Socialisez

FacebookTwitterRSS

Au Gabon, Sarkozy rejoue l’air de la rupture

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération

Quelle urgence avait Nicolas Sarkozy à se rendre une troisième fois au Gabon depuis son élection? A l’issue de sa courte visite sur place, la réponse n’est pas évidente. Pour l’essentiel, le chef de l’Etat a paraphé, ce mercredi, un nouvel accord de défense qui confirme le maintien de la base militaire tricolore à Libreville (au détriment de Dakar, qui sera fermée) et institue des rapports plus transparents entre les deux pays. Le document sera soumis au Parlement, puis rendu public, a promis le chef de l’Etat.
Critiqué pour avoir renié ses promesses de rupture avec les usages de la Françafrique, formulées avant son élection à l’Elysée, Sarkozy a semblé surtout vouloir se saisir de cette occasion pour protester de sa bonne foi. Dans un discours prononcé à la «Cité de la démocratie», à Libreville, tout y est passé: l’hommage au défunt Omar Bongo (décédé en juin 2009), la nécessaire rénovation des liens entre la France et l’Afrique, la défense des intérêts économiques français, mais aussi le refus de toute exclusive… Il a ainsi juré ne pas voir d’un mauvais oeil l’arrivée de nouveaux concurrents – chinois ou autres – dans les anciennes chasses gardées de la France sur le continent, provoquant quelques rires dans l’assistance. A propos de l’accord de défense franco-gabonais, il a lancé: «Il n’y aura pas de clause secrète», jurant vouloir en finir avec «les clichés, les fantasmes et les procès d’intention».
Visiblement sensible aux critiques qui avaient fusé lors de l’élection présidentielle d’août dernier au Gabon, Sarkozy a lancé: «Je défie quiconque de prouver que la France avait un candidat.» Le président avait pourtant convié lors de ce déplacement au Gabon l’un de ses conseillers officieux pour les affaires africaines, l’avocat Robert Bourgi. Juste avant l’élection, ce dernier avait déclaré publiquement qu’il soutenait Ali Bongo, provoquant la colère de l’opposition gabonaise.
A la tribune, sous d’immenses photos représentant son père avec tous les présidents de la Vème République, Ali Bongo a été on ne peut plus clair: «La Françafrique (…) est un héritage historique riche d’aspects aussi bien négatifs que positifs», mais la période des «réseaux, des tutorats et des leçons» est bien «révolue». Il a plaidé pour l’instauration d’un «réel partenariat gagnant-gagnant» avec l’ex-puissance coloniale, façon de dire qu’il ne l’a jamais été jusqu’ici. Au début de son discours, le nouveau président gabonais a également parlé de «patrimoine inaliénable» à propos de la relation avec la France. Comme pour mieux signifier que l’avenir était ailleurs.
Dans l’assistance, un proche de la famille Bongo confiait: «Les jeunes Gabonais se foutent pas mal des liens historiques avec l’ancienne puissance coloniale, de la francophonie, etc. Ce qui compte pour eux, c’est d’aller faire des études à l’étranger, d’avoir des visas, une bonne formation. Et leur regard se tourne de plus en plus vers d’autres pays, les Etats-Unis ou le Canada notamment.» A l’image de leur président, d’ailleurs. Formé en France, Ali Bongo est réputé proche culturellement des Etats-Unis et très ami avec le roi du Maroc, Mohammed VI.
En signant ce nouvel accord de défense, la France préserve et consolide certes son point d’ancrage dans le Golfe de Guinée, une zone pétrolifère stratégique. Mais le Gabon s’assure du soutien de Paris au sein de l’Union européenne pour défendre ses intérêts dans les instances internationales. C’est sans doute cela le nouveau «partenariat gagnant-gagnant».
 


