- Bongo Doit Partir - http://www.bdpgabon.org -

Interview de Paul Mba Abessole (RPG): “Je suis prêt à rencontrer tout le monde, ces néo-opposants, et même l’actuel chef de l’Etat.”

Nous avons rencontré le père Paul Mba Abessole, le président du RPG, qui a bien voulu réagir à la suite de la création de l’union nationale, un parti politique né de la fusion de trois mouvements politiques que sont l’UGDD de Zacharie Myboto, le MAD de Pierre Claver Zeng Ebome et le Rassemblement National des Républicains de Gérard Ella Nguéma.
Gabon Matin : Monsieur le Président du RPG, l’Opposition vient d’enregistrer un nouveau parti politique appelé Union Nationale. Que vous inspire cet événement?

Père Paul Mba Abessole : Sur la dénomination, on peut trouver à redire. Cette dénomination avait été envisagée avant la Conférence nationale de mars avril 1990. Il nous fallait adopter un nouveau nom pour travailler avec le PDG, et nous au MORENA, nous étions nous aussi accrochés à notre vieille appellation. C’est à la suite de cela que le président de la République, chef de l’Etat, feu Omar Bongo Ondimba, a proposé la dissolution du PDG à cause des résistances qu’il avait observées de part et d’autre. Nous avons donc trouvé une solution intermédiaire parce que chaque groupe restait ancré dans ses habitudes. Il nous était difficile de travailler avec les pédégistes. D’où la proposition de création du Rassemblement Social Démocrate du Gabon (RSDG), qui devait être un cadre laboratoire où les acteurs politiques de tous bords devaient apprendre à travailler ensemble, à se connaître pour concevoir un nouveau type de discours politiques.

G M : Vous avez donc pensé à un nom, mais lequel ?

PMA : Nous avons effectivement pensé à un nom parce que nous avions (ndlr, MORENA) du mal à accorder nos violons avec les pédégistes. G M : Donc ce nom n’est pas nouveau pour vous ? PMA : Ce nom n‘est pas nouveau pour moi. Ceux qui l’ont retenu n’ont fait que puiser dans leurs tiroirs. En adoptant le terme Rassemblement Pour le Gabon (RPG), j’avais cette idée d’Union. On n’interdit à personne de rencontrer qui il veut. Je n’aime pas avoir affaire avec des gens qui ne sont pas libres, même s’ils se laissent corrompre.’’

G M : Vous faites quel commentaire sur ce nom précisément?

PMA : Ils ont créé leur unité. C’est un effort qu’il faut reconnaître avec des personnalités aussi différentes, et qui n’ont pas communiqué politiquement depuis des années. Il faudra faire des efforts pour s’accepter comme elles sont. Ce que j’ai toujours reproché au PDG, c’est cette propension à toujours vouloir attirer tout le monde. Les responsables du parti UN sont d’abord des anciens pédégistes, qui se sont toujours comportés en affichant, comme tous les autres camarades d’ailleurs, leur arrogance.’’

G M : Etes-vous prêt à travailler avec ceux qui se réclament, comme vous, de l’Opposition?

PMA : Vous savez ce que je pense de certains pères fondateurs de l’Union nationale, ce nouveau parti. Ce n’est pas parce qu’ils se situent, aujourd’hui, dans l’opposition qu’ils ont fondamentalement changé. Nous attendons voir ce qu’ils vont proposer comme programme politique et avec qui ils vont le mettre en œuvre s’ils venaient à accéder au pouvoir.

G M : Pourquoi n’êtes-vous pas allé soutenir ces opposants, vos amis ?

PMA : Je n’ai pas été invité. G M : Si vous aviez été invité, seriez-vous parti ? PMA : Non, moi je n’aime pas la comédie. Si les responsables de ces partis veulent me rencontrer, je ne vais pas le faire en cachette, en catimini. Je ne peux pas vivre dans ce climat là. Je suis prêt à rencontrer tout le monde, ces néo-opposants, et même l’actuel chef de l’Etat.

G M : Pourquoi ?

PMA : Parce que je ne partage pas les mêmes valeurs qu’eux.Je suis moi-même, je ne connais pas leur programme de gouvernement. Nous attendons de voir ce que cette formation politique va proposer aux partis de l’opposition et au peuple gabonais. Si un parti existe, il faut qu’il existe réellement. Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour dire que je ne comprends pas que chaque parti se dote d’un outil de communication pour véhiculer ses idées, alors que tous les hommes politiques, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, doivent avoir accès aux médias de services publics, qui sont, théoriquement, à la disposition de tout le monde. A propos de la création de l’Union nationale, la RTG 1 a fait un black out sur cet événement sur ses antennes. Mais si on met en place une majorité républicaine qui prend en compte toutes les compétences, toutes intelligences quel que soit leur bord politique, je suis prêt alors à travailler, à discuter avec eux. Je ne suis pas prêt à me retrouver dans une majorité présidentielle avec un groupe d’individus arrogants.

