Socialisez

FacebookTwitterRSS

Les militaires prennent le pouvoir au Niger

Auteur/Source: · Date: 18 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique

Coup d’Etat confirmé au Niger. Un groupe de soldats mutins a annoncé jeudi soir avoir renversé le président Mamadou Tanjda, suspendu la Constitution et dissout les institutions républicaines. Le pays est désormais dirigé par une junte baptisée Conseil suprême pour la restauration de la démocratie.

Quelques heures après l’attaque en plein jour du palais présidentiel, les militaires ont pris la parole à la télévision nigérienne, confirmant avoir pris le pouvoir dans la journée.

“Le Conseil suprême pour la restauration de la démocratie (CSRD), dont je suis le porte-parole, a décidé de suspendre la Constitution de la VIe République et de dissoudre toutes les institutions qui en sont issues”, a affirmé un soldat se présentant comme le porte-parole du groupe, selon un extrait de son allocution diffusée sur France-Info.

“Nous demandons à la population de garder son calme et de rester unie autour des idéaux qui animent le CSRD et qui pourront faire du Niger un exemple de démocratie et de bonne gouvernance, à l’instar des autres Etats épris de paix et de stabilité”, a-t-il ajouté.

Ce porte-parole a indiqué qu’un couvre-feu avait été décrété et que les frontières du pays étaient fermées. Il a affirmé tous les traités signés par le pays seraient respectés et a demandé à la communauté internationale de faire confiance au CSRD.

Selon un diplomate du Burkina Faso, pays voisin, le chef des mutins est le colonel Abdoulaye Adamou Harouna, ancien aide de camp du leader du dernier coup d’Etat au Niger, en 1999, le major Daouda Malla Wanke. A Niamey, des soldats d’une garnison contactés par téléphone ont confirmé que le leader des renégats était bien le colonel Adamou Harouna, mais ont donné un prénom différent, Djibril.

Le coup d’Etat a débuté jeudi après-midi, lorsque des soldats en armes ont investi le palais présidentiel à Niamey. Des tirs ont été entendus pendant une vingtaine de minutes et de la fumée s’est ensuite échappée du palais présidentiel. Des soldats ont ensuite bloqué les rues menant au bâtiment.

Selon Radio France Internationale (RFI), les soldats sont entrés dans le palais, ont neutralisé la garde présidentielle avant de pénétrer dans la pièce où Mamadou Tanjda tenait une réunion avec les ministres de son gouvernement. Ils ont alors enlevé le président et l’ont conduit dans un camp militaire dans les faubourgs de Niamey.

La France a demandé à ses ressortissants à Niamey de rester chez eux, selon le ministère des Affaires étrangères. Air France a de son côté annoncé avoir “décidé de suspendre ses vols à destination de Niamey jusqu’à nouvel avis en raison de la situation politique”, a fait savoir une porte-parole de la compagnie jointe par l’Associated Press. Le vol Paris-Niamey-Ouagadougou (Burkina Faso) de jeudi n’a pas fait escale à Niamey jeudi. Air France opère quatre vols Paris-Niamey par semaine en temps normal.

A New York, la porte-parole des Nations unies Marie Okabe a indiqué que le secrétaire général Ban Ki-moon suivait de près les développements au Niger.

Ce coup d’Etat intervient après plusieurs mois de tensions entre le président Tandja et l’opposition, qui l’accuse de dérives totalitaires.

En mai 2009, le chef de l’Etat a dissout le Parlement, opposé à l’organisation d’un référendum prévu en août pour lui permettre de prolonger son second mandat au-delà de son terme officiel, en décembre dernier. La décision était légale mais, en juin, Mamadou Tanjda a invoqué des pouvoirs extraordinaires pour gouverner par décret. Or, la Constitution du Niger n’autorise le président à agir ainsi qu’en cas de menace grave sur le pays, et avec un Parlement en place pour empêcher d’éventuels abus de pouvoir.

