Socialisez

FacebookTwitterRSS

Le choix gabonais de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard

Auteur/Source: · Date: 23 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique,Société

Aucun autre pays d’Afrique n’a eu le privilège d’accueillir le président de la République française trois fois en moins de trois ans. C’est au Gabon d’Omar Bongo que Nicolas Sarkozy, tout juste élu en 2007, avait choisi de faire étape, pour son premier voyage sur le continent noir. C’est au Gabon en deuil que le chef de l’Etat français s’est rendu, en juin dernier, pour les obsèques du potentat qui a régné quarante-deux ans durant sur ce petit émirat pétrolier et profrançais du golfe de Guinée.
C’est à nouveau au Gabon, celui d’Ali Bongo, fils du précédent, élu en août dans des conditions contestées, que le président français a décidé de se rendre, mercredi 24 février. Il devrait y célébrer le renouveau de l'”amitié franco-gabonaise” marquée par le choix de Libreville (plutôt que Dakar) comme localisation de l’unique base militaire que la France entend conserver en Afrique de l’Ouest et par la signature d’un vaste “plan d’action” concerté.

M. Sarkozy devrait aussi exprimer l’espoir que place Paris dans le nouveau président Bongo, qui prône un “meilleur partage des richesses” et promet un “Gabon émergent”. Après cette visite d’amitié, le ton sera tout autre à Kigali (Rwanda), où le président doit passer quelques heures, jeudi 25 février, pour sceller une réconciliation diplomatique avec le régime du général Kagame, qui considère la France comme un complice du génocide de 1994.

Pourquoi Nicolas Sarkozy, autrefois avocat de la “rupture” avec la “Françafrique”, multiplie-t-il les signes de bienveillance avec le pays qui symbolise jusqu’à la caricature ces relations incestueuses ? Pourquoi la France continue-t-elle de concentrer tant d’attention sur ce petit pays de moins de 1,5 million d’habitants aux richesses pétrolières déclinantes ? La France s’en défend, mais elle a aidé à l’élection du fils d’Omar Bongo, considéré comme le meilleur garant de la stabilité du pays et des intérêts français. Logiquement, Paris attend les dividendes de sa sollicitude. Les Français, déjà très présents dans l’exploitation du pétrole (Total), du bois (Rougier) et du manganèse (Comilog) ne se résolvent pas à laisser d’autres leur tailler des croupières. Vincent Bolloré s’intéresse de près à l’extension du port de Libreville.

La France espère aussi qu’Ali Bongo renégocie la convention conclue en 2008 par son père avec une société chinoise pour l’exploitation de l’immense gisement de fer de Belinga. Le même français Bolloré convoiterait le marché de la logistique et du transport du minerai.

La situation géographique du Gabon, au coeur du continent, à portée d’avion de la plupart des zones de crise, constitue un autre atout aux yeux de Paris. D’autant que le régime gabonais, peu émancipé de l’ancien colonisateur, ne voit aucun inconvénient à continuer d’accueillir une base de l’armée française qui lui sert d’assurance-vie depuis quatre décennies.

Le fait que le Gabon siège au Conseil de sécurité de l’ONU jusqu’à la fin 2011 et qu’il le présidera en mars, au moment où pourrait avoir lieu le débat sur les sanctions contre l’Iran, explique aussi l’étape du président français à Libreville.

Si Nicolas Sarkozy veut croire qu’Ali Bongo est capable de rompre avec le mode de gouvernement de son père, mélange d’autoritarisme cynique, de clientélisme bonhomme et de prédation financière, c’est que le personnage d’Ali Bongo, qui affiche son volontarisme politique sans renier un mode de vie bling-bling, est sans doute familier au président français. C’est aussi que l’époque a changé.

Timidement, la démocratie fait son chemin au Gabon, et la France, depuis le génocide au Rwanda, ne veut plus apparaître en sauveteur de régimes décriés. Reste la réalité gabonaise : celle d’un pays potentiellement prospère mais parsemé de bidonvilles et où l’espérance de vie ne dépasse pas 57 ans. Les premières décisions d’Ali Bongo – instauration de la journée continue pour améliorer la productivité, augmentation des salaires, recensement des fonctionnaires pour éliminer les postes fantômes, interdiction de l’exportation de grumes de bois pour favoriser leur transformation sur place – témoignent d’une volonté de “TsunAli”, comme le surnomment ses partisans, de remettre en marche rapidement un pays paralysé par quarante-deux ans d’oligarchie.