G M : Pourquoi vous ne rejoignez pas les autres opposants, surtout ceux du parti UN ?

PMA : L’histoire me donne raison. Car c’est ce que j’avais proposé le 14 mai 1989, quand je suis revenu au Gabon, qui est en train de se réaliser. C’est-à-dire que le Gabon ne devait pas, avec notre population, avoir plus de quatre formations ou regroupements politiques.

G M : Je ne peux ne pas vous poser cette question. Avez-vous exclu le député Alain Claude Bilié By Nzé du RPG par calcul politique ?

PMA : Je ne fais pas de calcul. J’ai agi selon mes convictions. Les députés ont fait ce qu’ils ont fait. En comparaissant devant le Conseil Exécutif, ils auraient pu mettre fin à cette histoire, notamment en plaidant par coupables ou en présentant des excuses publiques. Au cours de cette rencontre, on est venu parler avec arrogance, moi-même j’étais là. Il pèse sur le député exclu de fortes présomptions de quelqu’un qui a été acheté. Je n’ai pas la preuve de cela, mais je crois qu’on devient arrogant quand on a connu une influence extérieure. Un chef ne revient pas sur sa décision, il assume. La décision d’exclure Alain Claude restera telle quelle.

source: Gabon matin


SUR LE MÊME SUJET
De nombreux problèmes restent encore à résoudre concernant notamment les mutations d'enseignants et les structures d'accueil dans bon nombre d'établissements à travers le Gabon, à la veille de la rentrée scolaire 2011-2012. La rentrée scolaire, qui intervient souvent fin septembre-début octobre, a été avancée exceptionnellement en prévision de la 28ème Coupe d’Afrique des nations (CAN) de football que le pays doit co-organiser avec la Guinée-Equatoriale dans quatre mois. Alors que la rentrée administrative a été fixée au 8 septembre et le début des cours au 19, ni les enseignants, ni les chefs d’établissement eux-mêmes ne sont encore fixés sur leurs situations ...
Lire l'article [1]
Premier bilan après deux années de pouvoir, réformes économiques, Crispations politiques, « biens mal acquis », mais aussi Printemps arabe, Libye, Côte d'Ivoire. Le chef de l'Etat, Ali Bongo Odimba dit tout à travers une interview réalisé par le Magazine Jeune Afrique, N°2642, du 28 au 3 septembre. GABONEWS livre ici la première partie de cette interview. Libreville, mi- août, La capitale n'est plus la même. Plus propre, plus ordonnée et en chantier permanent. Le Gabon « émerge », l'expression est sur toutes les lèvres, d'un long coma, celui de la fin des années Omar Bongo Ondimba (OBO). Le nouveau chef de ...
Lire l'article [2]
(Par PR BIYAMBOU) Et si, loin de l’abattre, la défaite à la dernière élection législative anticipée du 6 juin avait requinqué le père Paul Mba Abessole ? Si cette épreuve l’avait endurci, remotivé pour d’autres combats politiques? S’il avait décidé de rebondir plus haut, à Kango, par exemple, où même au premier siège du 2è arrondissement de Libreville, voire au 5è arrondissement où il s’était déjà essayé? L’intéressé, qui s’est muré dans la méditation, le laisse penser et plusieurs de ses proches y croient dur comme fer. La mue sera progressive, parce que dans l’opposition, ses détracteurs ont toujours dépeint ...
Lire l'article [3]
A peine arrivé dans la capitale politique ivoirienne, Yamoussokoro, le Président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba, et son homologue ivoirien, Laurent Gbagbo, ont eu un conclave au salon d’honneur à l’aéroport de la localité, après qu’il ait déclaré à la presse qu’« il est venu en famille, car il est chez lui en Côte-d’Ivoire », apprend-on d’une source sur place à Abidjan. Cette rencontre retransmise en direct sur la Radio Télévision Ivoirienne, à en croire notre source, a permis aux deux hommes d’Etat de concocter le programme de la visite du Président de la République Gabonaise ...
Lire l'article [4]
Dans un entretien exclusif accordé à Gabon Matin, deuxième quotidien, publié ce jeudi et que dans son intégralité, le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG), ancien vice-premier ministre, Paul Mba Abessole, évoque , entre autres, les cas d’indiscipline dans sa formation politique, ses rapports avec un certain nombre d’adversaires du régime sans omettre d’apporter ses éclairages sur la mise en orbite prochaine d’un grand parti de l’opposition. abon Matin : - Actualité oblige, nous démarrons l’entretien avec la célébration par les pédégistes ce 30 décembre 2009, de la Journée de la Méditation à la Cité de la Démocratie. Avez-vous un ...
