Socialisez

FacebookTwitterRSS

Gabon : La COMUF contre-attaque dans l’affaire des déchets toxiques

Auteur/Source: · Date: 15 Fév 2010
Catégorie(s): Economie,Société

La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), a annoncé qu’elle porterait plainte contre X suite au déversement de produits chimiques dans un des ses anciens sites. Cette action intervient quelques jours après les accusations de la mairie de Mounana, dans le Haut Ogooué (Sud-est), pour qui la COMUF et le Centre international de recherche médicale de Franceville (CIRMF) seraient à l’origine de ces déversements.

Nouvelle évolution dans l’affaire des déchets toxiques de la commune de Mounana ! La Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), vient d’annoncer qu’elle porterait plainte contre X dans les tous prochains jours.

L’extracteur d’uranium met en cause son sous-traitant, la Société gabonaise de forage (GEOFOR) qui selon elle, «semble avoir déversé de manière illicite des produits chimiques dans l’une des verses (lieu de stockage des minerais, NDLR) utilisées par la COMUF pour son activité de Mounana».

«Dès connaissance des faits, la COMUF s’est constituée partie civile», afin de «voir toute la lumière sur les responsabilités engagées et met ses représentants (…) à la disposition des enquêteurs pour leur permettre de reconstituer les faits», poursuit la COMUF.

Cette affaire avait éclaté au grand jour suite à une plainte du Conseil municipal de Mounana, qui accusait l’extracteur minier, filiale du groupe français AREVA, d’avoir enfui des déchets toxiques dans un de ses anciens sites. Ces déchets déversés par l’entreprise GEOFOR, proviendraient du Centre international de recherche médicale de Franceville (CIRMF), selon les autorités municipales.

Le 11 février dernier, l’ONG Croissance Saine environnement réclamait au gouvernement la lumière sur cette affaire. «Nous avons alerté le Premier ministre et nous réclamons une commission d’enquête sur le sujet», avait déclaré le président de cette organisation, Nicaise Moulombi.

Monsieur Moulombi citait notamment un rapport de décembre 2009 de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) qui affirmait que le «niveau de radiation à Mounana, exploité pendant 40 ans par la COMUF, est nettement supérieur à la normale».

Le directeur du CIRMF pour sa part, avait qualifié d’«impensable», les accusations des élus de Mounana. «Le CIRMF n’a jamais confié de produits toxiques à l’extérieur du site en 30 ans de présence à Franceville. On dispose d’un incinérateur, d’autoclaves et d’un four à stérilisation», s’était-il défendu. Le gouvernement qui s’était dit «surpris» à l’annonce de ses allégations de la Mairie de Mounana, les a d’abord rejeté puis a finalement promis une enquête.


