Socialisez

FacebookTwitterRSS

Quiproquo Mairie de Mounana-COMUF : Quand les ONG spécialisées en questions environnementales s’en mêlent

Auteur/Source: · Date: 11 Fév 2010
Catégorie(s): Société

Le conflit opposant la mairie de Mounana et la Compagnie Minière d’Uranium de Franceville (COMUF) – relatif à une supposée pollution chimique – connaît désormais l’implication des organisations non gouvernementales environnementalistes, notamment « Croissance Saine Environnement », laquelle, à travers un communiqué de presse parvenu à la rédaction de GABONEWS, propose des pistes de résolution de la crise, tout en s’insurgeant contre la COMUF via AREVA.

Cette affaire, depuis la sortie du maire adjoint de Mounana devant la presse, le 5 février, au siège de l’Union pour la Démocratie et le Développement (UGDD, opposition), semble se corser de jour en jour, d’autant plus qu’après les menaces de fermeture de COMUF et d’expulsion de ses responsables, proférées par un expert du CENAREST sur les antennes de la RTG1, au cas où, a-t-il précisé, la pollution s’avérait effective, voilà que l’organisation gouvernementale « Croissance Saine Environnement », monte au créneau pour réclamer, auprès des plus hautes autorités du pays, la mise en place urgente d’une commission pluridisciplinaire d’enquête, à l’effet, affirme-t-elle, de faire toute la lumière sur la situation, s’inspirant de l’exemple de la société Transfigura en Côte-d’Ivoire, qu’il assimile à un crime contre l’humanité.

Clouant aux gémonies la société française AREVA (actionnaire potentielle de la COMUF), le président de « Croissance Saine Environnement », Nicaise Moulombi, d’interpeller les uns et les autres : « En attendant l’enquête de la commission pluridisciplinaire, l’ONG se réjouit déjà de la prise en compte par les plus hautes autorité du pays de ces horreurs à charge des opérateurs étrangers peu enclins à respecter le Code gabonais de l’environnement, les conventions internationales et les procédures de destruction des déchets chimiques(…). Elle invite également les plus hautes autorités françaises, à quelques semaines de la visite du président Nicolas Sarkozy dans notre pays, à exhorter les entreprises françaises opérant en Afrique à respecter de manière stricte les principes du co-développement, ainsi que les parties impliquées dans ce nouveau scandale à s’abstenir de toute récupération politique et à faire prévaloir la démarche scientifique… ».

Dans le même registre et suivant une logique implacable, le premier responsable de « Croissance Saine Environnement », exhorte les autorités municipales de Mounana à se passer de toute passion et/ou démarche politicienne et à respecter scrupuleusement l’orthodoxie administrative durant le dénouement de l’affaire.

Sans désemparer, l’ONG « Croissance Saine Environnement » va jusqu’à suggérer au gouvernement gabonais de saisir l’agence onusienne de l’énergie atomique, l’AIEA, soutenant que « cette atteinte à la santé des populations confirme les résultats des analyses du dernier rapport de CRIIARD, accablant AREVA, sur la contamination du sous-sol de Mounana ».

Pour l’heure, le moins que l’on puisse dire est que la COMUF rejette en bloc toutes les accusations portées contre elle par la municipalité de Mounana, alors que le gouvernement gabonais, lui, par le biais d’une déclaration officielle datant du 8 février, s’est résolument engagé à trouver une issue heureuse à la satisfaction de toutes les parties concernées à travers l’expédition sur le site, dans les tout prochains jours, d’une commission de contre-expertise devant confirmer ou infirmer les allégations des autorités communales de Mounana, non sans inviter les populations de cette localité à la retenue, au calme et à la sérénité, en attendant les résultats de cette opération.


