureau régional de l’ONU pour l’Afrique centrale
Scandale au Gabon: Les 7 millions d’euros maltais d’Omar et Ali Bongo
Bongo Doit Partir
L’ancien président gabonais Omar Bongo a fait des affaires douteuses aux Etats-Unis
Gabon : Inge Bongo entend faire valoir ses droits de première dame !
Monaco classe sans suite une enquête sur l’épouse d’Omar Bongo
Saisie de comptes bancaires français du président gabonais Bongo
Les comptes français d’Omar Bongo ont été saisis
Des comptes bancaires d’Omar Bongo saisis en France

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (4 votes, moyenne 3,50 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 10 Fév 2010
Catégorie(s): Photos,Politique,Révélations,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

7 Réponses à L’étrange cas d’Inge Lynn Collins Bongo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*