SUR LE MÊME SUJET
La société Geofor a démenti le 21 février les accusations de «pollution délibérée et illicite» du site de Mounana portée sur elle par la Compagnie des mines de Franceville (COMUF), dont elle est sous traitante. Ce contre pied expose la filiale gabonaise d’AREVA dans l’affaire des «déchets toxiques» de Mounana, pour laquelle une plainte contre X a été déposé par la mairie de la commune. La balle est de nouveau dans le camp de la Compagnie des mines de Franceville (COMUF) dans l’affaire des «déchets toxiques» pour laquelle court une plainte contre X de la mairie de Mounana, dans ...
Lire l'article
Une affaire de prétendus déchets toxiques découverts à Mounana par des proches du maire adjoint, Rodrigue Bokoko, dans la verse industrielle de la compagnie des mines d’uranium de Franceville (Comuf), a signé leur divorce après une union vieille d’un demi-siècle. Depuis le début de cette année, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko, et quelques proches accusent la Comuf d’avoir autorisé l’enfouissement des ‘’déchets toxiques’’ dans sa ville. Cette opération a été effectuée par l’entreprise Geofor, sous-traitante de la Comuf, entre le 5 et le 15 novembre 2009, a indiqué M. Bokoko, ajoutant que ces produits proviendraient du Centre international ...
Lire l'article
Le président de l’ONG Croissance Saine Environnement, Nicaise Moulombi, a réclamé jeudi une commission d’enquête sur l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français Areva, rapporte l’AFP. « La visite du président Français sera marquée par la vive revendication des ONG gabonaises sur une commission d’enquête concernant l’affaire de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d’uranium exploité par un sous-traitant de la Comuf, filiale du groupe français Areva » a ...
Lire l'article
Une ONG gabonaise a réclamé jeudi une commission d'enquête sur l'affaire de l'éventuel enfouissement de déchets toxiques à Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par un sous-traitant de la Comuf, filiale du groupe français Areva. "Nous avons alerté le Premier ministre et nous réclamons une commission d'enquête sur le sujet", a déclaré le président de l'ONG Croissance saine environnement, Nicaise Moulombi. Les élus de Mounana disent avoir découvert le 31 décembre 2009 et fait constater début janvier par des huissiers la présence de produits toxiques déversés par l'entreprise Geofor dans une "une verse (décharge) de la Comuf", la Compagnie des ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
L’Organisation non gouvernementale (ONG) Croissance Saine Environnement, a réclamé ce 11 février que la lumière soit faite sur l’«affaire» des déchets toxiques qui secoue la ville de Mounana dans le Haut-Ogooué, au Sud-est du pays. Lors d’une conférence de presse tenue le 5 février, les autorités municipales de Mounana ont dit avoir découvert des déchets toxiques le 31 décembre 2009 dans un ancien site de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF), filiale du groupe français AREVA. Suite à la brouille entre la mairie de Mounana, au Sud-est, et les responsables de la Compagnie minière d’uranium de Franceville (COMUF) sur ...
Lire l'article
Les élus de Mounana (opposition) accusent un des sous-traitants de la Comuf (filiale du groupe Areva) d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site d'une ancienne mine d'uranium. Le gouvernement gabonais (actionnaire de la Comuf) a démenti ces accusations tout en annonçant "une mission d'experts scientifiques" sur le site. Les élus de Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par la Comuf, filiale du Français Areva, accusent un de ses sous-traitants d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site ce que démentent mardi les autorités et acteurs impliqués. "Il y a des têtes de mort" "Nous avons constaté que l'entreprise Geofor, ...
Lire l'article
Devant les accusations portées par le Maire de la commune de Mounana contre le Centre International de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF), le gouvernement a vivement réagi à ses allégations voici le contenu du message : En novembre 2009, le Gouvernement, par le biais du ministère en charge de la Recherche Scientifique et de l’Innovation a été saisi par le Directeur Général du centre International de recherches Médicales de Franceville, au sujet de sa volonté de vouloir libérer plusieurs de ses locaux de matériels lourds et encombrants et d’équipements usagés en stock au CIRMF depuis plus de 25 ans. Une partie ...
Lire l'article
Le directeur général du centre international de recherches médicales de Franceville (CIRMF), Jean Paul Gonzalez s’est défendu lundi d’avoir fait déverser des déchets toxiques à Mounana à environ 600 km au sud-est de Libreville. Vendredi dernier, au cours d’une conférence de presse organisée dans un hôtel de Libreville, le maire adjoint de Mounana, Rodrigue Bokoko a prétendu que la société GEOFOR aurait enfoui dans la verse de la Compagnie des mines d’uranium de Franceville (COMUF) des déchets toxiques que leur aurait confiés le CIRMF. Interrogé par l’AGP, le directeur général du CIRMF, Jean Paul Gonzalez a précisé que ’’le centre a ...
Lire l'article
Les élus de Mounana (sud-est du Gabon), ancien site d'uranium exploité par la Comuf, filiale du Français Areva, accusent un de ses sous-traitants d'avoir enfoui des déchets toxiques sur le site ce que démentent mardi les autorités et acteurs impliqués. "Nous avons constaté que l'entreprise Geofor, qui est un sous-traitant de la Comuf, s'est débarrassé de produits toxiques (...) dans une verse (décharge) de la Comuf", la Compagnie des mines d'uranium de Franceville, a affirmé mardi à l'AFP le premier adjoint au maire de Mounana, Rodrigue Bokoko. "Comment savons-nous que ces produits sont toxiques? C'est simple: c'est écrit dessus et il y ...
Lire l'article
Gabon : Geofor casse l’alibi de la COMUF dans l’affaire des «déchets toxiques»
Environnement : Rupture pour une affaire des prétendus déchets toxiques entre la mairie de Mounana et la COMUF
Gabon : L’affaire des déchets toxiques rebondit avant l’arrivée de Sarkozy au Gabon
Gabon : une ONG veut une enquête sur de supposés déchets toxiques
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Gabon : La vérité sur l’«affaire» des déchets toxiques de Mounana
Des élus locaux accusent une filiale d’Areva d’enfouissement de déchets toxiques
Gabon: Déclaration du gouvernement sur les déchets toxiques de Mounana
Gabon: Le CIRMF se défend d’avoir fait jeter des déchets toxiques à Mounana
Gabon: polémique autour de l’éventuel enfouissement de déchets toxiques

Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 15 Fév 2010
Catégorie(s): Economie,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Une Réponse à Gabon : La COMUF contre-attaque dans l’affaire des déchets toxiques

  1. Etudiant Gabonais

    16 Fév 2010 a 10:08

    La radioactivité à Mounana au Gabon a largement dépassé la dose admissible de 50 à 90 fois supérieure à la normale. C’est quand même inadmissible, on se fou complètement de la santé de la population. Alors depuis que le gouvernement a su qui avait cette radioactivité au Gabon, quelle structure a-t-elle mise en place pur les populations, Les accompagnent –elle ? Les prennent t’elle en charge ? Evidement non. Le plus insultant c’est que se sont ses grands pays qui se permettent de faire la morale sur l’écologie. Quand je pense que Nicolas Sarkozy viendra au Gabon narguer le peuple Gabon le 24 février. La société Areva a impunément versé ses déchets toxiques dans la rivière ou femmes et enfants se douchaient et plantaient leur manioc pour vivre. Je n’arrive pas à comprendre que les africains ne sont pas encore rendu compte que les occidentaux se foutent complètement de nous. Qu’il nous prenne pour des sous hommes. Aujourd’hui le peuple Gabonais pleure des frères et sœurs qui sont décédés et malades suite cette contamination. Je vous invite au suivre le documentaire sur public sénat en France. Voici le lien : http://vimeo.com/8547737.
    Je suis outré, blessé, la pollution radioactive est partout même dans les lieux publics.
    Si j’ai tenu commenter cet article dans cet espace public c’est pour interpellait les autorités Gabonais sur la nécessité d’aider nos frères et sœurs Gabonais à Mounana. Nous ne pouvons pas être indifférent a cela même si on est nanti ou par ce que nous vivons à Libreville ou dans d’autre ville du pays. J’invite le ministère en charge, les instances juridiques du pays, le premier ministre et le président de la république d’interpeller les coupables et de leur responsabilisé.

    Je vous remercie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*