Socialisez

FacebookTwitterRSS

Deux morts dans des violences en marge de la visite de Compaoré

Auteur/Source: · Date: 22 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique

Le président burkinabè et facilitateur de la crise ivoirienne Blaise Compaoré est à Abidjan pour tenter de trouver une sortie de crise. Pendant ce temps-là, les manifestations continuent dans les rues, où la violence a de nouveau éclaté, faisant deux morts à Daloa.

Le président burkinabè et facilitateur de la crise ivoirienne Blaise Compaoré est arrivé à Abidjan ce lundi 22 février à la mi-journée pour rencontrer l’exécutif et l’opposition ivoirienne. En marge de ce sommet préparé “en urgence”, de violentes manifestations ont éclaté, faisant de nouvelles victimes.

Deux personnes sont mortes et treize ont été blessées dans des violences à Daloa, dans l’ouest du pays, où des manifestants ont affrontés les forces de l’ordre, a-t-on appris auprès du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). L’opposition avait organisé une journée “ville morte” contre le président Laurent Gbagbo.

Répondant à l’appel de leurs chefs à contrer “par tout moyen” le pouvoir en place, des opposants ont continué d’organiser à travers le pays des manifestations. A Abobo, quartier populaire du nord d’Abidjan dirigé par le Rassemblement des républicains (RDR) d’Alassane Ouattara, deux policiers ont été “blessés par balles” par “des individus non identifiés”, selon la police.

Un membre du personnel médical a affirmé avoir vu un civil étendu sur le sol et “très mal en point”, puis pris en charge par une ambulance. Des échauffourées y avaient dans la matinée opposé aux forces de l’ordre des jeunes qui avaient érigé des barricades, incendié des pneus et jeté des pierres sur la police. Un responsable local d’opposition a cependant assuré qu’il n’y avait pas eu de “mot d’ordre” et évoqué un “mouvement populaire”.

A Katiola (centre), des jeunes ont “saccagé” le domicile du porte-parole du chef de l’Etat, Gervais Coulibaly, et “tenté de brûler” le siège local du Front populaire ivoirien (FPI, parti présidentiel), a indiqué Martin Yao Touré, directeur local de campagne du candidat Gbagbo.

Dans la ville de Gagnoa, ces tensions ont tourné au cauchemar vendredi 20 février : 5 personnes ont été tuées par balles lors d’échauffourées qui ont opposé les militants de l’opposition aux forces de défense et de sécurité. Celles-ci ont, pour la première fois depuis le début des troubles, fait usage de leurs armes à feu sur la foule.

De consultation en consultation

Le sommet prévu “en urgence” devait réunir à Abidjan le Cadre permanent de concertation (CPC*) sous l’égide du facilitateur Blaise Compaoré. Ce dernier a été accueilli à son arrivée par le président Laurent Gbagbo et le Premier ministre Guillaume Soro. Ces entretiens devaient être suivis d’une nouvelle rencontre avec les opposants Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, avec lesquels le médiateur s’est déjà entretenu dimanche à Ouagadougou, sans succès.

En fin de journée, Blaise Compaoré devait encore consulter les ambassadeurs français, américain et nigérian ainsi que le représentant de la Commission européenne. Blaise Compaoré doit également rencontrer le chef de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci) Choi Young-jin.

L’objectif de ce sommet est d’aborder la “question de fond du processus électoral”, a indiqué le numéro un burkinabè.

L’ancien président Henri Konan Bédié et l’ex-Premier ministre Alassane Ouattara s’étaient déjà rendus à Ouagadougou dimanche pour rencontrer Blaise Compaoré, mais les réunions qui s’y étaient déroulées n’avaient pas suffi à débloquer la situation.

Guillaume Soro tente, sans succès jusqu’à présent, de former un nouveau gouvernement comprenant des ministres du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, opposition) après la dissolution fracassante du cabinet précédent, vendredi 12 février. Dimanche soir, l’entourage de Guillaume Soro maintenait la date du lundi 22 février pour l’annonce de la nouvelle équipe.

Blocage sur la CEI

Mais le RHDP refuse toujours de prendre des responsabilités gouvernementales tant que Laurent Gbagbo ne rétablira pas la Commission électorale indépendante (CEI) dissoute le 12 février en même temps que le gouvernement.