SUR LE MÊME SUJET
Le vice-président de l’Union nationale, Bruno Ben Moubamba, a dénoncé ce matin dans la presse française le séjour gabonais du président Nicolas Sarkozy, qui ne remplirait pas ses promesses de rupture avec la Françafrique entretenue par ses prédécesseurs. Brandi en étendard par le président français lors de sa visite au Gabon, le renouveau des relations franco-gabonaises consacré par la série de nouveaux accords entre les deux pays ne fait pas l’unanimité au sein de la classe politique locale. Ce 25 février, la presse française publie une interview du vice-président de l’Union nationale (UN, opposition), Bruno Ben Moubamba, candidat malheureux à ...
Lire l'article
Six accords de partenariat ont été signés ce 24 février à Libreville par le président français, Nicolas Sarkozy, et son homologue gabonais, Ali Bongo, pour un montant global de 56,33 milliards de francs CFA. Ces accords qui couvrent principalement les domaines économiques et militaires sont censés poser les bases de nouvelles relations plus transparentes et moins «paternalistes» entre la France et le Gabon. Au terme de sa visite éclair de 24 heures sur le sol gabonais, le président français Nicolas Sarkozy a signé ce 24 février à Libreville une série d’accords de partenariat avec son homologue gabonais, Ali Bongo. Le ...
Lire l'article
Lors de sa visite au Gabon, le chef de l'Etat a apporté ce mercredi son soutien au nouveau président Ali Bongo, le fils d'Omar Bongo, tout en affirmant que la politique de la France avait changé. Franceville, fief de la famille Ali Bongo, gros bourg africain flanqué d'un aéroport international, accueille Nicolas Sarkozy en début de matinée. "Un ami", peut-on lire sur les banderoles tendues sur la façade en béton du terminal. La rupture avec la "Françafrique", annoncée par le président français au début de son quinquennat, semble loin. C'est sa troisième visite depuis son élection. Dans un univers africain instable, ...
Lire l'article
Nicolas Sarkozy est attendu au Gabon mercredi puis au Rwanda jeudi. A Libreville, le président de la République signera de nouveaux accords de défense avec le Gabon, censés incarner la "rupture" souhaitée par la France en Afrique. A Kigali, il s'agira avant tout d'une visite symbolique, supposée marquer la détente des relations franco-rwandaises. Deux visites déjà très commentées. La dernière fois qu'il s'est rendu en Afrique, c'était déjà au Gabon. Nicolas Sarkozy avait alors été sifflé par une dizaine de jeunes à son entrée dans le palais présidentiel de Libreville, où se tenaient les obsèques du président Omar Bongo, le ...
Lire l'article
La Cour constitutionnelle du Gabon a validé lundi soir la victoire d’Ali Bongo, fils de l’ex-président Omar Bongo Ondimba, décédé en juin après 41 ans passé au pouvoir, à l’élection présidentielle du 30 août dernier. Il devrait être investi avant la fin de la semaine. La validation de l’élection d’Ali Bongo a été confirmée après plusieurs semaines de débats. Les « insuffisances » apparues lors du scrutin du 3 septembre avaient provoqué un fort mouvement de contestation, notamment à Port-Gentil, capitale pétrolière située dans l’ouest du pays, qui avait fait plusieurs victimes (3 selon les autorités, au moins cinq d’après ...
Lire l'article
Le nouveau président de la République, Ali Bongo Ondimba, a battu campagne à travers les 9 provinces du 15 au 29 août dernier en promettant notamment la rupture avec le système en place au peuple gabonais. Dans une interview accordée à RFI le 4 septembre dernier, que nous publions in extenso, Mélanie Soiron, professeur assistante d'anthropologie à l'Université de Lille I en France, et auteur d'une thèse sur «La longévité politique ou les fondements symboliques du pouvoir politique au Gabon», explique notamment que la rupture promise par Ali Bongo ne sera pas si évidente à concrétiser en raison de l'enracinement ...
Lire l'article
Le 2 septembre doivent être proclamés les résultats de la présidentielle gabonaise. Jamais un scrutin n’aura été aussi serré. Mais à la fin des élections, au Gabon, on tire toujours le Bongo… Y a de la rupture dans l’air au Gabon. Et c’est un spécialiste qui le dit dans le Parisien du 1er septembre. Alain Joyandet, secrétaire d’Etat à la coopération initié aux mystères africains par Robert Bourgi, vétéran de la Françafrique et insatiable missi dominici entre les palais africains et l’Elysée. Le nouveau président gabonais « devra exercer un mandat de rupture ». De l’humour sans doute de la part ...
Lire l'article
LIBREVILLE, (AGP) - La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi, rapporte l’AFP. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et ...
Lire l'article
PARIS — La France estime que le nouveau président du Gabon devra exercer "un mandat de rupture" après Omar Bongo afin notamment de répartir les richesses de façon plus équitable, a déclaré le secrétaire d'Etat à la Coopération, Alain Joyandet, dans un entretien publié mardi. "Le nouveau président devra exercer un mandat de rupture," a déclaré M. Joyandet dans cet entretien accordé au journal Le Parisien. "Avec (l'ancien président) Omar Bongo le pays a accédé à la stabilité et à la paix civile. C'était, bien sûr, positif. Il me paraît nécessaire, à présent, d'engager davantage des programmes socio-économiques et de répartir les ...
Lire l'article
Un an après un voyage éclair de six heures à Luanda, Nicolas Sarkozy renoue jeudi et vendredi avec l'Afrique pour un périple tout aussi minuté à Kinshasa, Brazzaville et Niamey conçu comme un exemple des liens rénovés qu'il veut instaurer avec le continent noir. En visite en Afrique du Sud en février 2008, le chef de l'Etat avait jeté les bases d'un nouveau "modèle de relations" franco-africaines, enfin débarrassé des outrances de la "Françafrique". Mais la rupture annoncée reste balbutiante, illustrée par le départ précipité il y a un an du secrétaire d'Etat à la Coopération, Jean-Marie Bockel. C'est donc avec ...
Lire l'article
Gabon : Ben Moubamba dénonce la «fausse» rupture de Sarkozy
Gabon : La rupture à 56 milliards FCFA de Sarkozy
Sarkozy au Gabon, entre tradition et rupture
Afrique: La rupture selon Sarkozy
« Baby Zeus » confirmé vainqueur au Gabon : un « président de rupture » ?
Gabon : Ali Bongo peut-il incarner la rupture ?
Un Gabon en pleine rupture
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture” (Paris)
Gabon : le nouveau président devra exercer un “mandat de rupture”
Sarkozy de retour en Afrique pour y réaffirmer le virage de la rupture


Votez cet article (Cliquez les étoiles · 1 = mauvais - 5 = excellent)
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, moyenne 4,00 sur 5)
Loading...

Auteur/Source: · Date: 24 Fév 2010
Catégorie(s): Coopération
Fil RSS 2.0 · Commentaires/Trackback autorisés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*