Socialisez

FacebookTwitterRSS

Françafrique: Sarkozy ira à Libreville narguer le peuple gabonais…

Auteur/Source: · Date: 15 Fév 2010
Catégorie(s): Diplomatie,Françafrique

Le président français Nicolas Sarkozy se rendra au Gabon le 24 février prochain, a indiqué l’Elysée aujourd’hui , pour une visite qui sera un adoubement après le coup d’Etat électoral de Monsieur Ali Bongo Ondimba lors du scrutin du 30 septembre dernier.
e président français Nicolas Sarkozy se rendra au Gabon le 24 février prochain, a indiqué l’Elysée aujourd’hui , pour une visite officielle, après le coup d’Etat électoral de Monsieur Ali Bongo Ondimba lors du scrutin du 30 septembre dernier.
Ce coup d’Etat qui avait mis le Gabon à feu et à sang, sans que, ni la France, ni l’Union Eurpéenne, ni la communauté internationale ne lèvent leur doit pour faire respecter la volonté populaire et le désir des gabonais de tourner une page sombre de leur histoire.
Bien au contraire, la presse française en général avait fait véhiculer l’information comme quoi les élections s’étaient bien déroulées au Gabon, et que la contestation n’était pas fondée.
La seule réaction française était venue timidement du parti socialiste qui avait relevé les incohérences dudit scrutin…

“C’est pour aller adouber le fils de l’ancien dictateur gabonais, feu Omar Bongo Ondimba que la France aurait placé dans ce pays par un passage en force lors du scrutin présidentiel du 30 septembre dernier au Gabon” s’injurge un membre éminent de DIAGAU.
DIAGAU (Diaspora Gabonaise Unie): cette association de la diaspora gabonaise en France qui avait défrayé la chronique par des méga manifestations lors de l’Eté dernier à Paris, et qui a été le fer de lance des manifestations, de revendications et de contestations des resultats dudit scrutin.

Reprendre les manifestations en France et au Gabon même

A nouveau, des voix s’élèvent, et des réunions se tiennent dans le milieu de la diaspora gabonaise en France pour relancer les activités de ce puissant mouvement que les services secrets français et gabonais ont pensé à tort qu’il serait dirigé par Monsieur Jean Félix Mouloungui: l’éphemère “représentant personnel en Europe et en Amérique” et parent du président de l’Union du Peuple Gabonais (UPG) Pierre Mamboundou.
Jean Félix Mouloungui avait rejoint armes et bagages le camp du Fils de feu le Président Omar Bongo Ondimba comme ministre des Petites et Moyennes entreprises après la formation du nouveau gouvernement.
L’objectif non avoué par Monsieur Ali Ben Bongo Ondimba par cette nomination n’était non pas de travailler avec les gabonais de la diaspora, mais au contraire de démanteler ce puissant mouvement.

Ainsi, de nombreux jeunes et cadres de la diaspora gabonaise à Paris ont été nommés aux postes de conseillers et de directeurs géréraux adjoints au ministère des Petites et moyennes Entreprises.

Au moment où nous mettons cet article sous presse, des informations – faisant office de l’indisponibilité d’occuper des bureaux de fonctions au ministère par les “heureux” nominés- nous ont été données. Elles nous informent que ces derniers traînent désormais leur temps dans les couloirs dudit ministère. D’autres par contre ont refusé de rejoindre leur postes faute de promesses non tenues, et ont préféré rester en France.

DIAGAU qui est actuellement dirigée par Madame Annie Moukagni Mombo, en tant que Présidente provisoire – après la démission de Monsieur Rodrigue Angoué Malékou pour “des raisons familiales”- pense que la visite de Monsieur Nicolas Sarkozy au Gabon est “une occasion rêvée pour exprimer à ce néocolonialiste français que l’époque coloniale est revolue, et que les gabonais défendrons jusqu’à la dernière énergie leur victoire volée, et leurs droits bafoués “.