Celle-ci était jusque-là dominée par l’opposition, mais son ancien président, Robert Beugré Mambé, est accusé de tentatives de fraudes dans l’établissement des listes électorales par le camp Gbagbo .

Dans ce climat tendu, tant entre les leaders politiques que dans la rue, la diffusion de la chaîne France 24 a été “suspendue” lundi dans le pays pour “traitement non professionnel de l’information” concernant “l’actualité politique” ivoirienne récente, a annoncé l’organe de régulation.

La direction de France 24 a dit “regretter” une décision qui “lui paraît injustifiée”.

*Le CPC regroupe le président Laurent Gbagbo, le Premier ministre reconduit Guillaume Soro ainsi que les opposants Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara.
 


SUR LE MÊME SUJET
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Deux manifestants sont morts vendredi au Caire, asphyxiés par des gaz lacrymogènes, ont indiqué des sources médicales alors qu'une nouvelle flambée de violences traverse l'Egypte après le drame du match de football meurtrier à Port-Saïd. Ces deux victimes ont été transportées à l'hôpital inconscientes après s'être jointes aux manifestants dans la capitale, près du ministère de l'Intérieur, où la police anti-émeutes tirait des gaz lacrymogènes et les protestataires ripostaient par des jets de pierres. Les affrontements ont repris vendredi en Egypte entre policiers et manifestants réclamant le départ du pouvoir militaire, dans une nouvelle flambée de violences après le drame du match ...
Lire l'article
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Les manifestants protestaient contre la candidature du président sortant Abdoulaye Wade à l'élection présidentielle de février. La contestation de la candidature à la présidentielle au Sénégal du président Abdoulaye Wade a été marquée lundi par de nouvelles violences avec deux morts à Podor (nord), à la veille d'un rassemblement à Dakar de l'opposition faisant craindre des débordements. Ces violences ont éclaté lors d'une manifestation de militants du Mouvement du 23 juin (M23), regroupant des partis d'opposition et organisations de la société civile contre la candidature de Wade, 85 ans, au pouvoir depuis douze ans, une candidature confirmée par le Conseil constitutionnel ...
Lire l'article
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
La validation vendredi soir par le Conseil constitutionnel de la candidature du chef de l'Etat sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle de février a provoqué une vague de violences dans plusieurs villes du Sénégal, dont sa capitale, Dakar, où un policier a tué. L'opposition a appelé pour sa part à "marcher sur le palais présidentiel dans les prochains jours" afin d'en "sortir Wade". Dès l'annonce de la validation de la candidature du président Wade et du rejet de celle du chanteur Youssou Ndour, des jeunes rassemblés depuis des heures Place de l'Obélisque, à Dakar, à l'appel de l'opposition ont jeté des pierres ...
Lire l'article
Les affrontements se poursuivent dans l'ouest de la Côte d'Ivoire, où quatre autres personnes ont été tuées durant ces sept derniers jours, a déclaré jeudi un porte-parole de la Mission des Nations unies dans le pays. Hamadoun Touré a précisé que deux incidents avaient respectivement coûté la vie à deux personnes. Les violences opposent des membres de la communauté ethnique des Bété, de l'ancien président Laurent Gbagbo, aux Baoulé, qui ont soutenu l'adversaire de l'ex-chef d'Etat, l'actuel président Alassane Ouattara, à l'occasion du scrutin de novembre 2010. La Côte d'Ivoire a plongé dans un cycle de violences pendant plusieurs mois après le refus ...
Lire l'article
Burkina Faso : le président Compaoré dissout le gouvernement après une mutinerie
Le chef de l'Etat burkinabé, Blaise Compaoré, qui résiste depuis février à des mouvements de colère multiples, dont ceux de soldats, a été confronté, jeudi et vendredi, à une nouvelle mutinerie de sa propre garde présidentielle, qui s'est étendue à d'autres militaires. Cette mutinerie a entraîné, vendredi 15 avril, la dissolution du gouvernement dirigé par le premier ministre Tertius Zongo, et le limogeage du chef d'état-major des armées, le général Dominique Djindjéré, remplacé par le colonel-major Honoré Nabéré Traoré. "Les secrétaires généraux des départements ministériels assurent l'expédition des affaires courantes", précise un communiqué diffusé à la radio nationale. Le mouvement de ...