Quelques jours plus tard, la Cour constitutionnelle a jugé illégal ce référendum. Mamadou Tanjda a réagi par décret en dissolvant la Cour et en la remplaçant par une autre dont il avait choisi les membres. L’opposition protestait depuis contre l’acharnement à rester au pouvoir de Tandja, élu en 1999 après le précédent coup militaire, puis réélu lors de scrutins jugés équitables.

Pays du sud du Sahara, frappé par la sécheresse et la désertification, le Niger a connu trois coups d’Etat entre 1974 et 1999. Le pays, qui figure parmi les moins développés selon l’index des Nations unies, a un taux de 70% d’illettrisme parmi sa population, et le plus fort taux de natalité au monde.
 


SUR LE MÊME SUJET
CAN 2012 : le Gabon a la pression face au Niger
Par David Kalfa Les équipes du Gabon et du Niger s’affrontent ce lundi 23 janvier 2012 à Libreville, en phase de poules de la Coupe d’Afrique des nations disputée au Gabon et en Guinée équatoriale. Le Gabon veut imiter l’autre pays organisateur de la CAN 2012, la Guinée équatoriale, qui a battu la Libye 1-0 en match d’ouverture. La Coupe d’Afrique des nations 2012 va enfin commencer au Gabon. Alors que les quatre premiers matches ont été disputés en Guinée équatoriale, l’autre pays coorganisateur va enfin goûter aux joies de la compétition. L’équipe du Gabon va lancer les débats face à celle du ...
Lire l'article
Des convois armés libyens sont arrivés à Niamey, où se serait enfui notamment Saadi, l'un des fils de l'ex-Guide. Kadhafi, lui, est toujours introuvable. Et si c'était lui ? L'arrivée au Niger d'un imposant convoi militarisé en provenance de Libye a attisé mardi, pendant une partie de la journée, les spéculations sur un possible départ de Mouammar Kadhafi vers un pays subsaharien. Après avoir franchi la frontière nigéro-libyenne à Djoufra, la mystérieuse caravane composée de plusieurs dizaines de pick-up a été aperçue à Arlit, la capitale de l'uranium, puis à Agadez. «Nous pouvons vous confirmer qu'environ 200 voitures ont traversé de ...
Lire l'article
Dans un communiqué de la présidence de la République gabonaise parvenu à la Rédaction de GABONEWS, le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, a fermement condamné la tentative de coup d’Etat et d’assassinat visant le président démocratiquement élu du Niger, Mahamadou Issoufou. GABONEWS livre en intégralité le communiqué de la présidence de la République. « Une tentative de coup d’Etat s’est perpétrée le 26 juillet 2011 au Niger, visant à renverser les institutions démocratiques, et notamment le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Mahamadou ISSOUFOU Le Président de la République Gabonaise, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ali ...
Lire l'article
Le président de la République gabonaise, Ali Bongo Ondimba s’est rendu ce jeudi à Niamey, la capitale nigérienne pour assister l’investirure du président élu du Niger, Mahamadou Issoufou, après l’étape de Porto Novo au Bénin où il a pris part mercredi, aux côté d’autres chefs d’Etat, à la prestation de serment de l’ancien-nouveau président Thomas Boni Yayi. M. Mahamadou Issoufou, 59 ans, a été élu avec 58,04% des voix contre 41,96% à son adversaire Seini Oumarou, au deuxième tour de l'élection présidentielle au Niger, le 12 mars dernier. Il est le premier président de la VIIe République qui marque la fin de ...
Lire l'article
La junte militaire a annoncé mardi avoir nommé un nouveau gouvernement de transition au Niger, deux semaines après avoir pris le pouvoir. Selon la télévision d'Etat, le chef d'escadron Salou Djibo a signé un décret nommant 20 ministres lundi. Cinq ministres sont des officiers de l'armée et cinq autres à des femmes. Des soldats renégats ont renversé le président Mamadou Tandja le 18 février dernier lors d'un coup d'Etat contre le président Mamadou Tandja, accusé de dérive autoritaire par l'opposition depuis plusieurs et qui a refusé de quitter le pouvoir à la fin de son mandat en décembre dernier. Dès le 22 ...