Ces mesures resteront la “poudre aux yeux” lancée par le “monarque” Bongo II que dénoncent les opposants, si Bongo fils ne veut ou ne peut imposer la transparence, tant de sa gouvernance que du patrimoine de sa propre famille. La révélation, en février, par un rapport du Congrès des Etats-Unis, d’opérations de blanchiment d’argent, et les virements occultes de plusieurs centaines de milliers de dollars dont son épouse d’alors, Inge Lynn Collins Bongo, et lui-même “ont bénéficié” entre 2000 et 2003, montrent que les mauvaises habitudes d’Omar Bongo n’ont pas nécessairement pris fin avec sa disparition.

Nicolas Sarkozy semble peu regardant sur cet aspect du régime Bongo, puisqu’il a tout fait pour étouffer, en France, l’affaire des “biens mal acquis” (actuellement en instance à la Cour de cassation). S’il paraît considérer Ali Bongo comme un modèle, c’est sans doute que l’Afrique francophone, entre président vieillissant (Sénégal) ou absent (Cameroun), potentat agrippé au pouvoir (Côte d’Ivoire) et militaires putschistes (Guinée, Niger) offre bien peu de références positives.  


SUR LE MÊME SUJET
Le président français Nicolas Sarkozy recevra lundi son homologue gabonais Ali Bongo, qui a succédé à son père Omar Bongo en août 2009 à l'issue d'un scrutin contesté, a annoncé vendredi l'Elysée. "L'entretien portera sur les relations bilatérales entre nos deux pays ainsi que sur les questions régionales", écrit la présidence française dans un communiqué. Nicolas Sarkozy s'était rendu il y a un an au Gabon pour relancer la coopération entre Paris et Libreville et apporter son soutien au nouvel homme fort du pays. La France, ancienne puissance coloniale, a toujours été très proche de la famille Bongo. Omar Bongo a lontemps été considéré ...
Lire l'article
A l’ occasion de la célébration du 52ème anniversaire du président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, parmi les lettres qui lui sont adressées ce mardi, figure celle du président français, Nicolas Sarkozy dans laquelle il confirme le soutien de son pays au Gabon, ainsi qu’à la mise en œuvre de la politique conduite par le numéro un Gabonais en faveur du développement du pays. « Monsieur le Président, Cher Ali, Je suis heureux, à l’occasion de votre anniversaire, de vous transmettre les vœux très chaleureux que je forme pour vous-même et pour le succès de votre action ...
Lire l'article
La "photo de famille" ne ressemble pas à celle des précédentes grand-messes franco-africaines; pour clore son premier sommet du genre, devant la presse, mardi 1er juin à Nice, Nicolas Sarkozy a choisi de s'entourer de trois chefs d'Etat dont un seul, le Camerounais Paul Biya, est francophone, rapporte le Monde .fr. Le message était clair: le président français, en s'affichant aux côtés de Jacob Zuma, président de l'Afrique du Sud, locomotive du continent, de Meles Zenawi, premier ministre d'Ethiopie (10 % de croissance par an) et de Bingu wa Mutharika, chef du petit Malawi mais surtout président de l'Union africaine, a ...
Lire l'article
Le président français est arrivé au Gabon pour une visite dominée par la signature d'un nouveau partenariat global avec ce fidèle allié de la France en Afrique. Le président français est arrivé ce mercredi matin à Franceville, troisième ville du Gabon, pour une visite d'une journée destinée à donner un "nouvel élan" à la relation entre les deux pays, six mois après l'élection contestée du fils d'Omar Bongo à la tête du pays. Nicolas Sarkozy a été accueilli à sa descente d'avion par son homologue Ali Bongo et une foule de plusieurs centaines de personnes rassemblées à l'aéroport de Mvengué, au coeur ...
Lire l'article
Le président français, Nicolas Sarkozy arrive mercredi à Franceville (650 km au sud-est de Libreville), pour une visite d’amitié et de travail de 24 heures. Selon des sources autorisées, le président français sera reçu par son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba qui devrait quitter Libreville ce mardi pour le chef-lieu de la province du Haut-Ogooué. Le numéro un français, au cours de son séjour à Franceville visitera le Centre internationale de recherches médicales de Franceville (CIRMF). Ce centre dont la renommée scientifique dépasse largement les frontières nationales est en partie financé par la société TOTAL GABON, filiale du groupe pétrolier français TOTAL. Selon les ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy recevra ce vendredi à 19h son homologue gabonais Ali Bongo Ondimba pour un entretien consacré aux relations bilatérales, annonce l'Elysée en précisant que la situation régionale et "les principaux enjeux globaux", notamment le climat, seront également abordés. Vainqueur de l'élection présidentielle du 30 août 2009, Ali Bongo a succédé en octobre à son père Omar Bongo, au pouvoir pendant plus de 41 ans, jusqu'à sa mort en juin dernier à l'âge de 73 ans. L'opposition a contesté les résultats de l'élection mais ses réclamations ont été rejetées par la Cour constitutionnelle.