SUR LE MÊME SUJET
L’Observatoire de la santé Mounana (OSM) a repris il y a une semaine les consultations médicales destinées aux ex-salariés de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), rapporte ce mardi une source digne de foi. Selon le calendrier arrêté, la première phase des consultations prendra fin le 20 décembre prochain avant de relancer l’opération dirigée par le docteur Catherine Ondo-Eyene succédant à Angélique Kombila. Réservés uniquement aux anciens salariés résidant à Mounana, Moanda et leurs environs n’ayant pas été consultés entre octobre 2010 et mars 2011 lors du lancement des consultations de l’observatoire de Mounana. Ces visites consistent en une ...
Lire l'article
Dans un communiqué parvenu ce samedi au desk de GABONEWS, l’Observatoire de la Santé de Mounana (OSM), annonce aux anciens travailleurs de l’usine de la carrière de la Compagnie des Mines d’Uranium de Franceville (COMUF), que la reprise des consultations se déroulera dans la période allant du 21 du mois en cours jusqu’au 20 décembre prochain selon un programme bien établi. Seuls les anciens travailleurs non encore examinés depuis la mise en place de cet observatoire, le 4 octobre 2010 et les populations environnantes des villes de Mounana et Moanda sont concernés. Le programme des consultations se décline en trois phases ...
Lire l'article
Une affaire de prétendus déchets toxiques découverts à Mounana par des proches du maire adjoint, Rodrigue Bokoko, dans la verse industrielle de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), a signé leur divorce après une union vieille d’un demi-siècle. Depuis le début de cette année, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko, et quelques proches accusent la Comuf d’avoir autorisé l’enfouissement des ‘’déchets toxiques’’ dans sa ville. Cette opération a été effectuée par l’entreprise Geofor, sous-traitante de la Comuf, entre le 5 et le 15 novembre 2009, a indiqué M. Bokoko, ajoutant que ces produits proviendraient du Centre international ...
Lire l'article
Le président de l’ONG Croissance Saine Environnement, Nicaise Moulombi, a réclamé jeudi une commission d’enquête sur l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français Areva, rapporte l’AFP. « La visite du président Français sera marquée par la vive revendication des ONG gabonaises sur une commission d’enquête concernant l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Comuf, filiale du groupe français Areva » a ...
Lire l'article
La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), a annoncé qu’elle porterait plainte contre X suite au déversement de produits chimiques dans un des ses anciens sites. Cette action intervient quelques jours après les accusations de la mairie de Mounana, dans le Haut Ogooué (Sud-est), pour qui la COMUF et le Centre international de recherche médicale de Franceville (CIRMF) seraient à l’origine de ces déversements. Nouvelle évolution dans l’affaire des déchets toxiques de la commune de Mounana ! La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), vient d’annoncer qu’elle porterait plainte contre X dans les tous prochains jours. L’extracteur ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
Consécutivement au point de presse animé, le 5 février, au siège de l’Union du Gabon pour la Démocratie et le Développement (UGDD, opposition) par le maire adjoint de Mounana, accusant de pollution chimique la Compagnie des Mines d’Uranium de Franceville (COMUF) via le Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) et une société sous-traitante dénommée GEOFOR, le gouvernement gabonais, a fait une déclaration officielle, lundi soir, dont GABONEWS publie l’intégralité. TEXTE INTEGRAL « En novembre 2009, le gouvernement, par le biais du ministère en charge de la Recherche Scientifique et de l’Innovation, a été saisi par le Directeur Général du ...
Lire l'article
La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) a récemment tenu son Conseil d’administration à Mounana, dans le Sud-Est du pays, le premier depuis la mise en place au début du mois d’avril de son observatoire de santé. La compagnie a commencé les activités de surveillance radiologiques pour le personnel, les populations locales et l’environnement, alors que de virulentes critiques lui avaient été adressées pour les répercussions sanitaires et environnementales de ses activités minières. Moins d’un mois après la mise sur pied de son observatoire de santé à Mounana, dans le Sud-Est du pays où elle est installée, la Compagnie ...
Lire l'article
La mairie de la commune de Mounana (Environ 90 Km au Nord-ouest de Franceville) entreprend depuis lundi la réfection des voiries urbaines, a constaté le correspondant local de l'AGP. Avec une niveleuse louée à un particulier, le maire adjoint de la commune, Rodrigue Bokoko tente tant bien que mal de redonner l'envie de circuler aux rares usagers de la ville déserte. Les eaux de ruissellement avaient considérablement endommagé la plupart des routes de Mounana dépourvues de bitumes et créé des cahots sur celle qui gardent encore un peu de bitume depuis 1998. Le prochain financement par la compagnie des mines d'uranium de Franceville ...
Lire l'article
Reprise effective des consultations médicales des ex-salariés de Comuf à Mounana
L’OSM reprend bientôt ses consultations auprès des anciens travailleurs de la COMUF
Environnement : Rupture pour une affaire des prétendus déchets toxiques entre la mairie de Mounana et la COMUF
Gabon : L’affaire des déchets toxiques rebondit avant l’arrivée de Sarkozy au Gabon
Gabon : La COMUF contre-attaque dans l’affaire des déchets toxiques
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Conflit entre la Mairie de Mounana et la COMUF : Le gouvernement réagit à travers une déclaration officielle
Gabon : L’observatoire de santé de La COMUF toujours dans le carton
Gabon: Haut-Ogooué/Municipalité : La mairie de Mounana entreprend les travaux de réfection des voiries

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 11 Fév 2010
Catégorie(s): Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*