Lire l'article
Le secrétaire général de l'organisation Internationale de la Francophonie (OIF), Abdou Diouf, suite au putsh survenu le 18 février dernier à Niamey au Niger, convoquera, le 1er mars prochain à Paris (France) les représentants personnels des Etats et gouvernements membres de l'Organisation dans le cadre d'une session extraordinaire du Conseil Permanent de la Francophonie, a-t-on appris ce vendredi par communiqué parvenu à la rédaction de GABONEWS.
Lire l'article
Le président nigérien Mamadou Tandja, visé par une tentative de coup d'Etat jeudi à Niamey, serait «entre les mains des mutins», a déclaré à l'AFP une source diplomatique française. «Ça s'est passé à l'issue d'un conseil des ministres, il semblerait que le président Tandja soit à l'heure actuelle entre les mains des mutins et que les membres du gouvernement soient eux-même retenus», a indiqué cette source en fin d'après-midi. «Il y a actuellement une réunion des chefs militaires» à Niamey, a-t-elle ajouté. De son côté, une source diplomatique africaine à Niamey a déclaré à l'AFP que «plusieurs hautes personnalités nigériennes ne sont ...
Lire l'article
Plus d’une trentaine de maisons ont été consumées dans la nuit de samedi à dimanche par un violent incendie à Plein Niger (4ème arrondissement de Libreville), provocant d’importants dégâts matériels, a constaté l’AGP. Le feu a débuté aux environs de 20h (19 GMT) à la cité dite des maisons en planche située entre le cimetière de Plein Niger et la BICIG d’Oloumi, selon les habitants de la zone. Pour ces derniers très en colère, ont déclaré ignorer l’origine de cet incendie, tout en soupçonnant un libanais qui aurait racheté cet endroit d’être l’auteur de ce drame. Pendant que les sinistrés tentaient de sauver ...
Lire l'article
Le président de l'Union sportive Ombila N'ziami (USM) du Gabon, Jean Boniface Assélé, a menacé lundi de ne pas se rendre au Niger pour le match retour contre l'ASFAN du Niger, dans le cadre du premier tour des éliminatoires de la coupe de la Confédération africaine de football (CAF) si l'Etat n'aidait pas financièrement le club. "Il s'agit de l'honneur du pays et non pas seulement une affaire de l'USM", a déclaré M. Assélé à la presse. Le patron de l'USM a laissé entendre que le gouvernement gabonais n'a pris aucune disposition pour aider son club à organiser le match ...
Lire l'article
Suite à une humiliante défaite fin octobre face à la rébellion aux portes de Goma, les Forces armées de République démocratique du Congo (FARDC) se livrent depuis le 10 novembre à des pillages et des exactions massives dans plusieurs villes au nord de la capitale provinciale du Nord-Kivu. Kinshasa a promis de sévères sanctions à l’encontre des soldats responsables de ces actions et a dépêché sur place le 12 novembre le chef d’Etat major de l’armée de terre, le général Gabriel Amisi, pour faire le point sur la situation. Plus aucun treillis n’est de bon augure pour les populations de ...
Lire l'article
CAN 2012 : le Gabon a la pression face au Niger
Les proches de Kadhafi trouvent refuge au Niger
Coopération /Tentative de coup d’Etat au Niger : le président Ali Bongo « condamne fermement ce moyen d’accession au pouvoir »
Politique: Ali Bongo Ondimba à Niamey au Niger après Porto Novo au Bénin
Niger: la junte militaire nomme son gouvernement de transition
Le Secrétaire général de l’OIF convoque une session extraordinaire du Conseil permanent sur le Niger
Niger: le président Tandja serait «aux mains des mutins»
Gabon: Plus de 30 maisons consumées par le feu à Plein Niger
Eliminatoires de CAF : l’USM du Gabon menace de ne pas se rendre au Niger pour le match retour
RD Congo : Les FARDC s’en prennent aux civils


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 18 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*