Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana

Auteur/Source: · Date: 11 Fév 2010
Catégorie(s): Environnement

L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA.
Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur une «affaire» d’enfouissement de déchets toxiques dans la région, l’ONG Croissance Saine Environnement a demandé le 11 février au gouvernement, de mettre sur pied une commission d’enquête.

«Nous avons alerté le Premier ministre et nous réclamons une commission d’enquête sur le sujet», a déclaré le président de l’ONG Croissance Saine Environnement, Nicaise Moulombi.

En effet, la mairie de cette localité accuse la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA, d’avoir enfui des déchets toxiques dans un de ses anciens sites. Ces déchets déversés par une entreprise locale, GEOFOR, proviendraient du Centre international de recherche médicale de Franceville (CIRMF), selon les autorités municipales.

A l’annonce de ces allégations, le gouvernement qui s’était dit «surpris», les avait rejetés, mais avait toutefois promis une enquête. Le directeur du CIRMF pour sa part, a qualifié d’«impensable», ces accusations des élus de Mounana. «Le CIRMF n’a jamais confié de produits toxiques à l’extérieur du site en 30 ans de présence à Franceville. On dispose d’un incinérateur, d’autoclaves et d’un four à stérilisation», s’est-il défendu.

Pour le président de Croissance Saine Environnement, «il s’agit de tirer cette affaire au clair». Par ailleurs, ce dernier accuse le Groupe français AREVA de «tarder à mettre en place un Observatoire de santé pour les populations et anciens miniers irradiés à l’uranium et à assainir l’environnement de Mounana».

Monsieur Moulombi cite notamment un rapport de décembre 2009 de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) qui affirme que le «niveau de radiation à Mounana, exploité pendant 40 ans par la COMUF, est nettement supérieur à la normale».

Enfin, il appelle les autorités françaises, «à quelques semaines de la visite du président Nicolas Sarkozy, à exhorter les entreprises françaises opérant en Afrique à respecter le principe de Co-développement». Pour le CIRMF, cette affaire vient quelque peu ternir son image, alors qu’elle vient de fêter ses 30 ans d’existence.
 