Lire l'article
Une mutinerie s’étend dans la capitale du Burkina Faso
Le président Blaise Compaoré a quitté Ouagadougou pour sa ville natale, située à une trentaine de kilomètres de la capitale. Source AFP - Le chef de l'État burkinabé Blaise Compaoré, qui résiste depuis février à des mouvements de colère multiples, dont ceux de soldats, est confronté vendredi à une nouvelle mutinerie de sa propre garde présidentielle qui s'est étendue à d'autres militaires. La mutinerie a débuté jeudi soir dans deux casernes de la capitale, dont l'une dans l'enceinte de la résidence à Ouagadougou de Blaise Compaoré - un ancien militaire au pouvoir depuis 24 ans. Le président s'est rendu pendant quelques heures ...
Lire l'article
Le chef de l`Etat sortant de la Côte d`Ivoire et candidat à la présidentielle de dimanche, Laurent Gbagbo, se dit certain de l`emporter et affirme craindre des "violences" de la part des mauvais perdants, dans un entretien au Journal du Dimanche paru samedi. Interrogé pour savoir s`il redoutait des violences liées à un scrutin qui doit clore une décennie de crise dans un pays coupé en deux depuis le putsch manqué d`une rébellion en 2002, Laurent Gbagbo a répondu: "Oui, je le crains". "Ces violences viendront de ceux qui perdront. Et comme ce n`est pas moi qui vais perdre...", dit-il, sans toutefois ...
Lire l'article
Le train voyageurs en provenance de Franceville a violement percuté une voiture au niveau de Bizango-rails, une bourgade en périphérie de Libreville, tuant les deux occupants du véhicule, rapporte jeudi l’Union et Gabon Matin, les deux quotidiens gabonais. Selon des témoins, les deux victimes, Jean Kamga (67 ans) et boniface Tchemo (la cinquantaine révolue) de nationalité camerounaise, ont été tués à un passage à niveau, au moment où leur voiture franchissait cet obstacle que le train l’a violement percuté le projetant à environ 50 mètres de la voie ferrée. Jean Kamga a trouvé la mort sur le champ, tandis que Tchembo ...
Lire l'article
Un nouveau gouvernement a été nommé, mardi 23 février, en Côte d'Ivoire après plusieurs jours de manifestations à travers le pays pour protester contre la dissolution par le président Laurent Gbagbo du précédent gouvernement et de la commission électorale. Le nouveau gouvernement du premier ministre ivoirien, Guillaume Soro, comptera vingt-huit membres, onze postes de cette équipe restant à pourvoir. Neuf des onze postes non pourvus étaient occupés par l'opposition dans la précédente équipe Soro, formée en 2007 après la signature de l'accord de paix de Ouagadougou. Guillaume Soro a affirmé que les onze postes seront attribués à l'opposition d'ici jeudi. La médiation ...
Lire l'article
Deux personnes ont été tuées et six autres blessées vendredi à Madagascar dans des violences en marge d'une manifestation de partisans de l'ancien président Marc Ravalomanana, selon des sources hospitalières. Les forces de l'ordre ont tenté de disperser les manifestants, et des heurts les ont alors opposé aux manifestants pro-Ravalomanana dans les rues de la capitale Antananarivo. Une des victimes, une femme, a été tuée d'une balle perdue dans la tête, selon ces sources hospitalières. Les rues d'Antananarivo ont été le théâtre de violences pour la deuxième journée consécutive vendredi. Jeudi, 36 personnes avaient déjà été blessées. Le nouveau président malgache, Andry Rajoelina, ...
Lire l'article
Nouvelle flambée de violences en Egypte, deux morts
Sénégal : deux morts dans une manifestation violente à Podor
Sénégal: la candidature de Wade validée pour la présidentielle, un policier tué dans des violences
Quatre morts lors d’affrontements dans l’ouest de la Côte d’Ivoire, selon l’ONU
Burkina Faso : le président Compaoré dissout le gouvernement après une mutinerie
Une mutinerie s’étend dans la capitale du Burkina Faso
Côte d’Ivoire: Gbagbo, sûr de gagner, craint des “violences” post-électorales
Un train percute une voiture non loin de Libreville, bilan deux morts
Un nouveau gouvernement a été formé en Côte d’Ivoire
Deux morts dans des violences à Madagascar


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 22 Fév 2010
Catégorie(s): Afrique
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*