Lire l'article [5]
Les Panthères du Gabon, qui n’ont jamais humé l’odeur d’une phase finale de Coupe du monde, affrontent les «mondialistes» togolais le 14 novembre 2009 à Lomé, pour tenter de refaire leur retard historique. Les Eperviers de leur côté, qui doivent déjà faire oublier à leur public l’humiliation subie à l’aller au Gabon (3-0), doivent opportunément rappeler qu’ils étaient l’un des cinq représentants de l’Afrique à la dernière Coupe du monde, et qu’ils ont un effectif plus relevé que celui de leur adversaire de la 6ème et dernière journée des éliminatoires combinées CAN/Mondial 2010. - [ 11/14/2009 ] Daniel Cousin est-il plus ...
Lire l'article [6]
Le président du Rassemblement pour le Gabon (RPG, majorité), Paul Mba Abessole, ancien vice-Premier ministre en charge de la Culture et candidat à l'élection présidentielle du 30 août, est revenu sur ses positions d'opposant pour dénoncer les failles du système en place et promouvoir son projet de société. Dans une interview accordée le 24 août à RFI, que nous publions in extenso, Paul Mba Abessole réfute en bloc l'hypothèse d'une victoire du candidat du parti au pouvoir, Ali Bongo Ondimba, arguant qu'il n'a aucun crédit auprès des populations, même dans son village de Bongoville. © D.R. ...
Lire l'article [7]
Sur cette page, vous pouvez accéder aux articles contenant les tous derniers commentaires laissés par les visiteurs sur ce site. Les articles sont classés du plus récent article commenté (en haut) au plus vieux (en bas). Notre site dispose aussi de divers types de forums interactifs: Nos forums “Palabres” vous permettent de vous exprimer en toute liberté et de “palabrer” avec d’autres compatriotes sur des sujets d’intérêt national, régional, international ou multinational. Vous avez quatre choix de discussions: - Forum "Palabres" par email: Ce forum "liste de discussion" permet les débats directement par email. Les membres répondent aux messages des autres membres ...
Lire l'article [8]
L’organisation de la 4e édition de La Tropicale Amissa Bongo pour les 3 étapes du Haut-Ogooué est fin prête, avant le démarrage de l’épreuve mardi prochain, a constaté un journaliste de l’AGP. Les délégations attendues sont arrivées à Franceville dimanche après-midi. Tôt le matin, les organisateurs se sont rendus dans les villes qui accueilleront les cérémonies de départ et d’arrivée pour constater l’état d’avancement des mises en place. Sur les ondes de la radio locale, les maires et préfets des localités concernées par la course ont appelé les populations non seulement à ovationner massivement les coureurs, mais aussi à témoigner d’un comportement ...
Lire l'article [9]
Le ministre gabonais de l'Intérieur André Mba Obame a affirmé lundi à l'AFP que les droits des leaders de la société civile interpellés le 31 décembre et toujours détenus étaient "respectés" et estimé qu'ils étaient "justiciables comme tout le monde". "Nous ne sommes pas une République bananière. Les droits des personnes interpellées sont respectés. Il y a un souci d'agir et de travailler dans un cadre légal (...) Ils (les leaders d'ONG) sont des justiciables comme tout le monde", a déclaré M. Mba Obame. Marc Ona Essangui et Georges Mpaga, figures de la société civile, Gregory Ngbwa Mintsa, ...
Lire l'article [10]
Tout n’est pas encore fin prêt au Gabon pour la rentrée scolaire 2011-2012
« Tout le monde n’a pas compris que le Gabon avait changé …), Ali Bongo Ondimba dans Jeune Afrique (Première partie)
Paul Mba Abessole peut-il rebondir ?
« Je suis venu en famille, car je suis chez moi en Côte-d’Ivoire », Ali Bongo Ondimba face à la presse ivoirienne
INTERVIEW EXCLUSIVE / Paul Mba Abessole dit TOUTES ses VERITES sur le Nouveau Grand Parti
TOGO-GABON : Tout l’or du monde ne saurait remplacer l’honneur et la dignité de la patrie
Gabon : Paul Mba Abessole, «Ali Bongo ne peut pas être élu président»
Commentaires
Cyclisme : 4ème édition de la Tropicale Amissa Bongo, tout est fin prêt avant le démarrage mardi
Gabon: les leaders des ONG “des justiciables comme tout le monde” (ministre)