SUR LE MÊME SUJET
Une affaire de prétendus déchets toxiques découverts à Mounana par des proches du maire adjoint, Rodrigue Bokoko, dans la verse industrielle de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), a signé leur divorce après une union vieille d’un demi-siècle. Depuis le début de cette année, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko, et quelques proches accusent la Comuf d’avoir autorisé l’enfouissement des ‘’déchets toxiques’’ dans sa ville. Cette opération a été effectuée par l’entreprise Geofor, sous-traitante de la Comuf, entre le 5 et le 15 novembre 2009, a indiqué M. Bokoko, ajoutant que ces produits proviendraient du Centre international ...
Lire l'article
Le président de l’ONG Croissance Saine Environnement, Nicaise Moulombi, a réclamé jeudi une commission d’enquête sur l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français Areva, rapporte l’AFP. « La visite du président Français sera marquée par la vive revendication des ONG gabonaises sur une commission d’enquête concernant l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Comuf, filiale du groupe français Areva » a ...
Lire l'article
La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), a annoncé qu’elle porterait plainte contre X suite au déversement de produits chimiques dans un des ses anciens sites. Cette action intervient quelques jours après les accusations de la mairie de Mounana, dans le Haut Ogooué (Sud-est), pour qui la COMUF et le Centre international de recherche médicale de Franceville (CIRMF) seraient à l’origine de ces déversements. Nouvelle évolution dans l’affaire des déchets toxiques de la commune de Mounana ! La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), vient d’annoncer qu’elle porterait plainte contre X dans les tous prochains jours. L’extracteur ...
Lire l'article
Une ONG gabonaise a réclamé jeudi une commission d'enquête sur l'affaire de l'éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par un sous-traitant de la Comuf, filiale du groupe français Areva. "Nous avons alerté le Premier ministre et nous réclamons une commission d'enquête sur le sujet", a déclaré le président de l'ONG Croissance saine environnement, Nicaise Moulombi. Les élus de Mounana disent avoir découvert le 31 décembre 2009 et fait constater début janvier par des huissiers la présence de produits toxiques déversés par l'entreprise Geofor dans une "une verse (décharge) de la Comuf", la Compagnie des ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
Le conflit opposant la mairie de Mounana et la Compagnie Minière d’Uranium de Franceville (COMUF) - relatif à une supposée pollution chimique - connaît désormais l’implication des organisations non gouvernementales environnementalistes, notamment « Croissance Saine Environnement », laquelle, à travers un communiqué de presse parvenu à la rédaction de GABONEWS, propose des pistes de résolution de la crise, tout en s’insurgeant contre la COMUF via AREVA. Cette affaire, depuis la sortie du maire adjoint de Mounana devant la presse, le 5 février, au siège de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UGDD, opposition), semble se corser de jour en jour, ...
Lire l'article
Les élus de Mounana (opposition) accusent un des sous-traitants de la Comuf (filiale du groupe Areva) d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site d'une ancienne mine d'uranium. Le gouvernement gabonais (actionnaire de la Comuf) a démenti ces accusations tout en annonçant "une mission d'experts scientifiques" sur le site. Les élus de Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par la Comuf, filiale du Français Areva, accusent un de ses sous-traitants d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site ce que démentent mardi les autorités et acteurs impliqués. "Il y a des têtes de mort" "Nous avons constaté que l'entreprise Geofor, ...
Lire l'article
Devant les accusations portées par le Maire de la commune de Mounana contre le Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF), le gouvernement a vivement réagi à ses allégations voici le contenu du message : En novembre 2009, le Gouvernement, par le biais du ministère en charge de la Recherche Scientifique et de l’Innovation a été saisi par le Directeur Général du centre International de recherches Médicales de Franceville, au sujet de sa volonté de vouloir libérer plusieurs de ses locaux de matériels lourds et encombrants et d’équipements usagés en stock au CIRMF depuis plus de 25 ans. Une partie ...
Lire l'article
Le directeur général du centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), Jean Paul Gonzalez s’est défendu lundi d’avoir fait déverser des déchets toxiques à Mounana à environ 600 km au sud-est de Libreville. Vendredi dernier, au cours d’une conférence de presse organisée dans un hôtel de Libreville, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko a prétendu que la société GEOFOR aurait enfoui dans la verse de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) des déchets toxiques que leur aurait confiés le CIRMF. Interrogé par l’AGP, le directeur général du CIRMF, Jean Paul Gonzalez a précisé que ’’le centre a ...
Lire l'article
Les élus de Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par la Comuf, filiale du Français Areva, accusent un de ses sous-traitants d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site ce que démentent mardi les autorités et acteurs impliqués. "Nous avons constaté que l'entreprise Geofor, qui est un sous-traitant de la Comuf, s'est débarrassé de produits toxiques (...) dans une verse (décharge) de la Comuf", la Compagnie des mines d'uranium de Franceville, a affirmé mardi à l'AFP le premier adjoint au maire de Mounana, Rodrigue Bokoko. "Comment savons-nous que ces produits sont toxiques? C'est simple: c'est écrit dessus et il y ...
Lire l'article
Environnement : Rupture pour une affaire des prétendus déchets toxiques entre la mairie de Mounana et la COMUF
Gabon : L’affaire des déchets toxiques rebondit avant l’arrivée de Sarkozy au Gabon
Gabon : La COMUF contre-attaque dans l’affaire des déchets toxiques
Gabon : une ONG veut une enquête sur de supposés déchets toxiques
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Quiproquo Mairie de Mounana-COMUF : Quand les ONG spécialisées en questions environnementales s’en mêlent
Des élus locaux accusent une filiale d’Areva d’enfouissement de déchets toxiques
Gabon: Déclaration du gouvernement sur les déchets toxiques de Mounana
Gabon: Le CIRMF se défend d’avoir fait jeter des déchets toxiques à Mounana
Gabon: polémique autour de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Fév 2010
Catégorie(s): Environnement
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*