Il convient de rappeler que lors de ses voeux au corps diplomatique, le 22 janvier dernier, Nicolas Sarkozy avait indiqué qu’il se rendrait à Libreville puis à Kigali en février. Et, la France entretien une base militaire au Gabon depuis le 17 août 1960 au mépris de la volonté du peuple gabonais qui voit en cela une manière de lui imposer de force ses dirigeants par la peur des canons…

Le Gabon et la France ont été très brouillés de 2007 – dès la prise de pouvoir en France par Nicolas Sarkozy – jusqu’à la mort d’Omar Bongo Ondimba, après que la presse française ait relayé l’affaire des “Biens mal acquis” suite la plainte déposée par les ONG françaises contre certains chef d’Etat africains. Nous y reviendrons.

Laurent Laporte

source: nouvelle afrique


SUR LE MÊME SUJET
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Omar Bongo, l'ex-président gabonais décédé en 2009, aurait «contribué au financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy». C'est ce qu'a affirmé un proche de l'ancien chef d'Etat africain aux journalistes Xavier Harel et Thomas Hofnung. Leur «enquête sur les milliards volés de la Françafrique» est publiée dans un ouvrage à paraître jeudi intitulé «Le scandale des biens mal acquis». L'accusation émane de Mike Jocktane, conseiller personnel d'Omar Bongo depuis 2005 promu directeur adjoint de son cabinet en janvier 2009, avant de rejoindre l'opposition à Ali Bongo, qui succède à son père en août de la même ...
Lire l'article
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article
Contrôler les dirigeants africains, leurs richesses et leur influence, et en faire des alliés privilégiés de la France : bienvenue au cœur de la Françafrique, un monde où tous les coups sont permis. Rien n’a changé, dans les rapports franco-africains, depuis l’accession du continent à l’indépendance jusqu’à nos jours. C’est ce que veut démontrer le documentaire Françafrique* réalisé par Patrick Benquet qui dévoile les arcanes d’une diplomatie de réseaux plus ou moins occultes. Avec les conseils du journaliste Antoine Glaser, il a retracé l’histoire des relations entre la France et l’Afrique (banalisées sous le terme devenu péjoratif de « Françafrique »). ...
Lire l'article
Il avait promis "une relation nouvelle" entre la France et l'Afrique. Une promesse en partie tenue, mais pas vraiment sur le registre attendu... Promis, juré, craché ! La Françafrique, c’est fini. Finis, les "réseaux d'un autre temps", les "émissaires officieux", les "complaisances" et les "secrets". A bas le "mythe" qui prête à la France "la faculté de redresser les situations, de rechercher des intérêts économiques que nous n'avons pas et d'être capables d'assurer la stabilité ou de créer l'instabilité dans un pays." Désormais, avec l’Afrique, "il nous faut construire une relation nouvelle, assainie, décomplexée, équilibrée, débarrassée des scories du passé." Cette profession ...
Lire l'article
L’indifférence qu’afficheraient les parlementaires gabonais (sénateurs et députés), face à la dégradation progressive du budget social de la nation, dit-on, l’hypothétique réussite (pour quelle durée ?) des leaders de l’Union Nationale à narguer tous les pronostics qui annonçaient l’incongruité, la précarité et la non fiabilité de leur alliance, la visite emblématique du président Nicolas Sarkozy de France au Gabon et les coulisses de celle-ci, ont meublé, entre autres titrailles percutantes, la tribune des évènements relayés par la presse locale durant la semaine écoulée. Fragments compilés: LES ABSURDITES DES PARLEMENTAIRES GABONAIS Les parlementaires font parler d’eux ! En bien ? En mal ? ...
Lire l'article