Lire l'article
Libreville, 18 août (GABONEWS) - Le président français, Nicolas Sarkozy, dans une correspondance publiée ce mardi dans le quotidien l’Union, a précisé à l’intension de son homologue gabonais, Rose Francine Rogombé, à l’occasion de la célébration du 49ème anniversaire de l’accession du Gabon à l’indépendance qu’« Il appartient aux Gabonais et à eux seuls de choisir leur avenir ». « Madame la présidente, La fête nationale de la République du Gabon m’offre l’occasion de vous adresser, ainsi qu’à tous vos compatriotes, mes plus sincères félicitations et mes vœux de prospérité et de réussite. Au moment où votre pays vit un tournant de son ...
Lire l'article
Il avait suffi d'un discours, à Dakar, en juillet 2007, pour que Nicolas Sarkozy s'aliène une grande partie des élites africaines. Il a suffi d'un autre discours, à Barack Obama, le 11 juillet à Accra, pour conquérir les coeurs du continent noir. A première vue pourtant, les messages des deux présidents de puissances concurrentes en Afrique paraissent inspirés par la même rhétorique de la responsabilité : "L'Afrique a sa part de responsabilité dans son propre malheur, avait déclaré M. Sarkozy : la colonisation n'est pas responsable des guerres sanglantes que se font les Africains entre eux, (...), du fanatisme, de ...
Lire l'article
"L'armée française n'est pas là pour soutenir des régimes" en Afrique, a affirmé mercredi le président français Nicolas Sarkozy, qui s'est en revanche engagé à soutenir "les régimes démocratiques". Nicolas Sarkozy, qui s'exprimait à l'occasion de la 16e conférence des ambassadeurs, a renouvelé son engagement à réviser de manière systématique les accords de défense qui lient la France et les Etats africains. "J'ajoute que tous ces accords, je souhaite qu'ils soient publiés", a-t-il dit. "Nous voulons soutenir les régimes démocratiques", a cependant ajouté le chef de l'Etat français, citant en exemple l'action française en Mauritanie.
Lire l'article
Communiqué de Presse, pour diffusion immédiate (BDP-Gabon Nouveau, 25 mai 2007) - Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement d'opposition gabonais en exil, condamne avec la plus grande vigueur la réception, ce vendredi 25 mai, du dictateur gabonais Omar Bongo par Nicolas Sarkozy. Le BDP-Gabon Nouveau déplore que le nouveau président français, confirmé au pouvoir il y a à peine une semaine, ait choisi d'inaugurer son règne par l'arrogante affirmation des valeurs mafieuses de la françafrique, valeurs qui nient à l'Afrique son droit à l'humanité et dont le Gabon est non seulement le symbole le plus vil, mais aussi le plus affligeant. Le BDP-Gabon Nouveau s'étonne ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy reçoit Ali Bongo lundi à l’Elysée
Politique / « la France se tient à vos côtés et vous apportera son soutien », Nicolas Sarkozy à Ali Bongo à l’occasion de l’anniversaire
Sommet de Nice: Nicolas Sarkozy veut tourner la page de la Françafrique (Par Philippe Bernard)
Nicolas Sarkozy en visite au Gabon
Arrivée de Nicolas Sarkozy mercredi au Gabon
Nicolas Sarkozy reçoit son homologue gabonais en fin de journée
Gabon: Nicolas Sarkozy à Rose Francine Rogombé: « Il appartient aux Gabonais, et à eux seuls, de choisir leur avenir »
L’Afrique de Barack Obama face à celle de Nicolas Sarkozy, par Philippe Bernard
La France “n’est pas là pour soutenir des régimes” en Afrique, plaide Nicolas Sarkozy
Le BDP-Gabon Nouveau condamne la réception du dictateur gabonais Omar Bongo par Nicolas Sarkozy


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Aucun vote pour le moment)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 23 Fév 2010
Catégorie(s): Françafrique,Société
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*