Libreville Envoyé spécial. Rien ne manquait, mercredi 24 février, à l'accueil réservé par le président Ali Bongo à Nicolas Sarkozy. Ni les bordures de trottoir repeintes de frais, ni les portraits des deux chefs d'Etat barrés du mot "amitié", ni les distributions de tee-shirts et de drapeaux aux femmes disposées sur le parcours. Ni, surtout, aux murs de la salle où furent prononcés les discours, les photos sépia géantes représentant les présidents Bongo, père et fils, aux côtés de tous leurs homologues de la Ve République. Nulle part ailleurs en Afrique un président français n'aurait pu se sentir à ce point ...
Lire l'article
Par Catherine Gouëset. Candidat à la présidence de la République, Nicolas Sarkozy promettait de rompre avec les archaïsmes de ses prédécesseurs dans les relations qu'entretient la France avec l'ancien pré carré africain. Sa troisième visite au Gabon depuis son élection montre que la rupture est toute relative. Rappel des étapes de la politique africaine du chef de l'Etat. AVANT A l'occasion de discours prononcé lors de voyages à Bamako (Mali) et à Cotonou (Bénin) en mai 2006, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'intérieur prêche pour un "nouvel état d'esprit dans les relations entre l'Afrique et la France". Il faut "chasser les vieux démons ...
Lire l'article
Le président français Nicolas Sarkozy est arrivé mercredi au Gabon pour apporter son soutien au nouveau chef de l'Etat du pays, Ali Bongo Ondimba, et réaffirmer sa volonté d'en finir avec les relations troubles de la "Françafrique". C'est la deuxième visite de M. Sarkozy au Gabon, après celle qu'il avait faite en juillet 2007 au père de l'actuel chef de l'Etat, Omar Bongo, allié historique de la France qui a tenu le pays d'une main de fer pendant plus de 40 ans, jusqu'à sa mort en juin 2009 à l'âge de 73 ans. Le président français a été l'un des premiers ...
Lire l'article
Depuis son élection, Nicolas Sarkozy s'est déjà rendu deux fois au Gabon. Mercredi, le président effectuera sa troisième visite dans le pays. Une rencontre présentée comme amicale qui masque, pour la France, de hautes ambitions stratégiques et militaires dans le pays. C'est au Gabon que la France conservera son unique base militaire sur la façade atlantique du continent africain. Encore une visite chez Bongo. Sarkozy n’envisage pas un voyage en Afrique sans un petit détour par le Gabon. Depuis son élection, c’est déjà la troisième fois que le président français se rend à Libreville. Comme le rappelle La Lettre du ...
Lire l'article
Depuis son élection, Nicolas Sarkozy s'est déjà rendu deux fois au Gabon. Mercredi, le président effectuera sa troisième visite dans le pays. Une rencontre présentée comme amicale qui masque, pour la France, de hautes ambitions stratégiques et militaires dans le pays. C'est au Gabon que la France conservera son unique base militaire sur la façade atlantique du continent africain. Encore une visite chez Bongo. Sarkozy n’envisage pas un voyage en Afrique sans un petit détour par le Gabon. Depuis son élection, c’est déjà la troisième fois que le président français se rend à Libreville. Comme le rappelle La Lettre du Continent, ...
Lire l'article
Françafrique : Sarkozy aurait aussi bénéficié des mallettes de Bongo
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
Cinquante ans de Françafrique, de De Gaulle à Sarkozy
La Françafrique version Sarkozy
Revue de la presse gabonaise: « Les absurdités des parlementaires Gabonais – L’Union Nationale piège le PDG – L’opposition mal inspirée face à Sarkozy –
Au Gabon, Nicolas Sarkozy et Ali Bongo s’engagent à enterrer la “Françafrique”
Promesses et realpolitik: La Françafrique de Nicolas Sarkozy, changement… et continuité
Sarkozy au Gabon pour tourner la page de la “Françafrique”
Françafrique: Sarkozy joue les VRP au Gabon
Françafrique: Sarkozy joue les VRP au Gabon

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Fév 2010
Catégorie(s): Diplomatie,Françafrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*